Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2017

Petit gangster deviendra grand…

 

Lorsque le pouvoir nazi brûle ses œuvres et interdit son théâtre, Bertolt Brecht fuit l’Allemagne. Déchu de sa nationalité, il sillonne l’Europe, de Prague à Vienne, Paris, Zurich, Copenhague. La guerre le rattrape en Suède, puis en Finlande, et en 1941, il part pour les États-Unis.

Pour expliquer le nazisme aux Américains qui ne veulent pas en voir le danger, il écrit La Résistible Ascension d’Arturo Ui, « farce historique », où les personnages politiques seront ravalés aux rangs de gangsters.

L’analogie se joue d’abord sur les noms. Le vieux maréchal Hindenburg devient le Vieil Hindsborough (Bruno Raffaelli), Hermann Göring sera Gori (Serge Bagdassarian), Goebbels sera Gobbola (Jérémy Lopez), Ernst Röhm sera Ernesto Roma (Thierry Hancisse), et Adolf Hitler, un petit gangster nommé Arturo Ui (Laurent Stocker). Et, puisque nous sommes au pays des trusts, la prise de pouvoir se fera au sein du trust des choux-fleurs, avant d’étendre sa domination sur celui des légumes et des fleurs, à Chicago d’abord, à Cicero ensuite. Pour ce, il faudra assassiner les témoins, les comparses, trahir les amis, neutraliser la police et la justice, par le mensonge et la violence. Mais, petit gangster deviendra grand pourvu que les hommes soient lâches.

Le Bonimenteur (Bakary Sangaré) nous présente ces hommes comme des « clowns », les jeux du cirque peuvent commencer... Ils ne s'arrêteront qu'avec la mort des protagonistes !

théâtre,comédie-française,littérature,brecht,thalbachEnzo Toffolutti a conçu la scénographie (et les costumes) pour Katharina Thalbach, la metteure en scène. Des trappes s’ouvrent dans un plan très incliné où figure celui de Chicago. De ces trous sombres jaillissent quelquefois des podiums, ou bien des escaliers y  creusent d’obscures profondeurs. Une demi-toile d’araignée gigantesque les surplombe. Au niveau du proscenium, on est toujours au centre de ce  tissage démesuré. Derrière lui, les comédiens doivent, pour se déplacer, enjamber les câbles, les agripper ou les éviter. L’image est forte de les considérer comme des mouches engluées dans le piège de l’araignée. Des maquillages expressionnistes évoquent la peinture de Grosz et de Nolde. L'inquiétude gagne.

Toujours à la recherche d’un équilibre précaire, les acteurs miment les humains en danger. Les lumières de François Thouret accusent les périls. Le spectre de Roma hante le plateau comme celui du Banquo de Macbeth. Une seule figure féminine dans ce monde de brutes : Florence Viala qui sera d’abord Dockdaisy, à la fois complice et victime de la pègre, puis Betty Dollfoot, la veuve d’Ignace Dollfoot (Nicolas Lormeau) assassiné par les bandits. Vient alors l'effroi. On pense à la princesse Anne de Richard III de Shakespeare

Bruno Raffaelli, Serge Bagdassarian, Jérémy Lopez, Thierry Hancisse, incarnent avec talent les hommes omnipotents. Laurent Stocker, interprète un führer grotesque, grinçant, emporté, très proche du rôle-titre du Dictateur de Chaplin. Michel Vuillermoz, Nicolas Lormeau, Nâzim Boudjenah, Elliot Jenicot, Julien Frison, qu’ils soient manipulateurs ou manipulés, sicaires ou martyrs sont magnifiques d’invention. On voudrait en rire, mais le rire grince. La peur s'installe...

En choisissant de monter, maintenant La Résistible Ascension d’Arturo Ui, la Comédie-Française nous invite à ne pas nous voiler la face devant la montée des extrêmes et à agir contre « la vermine ». Et, peut-être aussi à ne pas oublier, au-delà de la fable politique, que le capitalisme et le grand banditisme sont dirigés par des hommes sans principes, animés d'une cupidité sans morale, ni limites.  

« Apprenez donc à voir ! » conseille le Bonimenteur. 

Je vous le conseille aussi en allant découvrir cette Résistible Ascension d’Arturo Ui.

 

 Photo  © Christophe Raynaud de Lage

 

La Résistible Ascension d’Arturo Ui de Bertolt Brecht

Traduction d’Hélène Mauler et René Zahnd

Mise en scène de Katharina Thalbach

Comédie-Française, salle Richelieu

En alternance jusqu’au 30 juin

 

 

 

20/03/2017

Funeste monothéisme ?

