Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2011

Amour glacé


 

 

Autour du mythe de la fille perdue, et du même personnage, Lulu, Frank Wedekind a écrit trois pièces : La Boîte de Pandore (une tragédie monstre), L’Esprit de la terre, et La Boîte de Pandore (tragédie en trois actes). Pabst s’en est inspiré pour le cinéma, Alan Berg pour un opéra qu’il laissa inachevé. Aujourd’hui, Robert Wilson en donne une version dans laquelle Lou Reed, a écrit une nouvelle partition pour le Berliner Ensemble.

Le drame de Wedekind s'ouvre sur une parade grotesque d'hommes de tous âges : le vieux Schigolch (Jurgen Holtz) grimé comme le clown Grock, et les autres, sortis d’un film muet en noir et blanc (Murnau et Chaplin), le Dr Goll (Georgios Tsivanoglou qui sera aussi Rodrigo),  Schönning (Alexander Lang), son fils Alwa (Mackus Gertken) Schwartz (Ulrich Brandhoff), Ferdinand (Marko Schmidt), Hopkins (Alexander Ebeert), pantins que la belle Lulu (Angela Winkler) rend fou de désir.

Elle leur cède, avide de plaisir et d’argent, dans un univers cosmopolite, jusqu’à la fatale rencontre de Jack  l’éventreur (Christian Lober), l’assassin des rues de Londres. Le voyage de la belle passe aussi par Paris, où elle entraîne sa cohorte d’amants et sa fidèle amie la comtesse Martha von Geschwitz (Anke Engelsmann). Quand « on ne voit pas les lèvres, on ne voit que des baisers », peut-on parler d’amour ? Elle n’est finalement qu’une « chienne sanguinaire », « une salope », et ce qu'elle vend est « un amour glacé » ! Nul n’aura compassion de cette femme.

Les couplets caustiques, rageurs, sont accompagnés par Dominic Bouffard (guitare), Ulf Borgwardt (clavier et violoncelle), Friedrich Paravicini (bugle, violoncelle, harmonica), Ofer Wetzler (basse), dirigés par Stefan Rager. Un petit magasinier en blouse grise, Ruth (Ruth Gloss) les marmonne en trottinant, petite touche comique dans cet espace violent et sombre.

Le monde de Robert Wilson est expressionniste. Tubulures et lampes se détachent en contre-jour sur un fond translucide. De rares touches de couleur cinglent le décor en noir et blanc. Ce sont les longs gants verts de Lulu, la robe rouge de la femme fatale. Les tissus lamés accrochent les lumières (crées par Wilson).

Le spectateur est subjugué par la beauté. Il en oublie l’intrigue, et se perd un peu dans les péripéties. L’émotion est glacée par l’esthétique. Mais il en gardera des images sublimes.

 

 

 

Lulu de Frank Wedekind, Lou Reed, Robert Wilson

Théâtre de la Ville jusqu’au 13 novembre

01 42 74 22 77

Festival d’automne

01 53 45 17 17

 

 

 

22/09/2011

" Sans blague ! "

 

 

 

Quelques mesures d’un limonaire le précèdent. Puis Brock entre par la salle, valise à la main et, sur la tête, un drôle de petit chapeau tyrolien à plumes. Il salue les spectateurs « Ah ! C’est toi ! » « C’est nous ! ». Il offre une plume, il grimpe sur scène. Une guirlande de lampes s’allume, comme pour le bal du 14 juillet. Mais ce soir, c’est le « bal d’Obaldia », le roi de la soirée, et le petit homme jovial qui l’ouvre, est un drôle de clown, tantôt Auguste, tantôt clown blanc, en passe de devenir le roi des clowns, comme le célèbre Grock dont son pseudonyme s’inspire.

Brock, nous l’avions entendu d’abord en voix off, bruiteur, complice de Victor Haïm dans La Peau d’un fruit. Puis il enchanta les Fantaisies de Stéphanie Tesson, chaque année, à Versailles et dans des jardins remarquables. Et en juin dernier, il fut le comédien protéiforme de sa revue d’un monde en vrac. Il change de voix, il change de sexe, il change d’époque, de personnages, il est humain, animal, végétal, il est une troupe théâtrale à lui tout seul. « Sans blague ! »

Stéphanie Tesson, pour le festival Obaldia, a cousu des textes choisis de notre Immortel*, et, les a confiés à Brock, pour un florilège poético-naturalo-érotico-caustique. Qu’il soit râleur réactionnaire : « que des manchots ! des impotents ! », mère désabusée, star déchue, aventurier désabusé : « laissez-moi reposer sur le ventre des veuves ! », suborneur de pucelles, petit nègre qu’on « trouvera bien le moyen d’expulser », Brock joue tout avec brio. Et René de Obaldia glissant d’un genre à l’autre avec un anarchisme éblouissant, le maître a trouvé en lui l’interprète idéal.

