Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2016

Tout s’achète !

  

La petite ville de Güllen était jadis prospère avec ses mines, ses usines et se laminoirs. Aujourd’hui elle est ruinée et ses habitants vivent « d’allocations de chômage ». Mais heureusement, Clara Zahanassian la milliardaire, revient visiter son pays, et tous comptent sur sa générosité. Le maire en tête, toute la population courtise Alfred Ill, son ancien fiancé, afin qu’il lui fasse « cracher ses millions » en jouant sur les sentiments : « vous étiez très amis autrefois ».

Théâtre, teatro Malandro, Théâtre 71, Omar Porras, DürrenmattLes trains ne s’arrêtaient plus à Güllen, mais quand la vieille dame tire le signal d’alarme de l’express Venise-Stockholm, baptisé Le Roland furieux, le chef de train intraitable sur « le respect de l’horaire », devient très arrangeant. Elle débarque avec toute une suite, ses maris, ses valets, ses hommes de main et dans ses bagages, un cercueil et une panthère noire. Elle se tient droite, dentelles noires et prothèses d’ivoire et d’acier, raide comme la justice qu’elle exige. En 1910, elle est partie de Güllen enceinte, misérable, accablée de honte par le déni de paternité d’Alfred. Quarante-cinq ans plus tard, on la reçoit triomphalement, avec tous les honneurs, et en travestissant la vérité. Mais elle, n’a rien oublié. Elle demande, pour réparation de son humiliation, la mort d’Alfred : « Je vous donne cent milliards, et pour ce prix, je m’achète la justice. »

La demande est immorale, cynique, elle défie les lois. Le maire est choqué, l’adjudant de gendarmerie contrarié, les citoyens offusqués. Ils refusent tous. « J’attendrai » dit Clara. Pour preuve ? Bobby, témoin acheté par Ill en 1910, est devenu, eunuque et aveugle, attaché servilement à Clara. Tout s’achète !

Car, si apparemment les Gulleniens soutiennent Alfred Ill, inexorablement leurs habitudes changent. Ils portaient des guenilles, ils achètent des vêtements à la mode. Ils marchaient pieds nus, ils acquièrent des chaussures. Ils consommaient des nourritures médiocres, ils veulent du meilleur. Ils vivent à crédit et spéculent sur la promesse de Clara, espérant qu’Ill mette fin lui-même à ses jours. Mais il a des principes, le salaud ! Et, devant la presse internationale rassemblée pour le huitième mariage de la Vieille, il faudra régler l’addition.théâtre,teatro malandro,théâtre 71,omar porras,dürrenmatt

La Visite de la vieille dame est une fable terrifiante. Friedrich Dürrenmatt n’est pas tendre avec ses semblables. « Avec l’argent on peut s’offrir tout ce qu’on veut. » Il montre la cupidité et l’hypocrisie des humains prêts à toutes les infamies pour vivre riches. Il dénonce leur versatilité, leur duplicité, leurs opinions toutes faites, leurs haines absurdes, leur soif de vengeance, l’impossible rédemption, et même ce qu’on appelle « la théorie du complot ».

On joue souvent la pièce comme une tragédie. Omar Porras en restitue le grotesque, mêlant l’humour et l’épouvante avec un syncrétisme remarquable, fidèle à la volonté de l’auteur qui classait sa pièce comme « tragi-comédie ».

Onze comédiens rompus aux méthodes du Teatro Malandro, interprètent plus de vingt-cinq rôles. Les masques autorisent les changements de genre, d’âge, de conditions. Les corps épousent toutes les situations. Ainsi la troupe peut figurer les trains qui filent ou la forêt vibrant sous les souvenirs. Yves Adam prête sa haute silhouette à l’autorité de l’adjudant, du chef de train. Olivia Dalric incarne avec force la rigueur du proviseur et la lucidité de celle « qui se transforme lentement en assassin ». Peggy Dias donne au maire la finesse de sa cautèle. Fanny Duret, interprète l’épouse douloureuse de Ill. Karl Eberhard, est Boby, malheureuse victime de la vengeance de Clara. Adrien Gygax exalte la solennité du Curé, sa bienveillance hypocrite. Jeanne Pasquier, est huissier, enfant de chœur, journaliste, secrétaire. Tous deviennent des citoyens avides, véhéments, énergiques dans des chorégraphies inattendues. Face à eux, les deux protagonistes, Philippe Gouin, remarquable dans la mutation du personnage de Ill, fringant d’abord et de plus en plus misérable. Et Omar Porras jouant Clara claudicante et figée, puis le Speaker empressé, excité, dépassé par l’ardeur des participants, exceptionnel comédien et génial metteur en scène.

L’art d’Omar Porras transcende la comédie. Des images baroques creusent les mythes. Quand le rideau sera retombé sur le dernier rappel, on se souviendra encore de l’apparition de la Vieille Dame, immobile et terrifiante Parque, de cette forêt maléfique où les arbres sont des êtres vivants, de cette fête villageoise, où danse un squelette (Philippe Gouin), et de ce baiser que Clara, vêtue de rouge donne à Ill effondré. Baiser de la mort, dernier instant avant l’exécution.

Avec Omar Porras, La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt retrouve son rang de chef d’œuvre.

