Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2015

Rostand a du génie

théâtre,théâtre 14,cyrano,edmond rostand,benoit solès,henri lazarini

Monter Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand avec sa vingtaine de rôles et ses figurants,  suppose une troupe nombreuse. Et comme, de plus, il y a un changement de décor à chaque acte, avec un théâtre dans le théâtre à l’acte I, une pâtisserie en ordre de marche au II, une maison avec balcon au III, un bivouac avec des mousquets, des canons, un carrosse qui entre en scène au IV, un cloître avec jardin au V, des costumes en abondance, des accessoires en nombre, la représentation exige des moyens que seuls les grands théâtre nationaux peuvent encore apporter. Et pourtant…théâtre,théâtre 14,cyrano,edmond rostand,benoit solès,henri lazarini

Henri Lazarini vient de signer une mise en scène sobre et dynamique, colorée et romantique sans balcon, sans carrosse, avec treize comédiens, et le jeune public qui vient en rangs serrés écouter du Rostand, en reste muet d’admiration. Et nous, qui affichons volontiers des mines blasées, nous partageons son émotion !

D’où vient que depuis sa création en 1897, le triomphe de Cyrano de Bergerac ne s’est jamais démenti ? De son héroïsme revendiqué à l’heure des compromissions ? De sa curiosité scientifique ? De sa verve poétique et sa « burlesque audace »[1]? De son ironie cinglante envers les gens en place ?  On a eu beau nous expliquer que ce bretteur intrépide était un homosexuel notoire[2], on préfère qu’il soit l’amoureux platonique de Roxane. On nous a dit que ses bravades ont un côté cocardier démodé et franchouillard. Mais on l’aime comme aurait dû l’aimer Roxane…

théâtre,théâtre 14,cyrano,edmond rostand,benoit solès,henri lazariniHenri Lazarini choisit de le montrer d’abord en Rostand lui-même (Benoit Solès), devenant Cyrano au fil de sa plume. Tel Ferruccio Soleri[3] faisant glisser le masque  d’Arlequin, de son front à son nez, il entre alors en scène pour interdire Montfleury (Michel Baladi). Et la machine théâtrale est lancée pour deux heures de prouesses. Benoit Solès est magnifique. Fougueux devant les périls, stoïque devant un Christian effronté (Vladimir Perrin), pudique devant une adorable Roxane (Clara Huet), il est éblouissant. L’apogée de son interprétation sera sans doute ce dernier acte crépusculaire, où il retrouve, quinze ans après le siège d’Arras, une Roxane douloureuse, corsetée dans son deuil, bouleversante Geneviève Casile qui joua ce rôle au Français aux côtés de Jean Piat. Sublime idée que de montrer ainsi le passage du temps et d'évoquer le vers de Rosemonde Gérard, l'épouse-amante  de Rostand  qui se demande si l'amour durera encore : « Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs. »

théâtre,théâtre 14,cyrano,edmond rostand,benoit solès,henri lazariniEt les autres comédiens ? Vladimir Perrrin (Christian) est charmant comme il se doit. Michel Melki donne un Ragueneau sensible et attentionné. Émeric Marchand joue un Le Bret fraternel, Emmanuel Dechartre, un Comte de Guiche rageur et blessant, Jean-Jacques Cordival, le capucin naïf qui marie Roxane et Christian. Puis viennent ceux qui jouent de multiples rôles, Lydia Nicaud (ou Christine Corteggiano), en duègne, puis Mère marguerite, Anne-Sophie Liban, la coquette Lise qui devient Sœur Marthe au dernier acte,  Julien Noïn, et Pierre-Thomas Jourdan, marquis, cadest, pâtissiers ou poètes, tous impeccables, le ton juste.

théâtre,théâtre 14,cyrano,edmond rostand,benoit solès,henri lazariniLa scénographie de Pierre Gilles dresse au proscenium deux espaces mémoriels : une loge de théâtre, à cour, et à jardin, le cabinet de travail de Rostand avec une photographie de Sarah Bernhardt, et un plan du Voyage dans la lune de Méliès qui servira d’illustration au récit de Cyrano à l’acte III. Peu d’accessoires et Cyrano se bat sans épée ! Il n’y a pas de balcon non plus mais cependant tout fonctionne, le spectateur est pris, subjugué, ému aux larmes.

