Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2013

Petit théâtre, grande programmation


 

 

 Diderot se bagarre

 

Diderot aurait eu 300 ans cette année, et lui qui écrivait « Lorsque le prêtre favorise une innovation, elle est mauvaise : lorsqu’il s’y oppose, elle est bonne. », n’aurait-il pas pensé que la lutte contre les fanatismes religieux est un éternel combat ?

Pour Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot qui adaptent le la correspondance de Denis Diderot,  il semble bien que « la bagarre » continue. Diderot bagarre  est le titre de l’essai dialogué, qui se donne au Poche-Montparnasse, et vient du Théâtre des Treize Vents de Montpellier.

Pour la publication de sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient, Diderot (Jean-Baptiste Marcenac)vient d’être emprisonné à Vincennes (juillet 1749) et vit très mal son incarcération avant de la mettre à profit pour rédiger la Lettre sur les sourds et muets à l’usage de ceux qui entendent, ouvrage qu’il publiera en 1851, mais anonymement. Pour l’instant, il supplie au nom de la liberté et s’endort… Il est réveillé par un jeune homme qui porte cette lampe qu’on appelle au théâtre : « une servante ».

Régis de Martrin-Donos, qui met en scène, a conçu le spectacle avec un personnage que Diderot ne connaissait pas : « Ainsi l’Éclairagiste viendra éclairer, au sens figuré comme au sens propre, le spectacle. » Trois siècles les séparent et le jeune homme va poser des questions, argumenter à charge afin de permettre au philosophe de s’expliquer et démontrer au public la pertinence des luttes du « siècle des lumières. »

L’échange se passe dans un quadrilatère rouge comme la passion. Deux tabourets le meublent. Et des accessoires modernes : cassette, ampoules, projecteurs, câbles apprennent à Diderot les progrès techniques et le piétinement des idées. Diderot porte une redingote sobre de lin bleu de Prusse, le jeune homme un blouson de jean (costumes Marie Delphin). Les lumières de Frédéric Bellet, et la bande son de Serge Monségu ponctuent les événements qui marquent  la vie de Diderot : 1753 (première interdiction de la censure contre l’Encyclopédie) 1759 (Mort du père de Diderot), 1760 et 1762  (avec Sophie Volland), 1770 (Brouille avec Rousseau), 1772 (Mariage de sa fille Angélique). Les spectateurs  qui entourent le ring assistent, amusés à un vrai match. 

Le débat est vivant, ironique, passionné. Tel qu’en lui-même était Diderot.

 

Et Horovitz aussi…théâtre,théâtre du poche-montparnasse,diderot,israël horovitz

Après le combat des idées, en deuxième partie de soirée, la compagnie des Aléas présente la violence de nos sociétés avec Le Premier d’Israël Horovitz, une pièce qui mêle l’absurde, le grotesque et le tragique.  Nos sociétés sont violentes et Horovitz montre des humains prêts à tout pour être « le premier ». Ici, on ne réfléchit pas, on cogne.

Nous ne saurons jamais pour quel événement Fleming (Pierre-Edouard Bellanca) a passé la nuit dans un sac de couchage, à même le bitume afin d’être le premier, pourquoi Stephen (Simon Fraud) veut cette place, pourquoi Dolan (Pierre Khorsand) essaie de lui chiper, ni pourquoi Arnall (Arnaud Perron), laisse sa femme Molly (Nathalie Bernas ou Léa Marie-Saint Germain) séduire et écarter tous ces mâles de la première place. Une ligne blanche est collée au sol, l’enjeu primordial de tous est de la franchir en premier, comme si leur vie en dépendait.

Les conflits se déchaînent, les vanités  s’enflent. Ils sont prêts à tuer.

