Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2015

Tous coupables ?

 

 

L’univers de Dea Loher est sombre. On y crève de solitude et de désespoir. Dans la petite ville portuaire où se situe l’action d’Innocence, on trouve peu de travail, on s’entasse à trois dans une seule pièce, on se suicide beaucoup, on erre sur les quais.

Théâtre, comédie-françaisse, dea loherIls se voudraient tous innocents, mais ils se sentent tous vaguement coupables. Frau Haberssatt (Claude Mathieu) quête des pardons de maison en hôpital. Frau Zucker (Danièle Lebrun), malade, s’incruste chez sa fille Rosa (Pauline Méreuze) dont le mari Franz (Sébastien Poudéroux) a renoncé à toute ambition pour un emploi de croque-mort. Les parents d’une jeune fille assassinée (Catherine Sauval et Gilles David) se terrent chez eux derrière un rempart de livres. Ella (Cécile Brune), philosophe vieillissante déconstruit les théories qu’elle a échafaudées sur la « non-fiabilité du monde. »

Ce monde-là est sans illusions, mais, paradoxalement, ce sont une jeune femme aveugle, Absolue (Georgia Scalliet), et deux immigrés sans papiers, Fadoul (Bakary Sangaré) et Elisio (Nâzim Boudjenah) qui semblent aptes à lutter, donc à vivre, malgré « la réalité inhospitalière ». Et Dieu dans tout ça ? Fadoul y croit…

Denis Marleau, qui met en scène et signe la scénographie, emprisonne les personnages entre trois murs sur lesquels il projette des animations, silhouettes tragiques et dansantes, arabesques, feux follets (Dessins et animation: Félix Dufour Laperrière, vidéo : Pierre Laniel). Les costumes de Jean Paul Gaultier tachent de rouge  les murs gris, et la noirceur de la mort omniprésente. Pas d'issue. Cette société est close, repliée sur elle-même, incapable de compassion, impuissante à envisager un avenir heureux.

Les comédiens seront tous présents, parfois saisis dans un isolement immobile, tandis que les candidats au suicide s’encouragent à sauter depuis l’avant-scène (Louis Arène et Pierre Hancisse), parfois rassemblés autour d’un événement dramatique. Ils commentent, ils vitupèrent et certains se parlent. Humour noir, répliques cinglantes… Ils maîtrisent  avec bonheur un texte dense, grave, et les déplacements de chœur antique.

Ils piègent ainsi le spectateur, lui tendent un miroir impitoyable.

Souhaitons qu’il comprenne la terrible leçon !

 

 

 Photo : © Christophe Raynaud de Lage

 

Innocence de Dea Loher, traduction de Laurent Muhleisen

Du 28 mars au 1er juillet en alternance

Comédie-Française

Salle Richelieu

www.comedie-francaise.fr

 

14/03/2015

Les libertins à Auteuil

 

 théâtre,jean-marie besset,molière,baronEn 2002, dans Baron, Jean-Marie Besset, comparait le penchant de Jean pour Michel à la relation de Molière avec Baron. Aujourd’hui, il y revient, et ressuscite, dans Le Banquet d’Auteuil, ce XVIIe siècle libertin, dont les grandes figures, homosexuelles ou bisexuelles, composèrent tant d’œuvres immortelles.

Qui était Baron (Félix Beaupérin) ? Un enfant de la balle. Ses père et mère étaient comédiens. En 1662, il devient orphelin et il entre, en 1665 dans la troupe « des petits comédiens de M. le Dauphin ».Il a douze ans. On dit que Molière (Jean-Baptiste Marcenac) le remarque en 1666 et l’engage, avec l’autorisation du roi. L’enfant a du talent et toutes les audaces. Armande est jalouse. Baron s’enfuit. Mais en 1670, une lettre de Louis XIV lui ordonne d’intégrer la troupe de Molière. Le maître le loge chez lui à Auteuil.

Et c’est là que Jean-Marie Besset situe l’action. L’écrivain Chapelle (Hervé Lassïnce), ami de Molière, a réuni « des illustres convives », ceux que les mêmes goûts assemblent :Lully (Frédéric Quiring) et son ami Osman (Suentin Moriot), Jonsac (Roman Girelli) et Nantouillet (Grégory Cartelier), Dassoucy (Dominique Ratonnat), écrivain et musicien, et son page un peu hérétique, Pierrotin (Antoine Baillet-Devallez).théâtre,jean-marie besset,molière,baron

Que des hommes ? Eh bien, l’heure des révélations a sonné… 

Oh ! Bien sûr, certains seront déçus d’apprendre que Rostand, dans son Cyrano de Bergerac, avait édulcoré les choses. « Une robe a passé dans ma vie », lui faisait-il dire à Roxane. Cette robe fut plutôt un rhingrave puisque les chroniques de l’époque attestent que Cyrano (Alain Marcel) eut une liaison fort orageuse avec Dassoucy (Dominique Ratonnat).

Mais, direz-vous, Cyrano, est « depuis quinze ans […] chez les morts ».

