Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2011

Saudade et Sombras

 

 

Deux soirées ! Ils n’étaient à Paris que pour deux soirées !

Ils ? Des fadistes : José Manuel Barreto, Raquel Tavares, des acteurs : Emilia Silvestre, Pedro Almendra, Pedro Frias, les danseurs : Carla Ribeiro, Francisco Rousseau, Mário Franco (qui joue aussi de la contrebasse), et les musiciens : Mário Laginha (piano), Carlos Piçarra Alves (clarinette), Miguel Amaral (guitare portugaise), Paulo Faria de Carvalho (guitare), pour Sombras. Ils viennent du Théâtre national Sāo Joāo de Porto

La création de Ricardo Pais entrelace trois textes dramatiques Castro d’Antonio Ferreira, Luis de Sousa d’Almeida Garrett, et Figurants  de Jacinto Lucas Pires afin de dire combien « notre tristesse est une immense joie ». La tragique histoire des amours d’Iñès de Castro et de l’infant Pedro avait inspiré au jeune Victor Hugo de quinze ans, sa première pièce. Le sombre drame se chante ici, et les fados, les danses, prennent une couleur moins funèbre. La douleur s’épanche dans la mélancolie. Mais on manque de mots pour décrire la sauvage beauté de la saudade.

La seconde histoire est celle du soldat qui revient de la croisade alors que sa veuve est remariée. Le roi Dom Sébastien, disparu après la bataille de Ksar El-Kébir en est le héros. Pour lier les deux, deux présentateurs de télé, des figurants, qui déconstruisent la mémoire, et traversent le temps. De magnifiques projections vidéos (Fabio Iaquone, Luca Attili) ajoutent des couleurs nostalgiques dans un univers empreint de poésie, que colore la poignante musique de Mário Laginha.

« Pour que je revoie cette vie perdue que je n’ai jamais su vivre », dit une de leurs chansons….

Peut-être l’an prochain, resteront-ils plus longtemps,

 

Théâtre de la Ville

11 et 12 avril

 

28/01/2011

Délirant !

On nous annonçait un « spectacle chic et décalé », dont le titre Amor, amor à Buenos-Aires évoquait les succès de Tino et de Dalida.

« Chic » ? En effet, Michel Dussarat s’est surpassé dans les costumes.  Ottavia la Blanca (Sébastiàn Galeota) et Yolanda (Laura Lago) dansent et chantent dans des atours sans cesse renouvelés. comédia,comédie musicale,stéphane druet,michel dussarat,homosexualitéLes danseurs : François Beretta, Fanny Fourquez, Tiago Olivier, Sarah Zoghiami changent aussi de tenue à chaque tableau. Les paillettes brillent, les satins caressent, les couleurs chatoient, comme dans ces revues qui ont laissé des étoiles dans les yeux des spectateurs de music-hall.

Et quant à être « décalé », il est même si « délirant » que les âmes prudes le jugeront sûrement « décadent » ! Car, dans la modeste pension de famille que tient Alba (Mona Heftre), dans ce quartier populaire de Buenos-Aires, (décor de roberto Platé), il se passe des choses que la morale bourgeoise réprouve !

La grand-mère, Zulma (Stéphane Eloy), partage l’herbe qu’elle fume. Elsa (Cécilia Filippi) et Claudia (Emma Fallet) ses deux petites-filles obsédées par le bel Alvaro (François Briault), plongent dans une dévotion inquiétante et l’arrivée d’Ottavia va précipiter les choses ! Accompagné(e)  par Pedro (Salem Sobihi), son « garde du corps », suivi (e) par Yolanda, elle ( ?) révèle qu’elle est le fils qu’Alba a chassé dix ans plus tôt, pour cause d’homosexualité. Et comme Alba tombe amoureuse de Yolanda, que Zulma tue le mari d’Alba (Coco Dias), que les deux (presque) vieilles filles veulent absolument connaître l’amour, dans le grand chassé-croisé des personnages, le spectateur se perd avec délices.

Formidable élan vital,  la comédie musicale de Federico Mora l’Argentin, mise en scène par le Français Stéphan Druet qu’on avait déjà apprécié pour Docteur Ox, Ta bouche, Toi, c’est moi et adoré pour Audimat place le spectacle entre Cosi fan tutte et Femmes au bord de la crise de nerfs. Romances, tangos et parodies, s’enchaînent, soutenus et portés par des danseurs-chanteurs-comédiens extraordinaires…

Vive l’amour libre, à Paris ou à Buenos-Aires !

 

 


 

photo © Bernard Richebe

 

 

Amor, Amor à Buenos-Aires de Federico Mora

créé l'été dernier à l'Hôtel Gouthière

Théâtre Comédia

01 42 38 22 22

www.theatrecomedia.fr

 


 

 

 

 

21/11/2009

Une Amazone

 

021-Isa.jpgElle venait de San Francisco. Elle dansait.

Son costume, sa chorégraphie, s’inspiraient des figures grecques antiques, et la société londonienne fit d’Isadora Duncan une égérie.

À Paris, en 1900, elle rencontra Loïe Fuller et Sada Yacco.

De représentations privées, dans les salons à la mode, aux récitals publics, elle passionna les grands sculpteurs, comme Rodin et Bourdelle.

163-Isa.JPGÀ Paris comme à Saint-Pétersbourg, elle révolutionna la danse, avec ses « lignes onduleuses ».

Elle créa à Berlin la première « école de danse libre » car ce  qui l’intéressait le plus au monde, était « l’éducation des enfants ». Elle devint une artiste internationale et la muse de Gordon Craig.

Vous ne la connaissiez pas ? Pourtant sa silhouette embellit les hauts-reliefs du Théâtre des Champs-Élysées, avec ses « envolées de voiles », et vous savez tous que sa longue écharpe l’étrangla…

                   24772-2_-_Isa.jpg                                                                                                                  

                   Avec l'exposition : "Isadora Duncan, une sculpture vivante", qui s'ouvre   au Musée Bourdelle, vous apprendrez tout de la vie de cette femme libre, une amazone, disent certains...

Ses amis, ses amours, ses chagrins, son patriotisme vous sont contés, et vous y prendrez un plaisir extrême…

 

 

 

Musée Bourdelle

18, rue Antoine Bourdelle

Fermé le lundi

16:41 Écrit par Dadumas dans danse, exposition | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : danse, exposition, sculpture |  Facebook | |  Imprimer