Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2014

Dynamiter le mariage ?

 

Théâtre, S. Thiéry, L. Chollat, Théâtre de la MadeleineAlain Kramer (François Berléand) est un homme sérieux, un avocat renommé. Il déclare à sa femme (Isabelle Gélinas), qu’il a « ramené du travail à la maison » et elle ne le croit pas. Pourquoi ? Parce qu’il est nu, et que son associé Nicolas (Sébastien Thiéry) l’est aussi ? Pourtant, elle qui est ostéopathe, ne devrait pas s’étonner d’une banale nudité… « C’est à cause des micros » dit Nicolas. Et les voilà partis sur des explications contournées qu’elle finirait par gober si, par malchance, elle ne découvrait un préservatif usagé sur le tapis de son salon ! Car c’est au domicile conjugal, dans le canapé, qu’ils se sont réveillés, dans le plus simple appareil,  vers 20 h, dans la pénombre (Lumières : Alban Sauvé), au moment où elle rentrait.

On connaît cette situation de vaudeville. Vous vous souvenez sans doute de La Dame de chez Maxim’  et de Petypon se réveillant avec la môme Crevette dans son lit, après une nuit de beuverie dont il n’a qu’un très vague souvenir. Ici, ni Kramer, ni son complice Nicolas ne conservent le moindre souvenir de ce qui s’est passé « avant ».  Vous vous rappelez sans doute aussi du flagrant délit de La main passe au cours duquel Francine réplique à Chanal son mari : « Qu’est-ce que tu vas encore t ‘imaginer ? ». Dans Deux hommes tout nus, c’est le mari qui demande à sa femme : « Qu’est-ce que tu vas chercher ? »Théâtre, S. Thiéry, L. Chollat, Théâtre de la Madeleine

 Sébastien Thiéry, 
dans Deux hommes tout nus, part de cette situation pour la dynamiter. Les codes volent en éclat. Catherine dit souffrir d’avoir bâti vingt-cinq ans de sa vie sur un mensonge. Son monde s’écroule. Pourtant, elle admet plus facilement l’idée que son mari ait une maîtresse (Marie Parouty) plutôt que d’accepter qu’il soit homosexuel. Et lui, qui consent à crier « Je suis un canard ! » refuse de dire : « Je suis homosexuel ! ». Normal, il n’a pas « de problème avec les canards ». Doit-on en déduire qu’il en a avec les homosexuels ? Sébastien Thiéry, comme Feydeau, sait cultiver la logique dans l’absurde.

La mise en scène de Ladislas Chollat fait pénétrer le spectateur dans l’intimité d’un foyer bourgeois aisé (Décors : Edouard Laug). Un long travelling avant, (Vidéo : Nathalie Cabrol) projeté sur la découverte du fond de scène amène le regard de la rue jusqu’aux fenêtres des immeubles haussmanniens, et franchit les murs, les balcons, les fenêtres. Les êtres vivent sous le regard des voyeurs qui les scrutent et les jugent.

François Berléand sobre, douloureux, affolé maintient le suspens jusqu’au bout. Sébastien Thiéry, seul contre la mauvaise foi, garde  ses allures de Buster Keaton. Isabelle Gélinas déconstruit toutes ses certitudes avec mesure, et Marie Parouty, assume un petit rôle difficile avec élégance.

Il n’y a pas de prêche, pas de démonstration, juste des interrogations, des regards, des soupçons, et des rires qui corrodent le bloc de négations que les protagonistes opposent à l’évidence.

La citadelle du mariage bourgeois s’effrite. Mais heureusement aucune manif pour le défendre ne passe par le théâtre de la Madeleine !

 

 

Photo : © LOT

 

Deux hommes tout nus de Sébastien Thiéry


Mise en scène de Ladislas Chollat

Théâtre de la Madeleine

01 42 65 07 09

Du mardi au vendredi à 20h30,

le samedi à 17h30 et 20h30

le dimanche à 15h.

 

 

30/09/2014

Ubu la revue

 

 

théâtre,revue,europeVous connaissez sans doute UBU, Scènes d’Europe / European Stages, cette revue bilingue (français et anglais), dédiée au Théâtre , et dont la rédactrice en chef est l’obstinée Chantal Boiron.

Une troisième langue figure dans chaque numéro, avec, dans cette nouvelle livraison, la publication d’extraits d’une pièce contemporaine : Le Tueur de dragons de Milena Markovič, pièce traduite par Jovana Papovič     et publiée en français et en serbe.


