Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2017

Griefs sur canapé

 

  

Théâtre du Rond-Point, Yasmina Reza, Emmanuelle Devos, Josiane StoléruQuoi que la vie vous réserve, il faut toujours « faire bonne figure » disaient les anciens. Les personnages de Yasmina Reza tentent de suivre ce principe, mais n’y réussissent guère. Il arrive forcément, un moment où le vernis craque, les masques tombent, et où les vraies natures se révèlent. C’est le propre du conflit dramatique et Yasmina Reza y excelle.

Dans Bella Figura, sa nouvelle pièce, Boris (Louis-Do de Lencquesaing), emmène sa maîtresse Andrea (Emmanuelle Devos) dîner et plus si elle est complaisante. La discussion s’engage sur le parking, car Andrea ratiocine sur le choix du restaurant, elle digère mal qu’il ait été recommandé par la légitime. Boris, qui est « au bord du dépôt de bilan », souhaiterait qu’elle soit plus attentionnée. Et comme il manœuvre sa voiture, il renverse une dame, Yvonne (Josiane Stoléru) qui, - ô comme le monde est petit en province ! – se trouve être la belle-mère de Françoise (Camille Japy), la meilleure amie de sa femme… Yvonne n’a rien, heureusement, et son fils, Éric (Micha Lescot), les invite à prendre un verre, les voici tous réunis à papoter et prendre le champagne sur la terrasse du lieu. 

C'est l'anniversaire d'Yvonne qui  s’enfonce de plus en plus dans le canapé, cherche compulsivement son sac et son calepin. Yvonne gâtouille un peu, c’est de son âge. Elle trouve Andréa, préparatrice en pharmacie, sympathique et peut se livrer, comme beaucoup de vieilles dames, au plaisir de l’évaluation des médicaments. Éric donne des conseils juridiques à Boris, et Françoise s’interroge. Elle ne pourra pas « ne pas en parler à Patricia. » Andrea s‘incruste, lâche des vérités pas bonne à dire. Boris se fâche. Et Éric si nonchalant, si courtois, s'indigne. 

Plus question de faire bonne figure, les relations s’enveniment, les tensions s’exacerbent, les griefs explosent, la soirée est gâchée. Nous suivons les protagonistes du parking au restaurant et jusque dans les lavabos, grâce aux décors astucieux de Jacques Gabel, et aux lumières de Roberto Venturi. 

Yasmina Reza égratigne le couple et les bourgeois. On rit de la paille qu’ils ont dans l’œil. On est bien content de ne pas leur ressembler.

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Bella Figura de Yasmina Reza, mise en scène de l’auteur

Jusqu’au 31 décembre à 21 h

Théâtre du Rond-Point

01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

 

 

13/09/2017

 Vaincre ses préjugés

 

 

 

danse, Théâtre du Rond-Point, Hillel KoganHillel Kogan est en scène, en équilibre, immobile dans un rond de lumière (lumières Amir Castro). Puis lentement il vient vers nous et la lumière monte et s’élargit. Il nous explique qu’il « aimerait partager » avec nous les questions qu’il se « pose dans son processus de création ». L’élocution est hésitante, il ne termine pas ses phrases, semble chercher les mots qu’il remplace par des gestes. Il théorise les rapports de la danse et du sol et montre « comment l’espace se laisse pénétrer par le corps ». La plateau est vide mais il affirme que l’espace est arabe ». Il est israélien, il est  « de gauche. »

Et voici que se présente Adi Boutrous. – « C’est arabe ? » - « Oui » répond sobrement Adi qui sera son partenaire dans le travail de création. « Moi je suis dans le rôle du juif. » dit Hillel. Comment montrer clairement l’identité ? L’étoile juive et le croissant ? Et tant pis si Adi est chrétien.

Ils vont danser, pour montrer « l’unisson du mouvement », prouver qu’ils sont deux artistes et qu’importent les religions, les nations et les races ! Adi est un taiseux. Hillel est devenu volubile. Il cherche les figures, les explique, ratiocine à l’envi. Adi exécute, mutique, le regard ironique. Le summum est atteint quand Hillel présente le « houmous », cette purée de pois chiches très orientale, comme « un lien sacré. »danse, Théâtre du Rond-Point, Hillel Kogan

Mais enfin Hillel abandonne ses préjugés. Ils dansent, dans une symétrie parfaite, une fluidité harmonieuse où s’enchaînent les glissades, les déroulés-enroulés-développés, les balancés, les équilibres et les portés.

La danse semble alors élaborer une coexistence pacifique et abolir les murs des frontières ? Il a été créé en 2013 à Tel Aviv, et depuis, il tourne.

Hillel Kogan serait-il cet artiste universel dont nous rêvons tous ?

 

Photo : © Gadi Dagon

 

We love Arabs texte et chorégraphie de Hillel Kogan

Théâtre du Rond-Point

Jusqu’au 8 octobre à 18 h 30

01 44 95 98 21

Ensuite tournée internationale jusqu’au 28 juin 2018

En Australie, en Belgique, mais aussi en Touraine, en Anjou, en Vendée, en Poitou… Renseignez-vous.

www.theatredurondpoint.fr

 

 

20/03/2017

Funeste monothéisme ?

 

 

 

Théâtre, théâtre du Rond-Point, Rachida BrakniLes murs crépis sont gris clair, les ouvertures béantes, on devine quelque ruine ou un sous-sol labyrinthique (scénographie de Nicolas Marie). Elle (Rachida Brakni) s'avance dans ce dédale, vêtue de gris foncé, silhouette fragile, telle la victime annoncée d’un minotaure impitoyable.

Elle est seule, mais prête sa voix à trois femmes différentes. La Palestinienne qui veut mourir en martyre, l’Israélienne pacifique et désenchantée, l’Américaine venue de ses États-Unis pour pacifier les conflits entre les deux peuples frères, ennemis depuis deux millénaires.

Je crois en un seul dieu de Stefano Massini, est la lente progression vers la mort de ces trois femmes que le destin va réunir le 29 mars 2002, à Tel Aviv.

Mais est-ce vraiment au nom de Dieu qu’elles meurent ? Le funeste monothéisme ne cache-t-il pas de cruelles visées politiques ?

Poignante et pudique Rachida Brakni donne corps à ces trois femmes et le poids du destin étreint le spectateur. La comédienne est superbe et terrible. Le metteur en scène, Arnaud Meunier, réussit le pari de nous faire accepter son défi.

Une et divisible, la femme sacrifiée n’a pas de frontières.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je crois en un seul dieu de Stefano Massini

Traduction d’Olivier Favier et Federica Martucci

Mise en scène d’Arnaud Meunier

Théâtre du Rond-Point

01 44 95 98 21