Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2011

Tempête en Alaska

 

Le blizzard souffle en rafales menaçantes (Ambiance sonore : Axel Lussiez) quand Rosannah (Isabelle Duperray) trouve enfin refuge. Il était temps ! Avec sa robe de mariée en soie (costumes : Valérie Montagü) et ses escarpins bordés de dentelle, elle risquait la mort. Elle est glacée, affamée, n’a pas dormi depuis des jours. Elle reprend vie dans la chaleur d’une habitation rudimentaire, genre cabane de trappeur. Elle s’écroule au moment où s’éveille le propriétaire des lieux, un certain Henry (Norbert Ferrer), qui y vit comme un ermite.

« La scène est le lieu des conflits », répétait à l’envi Anne Ubersfeld qui fut un remarquable professeur de théâtre. Rosannah est raffinée et bavarde. Henry est du style taiseux et balourd. Tout est donc pour le mieux dans la meilleure dramaturgie possible.

Lorsque la belle se réveille, qu’elle a troqué ses vêtements de fête contre des nippes informes et des godillots, il faudra bien qu’elle explique cette cavale insensée depuis l’Arizona jusqu’à l’Alaska. Il faudra bien qu’il avoue ses éternels remords pour expliquer cette retraite au bout du bout du monde. Il vont se trouver des points communs, et surtout s’apercevront qu’ils ont besoin l’un de l’autre.

Avec peu de moyens, dans un petit théâtre de Montmartre, cette jeune équipe réussit le pari d’une charmante création. Allez l'encourager… Émotion garantie pour un public de tout âge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une lueur en Alaska (Brilliant Traces) de Cindy Lou Johnson

Traduction de Blandine Pélissier

Le Funambule Montmartre

du Mardi au Samedi à 21h30

jusqu’au au 29 octobre 2011.

01 42 23 88 83

19/09/2011

Eh bien chantez, maintenant !

 

 

 

Du temps de l’O. R. T. F., il n’y avait pas de censure, juste des « conseils ». Au nom des bonnes mœurs et pour protéger la morale des familles, un « comité d’écoute », classait les chansons dans des catégories précises : « pas avant vingt-deux heures », car les enfants se couchaient tôt. Puis venait le « pas avant minuit », plus restrictif, et enfin, le « interdit de diffusion » qui condamnait la chanson à mort.

Ce sont quelques-unes de ces « chansons déconseillées » que les comédiens français, sous la direction de Philippe Meyer, donnent au studio de la Comédie-Française. Ils avaient déjà, la saison dernière, révélé quelques chansons coquines. Depuis le 15 septembre, ils mettent en scène des chansons que le grand public connaissait peu ou pas du tout.

Sylvia Bergé, Cécile Brune, Françoise Gillard, Serge Bagdassarian, Benjamin Jungers, Stéphane Varupenne, Félicien Juttner, et Guillaume Mika, accompagnés de trois musiciens, (Jean-Claude Laudat à l’accordéon, et en alternance, au piano, Pascal Sangla, ou Osvaldo Caló, Anne Causse, au violoncelle, ou Frédéric Dessus, au violon), interprètent des chansons qu’on avait mises au placard. Elles dérangent, mais il est temps de leur dire : « Eh bien, chantez maintenant ! »

Les auteurs ? Béranger bien sûr, et Hugo, car le XIXe siècle n’admettait guère qu’on critique les « gens en place », ou « le bourgeois ». Plus près de nous, Prévert, Mac Orlan, Ferré, Brassens, Darnal, Debord, et la version que Rosa Holt, poétesse antinazi écrivit en 1935 transformant la romance du XVIIe, qui chantait « L’amour m’y contera » de Giroflé, Girofla en chanson antimilitariste.

Il en est des tragiques comme Jean Misère  que Pottier écrivit pour rendre hommage aux Communards, il en est de caustiques, inénarrables comme Le Général à vendre de Francis Blanche ou La Tyrolienne haineuse de Pierre Dac.

