Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2013

Les aventures de Josette et de Jacqueline

 

 

Poche-Montparnasse, Ionesco, jeune public La petite Josette (Pauline Vaubaillon) a bien du souci avec ses parents. Ils ne sont pas raisonnables du tout. Le soir, ils sortent au restaurant, au théâtre, au guignol, et le matin quand Josette veut les réveiller, ils dorment si profondément qu’ils ne répondent pas. D’ailleurs la bonne, Jacqueline (Brock ou Jacques Bourgaux), ne parvient pas non plus à les sortir du lit.

Mais quand enfin Papa (Brock) s’éveille, qu’il n’envoie pas Josette voir ailleurs s’il y est, quand enfin, il consent à raconter des histoires, alors, Josette n’est pas déçue.

Dans le cercle enchanté du Petit Poche-Montparnasse, Émilie Chevrillon dessine l’univers de Ionesco avec une porte, une marionnette, et deux sacs de couchage. Les mots changent de sens et pourtant les enfants les reconnaissent. Tous les personnages s’appellent Jacqueline mais aucun des enfants ne se perd dans « les histoires idiotes » que raconte Papa qui emmène Josette en avion au-dessus des toits, au-dessus des nuages, dans l’éblouissement de fantastiques voyages jusqu’à la lune, jusqu’au soleil… 

On en revient à pied, en chantant, « on cavale », parce que l’heure du déjeuner approche et que Maman, la marionnette rose à la robe de fleurs, aux yeux de fleurs, dit de sa voix fleurie : « Allez ! Descendez du lit et habillez-vous ! »

Savez-vous que le théâtre de l’absurde ne rend pas les enfants idiots ? Au contraire ! Ils comprennent plus vite que les adultes et j’en connais qui vont faire la leçon à leurs parents. Mais il faut avouer qu'avec deux comédiens exceptionnels, tout est vraisemblable.

 

 

 

 

Les Contes d’Eugène Ionesco

Mise en scène d’Émilie Chevrillon

Petit Poche-Montparnasse

Du 2 au 16 mars puis du 30 avril au 11 mai, du mardi au samedi à 15 h

et, à partir du 20 mars, mercredi et samedi

01 45 44 50 21

 

À propos de Phèdre, dialogue.

 

 

Phèdre, Racine, Comédie-FrançaiseIls sortaient de la Comédie-Française et devisaient en attendant l'autobus... 

-       -  Vous semblez bien pensif en sortant du théâtre…

-    - C’est que, cher ami, je me pose des questions. Et, j’aurais besoin qu’un racinien tel que vous éclairât ma lanterne.

-        - On ne dit pas une lanterne, on dit une « servante ».

-        Je sais. Mais il s’agit de la mienne lanterne. Mon entendement si vous préférez…

-       Ne me dites pas que Phèdre a pour vous des mystères après toutes celles que nous avons vues ensemble !

-         Des mystères, non… Mais celle de ce soir me pose des interrogations.

-        Vraiment ? Allons, pourtant le décor était fort éclairant, conforme à l’espace racinien, avec à jardin les couloirs du palais, à cour, les espaces clos du Pouvoir, et au lointain, la mer, espace de fuite et de danger.

-        Oui, c’était évident. J’y ai d’ailleurs retrouvé l’implantation de l’Électre de Sophocle mise en scène par  Vitez. Avec ce lit dont la tête s’appuie perpendiculairement sur le fond du décor, cette découverte sur la mer, cette chambre aux grandes fenêtres donnant sur la terrasse et le port, ces persiennes qu’on ouvre et qu’on ferme, et même ce poste de radio, reliant le palais à la cité, comme un « chœur » moderne.

-        Il faut l’interpréter comme un hommage au maître.

-        Bien entendu… Mais tout de même, les costumes !

-   Ne me dites pas que les costumes contemporains vous ont choqué ! Nous avons l’habitude…

-       Certes… Mais si Hippolyte et Théramène portent le trench-coat de Flic ou Voyou, pourquoi Phèdre et Oenone sont-elles en robes longues atemporelles ?

-        Pour bien montrer qu’elles sont étrangères.

-        Ah ! oui, je n’y avais pas pensé. Mais alors pourquoi Aricie est-elle en pantalon ?

-        Mais Aricie n’est pas une étrangère, elle est athénienne, de la famille des Pallantides, son père a perdu le pouvoir, c’est tout…

-        Question de politique ?

-        Surtout querelles de famille, entre Pallas, et son frère, Egée, le père de Thésée…

-        Je comprends mieux. Mais encore… pourquoi sont-ils tous en beige, brun, gris, couleurs ternes ? Pour peindre la passion, il faut du rouge quelque part…

-        Vous, vous pensez encore aux somptueux costumes de Lacroix, dans la mise en scène d’Anne Delbée ?

-        C’était si beau !

-        Vous avez quelquefois des réactions de midinette !

-        Eh bien, oui ! Mais ne me dites-vous pas toujours que le costume fait le personnage ?

-   Naturellement… D’ailleurs rappelez-vous Strehler qui exigeait de ses comédiens qu’ils soient en costumes et maquillés dès les premières répétitions… Mais nous nous égarons… Aviez-vous d’autres questions ?

-        Oui. Mais sur des détails.

-        Il n’y a pas de « détails ». Au théâtre, « tout fait signe ».

