Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2017

Rachmanimation

 

 

Le théâtre de Poche-Montparnasse accueille un nouveau concept : le Rachmanimation.Théâtre, théâtre de poche-montparnasse, musique, cinéma d'animation, jeune public

Ne cherchez pas le mot dans un dictionnaire ! C’est un de ces mots-valises que les enfants adorent et que les parents dégustent !

Si vous reconnaissez tout de suite « animation », vous avez gagné la moitié du programme. Il vous reste « Rachmani ».

- Non ce n’est pas Persan !

- Rachmaninov ! me souffle ma petite-fille qui fait du piano.

- Bravo c’est lui !

Et en effet, pendant que défilent sur l’écran les petites merveilles du cinéma russe d’animation, - euh ! pardon… cinéma soviétique, car La Patinoire date de 1927, Le Papillon de1972 Le Jeu de 1985, La Maman de 1972 et Attends un peu et autres aventures du loup stupide et du lapin malin de 1973, Vadim Sher est au piano et Dimitri Artemenko au violon. Ils accompagnent les dessins animés sur des thèmes de Rachmaninov, et quelquefois composent aussi…

- Voilà qui n’est pas nouveau dit mon fils qui est cinéphile. C’est le retour du cinéma muet accompagné de musique.

- Pas du tout mon chéri ! Car le pianiste explique, et dialogue avec le public. Et les enfants posent des questions, et les musiciens répondent.

- Eh bien ! ce doit être un joyeux charivari avec tous ces mouflets braillards.

- Pas du tout ! Ils écoutent et découvrent. De quoi les rendre muets d’admiration. Un ciné-concert pour les petits et les grands. De quoi vous recerveler pendant une heure ! Après ? Vous n’avez même plus envie de reprendre vos portables…

 

 

 

Rachmanimation, ciné-concert

Théâtre de Poche-Montparnasse

01 45 44 50 21

www.theatredepoche-montparnasse.com

Du mardi au samedi à 16 h 30

Dimanche à 15 h

Jusqu’au 7 janvier

 

16/05/2017

Un soldat d'infortune

theatre-de-poche-montparnasse.png

 

 

Les ruses du diable sont innombrables et Joseph le soldat permissionnaire n’aurait pas dû accepter la proposition de ce chasseur de papillons rencontré sur sa route. Échanger son violon contre un livre magique, le suivre pendant trois jours, sous prétexte de lui apprendre à jouer, moyennant le vivre et le couvert, était-ce bien raisonnable ? Ne savait-il pas que l’on ne doit jamais dîner avec le diable, même avec une longue cuillère ? Et que pour le beau Pécopin, parti chasser une nuit avec le diable, la nuit avait duré cent ans ?

Ces mythes fantastiques inspirèrent Histoire du soldat à Charles Ferdinand Ramuz et Igor Stravinsky, un « ballet opéra de chambre », qui emprunte au mime, à la danse et à des rythmes populaires, comme le tango et le jazz.

La mise en scène de Stéphan Druet fait de Histoire du soldat une pièce brechtienne qui mêle le théâtre, la musique, et le cirque, avec pour toile de fond, une peinture de Laurence Bost et des lumières de Christelle Toussine. Les sept musiciens de l’orchestre-atelier Ostinato portent l’uniforme, culotte garance et capotes bleu horizon, calots ou képis (Costumes : Michel Dussarrat). Ils entrent sur scène derrière leur chef, comme à la parade et s’y installent, à la fois instrumentistes, témoins et acteurs du récit. Le conteur (Claude Aufaure) installé à une petite table, à cour, écrit et dit l’histoire du naïf Joseph (Fabien Wolfrom),  l'heureux soldat qui « rentre chez lui » et que les agissements  du diable vont transformer en soldat d'infortune.

Quand le diable apparaît (Licinio Da Silva), fine moustache et œil de velours, on le reconnaît : il est vêtu de rouge ! On voudrait bien comme à Guignol, lui crier : « Sauve-toi ! Attention ! », Mais nous ne sommes plus des enfants…

Et pourtant, texte et musique s’accordent si bien, que la magie opère et que, pris par le récit, nous accédons sans peine à cet univers faustien où le fantastique abolit le temps et l’espace.

Tristesse, le soldat ne retrouve plus les siens ! Joie, il triomphe du diable et récupère son violon ! Miracle, il guérit la Princesse (Aurélie Loussouarn) qui danse (Chorégraphie Sébastan Galeota) et l’épouse !

Mais, - il y a toujours des « mais » dans les contes -, le diable veille… et, la tentation est trop forte de vouloir accéder au désir de la Princesse, sa bien aimée, qui veut connaître le pays d’où il vient. On ne peut pas garder « ce qu’on est et ce qu’on était ». Et ce regard en arrière qui avait perdu Orphée, dépossède à jamais le soldat que le diable entraîne…

Le spectacle vous enchantera. C’est un moment de grâce… divine ou diabolique ? Mon âme panthéiste ne tranchera pas. À vous de décider…

 

  

 

Histoire du soldat de Ramuz et Stravinsky

Direction musicale Jean-Luc Tingaud

Chefs d’orchestre Olivier Desjours et Loïc Olivier

Théâtre de Poche-Montparnasse

0145 44 50 21

du mardi au samedi à 21 h

dimanche à 15 h

www.theatredepoche-montparnasse.com

 

 

 

 

 

 

03/05/2017

Un phare mystérieux

 

 

  

 

Théâtre, opéra, musique, théâtre de l'athénéeDepuis ce jour de 1900 où l’équipage du ravitailleur Hesperus trouva vide le phare des îles Flannan, la disparition de ses trois gardiens a suscité beaucoup d’enquêtes et de romans. Nous connaissions le roman de Peter May Les Disparus du phare, nous venons de découvrir « l’opéra de chambre » de Peter Maxwell Davies qui s’en inspire, le compositeur anglais ayant signé la musique et le livret.

L’œuvre, créée en en 1980 vient d’être reprise par l’ensemble instrumental Ars Nova, sous la direction musicale de Philippe Nahon. De même que l’auteur entrelace réalisme et fantastique dans le livret, sa musique mêle subtilement les musiques traditionnelles celtes (gigue, chant d’amour, psaumes liturgiques) et la musique atonale.

La mise en scène Alain Patiès utilise une scénographie (Laure Satgé, Valentine de Garidel) à la fois symbolique et naturaliste dans laquelle évoluent les trois protagonistes. Entre le prologue où les marins portent témoignage devant la barre d’un tribunal, et la reconstitution du drame, les changements se font à vue avec une fluidité harmonieuse (costumes Gabrielle Tromelin) servie par les éclairages de Jean-Didier Tiberghien.

Les voix sont superbes. Christophe Crapez (ténor) joue l’homme pondéré, Paul-Alexandre Dubois (baryton) compose un personnage énigmatique, Nathanaël Kahn (basse) est inquiétant. Ils racontent les tensions entre les hommes, leurs craintes, leurs fantasmes, et leur ambivalence.

The Lighthouse n’est resté qu’une petite semaine à l’Athénée. Souhaitons qu’il continue de tourner …

 

 

 

The Lighthouse de Peter Maxwell Davies

Mise en scène Alain Patiès

Direction musicale de Philippe Nahon

Théâtre de l’Athénée du 21 au 28 avril

 

 

Programme de l’Athénée

http://www.athenee-theatre.com

 

La Trilogie des éléments textes de Yannis Ritsos

En juin

Dracula musique de Pierre Henry d’après Richard Wagner