Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2010

Chez les Grecs

 

 

Du temps de Périclès, Le Pirée était un homme.

Non je ne plaisante pas, je l’ai vu, l’autre soir. Le Pirée (Antoine Sastre) était l’assistant de Phidias (Gilles Bugeaud), le grand sculpteur. Celui que ses potes appellent « Phi-Phi ». Un joyeux drille celui-là, très porté vers le beau sexe, entouré de ravissants Petits Modèles  (Florence Andrieu, Nadine Béchade, Marie Blondel, Alexandra Courquet, Nathalie Davoine, Laetitia Le Mesle, Isabelle Monier-Esquis, Laure Pierredon, Marion Sicre). Normal, quand on est plasticien on a besoin de modèles vivants. Or, voici que la République, par la voix de son archonte, Périclès (Christophe Grapperon), vient de commander une statue : « l’Amour et la Vertu ce serait chose aisée ! Mais comment représenter la Vertu ? Franchement, ce ne sont pas les dieux qui en donnent l’exemple. Phidias avait bien pensé à la pulpeuse Aspasie (Lara Neumann), mais c’est plutôt une petite vertu. Heureusement, il y a Madame Phidias (Emmanuelle Goizé), qui, comme la femme de César est irréprochable. Quant à l’Amour, le beau jeune homme Ardimédon (Olivier Hernandez), qui la suit partout en témoigne tellement qu’on peut le choisir pour parangon… Après tout, si l’atelier de Phidias se transforme en hôtel du libre-échange, « ce n’est pas grave ! ». Et Pallas Athénée, qu’on priait chez les Grecs, n’a qu’à se voiler la face !

Dans l’opérette Phi-Phi, Henri Christiné, Albert Willemetz et Fabien Sollar revisitent l’Antiquité quelque cinquante années après La Belle Hélène d'Offenbach. Aujourd’hui la compagnie des Brigands, et le metteur en scène Johanny Bert, quatre-vingts ans plus tard, rajeunissent la célèbre opérette, partition pour cinq chanteurs comédiens, et des chœurs. La mise en scène est intelligente. Tout semble évident pour le spectateur.

La scène se passe chez un sculpteur, il y est donc question de la « représentation du corps ». Et, dit Johanny Bert : « Les corps y sont mis à nus, scrutés, questionnés, par les personnages eux-mêmes ». Il en fait alors des corps morcelés, que les Petits Modèles reconstituent et manipulent, comme les élèves d’un atelier de sculpture. Chaque protagoniste ayant son double, les comédiens donnent leur voix et se détachent du théâtre où les marionnettes (de Einat Landais) s’agitent. Ils prennent ainsi leur distance avec leurs rôles, commentent, rendent le public complice.

Nous ne dirons pas que c’est brechtien, mais esthétiquement, on reconnaît l’influence du maître Alain Recoing. Le résultat ? Le livret d’Albert Willemetz se dégage plus scintillant de ses dialogues aussi caustiques que coquins et les personnages deviennent actuels.

Christophe Grapperon, qui barytonnait dans les premières productions (Les Brigands, docteur Ox, Ta bouche, Toi c’est Moi), a pris la direction musicale depuis Arsène Lupin banquier, et de son pupitre de chef d’orchestre, prête sa voix à Périclès tout en dirigeant l’équipe. Quel talent ! L’orchestration pour dix musiciens, est l’œuvre de Thibault Perrine comme il se doit. Pour les comédiens, on retrouve les fidèles : Gilles Bugeaud, Emmanuelle Goizé, toujours plus pétillants, que de nouvelles voix chaudes et limpides ont rejoints, et naturellement aux costumes, Élisabeth de Sauverzac.

Les Brigands, c’est aussi une question d’amitié.

Pour nous aussi, spectateurs, car à chaque fois, ils nous comblent de bonheur.

 

 

 

 

 

 

Phi-Phi opérette d’Henri Christiné, livret d’Albert Willemetz et Fabien Sollar

Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet

Jusqu’au 9 janvier

01 53 05 19 19

16/12/2010

Croire au Père… et à la mère Noël

 

 

 

 

 

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais c’est bientôt Noël ! Et pour faire briller les yeux des enfants, on crée des spectacles « tout public » où leurs grands enfants de parents sont invités aussi.

Pour l’occasion, on fait appel à ce vieux bonhomme vêtu de rouge et de blanc, qu’on appelle « le Père Noël ». Photo François Vila © P1018527.JPGWilliam P. Korso qui a sûrement écouté les revendications des grands-mères (les rebelles des années 60 qui réclamaient l’égalité !), lui adjoint la « Mère Noël), un charmante dame, qui, comme dans tous les ménages, partage les soucis de la mission de son mari.

