Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2017

Le retour du Grand-Guignol

 

 

Théâtre, théâtre des Béliers, Grand-Guignol, Nathalie MannIl s’en passe de belles à Paris, dans le dix-huitième arrondissement, enfin, pas partout, mais dans la petite rue Ste Isaure, d’habitude si calme, et, pour être précis  au Théâtre des Béliers: les zombies ont envahi la scène.

Quelle histoire ! Imaginez un couple tranquille et leur fillette, la petite Lucie, dînant tranquillement avec juste le minimum d’hostilités habituelles : la gosse qu’ « aime pas la viande », le rôti trop cuit, Karen (Ariane Brousse), la mère qui reprend le sport et le père qui va être accusé de piocher dans la caisse de sa boîte…

Maintenant que la situation vous paraît tout à fait normale, le fantastique peut surgir, disait notre maître Todorov…

Didier Baronnet et Ronan Yvon ont dû se souvenir de la leçon pour écrire Alimentation générale. Car le matin suivant, l’épidémie commence. La petite Lucie revient ensanglantée de l’école où les élèves et les maîtres se sont entredévorés ! Les zombies envahissent la ville… Quiconque est mordu par l’un d’entre eux devient un mort vivant ogre à son tour et propageant « ce mal qui répand la terreur ». Impossible d’y échapper, sauf à rester cloîtré dans des murs inexpugnables.Théâtre, théâtre des Béliers, Grand-Guignol, Nathalie Mann

Karen a fui à temps, armée de son fleuret d’escrime. Elle rencontre un dénommé La Smoule (Martin Darondeau), qui faisait de la figuration dans un film et que son déguisement morbide a sans doute protégé. Ils vont trouver refuge dans le sous-sol de Driss alimentation  avec une gamine qui a déjà paré à plusieurs intrusions. Dehors, c’est la mort par morsure ou parce qu’il n’y a plus rien à bouffer… La cave offre l’alimentation et la protection. Que demander de plus ?

La guérison.

Théâtre, théâtre des Béliers, Grand-Guignol, Nathalie MannJustement, Ingrid (Nathalie Mann), docteur-chercheur à Bichat veut endiguer la contagion, et envisage même de guérir ceux qui sont atteints. Tel le Docteur Faust et son assistant Wagner, elle se livre avec Jacques son aide, à de sordides expériences. Ingrid est « sur le bon chemin », il ne s’agit que de doser l’injection. Mais…

Le Malin veille !

Ailleurs, c’est le cauchemar et les vers de Racine semblent écrits pour ces sinistres événements :

« Son ombre vers mon lit a paru se baisser ;


Et moi, je lui tendais les mains pour l'embrasser.


Mais je n'ai plus trouvé qu'un horrible mélange


D'os et de chair meurtris, et traînés dans la fange,


Des lambeaux pleins de sang, et des membres affreux


Que des chiens dévorants se disputaient entre eux. »[1]

Le metteur en scène Frédéric Thibault ne lésine ni sur les changements de lieux, ni sur l’hémoglobine, ni sur les masques et maquillages en tous genres. Philippe Bérodot, Ariane Mourier, Ghita Serraj, surgissent dans les lumières et les ombres de Denis Koransky. Des projections vidéo (Fabien Deborde), des effets spéciaux (Valérie Lesort et Laurent Huet), renforcent encore l’atmosphère fantastique et… parodique. 

Eh oui ! On rit beaucoup de ce spectacle surréaliste... et mordant !

Les situations et les dialogues sont pleins d’humour, souvent absurdes, souvent réalistes, toujours décalés. Les comédiens vous entraînent dans une sarabande diabolique et libératrice. On venait de voir Nathalie Mann
en dissidente russe persécutée, on la retrouve Dr Jekyll et Mr Hyde. Preuve que les grandes comédiennes peuvent tout faire !

Le Grand-Guignol était un genre très apprécié, le voici de retour avec Alimentation générale, pour vous faire hurler…de rire.

 

Alimentation générale de Didier Baronnet et Ronan Yvon

Théâtre des Béliers

01 42 62 35 00

du mardi au samedi, 21 h

dimanche 17 h

 

 

[1] - Athalie, acte II, scène 5.