 

 

 

 

 

La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt

Mise en scène d’Omar Porras

Jusqu’au 29 Janvier au Théâtre 71

01 55 48 91 00

 

En tournée ensuite :

5 mars 2016 – Teatro Sociale – Bellinzona (Suisse) 41 91 820 24 44

10-12 mars Châteauvallon, CNCDC, 04 94 22 02 02

24-28 mars, festival iberamericano, Bogota (Colombie)

8 & 9 avril, Théâtre de Corbeil-Essonnes 01 69 22 56 19

21 & 22 avril, La Chaux-de-Fonds (Suisse) 41 32 967 60 50

27 & 28 avril, Le Carreau, Forbach, 03 87 84 64 30

4 & 5 mai, Espace Malraux, Chambéry, 04 79 85 55 43

 

 

 

 

 

 

30/11/2014

Tout est permis

 

« Tout est permis » aux puissants. Le Roi Ignace (Alain Fromager), le Prince Philippe (Thomas Gonzalez), La Reine Marguerite (Hélène Alexandridis), l’affirment, Le Chambellan (Jacques Verzier) le confirme.  Et tous ceux qui gravitent autour d’eux, Dames (Miglé Berekaité, Delphine Meilland, Nelly Pulicani), thuriféraires (Clément Bertonneau, Brice Trinel) et autre (Blaise Pettebone) en sont persuadés.

Dans cette cour burgonde, chacun prend soin de son apparence, et pour Yvonne, princesse de Bourgogne, la mise en scène de Jacques Vincey place les personnages de Gombrowicz dans une sorte de véranda, mi salle de sport, mi salon. Ils entretiennent leurs corps dans une éternelle jeunesse, leurs visages affichent un continuel sourire. Derrière les grands panneaux vitrés, de grandes palmes balancent la verdure perpétuelle d’un jardin exotique.

Mais la bonhomie du Roi dissimule une âme scélérate, le couple qu’il forme avec la reine Marguerite s’apparente à celui de Macbeth et de sa cruelle Lady. Quant à Philippe, le Prince si charmant, il va déclencher la haine et réveiller tous les vices de cette société close. Le vernis social n’est pas long à craquer.

Le jour de la fête nationale, alors que le Roi s’en va « fraterniser avec le peuple », Philippe choisit Yvonne (Marie Rémond), « un épouvantable laideron » pour en faire sa fiancée. Elle est « mal fagotée », apathique, elle ne sait ni sourire, ni parler, ni obéir, ni faire la révérence. Mais Le Prince, une « âme noble », l’a choisie, et pour ne pas faire de scandale, tous s’inclinent.théâtre,théâtre 71,gombrowicz,jacques vincey

Leur Prince n’épouse pas une jolie bergère, mais une affreuse limace, qu’il soit béni !

Leur complaisance n’a d’égale que la cruauté de leur Prince. Et ils iront jusqu’au crime.

« On peut tout se permettre avec elle », puisqu’elle n’est pas de leur sérail, qu’elle ne sait pas protester, et qu’ils sont tout puissants. La scénographie de Mathieu Lorry-Dupuy 
se déglingue, les lumières de Marie-Christine Soma basculent, les costumes d’Axel Aust sont souillés, les meubles se renversent.  La mise en scène de Jacques Vincey traduit ainsi le profond malaise cette société rongée par la bassesse, la vanité et l’ennui. les comédiens ont une présence extraordinaire. Ils donnent à leurs personnages une humanité terrifiante.

Ne cherchez pas d’analogie avec des royautés contemporaines, Gombrowicz les confond toutes, parodiant Shakespeare, et transformant les prétendues fiançailles en une grande fête sacrificielle.

Le théâtre n’est-il pas offert à Dionysos après l’immolation du tragos ? Le bouc émissaire est ici une chèvre, et le conte de fées devient tragédie.

Pas de pitié pour les faibles !

Une visionnaire ce Gombrowicz !

 

 

 

Yvonne, princesse de Bourgogne de Witold Gombrowicz

texte français Constantin Jelenski et Geneviève Serreau (Ed. Gallimard) 


 

Après Tours, Thionville, Angers, Malakoff, Yvonne, princesse de Bourgogne  se joue au Théâtre National de Bordeaux du 3 au 7 décembre

 

 

 

27/11/2013

Une Jeanne miraculeuse

 

 

Joseph Delteil avait une vision de Jeanne d’Arc, de François d’Assises et de Jésus assez iconoclaste. Loin de l’hagiographie traditionnelle, il montre des êtres pétris de foi...Théâtre, littérature, Théâtre 71, Delteil, Schiaretti en l’humanité.

Dans l’adaptation de Jean-Pierre Jourdain, mise en scène par Christian Schiaretti,  « la Jeanne » est une créature lumineuse, à la fois narratrice, et actrice, qui, avec les accessoires les plus humbles, et sur le mur brut des coulisses nous rejoue l’épopée de celle qui voulut « bouter les Anglais hors d u royaume de France».  Juliette Rizoud est prodigieuse.

Avec les portants, les balais, les chariots, les échelles, elle aligne une « drôle d’armée ». Et ces objets réalistes semblent lui obéir, comme se soumirent les hommes du XVe siècle qui n’avaient « ni discipline, ni religion », et dont elle fit « une armée de saints ». Théâtre, littérature, Théâtre 71, Delteil, SchiarettiElle transforme la servante de scène en apparition céleste, un drap rouge figure l’évêque Cauchon, et les élingues s’entassent pour former le bucher.

Elle est solide, ardente, réelle.

Un miracle !

 

La Jeanne de Delteil, d’après Jeanne d’Arc de Delteil (Prix Femina 1925)

Adaptation de Jean-Pierre Jourdain

Œuvre scénique de Camille Grandville

Du 26 au 29 novembre

Théâtre 71 à Malakoff

Jeudi à 19 h 30

Vendredi 20 h 30

01 55 48 91 00