Israël Horovitz raconte dans ses Mémoires (Un New-Yorkais à Paris*) que sa pièce, Le Premier, fut créée en 1973, au Poche où elle fut jouée pendant onze ans. « Et ma pièce et moi nous sommes devenus très vite connus en France. Enfin, le théâtre avait beau être grand comme un mouchoir de poche, très vite j’ai gagné assez d’argent pour pouvoir me permettre ce qui allait devenir un aller-retour quasi permanent entre New York et Paris [...]. Après le Théâtre de Poche-Montparnasse, des dizaines et des dizaines de reprises de Le Premier ont eu lieu à Paris, dont les plus inoubliables, celle de la compagnie Hercub, qui l’a joué plus de cinq cents fois »

À cette liste, Israël Horovitz peut ajouter le nom de la Compagnie des Aléas, elle est des plus « frappantes » et on se souviendra d’elle.

*Extrait des Mémoires d’Israël Horovitz Un new-yorkais à Paris d’Israël Horovitz, traduit de l’américain par Cécile Dutheil de la Rochère (Grasset, 2012)

 

***********************************************************************************

 

Diderot bagarre  d’après la correspondance de Denis Diderot,

Adaptation de Régis de Martrin-Donos et Muriel Brot

Poche-Montparnasse du 26 mars au 26 mai à 19 h 30

 

Le Premier  d’Israël Horovitz à 21 h 30

du 28 mars au 11 mai

 

Théâtre de poche-Montparnasse

01 45 44 50 21

formule d’abonnement

et toujours, dans la grande salle : Inventaires  de Philippe Minyana à 19 h

Le Mal court de Jacques Audiberti à 21 h 

www.theatredepoche-montparnasse.com

 

13/04/2013

Qui va payer ?


 

 

 

Qui, dès 1973, parlait de « délocalisation  d’usines », de « chômage »,  de « travailleurs pauvres » « menacés d’expulsion », de subventions détournées vers des « comptes en Suisse » ? Les syndicats ? Les gouvernements ? Non, ils étaient occupés par « les compromis historiques ».

Ce n’était pas un élu ni un économiste.

théâtre,dario fo,théâtre 71,politiqueC’était un saltimbanque : Dario Fo, auteur, acteur, à cette époque écrivait : Non si paga ! Non si paga ! (traduit par Faut pas payer, ou On ne paie pas ! On ne paie pas !) une farce subversive  qui dénonçait déjà ce qui constitue notre sinistre actualité.

Antonia (Brigitte Rosset) et Margherita (Camille Figuereo), femmes de syndicalistes purs et durs, Giovanni (Juan Antonio Crespillo) et Luigi (Mauro Belluci) n’ont plus assez d’argent pour payer le loyer, le gaz et l’électricité. Et voici que les prix, au supermarché ont encore augmenté.

Comment se nourrir ?

Puisque leurs maris sont « sous-payés », les femmes qui venaient s’approvisionner, excédées, répondent qu’elles ne paieront pas !  Antonia est de ces révoltées, « pour une fois, on était toutes ensemble ! ». Elle a donc rempli ses sacs.  Elle demande à Margherita de l’aider à les cacher car Giovanni est un « légaliste » qui veut demeurer « pauvre mais honnête », et elle ne pourra pas lui faire croire qu’il s’agit de « bons d’achats ».

Mais la police perquisitionne, Giovanni rentre plus tôt, et après avoir dissimulé quelques sacs sous le lit, Antonia n’a qu’une solution, cacher celui qui reste sous le manteau de Margherita. Elle sera « enceinte ». Surprise de Giovanni, soupçons du brigadier (François Nadin qui joue le policier, le gendarme, puis le père), panique de Luigi, le mensonge grossit, la démesure enfle, les protagonistes courent, le plateau bascule (Scénographie : Christian Taraborrelli), la société tangue et les spectateurs hurlent de rire.

Tout est gris sur scène, les costumes (Claude Rueger) et le décor métallique, tout s’assombrit (Lumières  : Allegra Bernacchioni) peu à peu quand « le capitalisme croule » sur les travailleurs, les premières victimes. Giovanni et Luigi se retrouvent au chômage. Alors qui va payer ? Qui doit payer ? 