 

 

 

Théâtre, théâtre du Rond-Point, Rachida BrakniLes murs crépis sont gris clair, les ouvertures béantes, on devine quelque ruine ou un sous-sol labyrinthique (scénographie de Nicolas Marie). Elle (Rachida Brakni) s'avance dans ce dédale, vêtue de gris foncé, silhouette fragile, telle la victime annoncée d’un minotaure impitoyable.

Elle est seule, mais prête sa voix à trois femmes différentes. La Palestinienne qui veut mourir en martyre, l’Israélienne pacifique et désenchantée, l’Américaine venue de ses États-Unis pour pacifier les conflits entre les deux peuples frères, ennemis depuis deux millénaires.

Je crois en un seul dieu de Stefano Massini, est la lente progression vers la mort de ces trois femmes que le destin va réunir le 29 mars 2002, à Tel Aviv.

Mais est-ce vraiment au nom de Dieu qu’elles meurent ? Le funeste monothéisme ne cache-t-il pas de cruelles visées politiques ?

Poignante et pudique Rachida Brakni donne corps à ces trois femmes et le poids du destin étreint le spectateur. La comédienne est superbe et terrible. Le metteur en scène, Arnaud Meunier, réussit le pari de nous faire accepter son défi.

Une et divisible, la femme sacrifiée n’a pas de frontières.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je crois en un seul dieu de Stefano Massini

Traduction d’Olivier Favier et Federica Martucci

Mise en scène d’Arnaud Meunier

Théâtre du Rond-Point

01 44 95 98 21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15/03/2017

Les murs du purgatoire

 

 

 

 

Le théâtre 13, côté jardin, est rouvert !

La nouvelle est excellente ! D’autant plus que c’est Alexis Michalik qui l’inaugure par un nouveau spectacle, Intra Muros dont il signe le texte et la mise en scène. Et vous connaissez sa « soif narrative » et sa maîtrise de la scène !

Nous avions aimé Le Porteur d’histoire, puis Le Cercle des illusionnistes. Cette saison, Edmond nous a enthousiasmé, alors, c’est avec une joie toujours renouvelée que nous sommes allés voir Intra Muros.

Théâtre, théâtre 13, Alexis MichalikIntra Muros nous plonge dans cette espèce de purgatoire qu’est la prison. Avec cinq comédiens, et un musicien Alexis Michalik reconstitue l’itinéraire de deux détenus : Ange (Bernard Blancan), la cinquantaine et 28 ans de centrale, et Kévin (Faycal Safi), un jeune, détenu depuis sept ans. Tous deux se présentent à l’atelier théâtre qu’Alice (Alice de Lencquesaing), assistante sociale stagiaire a réussi à obtenir pour les condamnés à de longues peines. Elle amène avec elle Richard (Paul Jeanson), metteur en scène et Jeanne (Jeanne Arenes), son ex-femme, comédienne. Le plateau est noir et nu, au centre un quadrilatère plus clair délimite l’espace de jeu de l’atelier dans une « salle polyvalente ». Des chaises entassées et un lit de fer complètent le décor. Au proscenium, côté jardin et au fond de scène des costumes (Marion Rebman) et accessoires sont suspendus sur des portants. Les comédiens se serviront, changeant à vue d’identité quand l’histoire va dérouler ses aléas intranquilles. Car, entre les juges, les flics, les parents, le frère, les témoins, ils incarneront une trentaine de personnages.

Côté cour, Raphaël Charpentier, compositeur, arrangeur pianiste et percussionniste, a installé ses claviers et percussions pour soutenir l’action, suggérer les coups, animer les rencontres, concrétiser le décor. Les lumières d’Arnaud Jung règlent les déplacements, modifient les espaces et les temps dans une fluidité remarquable.

Les serrures de la prison s’ouvrent, l’une après l’autre, dans un bruit métallique, les trois intervenants franchissent les grilles et longent les couloirs et enfin, rencontrent les deux détenus. Au bout du parcours, les attendent Ange, bras croisés, mutique, et Kévin, bonnet enfoncé jusqu’aux yeux, la rage au cœur et aux lèvres.

Le contact n’est pas facile. Jeanne est meilleure psychologue que Richard. Les détenus ne se laissent pas apprivoiser facilement.

Mêlant subtilement passé et présent, Alexis Michalik déroule vingt ans de vie de ses protagonistes. Nous saurons ce qui a conduit Ange à sa feinte indifférence, ce qui anime Ange, mais aussi ce que Richard espère, ce que Jeanne regrette, ce que veut Alice.

Le purgatoire des uns conduit à toutes les rédemptions.

Admirablement construite, jouée avec intelligence, la pièce transporte les spectateurs.

Intra Muros est une réussite.

 

Photo : © Alejandro Guerrera

 

 

 

Intra Muros d’Alexis Michalik

Jusqu’au 16 avril

Théâtre 13

01 45 88 62 22

du mardi au samedi à 20 h

dimanche à 16 h