Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2010

Misandrie joyeuse

Nouara Naghouche est AA.

Lisez : « Alsacienne arabe ».

Et vous savez, demande-t-elle, la différence entre un arabe et un alsacien ? Réponse : « l’Arabe parle français ». Oh ! Pas celui de l’Académie, mais quand elle raconte la vie à Colmar, tout le monde la comprend.

Zoubida, bouclée dans son F5, est soumise à la brutalité de Rachid, Marguerite la xénophobe subit un René pas très net, et Marie-France, « d’origine sociale privilégiée » s’épanouit depuis qu’elle s’est libérée de son mari. Par petites scène crues, violentes, gouailleuses, Nouara Naghouche raconte avec humour le quotidien des femmes, leurs sacrifices, leur misère, et la violence des mâles qui les oppriment. sacrifices.jpg

Avec sa misandrie joyeuse,  elle est épatante cette petite femme-là !

Vêtue d’un survêtement dépareillé, elle mime les situations et change de personnalité au gré des histoires de sa cité. Les textes qu'elle cosigne avec Pierre Guillois, qui met en scène, finissent par se recouper pour un réquisitoire en forme de…plaidoyer…

Le spectacle est dû à "une initiative de Matthew Jocelyn". Il s'en passe des choses à l'Atelier du Rhin...

 

 

 

 

 

 

Sacrifices de Nouara Naghouche et Pierre Guillois

Théâtre du Rond-Point

01 44 95 98 21 

Jusqu’au 28 novembre à 18 h 30

 

 

 

Sacrifices

 

 

Photo : © Brigitte Enguérand

05/11/2010

Jours pas tranquilles à Hambourg

 

 C’est une « famille ordinaire ». Véra (Bérangère Allaux) les adore. Elle a toujours trouvé son grand-père (Oskar Abraham (Roland Bertin) « épatant ». En 1939, comme vingt ans plus tard… Oskar est un bon Allemand, d’une vieille famille hanséatique, luthérienne, et patriote. Son fils Julius (Matthias Bensa) qu’il considérait comme « bon à rien », vient de s’engager dans la police nazie. Il va aller nettoyer les ghettos et pourchasser les partisans. Un bon Allemand, aussi… Sa femme Elga (Christiane Cohendy) s’occupe de la maison, de la cuisine, et ne délègue rien à sa bru, Dörra (Laure Wolf), qui ne comprend pas pourquoi son mari ne la touche plus, ne la regarde même plus et passe ses rares permissions à soliloquer. Comment cet homme aimant a-t-il pu devenir le « finisseur de gosses » des exterminations en Pologne ? Il se rêvait héros, il s’éveille « bourreau ».

Pas comme Elga. Femme soumise, timorée, effacée, mère nourricière sans éclat, soucieuse de la bonne entente familiale, elle accomplit instinctivement le seul geste d’amour qui sauve les siens de la complète faillite morale. Elle protège Sarah, l’enfant des voisins que la police vient arrêter. Les jours ne sont pas tranquilles à Hambourg...

« C’est une pièce sur l’amour, ses absences, ses défaillances », dit l’auteur, José Pliya. Une famille ordinaire @Hervé Bellamy.jpgEt dans la famille Abraham, Oskar n’a jamais aimé Julius, il n’aime plus Elga. Julius déteste son père et reste indifférent au corps de Dörra. Les hommes à« la virilité en berne », s’investissent dans la guerre. Dörra n’aime plus sa fille, les Allemands de Hambourg se méfient de ceux de Francfort, et les voisins sont suspects. Tout concourt à la dégradation des sentiments, tous permettent l’abomination.

Mais à travers l’histoire allemande, José Pliya parle aussi du Rwanda, des haines ethniques, des massacres d’innocents, et au-delà, de l’Afrique qui lui est chère, de la Serbie, de la Croatie, de toutes les haines primitives et irrationnelles, attisées par des hommes en mal de pouvoir.

Hans Peter Cloos signe une mise en scène diabolique. La vidéo de Camille Pawlotsky, sur fond d’images de vampire et de ruines, en noir et blanc, est projetée dans un intérieur déconstruit où une dizaine de postes de TSF laissent à imaginer les ramifications de la « propagande ».

Laure Wolf paraît d’autant plus fragile, Matthias Bensa brisé, que Roland Bertin installe une présence puissante. Christiane Cohendy, voix fêlée, insidieuse et tourmentée, montre avec justesse, une femme pliée par le vent mauvais. Quant à Bérangère Allaux délicate et forte, qui semble invisible aux yeux des autres, c’est une révélation.

Cette  mise en scène d'Une famille ordinaire consacre une oeuvre dérangeante, de celles qui donnent un sens à la littérature dramatique.

 

 

 

 

 photo : Hervé Bellamy

 

Une famille ordinaire de José Pliya

Théâtre de l’Est Parisien

Jusqu’au 27 novembre

01 43 64 80 80

09/09/2010

Une leçon de théâtre

La répétition d’une pièce s’apparente au mystère sacré. Comment le metteur en scène, à partir d’un texte, peut-il créer ? Tel un dieu devant le chaos originel, il sépare les éléments puis les réunit pour en montrer l’ordonnance et l’imbrication.

C’est à ce miracle que nous assistons avec L’Épreuve de Marivaux, où la metteuse en scène (Sophie Lecarpentier) dirige la lecture à la table, écoute les propositions, modifie les costumes, règle les lumières, organise les déplacements, corrige les maladresses, gourmande les paresseux, afin de présenter un tout cohérent.

La troupe est jeune, et tous ont l’âge de leurs rôles, sauf Madame Argante (Solveig Maupu, qui signe aussi la photo) qu’il faudra vieillir. On jouera en costumes contemporains. l'épreuve.jpgLucidor (Xavier Clion) aura un club de golf comme accessoire, et les pantalons d’un blanc immaculé donneront la note aristocratique. La « folie » du XVIIIe sera plutôt cubique, avec quelques références aux tableaux d’Hopper, dans la couleur et les lignes.

Chaque comédien présente son personnage, sa situation sociale et ses références à aujourd’hui. C’est habile, et le jeu de Marivaux se double d’un jeu pédagogique sur l’œuvre, et sur le métier de comédien. Lisette (Hélène Francisci) cherche encore ses marques, Angélique (Vanessa Koutseff) a besoin d’explications, Madame Argante (Solveig Maupu) éclate en sanglots, Emmanuel Noblet (ou Stéphane Brel) en font trop, Maître Blaise (Julien Saada) tire vers le grotesque.

Et au bout de toutes ces hésitations, reprises, détours, colères, la pièce sort de sa gangue. Les comédiens jouent juste, et les spectateurs ont pris une excellente leçon de théâtre et de modestie.  

 

             

                                                                                                                                                                       photo : Solveig Maupu

 

L’Épreuve de Marivaux

Théâtre 13,

jusqu’au 17 octobre

0145 88 62 22