 Dans la version française de Toni Cecchinato et Nicole Colchat, le metteur en scène ajoute une référence au Quatrième Etat, ce tableau de Pelizza de Volpedo, auquel Bernardo  Bertolucci empruntait son image pour Novecento (1900) en 1976. La mise en scène  de Joan Mompart montre ainsi crûment la régression de nos sociétés.Dario Fo, Théâtre, Théâtre 71,

Dario Fo n’hésitait pas à rappeler la peinture de la misère chez Ruzzante, et, dans la commedia dell’ arte,  les terribles faim du Zanni (diminutif de Giovanni) ou d’Arlequin. Ces derniers mangeaient des mouches,  Giovanni et Luigi, qui  ont des vies de chien, finissent par dévorer des boîtes de pâtées pour animaux.

Les femmes trouvent des expédients à défaut de solutions car Dario Fo ne prétend pas résoudre la crise. Il appelle à la réflexion, à la critique, à l’union, contre la passivité, la crédulité, la résignation.

Et si les seuls remèdes étaient la désobéissance civile et le rire ?

 

 

Photo ©Carole Parodi.


On ne paie pas ! On ne paie pas ! de Dario Fo

version française de Toni Cecchinato et Nicole Colchat,

Théâtre 71 jusqu’au 25 avril

01 55 48 91 00

« Autour du spectacle »

Le 20 avril au foyer-bar, à 17 h, lecture d’Histoire du tigre dirigée par François Leclère, avec Gérald Maillet

 

 

 

 

 

 

 

 


08/04/2013

« La liberté de rire »

 

La brèche du mur s'ouvre sur une étrange forêt. Les frondaisons ont perdu leur feuillage et dressent les entrelacs de leurs arceaux blanchis par le sel dans une obliquité inquiétante. théâtre national de toulouse,victor hugo,laurent pellyOn entend des coassements, des trilles, des envolées d’oiseaux (Son de Joan Cambon). En deçà du mur, l’asile protégé par les moines et gardé par la statue d’un « saint décrépit » auréolé d’une lumière intermittente (Lumières : Michel Le Borgne), au-delà, le gibet et un roi injuste. Au lointain, Hugo, proscrit à Guernesey indiquait « la mer ». Le metteur en scène y projette l’écriture de Hugo, « l’homme-océan ». Le décor imaginé par Laurent Pelly pour Mangeront-ils ? de Victor Hugo nous conduit d’emblée dans un univers fantastique qui tient à la fois du conte romantique par les images et de l’esprit voltairien par l’insolence. Sublime et grotesque mêlés, on rit dans Mangeront-ils ? de tout ce qui fait peur, la mort, les puissants et les prêtres.

Une vieille femme « marche péniblement » dans cette forêt pétrifiée, c’est Zineb (Charlotte Clamens), la sorcière centenaire pour laquelle « le moment est venu de mourir. » Car les êtres doués de pouvoirs magiques ne sont pas, chez Hugo, des êtres surnaturels et la sorcière qui a fait sont temps cherche un asile pour retourner à la mère nature. Charlotte Clamens n'a pas peur de « jouer les vieilles »*; elle inspire confiance : « elle est bien mûre ».

Mais pas moyen de mourir tranquille !

Elle soigne, c’est sa vocation, un pigeon ramier blessé porteur d’un message menaçant. À peine est-il guéri et envolé, qu’elle doit fuir le roi (Georges Bigot), ses archers, son flûtiste : Mess Tityrus (Philippe Bérodot), chargé de « mettre en musique le règne » de cette altesse. Ils sont à la recherche de Lady Janet (Charlotte Dumartheray) dont le roi est amoureux et qui lui a préféré Lord Slada (Cédric Leproust). Les deux amants ont convolé en justes noces pour se réfugier dans le couvent dont l’enceinte est sacrée, mais le mur écroulé. Le roi veut la faire « veuve ». Le roi et son complice pensent que ce sera facile puisque du côté de l’asile « pas de sources », et des fruits vénéneux. Le sacré affame, le roi tue. « Mourir ensemble » serait la solution.

