Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2007

Une belle page d'espérance

Elles avaient la volonté de vivre et pour camoufler l’horreur, ou plutôt la démonter. Germaine Tillion avait choisi le rire, pas seulement pour elle, mais pour toutes ses compagnes de souffrance. Anise Postel-Vinay en témoigne : elle leur a écrit « une belle page d’espérance », avec Le Verfügbar aux enfers*. Et ses amies, pour fêter ses cent ans lui ont offert le plus beau spectacle de la saison.

Il fallait, sans trahir l’auteur, inventer la dramaturgie pour ces trois actes inachevés,Géraldine Cohen a adapté le texte avec finesse et respect. Il fallait jouer sur un plateau immense fait pour des décors extraordinaires, Béatrice Collet a imaginé une scénographie dépouillée et efficace. Christophe Ouvrard a évité le piège des uniformes honnis, des reconstitutions cruelles. Ses costumes atemporels, évitent les rayures maudites et les insignes abhorrés.

La scène est close, au fond, d’un mur sombre au centre duquel une porte se découpe. Au dessus, dans le lointain, un fronton où, on peut lire, à l’envers, une devise « le travail c’est la santé », qui démarque celle d’Auschwitz tristement célèbre.

Le Naturaliste, comme le meneur de revue de Cabaret, porte une redingote chamarrée. Il est à l’aise, un brin méprisant, mais la vie du camp aura raison de sa superbe et justifiera sa disparition au troisième acte. Alain Fromager donne sa prestance à cet observateur ambigu, porte-parole de l’auteur qui, ayant su analyser le système concentrationnaire, pouvait en désarmer l’apparente absurdité. 

Le Naturaliste parle d’abord au proscenium, seul devant un rideau noir qui peu à peu perd de son opacité pour révéler des silhouettes des détenues, assises sur des bancs de bois brut, de chaque côté. La première soliste c’est Nénette (Claire Delgado-Boge), magnifique soprano qui sur la Habanera de Carmen chante son arrestation.

Le ton parodique ce sont les co-détenues qui vont le donner : Lulu de Colmar (Hélène Delavault, dont la chaude voix de mezzo-soprano bouleverse), Lulu de Belleville (Emmanuelle Goizé), Marguerite (Gaëlle Le Roi), Havas (Jeannette Fischer), sopranos émouvantes, et Marmotte (Carinne Séchehaye, troublante mezzo-soprano), que les chœurs relaient et soutiennent sur des airs populaires comme  « Mon papa est venu me chercher » ou des liturgies comme le De profundis clamavit.  Elles se moquent de leur peur et de leur faim, de leur corps amaigri : « notre sex-appeal était réputé, aujourd’hui la pile est bien déchargée », de leurs « petits païens » qui tombent, et elles rêvent de nourriture et de repos.

Les chœurs ? Ce sont les élèves des collèges Camille Claudel et Evariste Gallois du XIIIe arrondissement de Paris, avec leurs professeurs de musique, et la Maîtrise de Paris. S’y sont joints les jeunes danseuses des conservatoires municipaux de la Ville de Paris. Elles deviennent sujets dans le ballet des julots, elles deviennent brigade de restauration dans les songes des déportées, et troupeau des verfügbar qu’on emmène sans résistance à la mort.

Christophe Maudot a restitué les musiques qui ont demandé quelquefois beaucoup de recherches, et des re-créations. Les musiciens de l’orchestre de chambre Pelléas sont dirigés par Hélène Bouchez, et la formation passe avec art de l’opéra à la mélodie et à la chansonnette. Rien n’est vulgaire pour les grands mélomanes. Merci à tous dont la foi et la ferveur ont créé ce chef d'oeuvre.

On n’a trouvé que deux jours dans la programmation parisienne pour l’inscrire à l’affiche. Mais nous faisons confiance à tous ceux qui du parterre au poulailler ont communié dans l’émotion de ces représentations. Le Verfügbar aux enfers  ne peut pas se terminer si vite. Il est aussi nécessaire que la lettre de Guy Môquet pour célébrer la mémoire et la fraternité, et ne jamais désespérer du genre humain.

 

 

 

 

Théâtre du Châtelet les 2 et 3 juin 2007

Le Verfügbar aux enfers "une opérette-revue à Ravensbrück"

* Le verfügbar est une déportée qui refuse de travailler pour le régime nazi, et qui, lorsqu’elle y est contrainte, sabote le travail : une sorte de « tire-au-flanc » à conscience politique.