Le numéro (double : 56/57) ouvre un dossier consacré  aux « compagnies dramatiques indépendantes » en France aujourd’hui, avec les témoignages de Jean-Pierre Vincent, Philippe Quesne, Judith Depaule, Thomas Jolly, Julie Deliquet, Julien Gosselin, Lazare, Maya Boquet, Olivier Werner.

Revue trimestrielle, UBU, Scènes d’Europe / European Stages traite de tous les aspects du théâtre : l’écriture, la dramaturgie, la scénographie, la mise en scène, l’art dramatique, l’organisation structurelle, les techniques, l’histoire d’un théâtre en Europe, les événements, elle vous donne un agenda européen et vous rend compte des grandes créations ...

L'Europe existe… en revue ! Photos en couleur, papier couché, maquette agréable, une mine de renseignements !

Prix : 15 €

 

09/09/2014

Apprendre la vie

 

théâtre,théâtre de poche-montparnasse,ludmilla razoumovskaïa,didier longElena Sergueievna n’en revient pas. « Au nom de la terminale B », quatre de ses élèves, Lialia (Jeanne Ruff), Pacha (Gauthier Battoue), Vitia (Julien Crampon), Volodia (François Deblock), viennent sonner à sa porte, pour lui souhaiter son anniversaire ! Ils apportent bouquet, cadeau et champagne. Comment ne pas être touchée par tant d’attentions ?

Elle vivait avec sa vieille mère maintenant à l’hôpital, elle est donc solitaire, sans joie, et leur gentillesse la bouleverse. Elle les fait entrer. Ils trinquent ensemble. théâtre,théâtre de poche-montparnasse,ludmilla razoumovskaïa,didier longMais leurs prévenances durent peu. En réalité, ils ont appris qu’elle détenait la clé du coffre qui enferme leurs copies d’examen. Ils ont besoin de bonnes notes en maths pour continuer leurs études, et entrer dans les carrières qu’ils ont choisies. Ils se sont procuré le corrigé. Et ils sont sûrs de la réussite de leur stratégie.

Ils semblaient respectueux, prévenants, reconnaissants, ils n’étaient rien de moins que des pervers roublards, cyniques, cruels. Elena découvre des arrivistes prétentieux, des « esprits fascistes » prêts tout pour réussir. Elle veut les chasser, ils s’incrustent. Elle refuse de donner la clé, il la fouille, et ne la trouvant pas sur elle, retourne tout l’appartement. Ils se moquent de son idéalisme, de son « complexe d’Antigone ». Car elle est celle qui dit « non ».

Au bout d’une nuit de cauchemar où rien ne lui sera épargné, elle n’a toujours pas cédé. Pourtant, elle a décidé de renoncer à l’enseignement, consciente d’avoir échoué dans sa mission, ayant perdu toute illusion sur la bonté du genre humain. « Petit morveux, vous voulez m’apprendre la vie ? », lance-t-elle à celui qui manipule le groupe. Car dans cet affrontement, les failles sont apparues. Et malgré leurs bassesses, Vitia et Lialia sont plus pitoyables que méchants, Volodia plus poseur qu’indigne. Ils croient tout savoir de la vie, Elena a encore bien des choses à leur apprendre.

Dans Chère Elena, Ludmilla Razoumovskaïa peignait, en 1981, une société soviétique en pleine déréliction, quand elle fut créée en France, en 2002, à Aubervilliers, elle parut prémonitoire, car déjà, le mal, dans les banlieues avait atteint notre jeunesse, et des enseignants désemparés renonçaient à leur rôle. Aujourd’hui la gangrène a gagné.

Didier Long règle ce drame avec minutie, dans la scénographie qu’il signe avec Jean-Michel Adam. Il en montre toutes les nuances et les coups de théâtre. Les quatre jeunes bien propres dans leur uniforme vont peu à peu se chiffonner, se salir, les sourires s’effacer, la violence apparaître, les apartés briser les âmes, et Myriam Boyer les affronte, souveraine désespérée mais  inébranlable…

Il reste encore une traîtrise à lui jouer. Mais finalement, qui sera vaincu ?

Je vous laisse le découvrir.

 

 

 

 

 

Depuis le 2 septembre

Théâtre de Poche-Montparnasse

Chère Elena de Ludmilla Razoumovskaïa

Traduction de Joëlle et Marc Blondel

Du mardi au samedi, 21 h

Dimanche à 15 h

Et si vous ne pouvez pas venir à Paris voir Chère Elena, vous pouvez lire le texte, il est édité à L’Avant-Scène Théâtre, collection des Quatre-Vents.