-     Justement, je ne saisis pas bien cette présence du micro où les personnages viennent chuchoter.

-    Les confidences, cher ami, on souligne la convention des secrets, des aveux qu’on révèle…

-    Et pourquoi Théramène a-t-il besoin du micro, pour son récit ? À ce moment-là il s’agit d’informer tout le monde de la mort d’Hippolyte ! Et pourquoi reste-t-il immobile après son long récit ?

-        Mais voyons, il est pétrifié d’horreur, sidéré, statufié… C’est normal après la terreur que le monstre lui a inspirée et son chagrin de la mort du jeune homme qu’il a élevé comme un père.

-        C’est donc pour ça  que Thésée aussi est cloué sur sa chaise ?

-        Inévitablement ! Comment ne pas être anéanti ?

-        Et pourquoi Panope se sert-elle à manger avant de délivrer son message à l’acte I ?

-        C’est une servante, elle a de bas instincts, elle voit la table mise, elle a faim, elle mange, et ça la rassure, parce que apporter « une triste nouvelle », n’est pas de tout repos.

-       Je comprends… Mais pourquoi ajoute-t-elle aussi des didascalies : « Là, Oenone dit », etc.

-        Pour distancier le tragique.

-        Et cette pluie qui tombe à la fin ?

-        Il faut laver le sang, effacer les fautes, c’est une métaphore…

-        Je n’y avais pas pensé. Ah ! Cher ami, heureusement que vous êtes là pour m’expliquer !

 

Photo :© Brigitte Enguérand 

 

 

Phèdre  de Racine

Mise en scène de Michael Marmarinos

Comédie-Française

Du 2 mars au 26 juin

0 825 10 1680


 

Cécile Brune : Panope, femme de la suite de Phèdre

Éric Génovèse : Théramène, gouverneur d’Hippolyte

Clotilde de Bayser : Œnone, nourrice et confidente de Phèdre

Elsa Lepoivre : Phèdre, femme de Thésée, fille de Minos et de Pasiphaé

Pierre Niney : Hippolyte, fils de Thésée et d’Antiope, reine des Amazones (en alternance)

Jennifer Decker : Aricie, princesse du sang royal d’Athènes

Samuel Labarthe : Thésée, fils d’Egée, roi d’Athènes

Benjamin Lavernhe : Hippolyte, fils de Thésée et d’Antiope, reine des Amazones (en alternance)

 

20/02/2013

Drôles de vivants !

 

 

 

On connaît la verve grotesque de Gogol dans Le Revizor (1836), où il brosse un tableau au vitriol d’une société provinciale corrompue avec ses hobereaux vaniteux, ses fonctionnaires vindicatifs et ses moujiks misérables, abrutis par des siècles d’obéissance apeurée.

Quand il écrit Les Âmes mortes, Gogol cultive cette vis comica.

De ce roman dont la deuxième partie demeura inachevée,  Anton Kouznetsov et Laurent Lejop tirent une adaptation théâtrale réjouissante, à la fois récit et jeu avec trois comédiens pour interpréter une quarantaine de personnages.théâtre,théâtre 71,littérature,gogol,kouznetsov

La scène commence avec Hervé Briaux incarnant l’auteur, inconsolable de la mort de Pouchkine, son maître, à qui il voue un véritable culte. Dans le mur du fond une femme chante sur un balcon.  Elle sera la Femme universelle, lui sera l’incarnation de la Russie éternelle avec tous ses propriétaires terriens possesseurs d’esclaves. Puis entre en scène, accompagné d’une musique clownesque, le protagoniste de la fable, Tchitchikov (Laurent Manzoni), un escroc en costume de shantung rouge vif aux reflets sombres.

Tchitchikov a imaginé une arnaque infaillible. Comme le recensement terrien ne se fait que tous les cinq ans, qu’entre les deux  moments où les listes sont enregistrées, des serfs mâles que la loi appellent « âmes » meurent, il suffit à celui qui ne possède pas de terres de racheter, à vil prix, si ce n'est pour rien,  ces « âmes », et de les déclarer « vivants » sur une terre lointaine ou imaginaire pour se dire « propriétaire ». Drôles de vivants que ces « âmes mortes » ! Mais on peut alors demander une hypothèque sur ce domaine et toucher une certaine somme de l’État. 

Prévarication ? Le vilain mot ! Disons que Tchitchikov se débrouille.

Cauteleux avec les puissants, il sait se faire ouvrir toutes les portes, et à coups de flatteries parvient à duper son monde. Défile alors une troupe insensée de propriétaires : l’imbécile prétentieux, la vieille méfiante, le joueur, l’avare, l’ours, et la filouterie manque de peu le succès.

Il paraît que Pouchkine, qui avait soufflé le sujet à Gogol, s’était inspiré d’un fait divers.

Belle mentalité que ces Russes décadents !

Et belle occasion de rire, car la ronde infernale de Tchitchikov avec ses deux protagonistes transformistes ne manque ni de rythme, ni de saveur.

 

 Photo : © Victor Tonelli / artcomart

Les Âmes mortes d’après Gogol

Traduction d’André Markowicz,

mise en scène d’Anton Kouznetsov

jusqu’au 23 février

Théâtre 71 à Malakoff

mardi, vendredi à 20 h 30

mercredi, jeudi, samedi à 19 h 30

www.theatre71.com

01 55 48 91 00