Les comédiens français en font de véritables petites comédies (musicales, bien entendu !), et rendent justice à leurs auteurs. On sait quel impact sur l’opinion, produisirent celles qui bravèrent la censure, comme Le Déserteur, ou Le Soudard. Et ce rôle de la chanson Philippe Meyer le défend régulièrement dans ses chroniques.

Les chansons sont utiles, elles propagent des idées. Courez vite au Studio pour retrouver cette heure de liberté, et n’oubliez jamais ce qu’écrivait Roda-Gil, né dans un camp où on avait incarcéré les républicains espagnols : « À quoi sert une chanson si elle est désarmée ? ».

 

 

 

Chansons déconseillées dirigées par Philippe Meyer

Studio de la Comédie Française à 18 h 30

Jusqu’au 30 octobre

www.comedie-francaise

01 44 58 98 58

18/09/2011

Dîner avec le diable

 

 

Il croyait que son génie lui donnerait des privilèges, et que, le Führer aimant sa musique, il pourrait résister à l’idéologie dominante. Mais il ne faut jamais dîner avec le diable et  Richard Strauss (Michel Aumont) en fit l’amère expérience.

En 1931, il est déjà un compositeur illustre, mondialement reconnu, et après la mort d’Hofmannsthal, il demande à Stefan Zweig (Didier Sandre) de lui trouver un sujet d’opéra, puis de lui en écrire le livret. Il croit pouvoir passer outre les lois raciales quand Hitler les promulgue, et pense que « le petit Goebbels » s’inclinera devant  son art. Persuadé que les nazis veulent « soutenir la culture », il  jure qu’il « ne collaborera jamais » avec eux et qu’il imposera « le juif » Zweig. Mais ce dernier sait bien que  la partie est perdue, et il choisit l’exil, puis la mort.

Sur cette trame connue, et grâce à leur correspondance, Ronald Harwood, avec Collaboration, imagine les rencontres du musicien et de l’artiste. Il brosse en contrepoint le portrait d’une épouse naïvement réaliste, Pauline Strauss (Christiane Cohendy), et auprès de Zweig une secrétaire dévouée et effacée, Lotte Altmann (Stéphanie Pasquet) qui deviendra sa maîtresse et le suivra jusqu’à la dernière nuit. La  terreur nazie est personnifiée par Hans Hinkel (Éric Verdin) qui menace Strauss à travers sa bru qui est juive, et ses petits-enfants.

Effroyable chantage qui oblige Strauss à collaborer. Marché infâme qui conduira le compositeur  devant la commission de dénazification en 1948.

Dans les décors sobres d’Agostino Pace, Georges Werler dirige ses acteurs avec rigueur. Les deux protagonistes, Michel Aumont en puissance, Didier Sandre en sensibilité, sont bouleversants. Christiane Cohendy enrichit son rôle ingrat de maîtresse de maison mesquine d’une tendre maladresse. Le nazi est raide sanglé dans son personnage et Sébastien Rognoni en Paul Adolph, directeur d'opéra affolé est excellent dans sa courte scène.

Chaque  séquence  est ponctuée d’extraits  d’opéras et Jacques Puisais a réglé les lumières avec précision. Les costumes de Pascale Bordet recréent l’époque sans ostentation. C'est une pièce sombre, mais qui suscite la réflexion et qui, par ses interprètes admirables, donne toute leur force à ces vers prémonitoires de Gottfried Keller (publiés en 1846) :

« Quand enfin les criminels

Seront chassés du pays

On en parlera longtemps

Ainsi que de la mort noire.

[…] Joie s’élève des souffrances,

Le jour a vaincu la nuit. »*

 

 

* Vers cités dans La Rose blanche, six Allemands contre le nazisme de Inge Scholl, éditions de Minuit. 

 

 

 Collaboration de Ronald Harwood, traduction de Dominique Hollier

Théâtre des Variétés

Depuis le 6 septembre

01 42 33 09 92