Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2006

Dommage qu’elle soit sa sœur


 Giovanni (Laurent Poitrenaux) et Annabella (Fany Mary) s’aiment. Ils sont jeunes, beaux, fortunés, libres. Dommage qu’elle soit sa sœur ! Giovanni ne pourra pas épouser Annabella. Au royaume de l’Inceste, l’Amour et la Mort sont deux promis, et l’enfer les brûle sur terre comme dans l’au-delà.
Pour Dommage qu’elle soit une putain de John Ford, Yves Beaunesne a repris la traduction avec Marion Bernède. Sa mise en scène s’inscrit dans une scénographie de Damien Caille-Perret, en plan doucement incliné, sur un parquet de bois blond étrangement marqueté. Autour de ce plateau, des sièges et des prie-dieu sur lesquels les acteurs se poseront entre leurs scènes.
L’action commence dans un noir absolu, d’où s’élève, a cappella, une voix qui chante « perdone dio moi ». Un chœur de voix répond et reprend la prière, nourrissant l’émotion. La lumière monte à jardin tandis que le Frère Bonaventure (Mathieu Delmonté) s’écrie : « Ça suffit, j’en ai assez entendu ». Il tance Giovanni qui l’écoute, tête basse, pénitent agenouillé sur un prie-dieu. Un cadre étroit figure la porte de la cellule du moine qui exige le « repentir », interdit « la luxure ». Mais Giovanni n’écoute que sa passion…
Pas de ruptures matérialisées de temps ou d’espace. Tout s’enchaîne dans l’espace grâce aux jeux de lumière de Jean-Pascal Pracht. Quand Giovanni quitte Frère Bonaventure, le cadre s’enfonce dans le plancher. Soranzo (Philippe Demarle), le prétendant d’Annabella et Vasquès (Jean-Claude Fressung) son serviteur, surgissent du fond, dans la tradition des entrées du TNP de Jean Vilar. Puis Florio, (Henri Monin) le père, s’installe à l’avant, sur la gauche. Annabella qui se cache sous un immense drap, rampe, le long de l’arête droite tandis que la nourrice Putana (Claire Wauthion) lui donne de gaillards conseils pour choisir un mari.
Yves Beaunesne utilise ainsi la périphérie du plateau, puis les diagonales, enfin le centre, plaçant les comédiens sur l’échiquier du destin. C’est dans le drap que Giovanni et Annabella s’enroulent, au milieu du plateau. L’ombre complice obscurcit leurs ébats en ce nombril maternel recréé, tandis que la lumière dessine le périmètre où s’agitent Soranzo, « infâme prédateur », Hippolita (Hélène Cattin) la femme qu’il a séduite et abandonnée. Doña Anna attirait la justice divine sur Don Juan. Hippolita prépare un poison pour se venger, s’emploie à corrompre Vasquès, mais sera son propre bourreau.
Plus tard, quand il faut marier Annabella, enceinte de Giovanni, le drap limitera la chambre nuptiale, puis la chambre-prison où le mari outragé enferme « la putain ».
Des trappes s’ouvrent autour de ce lit, comme les péchés creusent les damnations. Giovanni ne se repent pas, au contraire, il brave les hommes, la loi, la religion pour rejoindre Annabella, la poignarder, lui arracher le cœur, et tuer ceux qui les ont séparés avant de s’embrocher sur le poignard du vengeur. Alors, le plancher du crime se dresse à la verticale, le drap roule à sa base, dans l’ombre du mur des supplices. Il ne reste plus que le valet, qui, comme Sganarelle, se lamente sur son sort, et le nonce en violet qui prononce l’anathème sur les amants maudits.
On admire ce retour à la simplicité, à la primauté du texte que servent brillamment tous les acteurs. La radieuse Fany Mary qui a remplacé Marion Bottolier souffrante, a appris en dix jours le rôle d’Annabella. Elle semble faite pour lui. Patrice Cauchetier  a créé des costumes dont les couleurs s’apparient subtilement, riches sans clinquant, magnifiques.
La pièce va tourner en France, à Cherbourg, à Marseille, en banlieue parisienne, en Suisse, au Luxembourg, en Belgique, ne la manquez pas.

