Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2017

L'Illusion et le mensonge

 

 

 

 

vz-8D5791AD-41D8-44C6-A0C8-E5B0BE643B6E.jpegEn ces temps de remous politiques où le citoyen commence à douter de l‘efficacité de son bulletin de vote, Christophe Mory nous propose de réfléchir sur La Passation. C’est-à-dire sur le moment où le président battu par le suffrage universel, transmet les charges de sa fonction au nouvel élu.

On sait à quelles conjectures se livrent les journalistes qui se croient obligés de commenter les images de la cour de l’Élysée tandis que le pas encore ex-Président reçoit l’impétrant. Mais pendant que les commentateurs pérorent et que les invités sourient, que se disent les deux hommes dans le secret du bureau présidentiel ? Que font-ils ? À quels sentiments obéissent-ils ?

Dans le décor de Lydwine Labergerie,  celui qui est « battu et abattu » (Pierre Santini) va laisser sa place au nouveau (Éric Laugérias) plein de morgue et d’illusions. Le sortant veut prendre son temps, l’autre veut prendre rapidement possession des lieux. Il était chef de l’opposition, il jouit de ses nouveaux pouvoirs et bombe le torse au nom de la France. Le sortant est amer, caustique et lucide. Il va devenir cynique.

Alain Sachs, qui met en scène ce texte brûlant d’actualité, gomme toute tentative de rapprochement avec quelque politicien que ce soit. Par sa stature, Pierre Santini en président madré, sagace et blasé rappellerait plutôt un président de la IVe république (Coty ou Auriol). Il est formidablement présent et authentique. Éric Laugérias incarnerait peut-être celui de la Ve qui s’agitait vainement. Leur duo est superbe, leur duel inimitable. Tous les coups sont permis, même les coups tordus. Mais nulle identification n’est possible et seul le jeu des répliques cinglantes nous ramène au combat politique. Jugements clairvoyants sur les hommes, le dialogue fuse en sentences acerbes.

On rit beaucoup de ces phrases sans indulgence sur les hommes de pouvoir : « ils étaient bons pendant la conquête, (maintenant) ils sont usés. » On admire la justesse des propos sur l’éducation : « il faut une génération pour réformer le secteur. ». Et pourtant, de les voir vêtus de costumes semblables, même chemises, mêmes cravates, ne sont-ils pas interchangeables ? Quels idéaux nous proposent-ils à part « l'illusion et le mensonge »?

La seconde partie fortifie nos craintes. Nous vous laissons découvrir quel futur nous guette sous la contrainte des algorithmes.

Et ne s’empresse-t-on pas de rire, comme Figaro, de peur d’en pleurer bientôt ? Au moins peut-on se dire que c’est encore du théâtre, qu’il reste l’espoir, mais comme, comme le dit le Président, en conclusion : « Qui sait ? »

 

 

 

 

La Passation de Christophe Mory

Mise en scène d’Alain Sachs

Théâtre des Feux de la Rampe

Du mardi au samedi à 19 h 30

Jusqu’au 19/05/2017

01 42 46 26 19

22/02/2017

Un anniversaire qui sera joyeux

 

Dans le cadre du 60e anniversaire du spectacle Ionesco au Théâtre de la Huchette,

Plusieurs manifestations sont prévues dans les prochains mois pour fêter dignement cet anniversaire

 

 NUIT DU 4 AU 5 MARS : NUIT ABSURDE : LES 24H IONESCO

- Représentations de 19h à 3h du matin de « LA CANTATRICE CHAUVE » et de « LA LEÇON"

Les représentations de la nuit seront toutes… différentes et pleines de surprises

 - De 3h à 9h :  Insomnie à la Huchette avec diffusions de l’enregistrement sonore de La Cantatrice Chauve et de La Leçon (1965).

- De 9h à 19h reprise des représentations de « LA CANTATRICE CHAUVE » et de « LA LEÇON"

 

Tarifs : 

19h : Cantatrice Chauve (tarifs habituels)

20h : La Leçon (tarifs habituels)

De 21h à 3 h du matin : 10€ par pièce.  Un tarif global de 20€ permettra d' assister  à toutes les représentations comprises entre 21h et 3h du matin + à la diffusion des enregistrements sonores

De 9h à 19h : tarifs habituels de "la Cantatrice Chauve" et de "la Leçon »

05/02/2017

Le jeu des ambitions

 

 

Théâtre, Théâtre La Bruyère, Eric Métayer, Nicolas Briançon, Ira LevinSidney Brown (Nicolas Briançon) brillant auteur dramatique, spécialisé dans le polar n’a plus de succès. Pire, il est en panne d’inspiration. Et quand arrive par la poste un manuscrit écrit par un des élèves, Clifford Anderson (Cyril Garnier), qu’il a formé lors d’un séminaire à l’université, cette pièce, Piège mortel, lui semble un chef d’œuvre. il laisse éclater sa jalousie et sa hargne. Il monte alors un piège diabolique pour se débarrasser de ce rival ? Et ce n’est pas Myra son épouse (Virginie Lemoine), timorée et fragile qui peut l’en détourner. Il convoque le jeune prodige sous prétexte de l’aider, se dit « flatté » par sa confiance, son intelligence, ses connaissances.

Mais Clifford Anderson (Cyril Garnier) est-il aussi naïf qu’ils le supposent ? Que nous le supposons tous ? Et le don de voyance de la voisine saxonne, Helga ten Dorp (Marie Vincent) qui prédit "un grand danger", est-il réel ? Et l’avocat de Sidney (Damien Gajda) est-il aussi dévoué qu’il paraît ?Théâtre, Théâtre La Bruyère, Eric Métayer, Nicolas Briançon, Ira Levin

Bien sûr, on ne peut pas vous raconter tous les retournements de situation, de Piège mortel, la pièce d’Ira Levin, que Sidney Lumet adapta pour le cinéma en 1982 (Deathtrap), et que Gérard Sibleyras adapte aujourd’hui pour la scène française avec le talent qu’on lui connaît.

Mais on vous assure que vous passerez une soirée exceptionnelle, car Nicolas Briançon et Cyril Garnier forment un duo épatant, pervers, ambigu et comique à la fois, Virginie Lemoine en épouse apeurée et toujours aimante est émouvante, Marie Vincent joue avec talent une de ces extravagantes que le théâtre anglais (et américain) affectionne et qui nous font accepter les pires forfaits. Et comme c’est Éric Métayer qui s’est occupé de la mise en scène et de la scénographie, l’intrigue galope et rebondit.

Aux jeux des ambitions on peut préférer l’actualité, mais c’est plus dangereux et moins plaisant que Piège mortel.

 

 

Photos : © LOT

 

Piège mortel d’Ira Levin, adaptation de Gérald Sibleyras

Mise en scène d’Éric Métayer

Théâtre La Bruyère

Du mardi au samedi à 21 h

Samedi à 15 h 30

www.theatrelabruyere.com

01 48 74 76 99