Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2017

Tristes noces

 

 

IThéâtre, théâtre du Lucernaire, Sonia Nemirovskyl était une fois une mariée (Sonia Nemirovsky) que ses amis (Gregory Vouland, Jean-Loïc François entouraient tendrement car elle avait bien du chagrin. Son marié (Olivier Kuhn), un marin volage lui avait préféré une belle sirène (Pauline Lacombe[1]). Et la rengaine « Faut pas pleurer comme ça » sur laquelle ils s’efforcent de la faire danser ne jugule pas son chagrin. La table est mise, la pièce montée entamée, les ballons dansent, le champagne pétille, les rubans roses ondulent, mais « l’amour n’en a plus pour longtemps ». Il s’agit de ne pas couler dans le chagrin, de rester à la surface, de flotter. Les « flottants » vont essayer de convaincre le marin de revenir, mais « il a pris sa valise et il a tout tassé » et il est parti, l’infidèle… Tristes noces !

Elle attend qu’il revienne…et « tout le monde l’attend ». Mais apparaît une autre femme. Elle chante, elle est vêtue d’une robe semblable à celle de la mariée, mais plus longue, plus brillante. La garce ! Et c’est avec elle que le marin reste.

La mise en scène de Bertrand Degrémont donne à ce conte mélancolique, l’atmosphère d’un film de Carné. Les personnages y sont généreux, solidaires et tendres devant la malheureuse mariée. Mais l’amour n’a jamais connu de loi et ses « rêves de midinette » se dispersent, à la dérive…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Flottants de Sonia Nemirovsky

Mise en scène Bertrand Degrémont

Théâtre du Lucernaire

0145 44 57 34

Du mardi au samedi à 21 h

 

 

[1] - Ou Émilie Piponnier ou Suzanne Marrot.

Écrire un commentaire