Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2017

Valjean

 

 

Théâtre, Avignon off, Victor Hugo, Christophe DelessartVictor Hugo nous est cher et nous ne manquons jamais de vous signaler les meilleures créations de ses œuvres.

Le roman Les Misérables a suscité de multiples adaptations pour l’écran et la scène.

Une des plus réussies est sans doute ce Valjean Christophe Delessart, seul en scène, interprète la confession du réprouvé. Il est impressionnant.

Cosette vient de se marier et Jean Valjean, (alias Madeleine, alias Fauchelevent), écrit à Marius pour lui expliquer comment l’injustice de la société avait fait de lui un damné, et comment la bienveillance d’un homme l’a conduit à la rédemption.Théâtre, Avignon off, Victor Hugo, Christophe Delessart

Le texte, tiré de l’œuvre de Hugo, est admirablement structuré. L’essentiel est dit, l’émotion préservée. Elsa Saladin signe une mise en scène sobre et sensible, tout en retenue et contrastes.

Valjean sera à Avignon et ce serait injuste de ne pas aller assister à ce spectacle bouleversant.

Les amis de Victor Hugo vous le recommandent.

 

Valjean de et par Christophe Delessart, d’après Les Misérables de Victor Hugo,

Théâtre Pixel Avignon

Du 7 au 30 juillet à 11 h 10

18, rue Guillaume Puy

07 82 04 88 01

05/09/2016

Balade hugolienne

 

 

théâtre,littérature,victor hugo,julien rochefort,sylvie blotnikasJulien Rochefort aime Victor Hugo. Il a choisi de le faire découvrir, avec le Voyage aux Pyrénées, celui de 1843, qui, commence le 20 juillet sur un ton primesautier, et s’interrompt brutalement à Rochefort, le 8 septembre, à la lecture du Siècle, qui relate la mort de Léopoldine.

Le « voyage » est un genre très en vogue depuis que Chateaubriand a relaté les siens. Charles Nodier et le baron Taylor en ont fait une Tradition. Le narrateur feint de s’adresser à des correspondants et leur communique ses « Impressions » comme Théophile Gautier, ses « Notes »  comme Prosper Mérimée, ses « Souvenirs » comme Alexandre Dumas. En 1842, Victor Hugo a publié les siens avec succès, dans le Rhin. En 1843, il s’échappe de Paris, de sa famille, comme tous les ans (ou presque) avec Juliette Drouet, et s’il n’en parle jamais, on sait, par le journal de cette dernière, comment il apprend le drame de Villequier.

Sylvie Blotnikas adapte et met en scène Pyrénées ou le voyage de l’été 1843. Julien Rochefort est le narrateur. Sans décor, sans accessoire, le comédien évolue sur un plateau nu. Il donne au texte de Hugo ce ton est enjoué, malicieux, aimable et souvent gentiment moqueur avec les compagnons de voyage, et les gens qu’il rencontre.

On regrette de ne pas retrouver, dans l’épisode des baigneuses de Biarritz, l’apparition de la baigneuse qui chante « Gastibelza l’homme à la carabine », et dans celui de Pasages, la surprenante rencontre avec les bateleuses. Et, puisque l’adaptation conserve avec intelligence l’invention de Hugo qui tente de voyager incognito, de Bordeaux à Bayonne, pourquoi ne pas garder celle de Cauterets où il se fait inscrire aux thermes sous le nom de Michel ou Michelet ou Michelot, un homme qui tient « si peu à son nom » ?

Mais nos réticences sont bien minces devant le bonheur d’entendre cette prose superbe, aux accents de « prémonition proustienne » (Claude Gély).

Le voyage aux Pyrénées, conçu pour aller prendre les eaux à Cauterets, serpente sur les routes de France,  s’égare sur les chemins d’Espagne. On  y croise des paysans et des bourgeois,  de jolis femmes et des caractères singuliers. L'auteur nous parle de l'actualité, de l'Histoire, et analyse le travail de la mémoire, les rapports au paysage, aux objets, aux sons. 

Sylvie Blotnikas et Julien Rochefort nous offrent là une balade hugolienne pleine de charme et de délicatesse.    

 

 

 

 

Photo : © Fabienne Rappeneau.

 

Pyrénées ou le voyage de l’été 1843 de Victor Hugo

Adaptation et mise en scène de Sylvie Blotnikas

Théâtre du Lucernaire

Jusqu’au 8 octobre

Du mardi au samedi à 19 h

 

22/03/2016

être aimé

 

Vous vous souvenez de Marie Tudor, ce drame de Victor Hugo ?

théâtre,romantisme,victor hugo,pierre-françois kettlerLa reine Marie (Aude Kerivel) a un amant, un certain Fabiano Fabiani (Ludovic Coquin), un aventurier, un apatride, un tyran que les nobles anglais (Laurent Uo, Frank Delage , Rémi Picard, Alfred Luciani) et le peuple haïssent et que Simon Renard (Frédéric Morel), émissaire du roi d’Espagne, veut détruire.

Or ledit Fabiani a séduit une jeune fille, Jane (Marie Hasse), fiancée à Gilbert (Pierre-François Kettler) le ciseleur. Le suborneur s’en vante. Le piège se referme sur lui.

Pierre-François Kettler met en scène Marie Tudor avec une grande finesse. Pas d’autre décor que le lieu sombre, cette salle du Nord-ouest où les différents niveaux de l’espace scénique graduent d’eux-mêmes les effets, où les portes des placards jouent les cachots, la descente d’escalier et le puits d’aération ménagent des passages secrets. Pour accessoires, un banc, une bourse et un poignard, des costumes stylisés, où le noir et le blanc s’opposent. Seule la reine porte une couleur, le rouge évidemment. Les comédiens, parfaitement distribués donnent au drame toutes ses nuances.

Magnifique est le duo-duel que celui qui oppose Jane et Marie ! Ardentes, angoissées, amoureuses, les deux comédiennes sont superbes. Et comme le grotesque et sublime se mêlent avec brio dans le rôle de Joshua (David Malet) !

Hugo parle de politique et d’amour. Et sa parole résonne encore avec justesse.

Jusqu’où peut-on mépriser  le peuple ? Comment justifier l’arbitraire ? Jusqu’où peut-on aimer ? Jusqu’au sacrifice selon Gilbert, jusqu’au crime selon Marie la sanglante. Mais surtout peut-on vivre sans amour ?

Pour Gilbert la clé du bonheur, c'est d'"être aimé". Et pour vous ?

 

  

 

Marie Tudor de Victor Hugo

Mise en scène Pierre-François Kettler

Théâtre du Nord-Ouest

 

Du 23/03/2016 au 03/04/2016

Mercredi à 20 h 45, samedi et dimanche à 17h

Réservation : 01.47.70.32.75