 

 

Il y a aussi des elfes pas très malins avec leur chef Poutougnette, Photo François Vila © P1017712.JPGdes pingouins sournois dont l’un, Gloogloo porte le chapeau de l’Empereur,

un méchant Père Fouettard heureusement virtuel (Jean-Claude Dreyfus),

une Princesse des Quatre saisons qui chante délicieusement, et des jouets animés.Photo François Vila © P1017081.JPG

Les costumes de Benjamin Lefebvre sont éblouissants, Photo François Vila © P1017316.JPG

et Claire Cohen y ajoute maquillages, perruques et postiches coruscants. Johan Nus, le chorégraphe a réglé les ballets, car ils sont nombreux en scène : Stéphane Roux, Edwige Chandelier, Gaëlle Pinheiro, Thibault Durand, Sarah Noëll, Gaëlle Pauly, Hélène Gallois, Sébastien Maviel, Emmanuel Leckner, Michele Tesoro, Daniel Delyon. Ajoutez une équipe vidéo (Flavien Larderet, Hugo Lemant, Ilan Zerrouki) performante.

 Les enfants trépignent d’aise dans cet univers "magique". Leurs accompagnateurs y retrouvent un peu de Chaplin, un peu de Tim Burton, de Tex Avery, et tout le monde est ravi de croire au Père Noël, et à la Mère Noël…

 

 

 

Photos : François Vila

 

Noël magique de William P. Korso

A l’Alhambra

01 40 20 40 25

tous les jours du 18 décembre au 2 janvier

puis les mercredi, samedis, et dimanche jusqu’au 15 janvier

01/10/2010

Jeunesse

 

 

C’est l’année Musset. Avec ses élèves du cours Florent, Jean-Pierre Garnier a réalisé un magnifique travail choral en mettant en scène La Coupe et les Lèvres poème agrémenté de références à la Confession d’un enfant du siècle.

la coupe 7.jpgOnze jeunes comédiens : Valentin Boraud, Camille Cobbi, Matthieu Dessertine, Sylvain Dieuaide, Pauline Dubreuil, Thomas Durand, Marianne Fabbro, Lazare Herson-Macarel, Marie Nicolle, Antoine Philippot, Jean-Charles Schwartzmann. Issus du cours Florent, de l’Erac, du TNS, des Conservatoires municipaux, ces jeunes gens très doués, figurent les chasseurs, les soldats, les paysans, les chevaliers, les moines, créant une polyphonie très antique pour un chœur romantique. Quatre éléments féminins incarnent la fiancée, la courtisane, la sœur, et peut-être la mère.la coupe 9.jpg Face à ces types sociaux, un rebelle : Frank, qui « brûle la maison de son père », et cherche sa voie, entre anarchisme, et discipline.

« L’artiste est un soldat », dit Musset, mais son Frank serait plutôt un « soldat de fortune » ingouvernable qu'un militaire responsable. « Homme de bronze », refusant son « patrimoine », il est « sentimental la nuit et persifleur le jour ».

Le travail du mouvement conduit par Maxime Franzetti, donne au groupe une cohésion merveilleusement orchestrée. Les silhouettes juvéniles séduisent. Androgynes, toutes vêtues de sombre au début, elles prennent des poses, se dénudent, se sexualisent. Les filles en robes légères colorées dansent leurs désirs. Jean-Charles Schwartzmann, les accompagne de ses compositions musicales à la guitare, au clairon, à l’accordéon, au piano. C’est prodigieux de beauté.

Mais pourquoi faut-il que le rôle de Frank, passe de bouche en bouche, de corps en corps ? C’est admirable comme travail de groupe. Mais c’est aller contre l’essence même du héros romantique : un individu solitaire face à une société qu’il rejette. Pour qu’on saisisse mieux le travail de la troupe, ne serait-il pas plus logique que le personnage du « coureur d’aventures », « Prométhée » voué à l’échec soit incarné par un seul comédien face à tous les autres ? Par eux, le malheur advient à cet « étranger vêtu de noir », qui croyait boire à la coupe du bonheur.

Cependant, ne boudons pas le plaisir de découvrir des comédiens prometteurs ! Et celui de retrouver avec eux ce Musset  passionné qui joue les blasés, sensible qui joue les cyniques : toute la jeunesse, quoi !

 

 

 

La Coupe et les Lèvres d’Alfred de Musset

Théâtre de la Tempête

01 43 28 36 36