Mais c’était sans compter sur Aïrolo (Jérôme Pouly), théâtre national de toulouse,victor hugo,laurent pellyle « vagabond », le « passant », le « voleur », « un clown familier des forêts ». En allant chercher quelque nourriture aux amants, Aïrolo sauve Zineb du bûcher, laquelle s’acquitte de sa dette en lui offrant un talisman, et en faisant croire au roi superstitieux que la durée de sa vie dépend de celle du voleur. Le roi fait donc grâce au voleur, et dans un dernier accès de despotisme ordonne qu’on pende à sa place, Le Connétable (Rémi Gibier).

Les rois n’ont pas le beau rôle chez le Hugo. Et celui-ci ne dépareille pas la collection de cyniques et suborneurs que nous connaissons. Georges Bigot lui donne la froideur méchante et les colères d'un enfant gâté. 

Mais si dans Le Roi s’amuse, François Ier se jouait du bouffon, le roi de Man, ici, va trouver son maître dans Aïrolo (Jérôme Pouly), un « bon diable »,  qui a « la liberté de rire au fond des bois ». Le comédien donne à son personnage cette joyeuse truculence presque rabelaisienne, qu'on s'étonne de trouver chez un romantique. On sait comment Hugo réunit théâtralement « le roi et le bouffon »[1]. Ici, le plus bouffon des deux, n’est pas Aïrolo, ce roi carnavalesque, qui prend réellement le pouvoir et l’ôte au tyran légitime :

                       « L’on prend toujours au mot un roi qui part. »

Cependant,  il ne le garde pas, il le donne à Janet et Slada  que le roi affamait. Cédric Leproust incarne avec justesse ce "grand garçon pâle et doux", qui s'incline devant une jeune fille fragile et déterminée : Charlotte Dumartheray. Ils sont charmants, ces deux-là et on comprend la détermination d'Aïrolo à les sauver, même en réfrénant ses pulsions.

Il sait qu’ils sont « deux anges », mais aussi « deux estomacs » et que « Aimer est bon, manger est doux ». Alors, il les invite. « Mangez ! », « Buvez ! » ordonne-t-il aux amants, et ce nouveau Jésus, leur offre un trône avec comme seul commandement : « Souvenez-vous que vous avez eu faim. »

Laurent Pelly, qui s’occupe aussi des costumes, joue avec les couleurs de la terre pour les gueux dépenaillés, les proscrits (Janet et Slada) sont en noir. Le roi de Man est vêtu d'un blanc immaculé et immérité, son thuriféraire aussi. Philippe Bérodot est épatant dans son rôle de flatteur intéressé et hypocrite. Quand le roi abdique, Tityrus disparaît, juste le temps de se mettre à l’unisson avec le nouveau monarque. Puis le courtisan reparaît, il a prestement enfilé une tenue adéquate. On appelle ça « retourner sa veste ». Tityrus a retourné les bas, les chausses et le pourpoint. Il est aussi en noir ! 

Et Aïrolo ? Toujours dépenaillé, mais heureux, il aime trop sa liberté !  « Gentilhomme des bois et chambellan des loups », peut-être veillera-t-il de loin, lui qui a convoqué le peuple, c’est-à-dire, le public auquel il s’adresse.

Et les vivats montent vers la scène ! Même s’ils sont enregistrés, ce sont les nôtres puisqu’ils précèdent de peu nos applaudissements, bien réels et amplement justifiés.

 

 

photos © Polo Garat-Odessa. 

 

Mangeront-ils ?  de  Victor Hugo

 Mise en scène, décors et costumes de Laurent Pelly

Théâtre National de Toulouse jusqu’au 20 avril

05 34 45 05 05

www.tnt-cite.com

 

Au foyer du Théâtre on peut admirer une exposition de dessins de Victor Hugo : Portraits et Paysages.


Tournée :

14 mai-2 juin, théâtre de Carouge, Genève

12-15 juin, théâtre de La Criée, à Marseille

 

 * « jouer les vieilles », souvenir de la réflexion de Rachel qui avait refusé le rôle de Guanhumara dans Les Burgraves, parce que, avait-elle dit : « Cela vieillit de  jouer les vieilles ».

 

 

 



[1]- Ubersfeld Anne, Le Roi et le Bouffon, étude sur le Théâtre de Victor Hugo, chez José Corti, 1974, 2002.