Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2011

À lire (4)

 

Théâtre en livre

 

 

Chez Pierre Notte, le cercle de famille ressemble à une arène de combats. On se jauge, on s’insulte, on s’agresse. Mais que les parents déraillent ou vous quittent, on s’interroge, on ne les tient pas quittes pour autant.

Les mères sont maladroites, les fils fugueurs, les filles égocentriques et les pères coupables. Et tous ces personnages ponctuent leur quête par des chansons très dadaïstes. L’humanité est imparfaite et Dieu est absent.

Heureusement, il y a les saints modernes, les étoiles du cinéma, Catherine Deneuve, Gérard Philipe, et maintenant Liz Taylor. Heureusement, il y a les bêtes qui, avec une généreuse clairvoyance, témoignent de la cruauté imbécile des hommes. Loup, ourse, dans les pièces précédentes, voici le chien dans Sortir de sa mère. Et il reste le Théâtre !

L’animal « nottien » a remplacé le conteur brechtien.

On a gagné au change.

 

Notte  Pierre, Sortir de sa mère,  prologue de Fernando Arrabal, L’Avant-scène Théâtre, coll. Quatre-Vents, 10 €

 

 

11/03/2011

Pour l’amour du Théâtre

 

 

Les mythologies modernes fabriquent des dieux avec des hommes. Gérard Philipe « prince en Avignon » illumina notre génération. Elle hante encore celle de nos fils et un jeune auteur, Pierre Notte, place l’icône au centre de sa nouvelle pièce : Pour l’amour de gérard philipe.  

On peut s’étonner de l’absence de capitales à ce nom propre, et cette  typographie a dû susciter un long débat comme les aiment, dans les rédactions, les correcteurs gardiens de l’orthodoxie de la langue. Mais ces jeunes auteurs aiment provoquer pour mieux affirmer leur génie.

Génie ? Oui, génie. Et je ne galvaude pas mes mots. Sinon comment dire cette écriture singulière ?

théâtre,pierre notte,gérard philipeLe théâtre de Pierre Notte n’est pas réaliste. Il transcende la vie réelle et pourtant, chacun de ses personnages parle de nous, de nos familles, et de nos destinées. La fable tend des fils que sont les événements qui ont marqué nos existences. Et sur cette trame, l’auteur chaîne les jours de ses personnages, il les relie à la marche du monde. Il les ancre dans une réalité avec des repères qui marquent l’Histoire : prise de pouvoir de Castro à Cuba (1er janvier 1959), abolition de la peine de mort (1981), ou datent l’histoire de l’humanité : juillet 1969 : « on a marché sur la lune »… Ou, plus simplement, les jours qui ont submergé d’émotion les humains sensibles que nous sommes restés : 25 novembre 1959 : mort de Gérard Philipe, 27 janvier 1983, mort de Louis de Funès, 14 septembre 1982, mort de Grace de Monaco.

Ceux-là n’étaient pas de nos parents, mais ils nous représentaient : Grace de Monaco, la roturière devenue princesse, dont la beauté faisait rêver les hommes et les petites filles ; Louis de Funès, dont la difficile ascension vers la gloire prouvait à tous que le talent et la persévérance finissaient toujours par triompher. Et Gérard Philipe ? « Acteur idolâtré au théâtre », comme au cinéma, il était aussi « un fils aimant, un mari fidèle, un père de famille heureux, un bon camarade, un militant concentrant les aspirations de la jeunesse d’après guerre » écrit Rodolphe Fouano*. L’idéal !

théâtre,pierre notte,gérard philipeOn comprend que la Madame Gérard, brave petite future Mère (Sophie Artur) en rêve, tandis que le futur Père (Romain Apelbaum), qui songe à faire de l’enfant « un futur héros » veut l’appeler Charles, comme de Gaulle. Un obsédé du sexe, le père, un peu grincheuse la mère. Mais bonne mère qui allaite encore l’enfant  à huit mois. Le pauvre « petit bout » a un handicap, il n’a qu’un doigt à chaque main. Le père l’a prénommé Charles, la mère l’appelle Fanfan, et quand le père basculera de la grand roue, elle l’appellera Philippe : « c’est mieux ». Elle était frigide, elle reste fidèle. Et régulièrement, elle emmène son Fanfan sur la tombe, « dire bonjour à papa ». 

Puis l’enfant devient homme (Raphaël), quitte le deuil et  sa mère. Embauché dans le cirque de Max Vogler (Bernard Alane), il séduit son épouse, Bibi Vogler (Emma De Caunes), apprivoise une ourse féroce (Romain Apelbaum), sauve le cirque, devient « quelqu’un ».

 

théâtre,pierre notte,gérard philipeDans un univers où les monstres paraissent ordinaires, un homme qui n’a que deux doigts est précieux, surtout quand il dompte une grosse bête réputée méchante, joue de la musique sur des verres de cristal et sauve le cirque de la faillite. La monstruosité ne serait-elle pas dans le regard que les gens portent sur l’homme différent ? Chez Pierre Notte, les « grosses bêtes » qui font peur aux hommes ne sont pas les plus dangereuses. Un loup peut être victime d’un enfant (Et l’enfant sur le loup), et ici, le criminel est Max Vogler, pas l’ourse.

