Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2017

Mère et fille

 

 

théâtre,théâtre de poche-montparnasse,thomas bernhard,dominique vaadié,christophe pertonElle (Dominique Valadié) siège sur un petit divan raide et inconfortable. Elle vilipende les artistes de son époque, critique les mœurs et la société, humilie celle qu’elle appelle : « mon enfant » (Léna Breban), une grande fille sans âge, qui, mutique, va et vient, préparant, comme une servante, les valises pour la villégiature. La Mère est royale, désabusée, cynique, odieuse. La Fille est soumise. Dominique Valadié est souveraine. Léna Breban lui tient tête avec patience. Elles sont impressionnantes.théâtre,théâtre de poche-montparnasse,thomas bernhard,dominique vaadié,christophe perton

La Mère persifle, cinglante, insensible aux autres, à la littérature, à sa Fille qu’elle juge « insignifiante ».

On voudrait qu’elle se taise, que sa fille proteste, qu’elle cesse de plier avec soin les nombreuses robes et manteaux de sa mère, elle qui n’a qu’une seule toilette à emporter. Mais Thomas Bernhard n’est pas de ceux qui croient à la catharsis du tragique. Il appuie sur les travers de l’humanité, il rouvre les plaies, les fait suppurer. Il « jette à la tête des gens leur propre saleté. » Il analyse avec pertinence les rouages de cette relation : mère mauvaise et fille victime.

La Mère a pourtant invité le jeune auteur (Yannick Morzelle) dont elle critique l’œuvre et que sa Fille admire.

Pour quelles raisons ? Dans quel but ?

Ce frêle jeune homme saura-t-il lui résister, ou simplement la faire taire ?

Et c’est au spectateur d’imaginer la suite…

Tout grince dans Au but. Tout est souillé dans les rapports humains. L’humanité de Thomas Bernhard est perverse et l’horizon est noir.

Christophe Perton nous fait entrer sans ménagement dans cet univers cruel. Et les comédiens en montrent l’authenticité atemporelle.

On en sort la gorge serrée, le désespoir au cœur, mais les sens en éveil.

 

Au but de Thomas Bernhard

Mise en scène de Christophe Perton

Jusqu’au 5 novembre

Théâtre de Poche-Montparnasse

01 45 44 50 21

www.theatredepoche-montparnasse.com

 

Écrire un commentaire