Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2016

Une merveille comique

 

  

Depuis Kant, nous savons que « par le mariage, la femme devient libre, et l’homme perd sa liberté », mais encore faudrait-il, que, pour se marier, il n’ait pas déjà « un fil à la patte ».

Théâtre, Théâtre 14, Feydeau, Anthony Magnier.Et Fernand Bois d’Enghien (Stéphane Brel ou Lionel Pascal) noceur impénitent n’a pas encore eu le courage d’annoncer la fin de leur liaison, à Lucette Gautier (Marie Le Cam), sa maîtresse, chanteuse de Café concert. La révélation presse, car déjà, Le Figaro annonce son mariage avec Viviane (Agathe Boudrières), la fille de la baronne Duverger (Solveig Maupu) ! Le matin où cette nouvelle paraît, il est encore chez Lucette. Elle est toujours folle amoureuse de lui, ne se doute de rien et une petite société complaisante l’entoure de flatteries pas toujours désintéressées.

Théâtre, Théâtre 14, Feydeau, Anthony Magnier.Il y a là, un flambeur, Gontran de Chenneviette (Xavier Clion), père de l’enfant de Lucette ; Ignace de Fontanet (Gaspard Fasulo ou Xavier Martel), dont l’haleine fétide fait reculer d’horreur les meilleurs amis ; Marceline, la sœur laissée pour compte qui vit des largesses de Lucette ; un certain Bouzin (Mikaël Taïeb), clerc de notaire de son état, qui essaie de placer une chanson qui ferait sa fortune ; et le général Irrigua (Anthony Magnier ou Julien Jacob) qui couvre Lucette de fleurs et de bijoux.

Bois d’Enghien ne dit rien à Lucette. Mensonge par omission… Puis, sommé par le Général de divulguer le nom de l’amant de Lucette, il lâche le nom de Bouzin, pernicieux mensonge qui va en déclencher d’autres en cascades, nourrir l’ire du général, et le grotesque d’une situation abracadabrante. Car, le soir même, pour la signature du contrat, la baronne a engagé Lucette afin de divertir ses invités et tout ce joli monde se retrouve chez elle !Théâtre, Théâtre 14, Feydeau, Anthony Magnier.

Scandale !

Mais c’est une comédie et le lendemain… Il n'y a pas de malheur !

Jouer Feydeau suppose une santé à toute épreuve et cette troupe s’investit totalement dans une sarabande diabolique. Ils se pourchassent, se perdent, se retrouvent, changent d’identités, dans des poursuites incessantes, avec un rythme démentiel. Anthony Magnier, le metteur en scène accomplit « une merveille comique », et ses comédiens sont époustouflants !

On en avait besoin pour terminer cette année 2016. Ils jouent jusqu’au 31 décembre. Ça tombe bien ! Courez-y !

 

 

 

 

Photos : © LOT

 

 

 

Un fil à la patte de Georges Feydeau

Théâtre 14

01 45 45 49 77

mardi, vendredi et samedi à 20 h 30

mercredi, jeudi , 19 h

matinée : samedi à 16 h

 

 

26/11/2016

De la sphère invisible au monde réel

 

 

exposition,littérature,photographie,pédagogie,poésieIl est courant aujourd’hui de crier haro sur l’enseignant, et de le désigner comme le responsable de l’inculture des jeunes gens. Une exposition vient à point pour mettre au contraire en valeur leur implication et leur engagement dans une pédagogie créative. Nous conseillons donc à tous les détracteurs et à tous ceux qui seraient tentés de les écouter de la visiter La Pente de la rêverie[1].

Dix classes de lycéens de l’Académie de Créteil ont répondu à l’invitation de la Maison de Victor Hugo de participer au projet de partir « dans les pas du poète » et de croiser leurs œuvres avec celles d’artistes contemporains, le peintre Anne Slacik, le photographe Jean-Christophe Ballot, ainsi que des poètes Vincent Broqua, Bernard Chambaz, Suzanne Doppelt, Antoine Emaz, Marie Etienne, Isabelle Garron, Virginie Lalucq, Frank Laurent.