C’est son ombre, de noir vêtue, qui préside aux agapes. Fantôme très concret puisqu’il va donner à Baron un exemplaire de son Pédant joué qui inspira Les Fourberies de Scapin. Molière transforme les personnages, la situation mais garde le « Qu’allait-il faire dans cette galère ? » Et parce qu’ « on riait », le Cyrano de Rostand disait à Ragueneau : « Il a bien fait !… »

Jean-Marie Besset aussi a « bien fait » de montrer, comment naît la création, et comment à partir du même thème, un auteur peut transcender un autre. Faut-il considérer que Le Banquet d’Auteuil inscrit Molière au cercle des homosexuels ?  théâtre,jean-marie besset,molière,baronCe serait dommage de n’y voir que cette dimension. « Mon Dieu !  Quelle désolation pour un être humain que d'être sexué. » disait Marina Tsvetaieva. Or, le sentiment intense qui unit le maître et son œuvre, le maître et son disciple, est en vérité une forme narcissique de l’amour. Il est indéniable que Molière a « fait » Baron et qu’il entretient avec lui ce que nous appelons le « complexe de Pygmalion ».

Ont-ils consommé ? À vrai dire, on s’en fout… On pourrait parodier Rostand pour écrire  Molière a du génie et Baron un beau cul", mais ne faut-il pas mieux écrire : « Molière a du génie et Baron du talent. » théâtre,jean-marie besset,molière,baronSi on veut s’attarder à l’aspect historique, il reste cependant une énigme. Pourquoi Baron quitte-t-il la scène en 1692, à trente-neuf ans et pourquoi y revient-il à soixante-sept ans ?

Jean-Baptiste Marcenac et Félix Beaupérin font résonner le verbe magnifique de Jean-Marie Besset. On y entend des alexandrins qui rythment sa prose. On y retrouve aussi l’écho du fantastique poétique de Cocteau.

Régis de Martrin-Donos met en scène la « folle nuit » à laquelle Molière, fatigué, ne participe que pour dissuader ses amis de rejoindre Cyrano dans le royaume des morts. Des changements à vue, conduits par les comédiens, soutenus par la musique de Jean-Pierre Stora, modifient l’espace et le temps avec fluidité. La lumière de Pierre Peyronnet accentue les changements de tempo. Et le public, comme on disait au Grand Siècle, est sensible au « charme » des dix comédiens.

 

Photos : © LOT 

 

Le Banquet d’Auteuil de Jean-Marie Besset

Théâtre 14

Jusqu’au 25 avril

01 45 45 49 77

mardi, vendredi, samedi, à 20 h 30

mercredi et jeudi, 19 h

samedi,  16 h

 

 

 

 

 

 

 

06/03/2015

Le Perrichon nouveau est arrivé.

 

 

Théâtre La Bruyère, Gérald SibleyrasOn se souvient du personnage de Monsieur Perrichon, inventé par Labiche, dans la lignée du Bourgeois gentilhomme de Molière. Notre bourgeois vaniteux et stupide est de retour sur nos scènes, sous la plume de Gérald Sibleyras qui excelle à traquer la sottise sous toutes ses formes et dans tous les milieux. Avec Monsieur Perrichon voyage toujours, le Perrichon nouveau est arrivé !

Gilles Gaston-Dreyfus l’interprète et lui donne la suffisance de ceux ont réussi dans la vie. Notre Perrichon est moderne, il n’est plus carrossier mais pose des moquettes et des parquets. Il ne va plus admirer la « mère » de Glace, mais faire de la planche à voile et de la plongée aux Caraïbes dans la mer « imense ». Et ce n’est plus le Commandant Mathieu qui relève sa faute d’orthographe mais le juge du même nom (Jean-Luc Porraz) attaché à la brigade des stup’.  Sa fille, ne s’appelle plus Henriette mais Pauline (Linda Massoz), sa femme (Christiane Bopp) est gentille. Quant à Daniel (CharlesTemplon) et Armand (Arthur Fenwick), les prétendants de la demoiselle, le premier est « dans la communication », le deuxième haut fonctionnaire. Daniel méprise Perrichon mais le flatte, Armand se démène pour rendre service à Perrichon, le tirer de tous les mauvais pas dans lesquels sa stupidité le jette, mais il ne récolte que  l’ingratitude.

Théâtre La Bruyère, Gérald SibleyrasCharlie Mangel signe un décor très coloré, éclairé pleins feux par Jacques Rouveyrollis. Les costumes d’Anne David, accentuent les contrastes entre les couleurs vives des tenues estivales et le gris de la ville. La mise en scène de Philippe Uchan est soignée.

Gérald Sibleyras s’en donne à cœur joie en épinglant les prises de position conformistes, les petites et grandes lâchetés de notre société, les tics de langage où les mots ronflants et vides manipulent ceux qui voudraient être à la mode et peinent à suivre.

Heureusement, la morale est sauve et la noble attitude d’Armand sera récompensée !

 

  

 Photos :© Lot

 

 

 

Monsieur Perrichon voyage toujours  de Gérald Sibleyras

Théâtre La Bruyère

à 19 h du mardi au samedi, samedi à 15 h.

01 48 74 76 99

www.theatrelabruyere.com