Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2016

Ô l’amour d’une mère !

 

 

Qui est la plus odieuse ? Maggie (Catherine Salviat), la mère tyrannique et scélérate ou sa fille indigne Maureen (Sophie Parel) qui la brutalise, et la tue ?

L’amour maternel chez Martin McDonagh n’a rien d’une vision romantique et Victor Hugo, Alfred de Musset, André Maurois, Romain Gary et Albert Cohen doivent se voiler la face !

L’amour d’une mère ? Un mythe !

Dans La Reine de beauté de Leenane, la vieille Maggie trouve normal que sa fille Maureen s’occupe d’elle. Théâtre, théâtre du Lucernaire, Martin McDonagh, Catherine Salviat, Sophie ParelLui en est-elle reconnaissante ? Pas du tout, elle se plaît à la mortifier, la contrarier, la moquer, détruire ce qui aurait pu lui apporter un peu de joie. Elle va sciemment empêcher sa fille d’être heureuse. Pat Dooley (Gregori Baquet), l’amoureux de Maureen et son frère Ray Dooley (Arnaud Dupont), maladroit « go-between », nouent le drame jusqu’à l’irréparable. 

Théâtre, théâtre du Lucernaire, Martin McDonagh, Catherine Salviat, Sophie ParelCe duel effrayant est admirablement mené entre une Catherine Salviat surprenante en vieillarde rusée et méchante, et Sophie Parel belle jeune femme sensuelle qui semble faite pour aimer. La rage qu’elle ressent devant l’injustice faite mère, elle la communique au spectateur. Elles sont sublimes ! Gregori Baquet joue avec finesse l’amoureux platonique et Arnaud Dupont compose un adolescent pas futé avec beaucoup de justesse.

Sophie Parel dirige ses comédiens avec rigueur dans un décor de Philippe Varache, qui signe aussi les costumes.

 La cuisine de ce bourg perdu du Connemara devient un huis clos infernal, la reine de beauté perd ses dernières illusions, tout amour est piétiné et sali, et pourtant… on rit des vacheries qu’elles se balancent, des mensonges qu’elle échafaudent, des vérités qui ne sont pas bonnes à dire. Gildas Bourdet qui avait traduit et   créé la pièce, en 2003, en restitue l'humour noir au vitriol.

Nous sommes complices de la férocité de McDonagh.

Et pourquoi ne faudrait-il pas dépoussiérer les mythes ?

 

 

 

 

Photos © David Krüger

 

 

La Reine de beauté de Leenane de Martin McDonagh

Traduction de Gildas Bourdet (Avant-Scène théâtre N° 1135)

 

Théâtre du Lucernaire

01 45 44 57 34

Du mardi au samedi à19

Dimanche à 15 h

Mise en scène de Sophie Parel

www.lucernaire.fr

 

 

Écrire un commentaire