Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2018

Bataille d’ego

 

 

Théâtre, Théâtre du Rond-Point, Anne Kessler, Serge Bagdassarian, Pierre Hancisse, Guy ZylbersteinEntre l’auteur et son metteur en scène, l’entente n’est pas toujours cordiale. Bernard Dort parlait de la « dictature du metteur en scène », Guy Zilberstein, avec Coupes sombres, montre qu’il s’agit souvent d’une « bataille d’ego ». Chacun se croit supérieur à l’autre et veut avoir raison. Qui comprend mieux la fable, de l’auteur qui a écrit le texte, ou du metteur en scène qui organise la représentation ?

L’Auteur (Serge Bagdassarian), ici, se tient, solennel et raisonneur devant la Metteuse en scène (Anne Kessler), gracile, souriante, mais implacable. Il faut procéder à des « coupes sombres ». Un jeune bûcheron (Pierre Hancisse) proteste que la « métaphore sylvicole » est employée à tort, puisque « coupes sombres » désigne l’éclaircissement partiel destiné à ensemencer la forêt, et qu’il faudrait parler de « coupes claires » pour définir la suppression importante que la Demoiselle envisage.

Le terme « coupe réglée » n’est pas évoqué. Dommage !

Déjà révulsé par l’interprétation du décor (cinq bancs de bois pour signifier aussi bien le bloc opératoire que les différents lieux de l’action), l’Auteur se révulse à l’idée de supprimer quoi que ce soit de cette pièce qu’il a mis cinq ans à écrire et qui dure… cinq heures. Il est furieux et vitupère la « canaille subventionnée ».

Nous ne vous dirons pas comment la délicate Metteuse en scène amadoue son intransigeant auteur, mais sachez que le principal bénéficiaire sera le Bûcheron.

Quant aux spectateurs, témoins de l’affrontement, ils en dégustent le brio et la subtilité.

 

 

 

 

Coupes sombres de Guy Zilberstein

Mise en scène d’Anne Kessler

Théâtre du Rond-Point à 18 h 30,

Du 13 mars au 15 avril

 

Rencontre-dédicaces avec l’auteur le samedi 24 mars à 20 h

 

 

 

 

 

29/01/2018

Festival à Barcelone et à Paris

 

Téâtre, Festival Programmation
En cette année anniversaire des 50 ans de mai 68, il sera question de s’interroger sur l’évolution de la condition de femmes sur plusieurs générations, grâce à la comédie Et pendant ce temps Simone veille de Corinne Berron, Hélène Serres, Vanina Sicurani, Bonbon et Trinidad qui ouvrira le festival à l’Institut français.
Toujours au même endroit, nous avons été séduits par une démarche d’écriture sur le thème du courage : Les intrépides : 5 autrices Céline Delbecq (Belgique), Penda Diouf (France- Sénégal), Julie Gilbert (Suisse), et Sandie Masson (France) interpréterons sur scène leur propres textes. Politique, société, lâcheté, corruption, violences faites aux femmes. De ces textes courts pourraient émerger de grandes pièces de demain.
L’entreprise qui met la pression sur ses employés aux quatre coins du monde est décrite dans Pulvérisés. Un magnifique texte écrit en français par une autrice roumaine, Alexandra Badéa qui fait partie de la nouvelle génération d’auteurs de théâtre à suivre.
La Mante d’Hugo Paviot dresse le portrait d’un peintre d’une grande renommée ne supportant plus le regard de sa muse qui se confond dans ses cauchemars avec celui de sa mère. Il part en Espagne à la recherche de cette dernière qui l’avait abandonné à ses 15 ans.
La Quatrième mur de Sorj Chalendon est un texte non écrit pour le théâtre et qui pourtant ne parle que de théâtre et la possibilité de dialoguer en temps de guerre. Ce texte à obtenu le Prix Goncourt des lycéens.
Les deux frères et les lions est une fable qui fait rimer capitalisme avec démocratie. L’ascension sociale incroyable de deux frères écossais inspirée d’une histoire vraie qui a changé le cours de l’histoire.
Vous ne verrez plus le monde qui nous entoure de la même façon après avoir vu Un démocrate de Julie Timmerman, aussi tiré de la vie et de l’œuvre d’Edward Bernays, neveu de Freud qui a inventé les relations publiques aux USA. La manipulation des masses via la publicité, la politique et… c’est avec cette pièce que nous avons choisi de finir le festival.
 
Egalement dans la programmation, deux spectacles pour un public familial. Nous préférons ce terme car pour être apprécié quoi de plus beau qu’enfants et adultes s’extasient, rêvent, rient ou pleurent devant le même spectacle. Odysseus Plastok d’Agnès Sighicelli et Guillaume Edé nous emmène à la surface des océans. Comment un petit plastique jeté dans une cour d’école va rejoindre en plein océan le 7ème continent, celui des déchets provoqués par l’être humain au détriment de la faune aquatique.
Deux pas vers les étoiles de Jean-Rock Gaudreault (Québec). Cette pièce nous pose la question « Que faisons-nous de nos rêves ? » s’inscrit dans une journée qui sera dédiée aux auteurs québécois.
A cette occasion, nous aurons le plaisir d’accueillir Evelyne de Chenelière pour la lecture en catalan de sa pièce Lumières, Lumières, Lumières en collaboration avec Tant per Tant(Québec).
 
Chaque pièce sera suivie d’une rencontre avec les acteurs, metteurs en scène et souvent les auteurs.
Des ateliers d’écritures et rencontres avec les artistes présents auront lieu. La plupart des pièces seront sur-titrées. Notre désir est de faire voyager les pièces, leur faire franchir les frontières, afin de partager et de faire se rencontre le public et les professionnels.
 
Festival de Théâtre en français de Barcelone bénéficie du soutient de La Diputació de Barcelona, l'Institut français de Barcelone, La SPEDIDAM, la SACD et la Renfe SNCF.
 
 
 
BARCELONE EN SCENE à Paris
En ce début d’année, nous sommes heureux d’annoncer que nous poseront la première pierre d’u nouveau festival à Paris intitulé Barcelone en scène en avril 2018 où Le principe d’Archimède de Josep Maria Miró mis en scène par Bruno Tuchszer (Haut de France) et Buffles de Pau Miró mise en Edouard Signolet seront joués pour la première fois à Paris par des compagnies françaises.
Les deux auteurs iront à la rencontre du public parisien, de même que l’auteur et metteur en scène Sergi Belbel participera pour la première fois, une Master Class dans la capitale française. Des lectures de pièces catalanes traduites en français sont en cours de programmation.
 
 
Le Festival de teatre en français de Barcelone et Barcelone en scène à Paris ont été créés, dirigés et programmés par   Mathilde Mottier et François Vila, directeurs des compagnies Mise en Lumière (Ile de France) et Barna-Bé (Barcelone)
 

05/01/2018

Reprise attendue

 

 

Théâtren littérature, théâtre de La Huchette, Boris VianBonjour,
 
En raison du succès du spectacle musical au printemps dernier et pendant l’été, Le THÉÂTRE DE LA HUCHETTE reprendra  « L’ECUME DES JOURS », de BORIS VIAN  avec la même adaptation, la même mise en scène et la même distribution.
 
Ils sont trois : une fille, deux garçons d’aujourd’hui. Une poignante histoire d’amour et d’amitié. 
Un voyage musical dans l’univers fantastique et poétique de Boris Vian