Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2017

Le cœur de Simon

 

 

Tous les amateurs de théâtre, tous les « fous de Tchekhov » connaissent ces répliques de Platonov:

          Voïnitzev  : « Qu’allons nous faire Nicolaï ? »

          Triletzski : « Enterrer les morts et réparer les vivants. »

Yasmina Reza, dans Conversations après un enterrement, restaurait matériellement ceux qui restaient. Maylis de Kerangal par son roman Réparer les vivants ouvrait une dimension philosophique, psychologique et sociologique jamais encore abordée, sauf, peut-être, esquissée, au cinéma par Pedro Almodovar et Denys Arcand.

théâtre,théâtre de la villeabbesses,littérature,maylis de kerangal,sylvain mauriceSylvain Maurice adapte ce roman pour la scène, et choisit un seul comédien, Vincent Dissez, pour raconter l’histoire du « cœur de Simon Limbres », un jeune homme de 19 ans, en état de « mort cérébrale ». Le narrateur est au centre de la scène, et, sur un tapis roulant, toujours en mouvement, marque l’inexorable avancée du temps, la lutte contre la montre.

La journée fatale commence à 5 heures 50, au réveil de Simon, et s’achève le lendemain matin, à 5 h 49 quand le cœur de Simon reprend ses battements dans le corps de Claire. Entre temps, le Docteur Révol, né en 1959, « l’année où on a redéfini la mort », aura constaté « les lésions irréversibles », et en aura informé Marianne et Sean, les parents dévastés. Thomas Rémige, l’infirmier coordinateur, ornithologue passionné, aura convaincu les parents d’autoriser la migration des organes. Marthe, la doctoresse de Saint-Denis aura mis les équipes médicales en relation, pour qu’enfin, à l’aube du deuxième jour, Virgilio, guidé par le professeur Harfang, assisté de la jeune interne Alice, réussissent la greffe qui va permettre à Claire de reprendre une vie normale.

Un musicien, Joachim Latarjet, l’accompagne liant les passages, soulignant les tempos, diversifiant les rythmes, les émotions, les voix.

Et c’est sublime…

Nous avions bien sûr, lu le roman. Mais, captivé par l’action, subjugué par l’émotion, en avions-nous goûté toute la beauté de l’écriture ? La langue est précise, la métaphore subtile, la description explicite. Jamais le mot « dépouille » n’avait résonné ainsi…

Le récit devient fleuve impétueux, vibrant, et donne à tous l’espoir de l’immortalité.

 

 

 

Photo © E. Carecchio

 

Réparer les vivants d’après le roman de Maylis de Kerangal

Version scénique et mise en scène de Sylvain Maurice

Jusqu’au 24 juin

Théâtre de la Ville au théâtre des Abbesses

01 42 74 22 77

 

 

12/06/2017

Le pouvoir des fleurs

 

 

 

Dans les années 1960 à 1970, des jeunes gens non violents, voulant dénoncer la guerre du nature,culture,jardins,chaumont-sur-loire,le pouvoir des fleursVietnam, opposèrent des fleurs aux fusils du maintien de l’ordre. On appela ce mouvement Flower Power. Ils n’avaient rien inventé, car, depuis toujours, les fleurs ont montré leurs pouvoirs et c’est elles qui ont inspiré, cette année, le « Festival international des jardins de Chaumont. »nature,culture,jardins,chaumont-sur-loire,le pouvoir des fleurs

Comment rendre compte de cette trentaine de jardins installés autour du Château qui abrita, entre autres, Diane de Poitiers, et qui, aujourd’hui, chaque année fait de ses jardins des broderies internationales où les créateurs paysagistes inventent des merveilles ?

Certains (Belgique, France, Chine) ont choisi de jouer avec les mots et la couleur, À la recherche du lupin blanc remplace le lapin initiateur d’Alice aux pays des merveilles par des fleurs blanches.nature,culture,jardins,chaumont-sur-loire,le pouvoir des fleurs D’autres ont préféré le rouge du Pouvoir des sorcières (Corée), le bleu de Au pied du mur (France), ou la palette des grands peintres dans Inspiration (France).nature,culture,jardins,chaumont-sur-loire,le pouvoir des fleurs

Tous montrent que les fleurs, ces êtres vivants si fragiles, connaissent la résilience, et que sur des lieux saccagés, elles reprendront le pouvoir.

Les paysagistes font merveille et magnifient les plantes, l'air, et l'eau. nature,culture,jardins,chaumont-sur-loire,le pouvoir des fleurs
Les insectes se goinfrent de pollen, et les humains se grisent de parfums. La Nature leur rappelle qu'elle ne s'oppose pas à la Culture, au contraire. Son alliance bien conçue l'enrichit et la renouvelle. Le fleurissement des vivaces donne sa Beauté à la Terre. L'impéritie des hommes la met en danger.nature,culture,jardins,chaumont-sur-loire,le pouvoir des fleurs

Allez contempler ce désordre harmonieusement installé, ces volumes souples, cette mer de couleurs, ce fleuve magique de vie éternellement recommencée.

N'allez pas trop vite, prenez la journée entière. Des espaces de repos y sont aménagés. Vous y pourrez rêver d'un monde meilleur...

 

 

 

 

 

Festival des jardins

Domaine de Chaumont-sur-Loire

www.domaine-chaumont.fr

02 54 20 99 22

Du 20 avril au 5 novembre

 

 

 

 

 

 

 

05/06/2017

Tristes noces

 

 

IThéâtre, théâtre du Lucernaire, Sonia Nemirovskyl était une fois une mariée (Sonia Nemirovsky) que ses amis (Gregory Vouland, Jean-Loïc François entouraient tendrement car elle avait bien du chagrin. Son marié (Olivier Kuhn), un marin volage lui avait préféré une belle sirène (Pauline Lacombe[1]). Et la rengaine « Faut pas pleurer comme ça » sur laquelle ils s’efforcent de la faire danser ne jugule pas son chagrin. La table est mise, la pièce montée entamée, les ballons dansent, le champagne pétille, les rubans roses ondulent, mais « l’amour n’en a plus pour longtemps ». Il s’agit de ne pas couler dans le chagrin, de rester à la surface, de flotter. Les « flottants » vont essayer de convaincre le marin de revenir, mais « il a pris sa valise et il a tout tassé » et il est parti, l’infidèle… Tristes noces !

Elle attend qu’il revienne…et « tout le monde l’attend ». Mais apparaît une autre femme. Elle chante, elle est vêtue d’une robe semblable à celle de la mariée, mais plus longue, plus brillante. La garce ! Et c’est avec elle que le marin reste.

La mise en scène de Bertrand Degrémont donne à ce conte mélancolique, l’atmosphère d’un film de Carné. Les personnages y sont généreux, solidaires et tendres devant la malheureuse mariée. Mais l’amour n’a jamais connu de loi et ses « rêves de midinette » se dispersent, à la dérive…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Flottants de Sonia Nemirovsky

Mise en scène Bertrand Degrémont

Théâtre du Lucernaire

0145 44 57 34

Du mardi au samedi à 21 h

 

 

[1] - Ou Émilie Piponnier ou Suzanne Marrot.