 Giovanni (Laurent Poitrenaux) et Annabella (Fany Mary) s’aiment. Ils sont jeunes, beaux, fortunés, libres. Dommage qu’elle soit sa sœur ! Giovanni ne pourra pas épouser Annabella. Au royaume de l’Inceste, l’Amour et la Mort sont deux promis, et l’enfer les brûle sur terre comme dans l’au-delà.Pour de John Ford, Yves Beaunesne a repris la traduction avec Marion Bernède. Sa mise en scène s’inscrit dans une scénographie de Damien Caille-Perret, en plan doucement incliné, sur un parquet de bois blond étrangement marqueté. Autour de ce plateau, des sièges et des prie-dieu sur lesquels les acteurs se poseront entre leurs scènes.L’action commence dans un noir absolu, d’où s’élève, , une voix qui chante «  ». Un chœur de voix répond et reprend la prière, nourrissant l’émotion. La lumière monte à jardin tandis que le Frère Bonaventure (Mathieu Delmonté) s’écrie : « Ça suffit, j’en ai assez entendu ». Il tance Giovanni qui l’écoute, tête basse, pénitent agenouillé sur un prie-dieu. Un cadre étroit figure la porte de la cellule du moine qui exige le « repentir », interdit « la luxure ». Mais Giovanni n’écoute que sa passion…Pas de ruptures matérialisées de temps ou d’espace. Tout s’enchaîne dans l’espace. Quand Giovanni quitte Frère Bonaventure, le cadre s’enfonce dans le plancher. Soranzo (Philippe Demarle), le prétendant d’Annabella et Vasquès (Jean-Claude Fressung) son serviteur, surgissent du fond, dans la tradition des entrées du TNP de Jean Vilar. Puis Florio, (Henri Monin) le père, s’installe à l’avant, sur la gauche. Annabella qui se cache sous un immense drap, rampe, le long de l’arête droite tandis que la nourrice Putana (Claire Wauthion) lui donne de gaillards conseils pour choisir un mari.Yves Beaunesne utilise ainsi la périphérie du plateau, puis les diagonales, enfin le centre, plaçant les comédiens sur l’échiquier du destin. C’est dans le drap que Giovanni et Annabella s’enroulent, au milieu du plateau. L’ombre complice obscurcit leurs ébats en ce nombril maternel recréé, tandis que la lumière dessine le périmètre où s’agitent Soranzo, « infâme prédateur », Hippolita (Hélène Cattin) la femme qu’il a séduite et abandonnée. Doña Anna attirait la justice divine sur Don Juan. Hippolita prépare un poison pour se venger, s’emploie à corrompre Vasquès, mais sera son propre bourreau.Plus tard, quand il faut marier Annabella, enceinte de Giovanni, le drap limitera la chambre nuptiale, puis la chambre-prison où le mari outragé enferme « la putain ».Des trappes s’ouvrent autour de ce lit, comme les péchés creusent les damnations. Giovanni ne se repent pas, au contraire, il brave les hommes, la loi, la religion pour rejoindre Annabella, la poignarder, lui arracher le cœur, et tuer ceux qui les ont séparés avant de s’embrocher sur le poignard du vengeur. Alors, le plancher du crime se dresse à la verticale, le drap roule à sa base, dans l’ombre du mur des supplices. Il ne reste plus que le valet, qui, comme Sganarelle, se lamente sur son sort, et le nonce en violet qui prononce l’anathème sur les amants maudits.On admire ce retour à la simplicité, à la primauté du texte que servent brillamment tous les acteurs. La radieuse Fany Mary qui a remplacé Marion Bottolier souffrante, a appris en dix jours le rôle d’Annabella. Elle semble faite pour lui. Patrice Cauchetier  a créé des costumes dont les couleurs s’apparient subtilement, riches sans clinquant, magnifiques.La pièce va tourner en France, à Cherbourg, à Marseille, en banlieue parisienne, en Suisse, au Luxembourg, en Belgique, ne la manquez pas.

 

 


Spectacle vu à La Coursive de La Rochelle

10:10 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre |  Facebook | |  Imprimer

26/02/2006

Ohne, le canard boiteux

 