(voir notes de fevrier 2006 et Mai 2007)

05/04/2007

Le nom du Père

  Les grands prix littéraires portent un nom, celui de l’Académie qui les décerne : « Goncourt », par exemple, ou celui d'un parangon : "Prix Gérard Philipe", ou d’un fondateur : « Prix Nobel ».

Le Grand  Prix de littérature dramatique, trois ans d’âge, aurait pu s’appeler du nom du ministre qui l’a créé : « Donnedieu de Vabres », ce qu’une famille de grands serviteurs de l’État n’aurait pas, je pense, désapprouvé.

Mais vous connaissez la sensibilité des théâtreux. Il valait mieux trouver un nom parmi les auteurs dramatiques. Le nom du père instruirait alors des qualités du fils. 

Prix Beaumarchais ? C’était déjà pris.

Prix Molière ? Un nom internationalement connu et reconnu par tous ceux qui, sur cette planète pratiquent le Théâtre, il jouit d'une excellente réputation. Mais on a craint, en haut lieu et ailleurs, qu’il n’y ait confusion avec Les Molières. Aurait-ce été si grave ?

Au nom du Père, ne froissons pas les susceptibilités claniques…

Alors ? Prix Corneille ? Trop classique !

Pourquoi pas : Prix Hugo ?

Ah ! en voilà un qui y croyait, à la littérature dramatique, et qui faisait même office de metteur en scène, n’hésitant ni à retoucher un décor, ni à contrarier Mademoiselle Mars en personne…

Il a tâté de tout, roman, essais, poésie, et son œuvre génère autant d’adaptations que la Bible. À Londres par exemple, ses Misérables  tiennent l’affiche depuis décembre 1985. Il y a eu 24 millions de spectateurs à Londres, 40 millions dans le monde entier : 27 pays et 16 langues différentes.

Alors, prix Hugo ? Qu’en pensez-vous ?

26/03/2007

L'affaire de la rue des Koltès

Polémique 2

Le premier "commentaire" posté par Domi, que je remercie de ses précisions, m'autorise à revenir sur Retour au désert qui déclenche une "affaire" invraisemblable.

À qui Bernard-Marie Koltès s’en prend-il dans Retour au désert ? À la bourgeoisie de province, caste égoïste au front étroit et au portefeuille renflé. La famille Serpenoise glisse de la collaboration des années quarante, vers les organisations secrètes qui refusent la décolonisation. Les Serpenoise, que Martine Chevalier et Bruno Raffaelli interprètent avec tant de justesse, sont ainsi que l’écrivait Colette Godard, en 1988, « des monstres loufoques ». Père et mère Ubu devenus frère et sœur. Nous ne sommes pas loin de Jarry, mais, et je cite toujours Colette Godard : « Pas si loin de Feydeau, en somme, mais sans son innocence. Les situations excessives, les enchaînements insolites, par moments forcent à rire. D'un rire noir. » Elle ajoutait : « Par moments aussi, on pense à Labiche » et elle cite  L’Affaire de la rue de Lourcine. Nous voici dans l'affaire de la rue des Koltès.

Bernard-Marie Koltès est mort du sida. Copi aussi. Personne ne refuse à Copi le sens du grotesque. Statufier  Koltès en « tragique » c’est oublier sa dimension caustique et son sens de la dérision. Elle est d’autant plus violente et venimeuse que le poète est un désespéré.

En jouant la carte du burlesque, Chaplin faisait de Hitler un pantin vaniteux et stupide pour casser la terreur qu’il inspirait. Muriel Mayette s’en souvient et, par le rire, critique les moeurs. La famille Serpenoise n’est pas celle des Atrides, et les bourgeois balzaciens n’attirent pas la colère des dieux. Même pas les foudres de la Justice humaine...

Comment dans une famille désunie montrer l’orgueilleux isolement de ces haineux ? Par une scénographie où les murs limitent l’horizon, mais changent de dimensions suivant les personnages présents. Hauts murs pour ceux qui acceptent leur claustration, murs abaissés quand ils choisissent la liberté. Alors, le ciel nocturne s’éclaire, les fenêtres au lieu de faire de l’ombre renvoient  la lumière, la revenante vaticine, et la folie craquelle le cynisme.

Il y a chez Muriel Mayette une invention qui épaule la démesure koltésienne. Et la troupe au complet rivalise d’audace pour rendre limpide la re-création de la pièce qui entre au répertoire. Pour la juger en dehors de toute polémique, allez vite à la Comédie-Française, vous y découvrirez un chef d’œuvre et des interprètes d’une rare valeur.

- Location par téléphone : 0825 10 1680

10:45 Écrit par Dadumas dans culture, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Théâtre |  Facebook | |  Imprimer