Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2017

Tueuse et majestueuse

 

 

 

Marguerite Duras était fascinée par les histoires criminelles.

Bien avant la « transgression de l’écriture »[1] qui lui fit proférer (ou non) son « sublime, forcément sublime ! » à propos de l’affaire du petit Grégory, elle s’était passionnée pour celle d’Amélie Rabilloux, paisible retraitée, qui en 1949, avait tué et dépecé son mari. Dans Les Viaducs de Seine-et-Oise, en 1960, c’était le couple qui tuait une cousine. Elle reprit ce thème dans un roman L’Amante anglaise, en 1967, puis dans la pièce éponyme créée en 1968.

Les deux créations scéniques étaient signées Claude Régy.

Théâtre, théâtre du Lucernaire, Marguerite Duras, Thierry Harcourt, Judith Magre, Jacques FrantzAujourd’hui, c’est Thierry Harcourt qui relève le défi. Il a réuni une distribution d’élite. Sur le plateau nu, l’interrogateur (Jean-Claude Leguay) sonde d’abord le mari Pierre Lasne (Jacques Frantz), cherchant à cerner les circonstances de l’assassinat de la cousine sourde et muette qui vivait avec le couple. Peu à peu se dessine le portrait d’une femme si étrange, Claire Lasne (Judith Magre), que le spectateur n’attend plus qu’elle.

L’amante anglaise ? La menthe anglaise ou la mante… pas religieuse mais meurtrière ? 

Enfin elle est là, assise, immobile, calme, sans regret ni remords, tueuse et majestueuse. De sa voix posée, elle parle, flegmatique, mais sans jamais répondre aux questions. Car un mystère demeure. Si la tueuse a dépecé le corps, une fois son forfait accompli, qu’a-t-elle fait de la tête ? « Où a-t-elle trouvé la force ? » Et pourquoi a-t-elle tué ? Nous ne le saurons pas. L’énigme imprègne le spectateur, le pénètre et le trouble. Est-elle folle ? A-t-elle voulu se venger d’une vie médiocre et sans amour ? Mais alors, pourquoi sur la cousine ? Nous ne saurons pas non plus qui l’interroge : un policier ? Un magistrat ? Un psychanalyste ?

Cependant, le charme vénéneux de la pièce est immense. Comédiens et metteur en scène distillent le texte de Marguerite Duras comme un troublant sortilège.

 

 

 

L’Amante anglaise de Marguerite Duras

Théâtre du Lucernaire

01 45 44 57 34

du mardi au samedi à 19 h

dimanche à 15 h

 

[1] - En 1985, à la demande de Serge July, Marguerite Duras se rend à Lépanges-sur-Vologne pour le journal Libération. Le 17 juillet 1985, elle signe dans Libération une tribune, qui pointe la culpabilité criminelle de Christine Villemin. L'article est précédé d'un avertissement, « La transgression de l'écriture », rédigé par Serge July.

À ce jour, le crime n’a toujours pas été élucidé.

Écrire un commentaire