28/03/2017

La machine à désespérer les hommes

 

 

 

théâtre,théâtre de la ville,demarcy-mota,camus1948 : le bel élan fraternel de la Libération s ‘est fracassé devant la sordide réalité de l’après guerre. Le monde se fracture. L’Europe se divise entre Est et Ouest. Le blocus de Berlin cristallise les peurs d’un nouveau conflit. Déjà, la guerre israélo-palestinienne a éclaté, et la guerre civile chinoise aussi. Les insurrections en Inde menacent la couronne d’Angleterre, mais en France, « l’émancipation des peuples » colonisés a été jugulée. Les émeutes en Algérie, et en Afrique ont été réprimées, le bombardement d’Haïphong a mis fin aux négociations avec Ho Chi Minh. Tout va bien, malgré la dévaluation du franc 44, 45 % de la monnaie, les grèves qui se succèdent et les gouvernements qui chutent…

C’est dans ce climat-là que Jean-Louis Barrault, voulant faire adapter Journal de l’année de la peste de Defoe sollicita Albert Camus. La peste ? Pour Antonin Artaud : « de même que la peste, le théâtre est fait pour vider collectivement les abcès » et Barrault en espérait un effet salvateur. Pour Camus, elle était l’allégorie du mal.

Et ce « mal qui répand la terreur »[1], il allait lui donner un corps, en faire un personnage dans État de siège, comme dans un auto sacramental espagnol. S’inspirant des structures du Théâtre antique, il constitue un chœur pour faire face aux puissants, et de Shakespeare il se souvient des lieux multiples ouverts sur la cité, et du bouffon philosophe. La pièce déplut. Elle était trop lucide et politiquement pessimiste.

théâtre,théâtre de la ville,demarcy-mota,camusAujourd’hui Emmanuel Demarcy-Mota s’empare de cette pièce pour nous alerter. Les attentats ont engendré la peur, d’aucuns l’alimentent dangereusement. Ainsi se justifient les inquiétudes de Camus, et son désespoir hante ceux qui croient encore à la justice. État de siège a été éreinté ? Raison de plus pour aller juger par vous-même !

Vous n'aimez pas le théâtre engagé ? Dommage ! État de siège aurait pu vous éclairer sur le monde et vous donner une raison de lutter contre le mensonge et la crédulité. La pièce est rarement jouée et cette mise en scène cloue le coeur, dérouille la mémoire et ouvre les esprits.

Dans une petite ville au bord de la mer, le passage d’une comète annonciatrice de malheurs est décrété non-événement par le gouverneur (Pascal Vuillemot), « roi de l’immobilité » et la foule obéit trop contente de n’avoir à se soucier de rien. L’Alcade (Jauris Casanova) approuve. Le curé (Gérald Maillet) y voit l’arrivée d’une punition divine, et incite le peuple à se confesser. Le Juge (Alain Libolt) adhère à ces préceptes. Pour protester contre l’obéissance aveugle, il y aurait bien Nada (Philippe Demarle), l’anarchiste qui prévient de « la calamité proche », et Diego (Matthieu Dessertine) qui veut « être heureux » avec Victoria (Hannah Levin Seiderman). Mais qui les écoute ?

La scénographie dYves Collet construit un espace quasi élisabéthain à trois niveaux. Deux galeries cernent  le proscenium très pentu, tapissé de plastique noir. La Peste (Serge Maggiani), flanqué de son acolyte, la Secrétaire (Valérie Dashwood), peut faire son entrée. « L’état de siège est proclamé ». Le gouverneur fuit, les autres retournent leur veste, et jusqu’à Nada qui trahit ! Alors, l’arbitraire va triompher. « Tous suspects, c’est le bon commencement ». Bureaucratie, interdictions, mises à mort, tout est « organisé ».théâtre,théâtre de la ville,demarcy-mota,camus

Aux comédiens rompus aux mises en scène d’Emmanuel Demarcy-Mota Serge Maggiani, Hugues Quester, Alain Libolt, Jauris Casanova, Valérie Dashwood, Philippe Demarle, Sandra Faure, Sarah Karbasnikoff, Gérald Maillet, Walter N’Guyen, Pascal Vuillemot, viennent s’ajouter Matthieu Dessertine et Hannah Levin Seiderman, pour former une troupe homogène, mouvante, brillante, vertigineuse.

Surveillés par des écrans vidéos, piégés par des trappes, traqués, promis à la torture, à la mort, décervelés par des règlements abscons, les malheureux habitants de la ville doivent se soumettre. Et les spectateurs en tremblent aussi.

Du « terreur et pitié » requis pour la tragédie, il ne reste que la terreur. Nous en sommes si proches. Camus n’écrivait-il pas : « La société politique contemporaine (reste) une machine à désespérer les hommes »[2] ? Et les remous que nous vivons actuellement ne sont-ils pas annonciateurs d’une certaine peste ?