Il y a dans le rouge des costumes de Roxane et des petits marquis, la provocation de la préciosité, dans ceux des cadets une réminiscence des bicolores signés Léon Gischia, et c’est peut-être aussi pour ces souvenirs-là qu’on a envie de dire : « Rostand a du génie et Christian était beau ».

 

Photos © LOT

 

Cyrano de Bergerac  d’Edmond Rostand

Jusqu’au 4 juillet

Théâtre 14

01 45 45 49 77



[1]- Boileau Nicolas, Art poétique, IV.

[2]- Dans le Banquet d’Auteuil de Jean-Marie Besset.

[3]- Acteur du Piccolo Teatro de Milan, il joua Arlequin serviteur de deux maîtres  de Goldoni sous la direction de  Giorgio Strehler.

 

18/05/2015

Fête du livre à Bougival

 

 

théâtre,livre,hugo,tourguéniev,strindbergCe ne fut pas « un mois à la campagne », comme dans l’œuvre d’Ivan Tourguéniev, ce fut un simple dimanche à la campagne… mais « chez » Tourguéniev, je veux dire dans sa datcha à Bougival où il mourut le 3 septembre 1883.

L’association des amis d’Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot et Maria Malibran, accueillait les amis de Victor Hugo et ceux d’Auguste Strindberg pour une « fête du livre ».

Le soleil invita les participants  à  faire les premières lectures dans le parc.théâtre,livre,hugo,tourguéniev,strindberg

Pour Hugo et Strindberg, associés cette année dans le « festival Hugo et égaux », Fabienne Vette, donna la réplique à Pierre-François Lamiraud dans une scène de Ruy Blas  et de Mademoiselle Julie[1]. Puis, Antoine Goumy, spécialiste de Strindberg, présenta sa Princesse au petit pois d’après Andersen, adaptation qui fit un tel triomphe au Studio de la Comédie-Française la saison passée que le spectacle est repris du 29 mai au 28 juin cette année ! théâtre,livre,hugo,tourguéniev,strindbergEt Pierre-François Kettler rejoignit Fabienne Vette et Pierre-François Lamiraud pour présenter une famille royale danoise béatement « heureuse »…

Le trio s’empara ensuite des textes de Danièle Gasiglia-Laster, Victor Hugo et George Sand / Et s’ils s’étaient rencontrés et Répétitions mouvementées, pour une goûteuse interprétation à laquelle Arnaud Laster et l’auteur furent associés.

Puis ce fut un extrait des Deux trouvailles de Gallus du Théâtre en liberté dont Arnaud Laster avait dirigé l’édition. Fabienne fut une Lison mélancolique, « charmante fille » partagée entre Harou (Pierre-François Lamiraud) paysan balourd et vaniteux et Gallus (Pierre-François Kettler) charmant tentateur.

Arnaud Laster retrouva les trois comédiens pour donner une scène dynamique de ma pièce Ce héros au sourire si doux. Il composa un Louis Hugo débonnaire face à un Léopold furieux (Pierre-François Kettler) et un Abel naïf  (Pierre-François Lamiraud). Jamais je ne fus si bien servie !

Et nos pétulants comédiens donnèrent en une scène d’Hernani, et d’une de ses parodies, pour illustrer le livre de Sylvie Vielledent 1830 aux théâtres.[2] Un régal…

La seconde partie du programme se déroula dans le cabinet de travail de Tourguéniev. théâtre,livre,hugo,tourguéniev,strindbergBoiseries bien cirées et atmosphère studieuse…

Alexandre Zviguilsky qui préside aux destinées du Musée, y présenta ses Cahiers Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot, Maria Malibran n°7 (« Tourguéniev et l’Europe ») et n°9 (au sommaire : une lettre inédite de Tourguéniev à Victor Hugo, « Le Théâtre de Tourguéniev » par André Maurois et des documents de Camille Saint-Saëns), pour Un mois à la campagne de Tourguéniev et pour l’édition de luxe de Tourguéniev et Maria Savina.