Presque pas de décor : une table de bistro, une chaise, un porte manteau, Stéphanie Tesson installe et dirige son comédien avec art et simplicité, les lumières de Florent Barnaud donne la tonalité, la musique de Frédéric Ozanne, le tempo.

C’est un début de soirée pour spectateurs gourmets. On peut enchaîner avec Du vent dans les branches de sassafras. Et croire de nouveau que la vie vaut la peine d’être vécue…

 

 

* René de Obaldia a été élu à l’Académie-Française en juin 1999.…

 

Au bal d’Obaldia, florilège de textes de René de Obaldia

Du 21 septembre au 23 octobre

Théâtre du Ranelagh à 19 h, en alternance avec L’Amour à trois

www.theatre-ranelagh.com

01 42 88 64 44

 

19/09/2011

Eh bien chantez, maintenant !

 

 

 

Du temps de l’O. R. T. F., il n’y avait pas de censure, juste des « conseils ». Au nom des bonnes mœurs et pour protéger la morale des familles, un « comité d’écoute », classait les chansons dans des catégories précises : « pas avant vingt-deux heures », car les enfants se couchaient tôt. Puis venait le « pas avant minuit », plus restrictif, et enfin, le « interdit de diffusion » qui condamnait la chanson à mort.

Ce sont quelques-unes de ces « chansons déconseillées » que les comédiens français, sous la direction de Philippe Meyer, donnent au studio de la Comédie-Française. Ils avaient déjà, la saison dernière, révélé quelques chansons coquines. Depuis le 15 septembre, ils mettent en scène des chansons que le grand public connaissait peu ou pas du tout.

Sylvia Bergé, Cécile Brune, Françoise Gillard, Serge Bagdassarian, Benjamin Jungers, Stéphane Varupenne, Félicien Juttner, et Guillaume Mika, accompagnés de trois musiciens, (Jean-Claude Laudat à l’accordéon, et en alternance, au piano, Pascal Sangla, ou Osvaldo Caló, Anne Causse, au violoncelle, ou Frédéric Dessus, au violon), interprètent des chansons qu’on avait mises au placard. Elles dérangent, mais il est temps de leur dire : « Eh bien, chantez maintenant ! »

Les auteurs ? Béranger bien sûr, et Hugo, car le XIXe siècle n’admettait guère qu’on critique les « gens en place », ou « le bourgeois ». Plus près de nous, Prévert, Mac Orlan, Ferré, Brassens, Darnal, Debord, et la version que Rosa Holt, poétesse antinazi écrivit en 1935 transformant la romance du XVIIe, qui chantait « L’amour m’y contera » de Giroflé, Girofla en chanson antimilitariste.

Il en est des tragiques comme Jean Misère  que Pottier écrivit pour rendre hommage aux Communards, il en est de caustiques, inénarrables comme Le Général à vendre de Francis Blanche ou La Tyrolienne haineuse de Pierre Dac.

Les comédiens français en font de véritables petites comédies (musicales, bien entendu !), et rendent justice à leurs auteurs. On sait quel impact sur l’opinion, produisirent celles qui bravèrent la censure, comme Le Déserteur, ou Le Soudard. Et ce rôle de la chanson Philippe Meyer le défend régulièrement dans ses chroniques.

Les chansons sont utiles, elles propagent des idées. Courez vite au Studio pour retrouver cette heure de liberté, et n’oubliez jamais ce qu’écrivait Roda-Gil, né dans un camp où on avait incarcéré les républicains espagnols : « À quoi sert une chanson si elle est désarmée ? ».

 

 

 

Chansons déconseillées dirigées par Philippe Meyer

Studio de la Comédie Française à 18 h 30

Jusqu’au 30 octobre

www.comedie-francaise

01 44 58 98 58