Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2011

Humeur

 

 

 

Je reçois un dossier de presse. J’en reçois tous les jours. Mais celui-là m’interpelle.

Il émane du « Monfort-Théâtre ».

- Tiens, me dis-je, encore un nouveau lieu ! Diantre ! (Comme on dit chez Molière), « l’avignonisation » de Paris continue, - comme dirait mon ami Victor (Haïm).

J’ouvre l’enveloppe.

Je cherche l’adresse. « 106, rue Brancion » !

Nom de…***

C’était le Théâtre Silvia Monfort !

Pourquoi l’a-t-on ainsi castré de son prénom ?

Imagine-t-on le collège Moulin, au lieu de Jean Moulin ? Ce n’est pas du tout la même farine !

Le lycée Renoir, c’est le peintre ? Le cinéaste ? Le comédien ?

Et avec l’hôpital Debré, je m’interroge ? Le ministre ? Le peintre ? Le médecin ? Et lequel ?

Il y a des prénoms indissociables de leur patronyme.

Silvia Monfort, grande dame de la Résistance, avait gardé le nom qu’elle portait dans la clandestinité, pour l’illustrer au firmament du Théâtre. On l’aimait ainsi, tout entière…

Qui, dans un an, dans dix ans se souviendra de ce qu’elle représenta pour les auteurs, les comédiens, ses amis du Théâtre et des Lettres, ses compagnons de lutte, et même la ville de Paris ?

Que veut-on nous faire oublier ?

 

 

 

 

*** Suivant votre religion, vous choisissez le blasphème qui vous convient…

 

19/05/2011

Des êtres imparfaits

 

 

Vous connaissez l’histoire. Camille (Suliane Brahim) et Perdican (Loïc Corbery) sont destinés l’un à l’autre depuis leur plus tendre enfance. Il a fini ses études. Elle sort du couvent. Le Baron (Roland Bertin) va les marier. Tout est prêt, même les dispenses (Ils sont cousins). Mais Camille parle d’entrer en religion et feint lune orgueilleuse froideur. Perdican, par dépit, joue les petits coqs, et Rosette (Suliane Brahim), l’oie blanche, est sacrifiée. La comédie marivaudienne se termine en tragédie.

Alfred de Musset bouscule les mœurs, l’éducation, la société. Son texte est sublime et nos jeunes générations s’en délectent toujours. Les humains sont restés  des « êtres si imparfaits et si affreux ! »

théâtre,comédie-française,musset,beaunesne,loïc corberyPour montrer son atemporalité, le metteur en scène, Yves Beaunesne fait jouer les comédiens du Français en tenue « sixties » (costumes de Jean-Daniel Vuillermoz). Rosette, jupe ceinturée passe l’aspirateur en gants de latex rose, en écoutant son transistor. Perdican porte un duffle-coat, Camille arbore le bleu marine des pensionnaires. Maître Bridaine (Pierre Vial) n’a pas encore perdu sa soutane. Et un rideau brechtien sépare l’espace.

Il a supprimé le Chœur, et répartit astucieusement les répliques entre les protagonistes. Il situe l’action dans un espace clos, une salle de billard, dont la table s’enfoncera dans le plancher pour devenir « place », « jardin » « champ » et « fontaine ». Notre attachement à la Nature si chère aux romantiques en souffre un peu, mais ne chipotons pas sur le décor. Car l’interprétation brillante des comédiens rallie tous les cœurs.

Loïc Corbery fait de son Perdican un jeune homme susceptible, mélancolique, fragile. Julie-Marie Parmentier, joue une Camille touchante dans sa volonté de répéter les leçons du couvent. Suliane Brahim en adolescente futile et indiscrète qui se cherche une place au soleil, meurt comme une tragédienne. Quant aux « vieux », empêcheurs de s’aimer en rond,  Pierre Vial, Christian Blanc, Roland Bertin, et Danièle Lebrun duègne offensée, ils sont parfaits.

Au tableau final, ces bouffons devenus juges, veillent le corps de Rosette tandis qu’au premier plan, Camille dit adieu à Perdican effondré.

La scène est inoubliable…

 

 

 Photo : Brigitte Enguerand

 

On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset

Théâtre du Vieux-Colombier

Jusqu’au 26 juin

01 44 39 87 00/01

18/05/2011

Une mort très douce

 

 

 

Noëlle Châtelet avait su trouver les mots pudiques, douloureux, affectueux pour dire la mort. Une mort très douce. Celle de sa mère, qui, à quatre-vingt douze ans avait choisi de partir avec dignité avant le grand naufrage du corps et de l’esprit. C’était un récit bouleversant.

Gérald Chatelain en l’adaptant au théâtre, a su recréer l’émotion de la lecture sans aller jusqu’au pathos. Il met en scène le dialogue mère-fille avec une comédienne magnifique, Catherine Rétoré. Elle est seule sur un plateau dans lequel s’ouvrent des trappes. théâtre,artistic athévains,gérald chatelain,noëlle châteletEt de ces bouches d’ombre montent des marionnettes, marottes à tringles manipulées par deux servants, Sylvain Blanchard et Natacha Stoyanova. Il y aura aussi des silhouettes découpées, et en fond de scène des images animées de Jean-Pierre Lescot. Et la voix de Sabine Haudepin, chaude, aux inflexions généreuses, au timbre sensible. Pas une voix de vieillarde, ni de mourante. Mais la voix d’une femme sans faiblesse qui ne transige ni avec son amour, ni avec ses principes. théâtre,artistic athévains,gérald chatelain,noëlle châtelet

 

 

 

La marionnette distancie, elle évacue le tragique. Une marionnette impériale, vêtue d’un manteau de brocart rouge à traîne alterne avec celle, plus prosaïque d’une grand-mère à  cheveux blancs et tablier bleu, image traditionnelle des livres pour enfants. La mère de Noëlle Châtelet portait un survêtement bleu, mais si l’auteur ne s’y retrouve pas, nos mémoires archaïques la reconnaissent. Lorsque la narratrice prend une flûte traversière pour accompagner la mort de sa mère, c’est le paradis qui s’ouvre.

La dernière leçon est bien sûr un « dialogue d’amour » entre la mère et la fille, commencé dès la naissance et que la fille continue par-delà la mort. La leçon est celle de « l’apprendre à mourir »  des grands philosophes, Socrate, Platon, Sénèque, Montaigne.

Une très belle réalisation.

 

 

 

Photo: Lot

 

La Dernière Leçon d'après le récit de Noëlle Châtelet

adaptation de Gérald Chatelain

 

Théâtre des Artistic Athévains

Jusqu’au 31 mai

01 43 56 38 32

Attention aux horaires :

Mardi à 20 h

Me et Je à 19 h

Ve et sa à 20 h 30

Sa et Di à 16 h