Valérie Jeannet, lut quelques pages du roman historique Des écrivains russes dans la tourmente des années 1880 / Tourguéniev, Dostoïevski, Tolstoï de Jean de Boissel Des écrivains russes dans la tourmente des années 1880 / Tourguéniev, Dostoïevski, Tolstoï.[3]

théâtre,livre,hugo,tourguéniev,strindbergAprès l’intervention de Michael Paraire pour l’influence de Tourguéniev sur le théâtre d’Albert Camus, Olga Gortchanina éclaira sa thèse L’Identité culturelle d’Ivan Tourguéniev d’une scène de Un mois à la campagne dans laquelle  Anna Zviguilsky lui donna la réplique.théâtre,livre,hugo,tourguéniev,strindberg

Et enfin Marc Zviguilsky présenta sa pièce Le Chant des Frênes[4]écrite avec Catherine Fantou-Gournay. Il en lut une scène avec deux comédiens sensibles : Antoine Campo et Valérie Jeannet.théâtre,livre,hugo,tourguéniev,strindberg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On se retrouvera, promis, l’année prochaine encore pour de belles lectures. Vous y viendrez certainement. On vous préviendra.

 

 

 

Musée Tourguéniev, 16, rue Ivan Tourguéniev, Bougival.

Bougival (Yvelines), Musée européen Ivan Tourgueniev, 16 rue Ivan Tourgueniev (En métro : ligne N°1 jusqu’à « La Grande Arche-La Défense » puis Gare routière prendre le bus 258 – direction St Germain – arrêt « La Chaussée-Musée Tourguéniev« ).

www.tourgueniev.fr

http://victor-hugo.org

 

 



[1]- Traduction d’Elena Balzamo (Avant-Scène Théâtre N°986)

[2]- éditions Champion.

[3] - éditions L’Harmattan.

[4]- éditions Bookelis

10/05/2015

Les murs magiques

  

théâtre du rond-point,aurélia et victoria thierrée,fantastique poétiqueElle (Aurélia Thierrée) est perdue dans ses cartons. Elle doit partir, quitter les lieux où s’entassent des souvenirs encore vivants. Trier ? Choisir ? Jeter ? Elle en est incapable, et ralentit les deux hommes (Antonin Morel et Jaime Martinez) qui gèrent ce déménagement. Et les objets eux-mêmes désobéissent. L’escabeau s’enfuit. Les cartons décampent…

Alors, commence, pour la sans logis, une errance nocturne entre des immeubles branlants, des passages mystérieux, des escaliers sans marches, des places désertes où la guettent des êtres masqués. Elle grimpe le long des façades, elle s’échappe, elle revient dans un « recommencement continuel. »théâtre du rond-point,aurélia et victoria thierrée,fantastique poétique

Danseuse et comédienne, elle poursuit sa quête  dans un univers onirique. « J’aime et revendique ne pas être foncièrement définissable. J’aime le flou de ma situation, parce qu’il me permet plus de flexibilité, plus de liberté. D’ailleurs, je ne reconnais pas toujours celle qui entre sur scène de soir en soir » dit-elle.

Et, des flots de plastique translucide surgissent des monstres pleins de tendresse, des silhouettes inquiétantes, des personnages prodigieux, des choses sensibles. Tous glissent, disparaissent, refluent. Tout bouge, tout se transforme, tout s’éclaire, puis s’obscurcit. Les murs sont magiques, la table surnaturelle, le lit ensorcelé, la cheminée enchantée.

La sensation singulière du rêve éveillé plonge le spectateur dans un monde surréaliste, un fantastique poétique proche de celui de Prévert et Carné, à moins qu’il ne s’agisse de celui de… Chaplin.

Nous vous recommandons ce voyage féérique…

 

 

Photos : © Richard Haugton

 

Murmure des murs conception et mise en scène de Victoria Thiérée-Chaplin

Jusqu’au 23 mai, 21h

Théâtre du Rond-point

01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr