Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2012

Le triomphe de Goldoni


 Dans la Trilogie de la Villégiature, Goldoni abandonne Venise pour la Toscane et envoie ses personnages de Livourne à Gênes, quand lui-même s’apprête à partir pour Paris.

La Manie de la villégiature  présente une société de jeunes bourgeois prodigues, singeant les aristocrates, dans ce qu’ils ont de plus affligeant, le mépris de classe, leur penchant au « paraître », la dissipation de leurs biens. Plus soucieux de suivre la mode que de s’occuper de leurs affaires, ils courent à la faillite.

 Leonardo (Laurent Stocker) s’endette pour maintenir un train de vie dispendieux au grand dam de son valet Paolo (Éric Ruf). Sa sœur Vittoria (Anne Kessler) se sentirait déshonorée de ne pas aller en « villégiature » à Montenero, et de ne pas y étrenner une toilette à la mode. Une seule solution : épouser Giacinta (Georgia Scallet) la fille  de Filippo (Hervé Pierre) dont la dot permettrait de régler ses factures. Mais la belle a un autre prétendant, Guglielmo (Guillaume Gallienne), et Filippo est un père qui « a trop de bonté ». Sous le regard impitoyable de Ferdinando (Michel Vuillermoz), le parasite qui profite de la situation, ces personnages se surveillent, plus attentifs aux comportements qu’aux sentiments.

Le seul honnête homme de cette société frivole, est Fulgenzio (Bruno Raffaelli). Lui, n’allant à la campagne que « pour s’occuper de ses intérêts », c’est-à-dire, pour toucher les revenus de ses domaines et non pour se divertir, essaie paternellement de mettre un peu de plomb dans les têtes écervelées de tous les jeunes gens.

Puis il y a les serviteurs, Brigida (Elsa Lepoivre), Cecco (Jérôme Pouly) et Paolo, lucides, généreux, patients, dévoués, qui observent les faiblesses des maîtres et essaient de résister à la ruine annoncée.

Les Aventure de la villégiature et Le Retour de la villégiature précipiteront cette débâcle, en y entraînant d’autres figures de la société, Madame Costanza (Florence Viala), et sa nièce Rosina (Adeline d’Hermy), Sabina (Danièle Lebrun), Tognino (Adrien Gamba-Gontard).

La fin est mélancolique. Il y est beaucoup question d'argent, de renoncement à  l’amour, de résignation à l'exil, et de promesses. Pour morales que soient ces réflexions, corrigeront-elles les protagonistes ? C’est le but de la comédie…  

Dans cette nouvelle mise en scène signée Alain Françon on ne sait ce qu’il faut admirer. La scénographie de Jacques Gabel ? Elle est en congruente au texte. Les lumières de Joël Hourbeight ? Elles s’y accordent sublimement ! Les comédiens ? Ils sont parfaits dans leurs costumes splendides (Renato Bianchi), adaptés à leur condition, aux couleurs en harmonie. Un miracle de beauté et d’intelligence pour le triomphe de Goldoni.

 

 

La Trilogie de la villégiature de Goldoni

Traduction de Myriam Tanant

Théâtre éphémère de la Comédie-Française

Jusqu’au 12 mars

0825 10 1680

www.comedie-francaise.fr

 

 

 

 

Les dessous du gala


 

Frédéric (Flannan Obé) était chanteur lyrique. Il formait avec Elisabeth (Florence Andrieu), un de ces duos fameux comme on en voyait naguère au Châtelet, à la Gaîté-Lyrique ou à Mogador. À la ville comme à la scène, ils étaient merveilleux dans leurs « duos d’amour ».  Mais lassé par l’existence bohème, il a abandonné élisabeth pour se marier, faire des enfants et des affaires.

Sept ans plus tard, le partenaire d’élisabeth ayant eu un accident, il doit le remplacer au pied levé un soir de gala. Il n’a pas le costume adéquat, il a oublié quelques enchaînements, il faut répéter avant le spectacle. Et élisabeth se méfie des sentiments toujours vivaces qu’elle dissimule sous des tonnes de fermeté maussade.thétare, littérature, danse, musique, Théâtre du Ranelagh

La dispute se joue à fleurets mouchetés, en coulisses, dans les loges et sur la scène, sous les yeux du pianiste (Yves Meierhans) prêt à tous les sacrifices pour honorer la soirée. La mise en scène de Florence Andrieu et des deux comédiens est efficace, les lumières de Stéphane Balny aussi sémillantes que les comédiens. Le spectateur s’aperçoit vite que les dessous du gala sont un peu décousus.

Cette comédie renouvelle l'éternel débat du "jouer d'âme ou jouer d'intelligence" du Paradoxe sur le comédien  de Diderot, repris dans Pas de tango d’Israël Horovitz. Ici, les protagonistes chantent et dansent l’amour tout en essayant d’éviter de se toucher, et en se lançant quelques méchancetés masquées par un sourire de circonstances. La chorégraphie d'Estelle Danière et Philippe Fialhsouligne les effronteries.

C’est pétillant, plein d’audace et d’humour. On en a besoin dans la morosité actuelle…

 

 

L’Envers du décor de Florence Andrieu et Flannan Obé

Théâtre du Ranelagh

Jusqu’au 17 mars

Du mercredi au samedi à 21 h

Dimanche à 15 h 30

 

 

 

 

 

22/01/2012

Le môme du Bronx


 

C’était un roman de Chazz Palminteri. Francis Huster en fait un monologue à plusieurs voix. Il est non seulement le jeune Cologio, « môme de neuf ans », témoin d’un assassinat, mais également son père, Lorenzo, le gangster Sony, caïd du quartier, Eddy la Poisse, Frankie tronche de cake, Phil le colporteur, et Jane la belle noire pour laquelle le jeune Italien, adolescent abandonnera les préjugés des siens.

Steve Suissa fait évoluer le comédien dans un espace restreint. A jardin, la façade l’immeuble où la famille italienne habite. En haut des quatre marches, la porte d’entrée est barrée d’un « keep out ». A cour, un lampadaire éclaire la brasserie close, ancien quartier général de Sony, la bouche d’incendie : 187e rue, au coin de Belmont Avenue. Au centre une ruelle mal pavée, en trompe-l’œil, partout des murs couverts de graffitis.

Le père conduisait un bus, il ne voulait pas se compromettre avec un truand, mais aurait trouvé déshonorant que son fil devienne un mouchard. Entre les commandements divins et  les amendements de la constitution, le catholique trouvait toujours le bon chemin.

C’est ainsi que Sony qui n’avait jamais eu de fils, devint le protecteur de Cologio, qu’il appela C. pour faire court. Les gens craignaient Sony, ils respectèrent C. qui devint « quelqu’un ». Puis un jour, il dut choisir entre son cœur et son clan. Et Sony fut de bon conseil.

Si bien qu’à la mort de Sony, père et fils se retrouvèrent devant la tombe du malfrat.

Francis Huster passe d’un personnage à un autre avec maestria. Il donne aussi à l'évolution de son môme une infinie tendresse. Et à travers ce récit, offre une belle leçon de tolérance.

 

 

 

 

Bronx de Chazz Palminteri, adaptation d’Alexia Perimony

Théâtre des Bouffes Parisiens

Du lundi au mercredi à 20 h 30

Vendredi 19 h

Samedi 18 h 45

Dimanche 18 h