Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2011

Au palais d’injustice*

 


Le Hugo de Mille francs de récompense ne craint pas la censure. Il refuse que son Théâtre en liberté  soit joué. Aussi s’en donne-t-il à plume joie pour traiter tous les thèmes qui lui tiennent à cœur, et en particulier  celui de la justice, donc de la liberté car « qui n’a pas la liberté n’a plus la vie ».

Il ne situe pas sa pièce dans une Espagne déclinante, une Angleterre déchirée, une Italie autocratique, une France historicisante. L’action de Mille francs de récompense est installée dans le Paris de sa jeunesse.

Il nous parle de la police et de la justice de 1825**, parce qu’au moment où il écrit, en 1866, le régime est toujours aussi dur pour le peuple. Rien n’a changé depuis qu’il écrivait dans Ruy Blas  « l’alguazil, dur au pauvre, au riche s’attendrit ». La classe au pouvoir et ceux qui la soutiennent préfèrent une « injustice à un désordre ». Le code pénal ? « Quinze ans et onze mois, on est un polisson ; quinze ans et trois mois, on est un bandit » dit Glapieu, qui, pour avoir volé douze sous à seize ans, a été condamné à trois ans de « maison d’éducation », où il a appris le métier de voleur.

Aujourd’hui on a fait de grands progrès. Certains, en 1945, avaient fait fermer les « bagnes d’enfants ». Mais au XXIe siècle, d’autres pensent qu’il faut incarcérer les « sauvageons » dès treize ans, et même les débusquer dès la maternelle. Ainsi, « grâce à la sollicitude de la société », ils pourraient, être « éduqués ». Malgré  cette instruction, Glapieu, étiqueté « récidiviste », interdit de séjour à Paris, « ne se sent pas la vocation » et quitterait « volontiers l’état, mais la police ne le veut pas. »

Le rôle de Glapieu, filou devenu redresseur de torts est sans doute un des plus beaux du répertoire. On imagine qu’il fut Gavroche dans « son vieux temps », c’est-à-dire son enfance. Il en a l’humour, la désinvolture, la finesse d’esprit, la détermination, la vivacité.

Hélas ! Le soir où nous avons vu Mille francs de récompense, à La Coursive de La Rochelle, Jérôme Huguet qui interprète Glapieu a confondu rapidité de l’intelligence et précipitation de la parole. Le texte du premier acte, débité à l’allure d’un cheval au galop (c’étaient les grandes marées), devenait inaudible. Jouer les essoufflés, au théâtre, demande une diction impeccable. Sinon comment comprendre la situation et toutes les subtilités des réflexions en contrepoint du drame qui se déroule sous ses yeux, alors qu’il fuit la police.

La jeune et jolie Cyprienne (Émilie Vaudou) veille son grand-père, le major Gédouard (Eddy Letexier). Il donnait des leçons de musique. Depuis qu’il est malade, sa mère Étiennette (Christine Brücher) et elle, n’ont plus de ressources, les dettes se sont accumulées, et ce matin d’hiver, on vient les saisir. L’huissier procède sous les ordres d’un certain Rousseline (Laurent Meininger), un tartuffe opportuniste. Sous le masque de la respectabilité se cache un profiteur, vindicatif et cupide qui convoite Cyprienne, laquelle est amoureuse du jeune Edgar Marc (Benjamin Hubert), commis de banque. Pour arrêter la saisie, il faut quatre mille francs. Edgar les donne. L’argent ne lui appartenait pas. Les femmes sont sauvées, mais pas la société ! Edgar devra rendre des comptes.

Hugo, comme il le fait toujours, ébauche un croquis du décor pour ce premier acte. Il place les entrées et sorties, à savoir, la porte qui donne sur l’appartement où se déroule la vente des meubles, celle de l’escalier de service par où Glapieu pénètre dans le logis, la lucarne qui donne sur le toit, la garde-robe où il se cache, l’alcôve où dort le grand-père malade, le piano sur lequel il donnait ses leçons. Hugo écrit tout en mettant en scène, et l’emplacement qu’il prévoit règle les déplacements de ses personnages.