Le poème choisi explore lune « spirale profonde ». il est complexe, loin des intérêts supposés des lycéens. Mais certains adultes n’ont pas fini de se tromper sur ce qui peut « forger leur esprit d’analyse et stimuler leur créativité. »

Bonne nouvelle ! Victor Hugo continue d'éveiller l'imaginaire, d'inspirer les jeunes et d'influencer les artistes !

Quels lycéens ? Ceux de trois classes d’enseignement général, et sept d’enseignement professionnel et technologique.exposition,littérature,photographie,pédagogie,poésie

Vous avez dit « voie d’excellence » ? Il n’y en a qu’une, celle qui favorise la réflexion et permet aux élèves de s’épanouir. Elle n’est pas forcément la même pour tous, mais elle est celle qui leur donne confiance en eux, confiance dans la possibilité de maîtriser leur avenir.

          exposition,littérature,photographie,pédagogie,poésie«           Une pente insensible

  Va du monde réel à la sphère invisible […] »

dit le poète.

Ils ont fait le chemin inverse allant de l’abstraction des mots vers la matière, créant des costumes, des décors, des textes et des films, de la sphère invisible au monde réel. C’est une réussite extraordinaire.

Nous pouvons admirer leur inventivité, féliciter leurs professeurs et espérer d’autres expériences aussi fécondes.

 

 

 

 

La Pente de la rêverie, un poème, une exposition

Du 17 novembre 2016 au 23 avril 2017

Maison Victor Hugo

6 place des Vosges

75004 Paris

www.maisonsvictorhugo.paris.fr

 

[1] - in Les Feuilles d'automne.

 

25/11/2016

Des amis susceptibles

 

 

 

Théâtre, théâtre poche-montparnasse, Nathalie Sarraute, Nicolas Briançon, Nicolas Vaude
L’un, débonnaire (Nicolas Briançon), s’inquiète du comportement rancunier de l’autre (Nicolas Vaude). Ils sont amis depuis longtemps, et pourtant, quelque chose ne va pas entre eux.

Quoi ?

« Rien ». Mot magique qui sert chaque fois qu’on n’a pas envie de donner les raisons de sa rêverie, de sa bouderie, de ses angoisses.

Car ce « rien-là » est « tout » à celui qui est ombrageux et perçoit l’ironie, le jugement défavorable dans un changement de ton, un silence une exclamation. Il en est qui rompent « pour un oui pour un non », et Nathalie Sarraute fait de la susceptibilité, un enjeu théâtral jubilatoire.

Pour cet affrontement oxymorien, Léonie Simaga donne à ses personnages aux idées sombres, des vêtements assortis, et les place dans un décor d’un blanc angélique (Décors et lumières Massimo Troncanetti).

Entre «non-dit » et « trop-dit », les fâcheries anciennes réapparaissent, la dispute s’envenime, la fracture se creuse. Tout est prétexte à reproches, amertume et rancoeurs. Et l’appel à témoin (Roxanna Carrara) n’apaisera pas les tensions.

Nicolas Vaude joue le marginal à l’esprit tortueux. Il se recroqueville comme un adolescent blessé, lance des regards par en dessous, se redresse comme un serpent prêt à mordre, suce les mots qui font mal avec délectation. Nicolas Briançon, le regard bleu qui force les aveux, prend des airs paternels, maîtrise en force ses agacements, tente de garder le visage serein, le ton mesuré.

On retrouve ici le plaisir qu’on eut, il y a quelques années, aux échanges de Jacques et son maître par les deux mêmes comédiens. Le grand art du duo !

 

 

Photo :© Brigitte Enguerand 

 

 

Pour un oui pour un non de Nathalie Sarraute

Mise en scène Léonie Simaga

Théâtre de Poche-Montparnasse

Du mardi au samedi à 19 h, dimanche 17 h 30

01 45 44 50 21