La pièce est pessimiste. Mais Camus nous donne un conseil : « ne pas avoir peur ». Ainsi, nous serons libres.

 

 Photos © Jean-Louis Fernandez

 

 

 

 

État de siège d’Albert Camus

Théâtre de la Ville-espace Cardin

Jusqu’au 1er avril

01 42 74 22 77

 

Tournée

Théâtre National de Bretagne

Du 25 avril au 6 mai

 

Ensuite

Tournée nord américaine USA et Ottawa

Lisbonne

Luxembourg

 

 

 

[1] - Les animaux malades de la peste (La Fontaine)

[2] - Réponse de Camus à Gabriel Marcel – in Combat décembre 1948, repris dans les documents de l’édition Folio théâtre.

25/03/2017

Malaise chez les petits-bourgeois

 

 

 

 

Madeleine (Christine Peyssens), est une fille exemplaire. Elle héberge sa mère veuve, Bon Maman (Yvette Poirier), et veille sur sa santé. De son côté, Lucien (Patrick Pelloquet), remplit soigneusement ses devoirs filiaux en recueillant son vieux Papa (Gérard Darman), veuf lui aussi. On devrait les féliciter Théâtre, Thé$âtre 14, Louis Calaferte, Patrick Pelloquetpour leur comportement édifiant. Mais la façade se fissure dès la première syncope de Bon Maman, c’est-à-dire dès les premières minutes du Serment d’Hippocrate. Il y a un malaise chez les petits-bourgeois.  Et les bonnes intentions deviennent caricatures.

Les Comédies baroques de Louis Calaferte peignent les travers d’une humanité mesquine et souvent stupide, où les liens familiaux servent de prétexte à l'assujettissement et où « ceux qui savent », manipulent les innocents. On ne raisonne pas, mais les bruits de la société y résonnent. Et ça grince !

Dans Le Serment d’Hippocrate, face à un symptôme clinique : « une bonne petite syncope », une famille ordinaire, confiante dans le savoir des professionnels, se trouve confrontée à des médecins obsédés par la pathologie de leur spécialité.

Toinette dans Le Malade imaginaire répétait « Le poumon ! », ici, le docteur Blondeau père (Pierre Gondard) ne soigne que « l’intestin », «  car « s’il fallait s’occuper aussi du cœur on n’en sortirait plus. » Et le docteur Blondeau fils (Georges Richardeau) ne jure que par « le foie ». Ils s’entêtent. Sont-ils fidèles au serment qui les fit médecin ? Ou en jouent-ils par ruse comme Knock ?Théâtre, Thé$âtre 14, Louis Calaferte, Patrick Pelloquet

Et les braves Madeleine et Lucien d’exécuter les consignes. La malade ? On la fait taire, on la neutralise. Elle ne veut pas de piqûres ? On triple sa dose !

On ne joue plus guère l’œuvre de Calaferte, l’anarchiste. On a tort. Patrick Pelloquet y reste fidèle et lui rend la place qu’il mérite sur nos scènes. Celle des farces populaires qui font prendre conscience des manipulations auxquelles nous sommes soumis, des habitudes sclérosantes, du manque d’amour.

Yvette Poirier désarticulée comme un pantin, Gérard Darman, vieux père au trainant, qu’on n’écoute pas et qui se rabat sur la nourriture pour exister, Christine Peyssens en maîtresse femme, Pierre Gondard et Georges Richardeau arrogants, tous entourent Patrick Pelloquet, comédien et metteur en scène, avec l’aisance d’un art pratiqué en commun depuis longtemps et superbement maîtrisé.

Théâtre, Thé$âtre 14, Louis Calaferte, Patrick PelloquetLes femmes, en rose saumon, (costumes : Anne-Claire Ricordeau) s’agitent dans la lumière crue d’ Emmanuel Drouot, autour d‘un canapé vert bouteille. Le père et le fils se fondent dans le décor suranné, habitués à obéir. Les médecins, taches claires dans ces sombres pénates, détraquent les habitudes.

C’est à hurler de rire. Et l’ordre des médecins, n’a pas porté plainte ? Non, car le spectacle, créé en 2014, à Avignon (Off), tourne toujours. En voilà qui ont le sens de l’humour. Le cas est si rare aujourd’hui qu’il faut en profiter. Et vite !

 

 

Photos © Lot

 

 

Le Serment d’Hippocrate de Louis Calaferte

Théâtre 14

01 45 45 49 77

Jusqu’au 22 avril

Mardi, vendredi, samedi à 20 h 30

Mercredi et jeudi à 19 h

Samedi à 16 h