Le metteur en scène, Laurent Pelly, inverse le schéma, c’est son droit. Mais il place le lit du grand-père de telle sorte, que le public assis à jardin dans la salle, ne le voit pas. Éclairage à contre-jour, ombres chinoises du va-et-vient des intervenants, esthétisent la scène, mais la rende-t-elle efficace pour le spectateur ? De même quand l’auteur écrit que Cyprienne est en robe de toile « blanche », le code est évident. Pourquoi l’habiller de gris ? C’est un détail direz-vous. Sur scène, chaque détail est signifiant.

Heureusement l’acte suivant est parfait. Décor (Chantal Thomas), éclairage (Joël Adam), perruques, masques et accessoires, neige qui tombe, tout s’inscrit dans la soirée de carnaval conçu par Hugo. Deux personnages nouveaux entrent en scène. Des noceurs : M. de Pontresme (Thomas Condemine), et Barutin (Jean-Benoît Terral). Ce dernier est député, mais il « ne s’occupe pas de politique », juste de finances. L’autre est un oisif, mais il apprend que son oncle chancelier l’a fait nommer substitut du procureur, « pour le forcer à se ranger. » Ce soir, le bal, demain « la justice et le code ». Pour sa dernière soirée à « jouir  de la vie », Pontresme va offrir à Glapieu de quoi faire le bien, « quatre mille francs, plus dix napoléons » pour sauver un homme qui se noie. Thomas Condemine est excellent. Glapieu a retrouvé son souffle, ce deuxième acte est un miracle.

Naturellement nous verrons plus tard, ce substitut à l’œuvre, en haut d’un tribunal où il doit juger Edgar, accusé, à tort, d’avoir forcé le coffre-fort de la banque Puencarral. Le banquier (Rémi Gibier encore, plus douloureux qu’au premier acte) est « un millionnaire triste », et qui n’a nullement l’âpreté au gain que Rousseline lui prête. Il s’appelle en réalité André. Il recherche la femme et l’enfant dont les guerres napoléoniennes l’ont séparé. Vous avez deviné ! Ce sont les deux femmes réduites à l’indigence et à la merci de Rousseline !

Tous se retrouvent le lendemain matin au palais d’injustice. Puencarral y découvre sa famille, Edgar recouvre l’honneur. Grâce à Glapieu : « Ah ! vous êtes le bon Dieu ! », lui dit Cyprienne. C’était « trop d’avancement ! ». Le bon Dieu sort « entre deux gendarmes ». C’est dans la logique du code. Puencarral retire sa plainte, demande la mise en liberté. Mais il faut que « justice suive son cours ». Or, la justice recule, - et le décor aussi.

Pontresme promet : « On sera indulgent. On fera ce qu’on pourra. »  Mais que peut-il faire quand « la vérité finit toujours par être inconnue » ? Se retourner contre Rousseline qui mérite certainement la corde pour le pendre? Ne pas poursuivre ? On abandonne bien les poursuites contre Jean-Marie Banier…

Mais ceci est une autre histoire !

 

 

 

Prochaines représentations :

5 > 17 avril – Théâtre de Carouge – Genève

11 mai > 5 juin – L’Odéon, Théâtre de l’Europe

 

 

*Poème d’Albertine Sarrazin

« Au Palais d'injustice en la sanglante robe

On t'a signé ce jour un bon d'éternité… »

 

** Au sujet de l’établissement de la date, voir l’édition d’Arnaud Laster, du Théâtre en liberté, de Victor Hugo, édition Folio.

 

 

05/03/2011

La grandeur des petits

 

Victor Hugo qui fut père à vingt ans, se désolait de ne pas être grand-père à soixante. Sa fille Léopoldine, morte accidentellement en 1843, avait noyé avec elle les promesses de sa grand-paternité. Enfin Charles se maria ! Enfin naquirent Georges et Jeanne, (1868 et 1869) et le poète « qu’un petit enfant rend tout à fait stupide », redécouvrit le monde, la nature, les hommes à travers le regard et le langage de ses petits-enfants. Quand Charles mourut brutalement, en 1871, il devint « Papapa », et s’occupa des chers petits avec une attention remarquable. Georges raconta plus tard, cette dévotion, et le soin que prenait le poète à éveiller leur conscience et à cultiver leur imaginaire.