Ohne (Yves Arnault) est sans emploi. Il est aussi sans comme son nom l’indique, puisque, en langue germanique, le privatif « sans » se traduit par « ohne ». Il ne dit jamais « je », il s’exprime sans pronom personnel, il est sans place dans la société, et privé de langage. Il bute sur les mots, il les cherche, et eux se cachent dans les brumes de sa tête fatiguée par les « soporifiques », ébranlée par les trépidations d’un marteau-piqueur. Il boite du langage. Et l’époque n’est pas tendre pour les canards boiteux.
Il était déjà peu fréquent de voir, sur scène, le monde du travail, mais représenter l’organisation du « non-travail », ou plutôt comme on dit « des demandeurs d’emploi », s’avère rarissime ! Et voici, qu’après « la Sardine et le Porte avions » dans Dieu habite Düsseldorf, on découvre Ohne.
Après l’humour noir de Sébastien Thiéry, le comique fantastique de Dominique Wittorski sur le même sujet : « l’inadapté dans notre société » !
Moitié belge, moitié français, moitié polonais et autre, dit, de lui, Dominique Wittorski qui connaît l’art avec lequel le César de Pagnol dosait ses apéritifs dans Marius. Il y a du Courteline dans sa peinture des fonctionnaires, et son art de décortiquer les ambiguïtés de la langue, mais avec la tendresse d’un Dario Fo pour ses personnages. On retrouve le verbe truculent de Crommelynck et son art du nonsense. On reconnaît l’art du fantastique et la parodie de Gombrovicz, mais on pourrait aussi trouver d’autres influences afin de le rattacher à la lignée des grands auteurs. Quant à celle des metteurs en scène remarquables, il tient ses références de l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle à Bruxelles, et elles sont aussi cinématographiques : inclassable Dominique Wittorski, et forcément… gênant pour notre manie française de ranger les gens dans des cases soigneusement étiquetées. D’autant que cet homme, véritable protée artistique, est aussi comédien ! En effet, dans les trois tableaux qui se jouent à l’ANPE entre Ohne et trois employés différents, il sera le troisième, le plus drôle et aussi le plus émouvant, parce qu’il partage le malheur d’autrui jusqu’à s’en effondrer. Le premier (Alexandre Aflalo) a essayé d’apporter de l’aide, charitablement, comme un jeune homme bien élevé qui en réfère, par téléphone, à sa maman. Le second, (Raphaël Almosni) d’abord agacé par cet ignorant s’aperçoit que le réel ne bouscule pas seulement son horaire, mais remet en cause ses convictions. Il s’apitoie alors, comme le premier.
Mais ce qui plonge ces trois fonctionnaires dans les enfers du doute, et les rend exorables, c’est l’apparition éblouissante de la mère de Ohne. Bernadette Le Saché, lumineuse, irradie d’amour envers ce gros ours qu’elle n’a pas su lécher et qui reste pour la société un vilain petit canard. Elle parle bien, elle, la mère, elle n’oublie ni les pronoms, comme le Ohne du premier tableau, ni les verbes comme le Ohne du second, ni les noms comme dans le dernier. Mais c’est parce qu’elle est morte, vingt ans auparavant. « Je parlais comme ça, avant. » affirme-t-elle. D’où sort-elle ? « de lui ». Et c’est évident pour Ohne, comme pour le spectateur. Pourquoi vient-elle ? Parce qu’il a besoin d’elle, pour qu’elle l’explique aux autres, le sermonne et le câline.
L’intrusion du surnaturel illumine la scène tristement quotidienne où le fonctionnel règne. Elle est fine, fragile comme une ombre, face à l’athlétique Yves Arnault qui s’empêtre dans ses gestes saccadés comme dans ses phrases. Il est la matière brute, mal dégrossie et qui cache des trésors de bon sens. Il attendrit la salle entière.
Tragique est son histoire. Mais on rit. Non de ses manques, mais des nôtres, de ceux de notre société qui ne sait plus protéger ses faibles. Et on sourit à la mère, on sourit à cet auteur qui réveille un peu nos consciences.

 

 


 

Ohne de Dominique Wittorski
Théâtre de l’Est Parisien
Du 24 février au 19 mars
01 43 64 80 80

14:25 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre |  Facebook | |  Imprimer

24/02/2006

Les diables aux Mathurins

Sébastien Thiéry a écrit Dieu habite Düsseldorf, c'était pour deux personnages. Christophe Lidon, le metteur en scène fait jouer ces saynètes délirantes par trois comédiens, l'auteur, sa soeur de télévision, Marie Parouty, et un clown triste, Artus de Penguern, actuellement au Théâtre des Mathurins.

C'est tragique et pourtant on rit. Les psychanalystes vous diront que c'est pour évacuer l'angoisse. C'est aussi pour retrouver, dans un univers d'humour noir, la valeur de la vie.

 

Théâtre des Mathurins

01 42 65 90 00

Avant-Scène Théâtre, prix : 11 €

 

13:40 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre |  Facebook | |  Imprimer