Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2014

La flamme des pompières

 

 

Théâtre, théâtre de poche-montparnasse, poésieElles portent une canadienne rouge (costumes Arnaud Lazérat) et des galons de fantaisie. Pardon ! de poésie, car les pompières sont poétesses. Elles sont quatre, mais elles marchent par deux, en alternance, Juliette Allauzen, Delphine Biard, Emilie Chevrillon, Sophie Plattner, en « duo festif et fantasque. »Théâtre, théâtre de poche-montparnasse, poésie

Elles sont au Poche-Montparnasse tous les samedis, pour « raviver la flamme de la poésie », et sur un thème choisi libèrent des  poèmes pour les offrir aux spectateurs. Elles en connaissent des centaines mais ce sont les spectateurs qui, à tour de rôle, tirent la carte illustrée qui les délivrent. Et à tous les coups, on gagne !

Pendant une heure, vous pourrez ainsi écouter Baudelaire et Prévert, Rimbaud et Rilke, Michaux et Shakespeare, Andrée Chedid et Marceline Desbordes-Valmore, Louis Labé et Marina Tsvetaïeva, Paul Eluard et Victor Hugo, Esther Granek et Armelle Dumoulin, Max Jacob et René de Obaldia, ou d’autres, car elles sont intarissables. Elles s’accompagnent elles-mêmes au violon et au piano dans les lumières de Pierre Blostin. La poésie cascade, fluide et colorée, et le public est ravi.

« Chaque spectacle est unique » disent-elles. Leur malicieuse sarabande vous ramène aux portes de l’enfance, dans ces paroles magiques qui vous guident et vous font croire que tout est possible.

Et si c’était vrai ?

 

 photo :© D. R. 

 

 Les Pompières poétesses  de Juliette Allauzen

Mise en scène de Romain Puyelo

Théâtre de Poche-Montparnasse

01 45 44 50 21

Tous les samedis à 17 h jusqu’au 27 décembre.

07/11/2014

Exposition chez Hugo

 

 

Une nouvelle exposition, Regards croisés, à la Maison de Victor Hugo, présente, à travers les photographies, les mises en scène de quatre pièces de Hugo : Marie Tudor, Angelo tyran de Padoue, Ruy Blas, Les Burgraves,Théâtre, Exposition, Maison Victor Hugo, Photographie photos du centenaire (1902), dont l'affiche fut éclatante et la réussite triomphale, grâce à Lucien Guitry, le metteur en scène, Paul Meurice, Mounet Sully, et Mme Segond-Weber.

(dessin du carnet de Voyage sur le Rhin, 1839 : ce dessin est le prémisse des Burgraves)

 

Théâtre, Exposition, Maison Victor Hugo, Photographie

(Affiche des Burgraves  en 1902)

 

 

 

 

On connaissait l’engouement de Victor Hugo et de ses fils pour l’art de la photo, qui devient dès 1850 « un formidable outil de communication. » Alexandrine Achille, commissaire de l’exposition, note que la presse, « alliée incontournable », dès 1850, « relaie le portrait photographique ».

Aujourd’hui, les photos de Nadar, de Carjat, et tant d’autres constituent un précieux témoignage des mises en scènes des siècles passés. Elles sont une riche base de documents pour l'Histoire du Théâtre. 

(Mlle Sarah Bernhardt)théâtre,exposition,maison victor hugo,photographie

 Les photos d’Agnès Varda  affirment le génie de Jean Vilar, et ce n'est pas émotion qu'on revoie Christiane Minazzoli qui vient de nous quitter et Gérard Philipe resté le héros romantique, Ruy Blas, cher à nos coeurs. théâtre,exposition,maison victor hugo,photographie

 

 

 

© Agnès Varda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les photos de Bricage révèlent l’esthétique d’Antoine Vitez, et celles de Raynaud de Lage, montrent la modernité de Christophe Honoré.

On regrette de n’y pas trouver des photos de Bernand ou d’Enguérand sur les mises en scène de Jean-Louis Barrault, de Vitez et tant d’autres, car si Les Burgraves  sont rarement joués, les pièces : Marie Tudor, Angelo tyran de Padoue, Ruy Blas, sont souvent montées.

théâtre,exposition,maison victor hugo,photographie

Et puisque, se glissent aussi dans l’exposition, des photos de la dernière mise en scène de Lucrèce Borgia à la Comédie-Française, pourquoi pas celles d'Enguérand dans la magnifique mise en scène d’Antoine Vitez ?

 

 

 

 

 

 

 © Raynaud de Lage

 

 

Regards croisés

Maison de Victor Hugo

6, place des Vosges

75004 Paris

6 novembre 2014 au 1er mars 2015

 

21/10/2014

Dans sa peau

 

THéâtre, théâtre Michel, Carole FréchetteElle(Laurence Pollet-Villard) est assise à une table de bistrot, un verre de rouge devant elle.

Elle raconte des histoires d’amour. On pense s’abord qu’il s’agit des siennes. Qu’elle est passé de Siegfried à Jann, mais quand elle parle de Ginette, Anna et Marguerite, on doute…

Et quand elle nous apostrophe : « Regardez mes mains ! », quand elle demande : « Qu’est-ce que vous auriez fait ? », puis : « Est-ce que je donne assez de détails ? », on a envie de lui parler. Elle n’aurait pas à insister beaucoup : « vous n’auriez pas un souvenir à me prêter », pour qu’on lui donne les  romances qui ont ensoleillé notre vie.

Car il y a chez Laurence Pollet-Villard une sororité naturelle qui  incite à la confidence. Sa voix vibrante et son charme naïf nous poussent vers elle. La mise en scène de Véronique Kapoian joue de cette empathie puisqu’elle laisse la comédienne venir vers le public, puis parmi les spectateurs.

« La substance qui court dans la peau » d’Élisa, irrigue la poésie sensuelle de Carole Fréchette, Et la métaphore de la « peau qui pousse » est une bien jolie idée pour dire le vieillissement qui nous guette. Mais est-ce que les histoires d’amour peuvent empêcher que la peau de nos mains ne plisse pas, que celle de nos genoux ne se craquèle, celle du visage ne s’affaisse ?

N’empêche, on voudrait bien êtres dans sa peau…

 

 

 

La Peau d’Élisa  de Carole Fréchette

jusqu’au 30 décembre à 19 h 15, les mardis et mercredis

Théâtre Michel

Tel. 01 42 65 35 02

 

www.theatre-michel.fr