Vincent Colin, en choisissant de mêler les souvenirs de Georges aux poèmes de L’Art d’être grand-père, donne un spectacle subtil qui nous console de la déshumanisation actuelle et nous donne à espérer que le lait de l’humaine tendresse n’est pas encore tari.

victor hugo,vincent colin,lucernaireAu centre du plateau, des sièges à haut dossier évoquent les menuiseries que Hugo sculptait à Hauteville House, et, dans la cloison colorée, une fenêtre en hublot, permet un théâtre d’ombres et les projections des dessins du poète, qui fut aussi un « dessinateur inspiré » (scénographie de Marie Begel). Albert Delpy a taillé sa barbe blanche comme celle de Victor Hugo et Héloïse Godet donne à Jeanne sa fraîcheur. Tout de blanc vêtue (costumes de Cidalia da Costa), pieds nus, elle se meut avec grâce et naturel. Elle est l’enfance pure, simple, et affectueuse. Elle se pose au piano, joue  Chopin, Albeniz, Satie, Mozart, et sourit au grand-père dont on comprend l’indulgence, mais aussi les exigences. Car, s’il réclame « l’amnistie » pour eux,  s’il accepte « les conseils sacrés de l’innocence », c’est qu’il veut leur éviter toute injustice, et qu’il combat alors pour que le peuple soit écouté au lieu d’être envoyé au bagne, « au pain sec ». On a souvent reproché à Hugo ses « bons sentiments ». C’est oublier que Marivaux, déjà, disait qu’il « faut être trop bon pour l’être assez », quand il s’agit de rendre ses enfants heureux.

Aujourd’hui, nous dit-on, « l’enfant est roi ». Pourtant, afin qu’il ne devienne jamais tyran, ce grand-père, qui admirait « la grandeur des petits », donne des conseils d’éducation, qui s’avèrent toujours d’actualité. Et certains parents en auraient, paraît-il, besoin…

 

 

 

 

 Photo : compagnieVincent Colin

 

Spectacle sélectionné pour le Festival Hugo et égaux 2011

 

 

 

L’Art d’être grand-père d’après Georges et Victor Hugo

Adaptation et mise en scène de Vincent Colin

Création au Centre des Bords de Marne – Le Perreux, jusqu’au 6 mars*

(débat le 3 mars après la représentation)

01 43 24 54 28

www.cdbm.org

 

puis au Lucernaire* du 9 mars au 8 mai

(débat après la représentation du 22 mars)

01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

 

 

25/02/2011

Prévert et fantaisies


 

 

Jacques Prévert n’était pas sérieux. Il jouait avec les idées, les mots et les images.

Quand a-t-il commencé ses collages ? Les premiers que présente la Maison européenne de la photographie date des années 40. Ce sont d'étonnantes fantaisies, exposées pour la première fois.

A partir des photographies de ses amis : Brasaï, Turner, Izis, Ronis, Doisneau, - « j’en passe et des meilleurs » aurait dit notre ami Hugo,- Prévert découpait, collait, métamorphosait les images. Dessins, planches d’anatomie, guirlandes de cartes postales sentimentales, chromos de magazine, il collectionnait des bouquets de fleurs conventionnels, des illustrations de contes ou d’albums enfantins, et à partir d’un cliché en noir et blanc, il dressait des tableaux surréalistes. Gandins à têtes de fauves, statues décapitées au cœur hypertrophié, gentils animaux vêtus comme des enfants, toutes ces créatures dialoguent dans un monde moins cruel que celui de la Réalité.

Dans le cadre du festival « Hugo et égaux », Prévert et Hugo, cette année, une visite s’impose pour ces  deux poètes de génie, frères par la langue sublime, la musique admirable des mots et l’inspiration prodigieuse de leurs graphismes.

 

 

Collages de Jacques Prévert, photos détournées

 Jusqu’au 10 avril

Maison européenne de la photographie

01 44 78 75 00

www.mep-fr.org

du mercredi au dimanche de 11 h à 20 h