Devenu metteur en scène, l’auteur inscrit le parcours de ce voyage initiatique sur un praticable légèrement pentu, d’où jaillissent quelques accessoires. Sur le mur du fond la toile de Crewer, qui présente les personnages, laisse place à des projections fantastiques, une réalisation vidéo (Jean-François Mariotti), et, présence sacrée, l’image de Fanfan la Tulipe-Gérard Philipe. Le texte est quelquefois chanté, car ce diable d’auteur connaît la musique et touche à tout dans le spectacle. Ses textes, empreints d’ironie rendent légers les moments graves. Bernard Alane gémit un peu : « Quand je pense que j’ai joué Claudel » ! On le préfère ici !

Seul le Dieu du Théâtre peut transformer les hommes... La preuve, Romain Apelbaum, père égrillard se régénère en ourse virginale et attentionnée. Sophie Artur avec son air sérieux  touche à la sainteté, Raphaël à l’angélisme. Personne ne s’étonne que les morts restent présents auprès des vivants qui leur sont chers, que les animaux parlent, et que le miracle soit permanent. Pour l'amour du théâtre, la vie vaut la peine d'être applaudie.

 

 

 

 

photo : Ifou pour lepoilemedia

 

 

 

 

·          In Avant-Scène N°1301 consacré à la publication de la pièce.

Pour l’amour de gérard philipe de Pierre Notte

Théâtre La Bruyère à 21 h 

  01 48 74 76 99

  

P. S. La pièce a été créée au Japon, en 2009.

Ah! que la mondialisation peut être intelligente !

 

16/01/2011

La traversée du mal


Quel bon père de famille (Jean-Jacques Moreau) ! Comme il est attentionné avec sa femme (Judith Magre), combien il s’inquiète de sa fille barricadée dans la cave !  Il a bien le regard un peu torve quand il en parle, mais comment le soupçonner de séquestrer l’adolescente ? Évidemment, quand on apprend qu’elle a dix-sept ans, qu’elle est muette, qu’elle ne sort jamais, mais qu’elle allaite un nouveau-né dont on ne connaît pas le père, on a des doutes…

Mais on n’ose pas y croire…

Alors Le Loup (Pierre Notte) entre, et accuse. Il est outré qu’on ose prétendre que « l’homme est un loup pour l’homme ». Il a des principes et une morale : « Il arrive qu’un loup soit un homme pour les louves », mais, lui ne ferait pas « ça » à ses filles ! Et la mère ferme les yeux pour ne pas voir, se bouche les oreilles et chante pour ne pas entendre ce qui se passe quand le père descend à la cave…

Inspiré par l’affaire Josef Fritzl* Et l’enfant sur le loup est un conte cruel écrit par Pierre Notte pour la scène. Patrice Kerbrat le met en scène comme un théâtre de tréteaux. qui aurait intégré le conteur brechtien. Le loup, vêtu d’un  manteau de fourrure et coiffé d’un haut de forme, tourne autour d’une estrade où est juchée une « roulotte » aux murs fleuris. Il commente, il explique, il juge. Rien n’est montré du crime, mais une lueur aveuglante  surgit d’une trappe que le père ouvre, et on est saisit d’effroi.

La situation bascule quand il nous annonce que sa fille s’est enfuie avec l’enfant. Nous ne la verrons jamais. Le loup raconte que « l’enfant grandit », qu’il « marche longtemps ». Et soudain, il est là, un bel adolescent (Julien Alluguette) qui regarde le loup sans trembler et qui refuse de « se laisser intimider par des contes pour enfant ».

Le loup ne dévore pas l’enfant, il a trop d’humanité en lui. L’enfant, lui ne connaît que la violence et la faim. Dans sa traversée du mal, il n’a pas appris la pitié qui est "une affaire d'éducation". Il se jette sur lui. Le loup est donc  « nettoyé, vidé de sa chair », et tel un Christ en croix accepte le sacrifice. L’enfant ne s’arrêtera pas là dans sa vengeance.

Il n’est ici question ni de rédemption, ni de pardon. Mais de montrer les monstres et de dire au public : « et vous ? ».

Pierre Notte, comme un fauve, jette une prose sauvage, chante aussi, et se meut, tout en nerfs, écorché par une sensibilité ardente qu’il transmet à Julien Alluguette. Judith Magre et Jean-Jacques Moreau, prennent la pesanteur de ceux que le crime englue. Tout transpire l’angoisse et l’épouvante dans un cadre où l’harmonie des couleurs, l’élégance du kimono de la mère, les gestes tendres du Père, la distinction du loup, la jeunesse de l’enfant devraient rassurer.

Le spectateur sort troublé, réfléchira-t-il au monstre qui sommeille en lui ? Ouvrira-t-il les yeux sur les asservissements qu’il protège par son silence ?

 

 

 

 

 

* Elisabeth Fritzl, a été séquestrée par son père, Josef Fritzl, pendant 24 ans à Amstetten en Autriche. Violée depuis l’âge de 11 ans, elle a eu sept enfants. Sa mère « n’a jamais soupçonné son époux » (les journaux).

 

 

Et l’enfant sur le loup de Pierre Notte

Théâtre du Rond-Point,  21 h

01 44 95 98 21