Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2016

Un duo délirant

 

  

Théâtre, Théâtre Montparnasse, François BerléandTous les auteurs dramatiques vous le diront. Le plus difficile n’est pas d’écrire une pièce, le plus dur est de la faire jouer.

- Vous avez une tête d’affiche ? demande le directeur de théâtre. Car pour lui, pas de scène possible, si la distribution ne comprend pas au moins un(e) ou comédien(ne) une «tête d'affiche»,  « bankable », comme on dit maintenant.

Et le pauvre auteur dramatique d’attendre que le comédien pressenti daigne lire son manuscrit, ou que son agent accepte de lui transmettre.

- Vous avez la production ? demande la vedette.

Et ce jeu de bonneteau peut durer des mois, voire des années.

Pas étonnant que le jeune auteur qui s’ « appelle Vincent » (Sébastien Castro), use d’une autre tactique avec le comédien qu’il a choisi pour interpréter son personnage principal, François B., c’est-à-dire François Berléand, qui jouait Dom Juan et n’avait pas encore lu la pièce qu’il lui avait envoyée six mois auparavant.

Le comédien se trouve « aspiré » dans « l’univers fictionnel » de l’auteur et non seulement ne peut plus en sortir, mais il est rejoint par les personnages nés de la transposition du réel dans cet autre monde. Sont ainsi « aspirés » sa femme (Constance Dollé), et l’employée de maison (Inès Valarché).

Clément Gayet est l’auteur de Moi, moi et François B., un cauchemar kafkaïen, dans lequel les comédiens se heurtent aux « terrifiants pépins » (comme aurait dit Prévert) d’une réalité transposée.

Le metteur en scène, Stéphane Hillel, installe une perpétuelle inquiétude. Le décor d’Edouard Laug est judicieusement menaçant, les lumières de Laurent Béal en soulignent l’étrangeté et la musique de François Peyronny renforce l’angoisse.

Si François Berléand passe de fichus quarts d’heure, le public se laisse embarquer dans un fantastique très humoristique et suit allègrement les comédiens. François Berléand forme avec Sébastien Castro un duo délirant.

Le hiatus entre fiction et réalité semble hanter les dramaturges, cette saison, puisque Arnaud Denis dans Le Personnage désincarné, et Alexis Michalik dans Edmond jouent également sur ce thème et sur ses variations.

Est-ce à dire que notre époque confondrait les chimères et les certitudes ? Prendrions-nous les vessies pour des lanternes ?

 

 

 

 

 

                                              

 

 

 

 

 

 

 

Moi, moi et François B… de Clément Gayet

Théâtre Montparnasse

01 43 22 77 74

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi : 21h


Samedi : 17h30
 Dimanche : 15h30

 

 

 

13/10/2016

Drôle de chameau !

 

 

 

 

Théâtre, théâtre de l'Atelier, Murielle Magellan« Au théâtre, la scène est le lieu des conflits » répétait Anne Ubersfeld dans ses cours sur la dramaturgie. L’Éveil du chameau de Murielle Magellan en est une brillante démonstration puisque la pièce met face à face deux êtres que tout oppose.

Lui, Mickaël (Pascal Elbé), mâle jouisseur et cyniquement prédateur, a toujours refusé la responsabilité de la paternité, et au nom de ce seul principe ne s’est jamais occupé de son fils, Simon. Alors, quand Maryse (Barbara Schulz), bardée de principes, petite bourgeoise un peu guindée, débarque, il ne veut rien entendre des raisons qui la conduisent à réclamer son intervention. Que son fils Simon ait abandonné Claire, la fille de Maryse, peu lui importe ! Que Claire attende un enfant de Simon, ce n’est pas son affaire ! Et que Maryse le traite de « chameau », quand il attendait plutôt le mot « salaud », il s’en moque !

Et ce ne sont pas les conseils ou le remarques de son assistante (Valérie Decobert) qui vont changer son attitude.Théâtre, théâtre de l'Atelier, Murielle Magellan

Mais Maryse est déterminée, et tenace, du genre à rentrer par la fenêtre quand on la met à la porte, alors peu à peu, le drôle de chameau s’apprivoise… Mais Mickaël est séduisant, et Maryse découvre la puissance du désir… Ses sens s’éveillent chez elle, tandis que chez lui, ce sont les sentiments…

Nous n’en dirons pas plus…

Tout paraît sage dans la mise en scène d’Anouche Setbon, dans le décor et les costumes d’Orua Puppo, mais les lumières de Patrick Clitus, la musique de Michel Winogradoff, soulignent les étapes des personnages.

Barbara Schulz froide Maryse, mère douloureuse et appliquée devient sensuelle, Pascal Elbé hautain et railleur sent vibrer la compassion paternelle, Valérie Decobert, souriante et soumise se révolte.

Chaque réplique aiguise l’épée de l’autre, et il faut voir ce duel passionnel.

 

 

Photo : © Chantal Depagne Palazon

 

 

L’ Éveil du chameau de Murielle Magellan

Théâtre de l’Atelier

Du mardi au samedi à 19 h

Samedi à 16 h 30

Tel : 01 46 06 49 24

 

Le texte est édité dans une nouvelle collection "les quinquets de Dacres" aux éditions Dacres

 

 

09/10/2016

Profitez du provisoire !

 

 

Théâtre, Théâtre du Rond-Point, Music-hall, François MorelSi vous êtes de ceux qui, comme moi, ne manquez jamais sa chronique sur France Inter le vendredi matin à 8 h 56, courez vite au théâtre du Rond-Point ! Il y chante des chansons souvent ironiques, mais toujours tendres, avec des musiciens épatants. Antoine Sahler, pianiste est aussi au clavier et trompette, Sophie Allour, saxophone, flûte et clavier, en alternance avec Lisa Cat-Berro ou Tullia Morand. Muriel Gastebois est à la batterie, vibraphone et percussions, Amos Mah joue du violoncelle, de la contrebasse ou de la guitare !

Que de talents réunis pour une soirée que l’amie Juliette a mise en scène.

Chaque chanson raconte une histoire, un moment de la vie, un rêve inassouvi, des désillusions, et de l’espoir toujours recommencé.

Il rend hommage aux grands du music-hall, Montand que le pianiste lui interdit d’imiter, Brel qui s’impose et Trenet qui s’invite. Mais il y a aussi dans la musette de François Morel des inspirations tragiques qui rappellent Jean-Claude Grumberg l’inconsolable, des réflexions pareilles à celles de Francis Blanche l’iconoclaste, et du velouté de crooner dans des accents à la Serge Lama.

La vie est courte et… provisoire, profitez de ses bons moments quand ils se présentent, François Morel vous les offre.

 

 

 

La Vie (titre provisoire)

Un concert de François Morel et Antoine Sahler

Mise en scène de Juliette

Jusqu’au 6 novembre, 21 h

Théâtre du Rond-Point

01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr