Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2010

Trompettes d'alarme

 

On nous l’avait bien dit : « la lutte des classes est terminée ! ». Mais on s’était bien gardé de nous dire que c’était au profit des grands patrons. « Le seul véritable pouvoir est le pouvoir économico-financier, les holdings, les banques, les marchés… en un mot, le Capital. » écrivait Karl Marx. Vous ne l'aviez pas lu  ?  Eux, les capitalistes, si. Depuis trente ans, Dario Fo ne cesse de nous prévenir que nous nous faisons rouler. Mort accidentelle d’un anarchiste, Faut pas payer ! nous montrait l’Italie des années de plomb, quand la chasse aux terroristes servait de prétexte à la dislocation des syndicats, aux poursuites des militants, quand le chômage rongeait la classe ouvrière, et que la solidarité était menacée. Dans Klaxon, trompettes… et pétarades, que Marie-France Sidet vient de traduire avec brio, Dario Fo invente une fable inspirée par l’enlèvement d’Aldo Moro. Et les trompettes qu'il embouche devraient nous alarmer.

Un homme grièvement brûlé, le visage défiguré, vient d’être amené aux urgences, dans la veste qui l’enveloppe on trouve des papiers au nom d’Antonio (Gilles Ostrowsky), un ouvrier de chez Fiat. Il est inconscient, méconnaissable, on prévient sa femme, Rosa (Céline Dupuis). Le chirurgien (une chirurgienne, Anne Dupuis) va le « réparer », d’après les photos que l’épouse communique. La convalescence est longue, et difficile. D’autant plus longue que le véritable Antonio, n’est pas « le malheureux esquinté ». Il est seulement l’homme courageux qui a sauvé son prochain en danger. Or, le « prochain », c’est Gianni Agnelli, le grand patron de Fiat, queles Brigades rouges enlevaient. Antonio a enveloppé l’accidenté da sa veste pour le protéger des flammes. Il n’a commencé à « avoir des doutes » que quand les passagers des voitures abîmées lui ont tiré dessus. Et maintenant son amie, Lucia (Milena Esturgie) lui confirme, « il est dans le pétrin ». Les quiproquos se multiplient : un commissaire (Gérald Cesbron) fouineur mais borné s’acharne à retrouver Agnelli, avec une juge (Milena Esturgie) maladroite. De soupçons en absence de preuves, la farce monte, les situations dérapent. Marc Prin, le metteur en scène  travaille « à vue », les quatre portes du décor ne ferment pas l’espace. Et les cinq comédiens, peuvent interpréter les onze rôles de la distribution sans laisser au public le temps de souffler une seconde. Masques, perruques et maquillages (Marie Messien), accessoires (Patrick Laganne) permettent des changements rapides et les comédiens caracolent. Gilles Ostrowsky est à la fois Antonio et Agnelli, puisque Agnelli est devenu son sosie… Incidemment, il fait aussi l’infirmier.  Ah ! quel souffle ! Que de talents conjugués pour nous donner le bonheur d’un spectacle tonique !

Agnelli devrait être reconnaissant à celui qui lui a sauvé la vie. Pas du tout ! puisqu’on lui a fait « une tête d’ouvrier », à lui « grand capitaine d’industrie ». Le commissaire déraille. L’État et la démocratie chrétienne sont les grands accusés.

Les esprits chagrins ne manqueront pas de dire que la farce, pour joyeuse qu’elle soit, ne propose pas de solution. Et rire, alors ? N’est-ce pas le premier pas vers la résistance ? Pour reconstruire un monde plus juste, « il nous appartient de veiller ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers. », dit Stéphane Hessel*.

Pour Dario Fo aussi la vigilance est nécessaire, et la fraternité. S’il n’y a plus de communisme, il reste les camarades.

 

 

 

Hessel Stéphane, Indignez-vous ! Éditions Indigène.

 

Klaxon, trompettes… et pétarades, de Dario Fo.

Théâtre de Nanterre- Amandiers

Réservation : 01 46 14 70 00
Dates : du 18 novembre 2010 au 18 décembre 2010 du mardi au samedi à 20h30, dimanche à 15h30 (relâche lundi).

 

Texte publié aux éditions de l’Avant-Scène théâtre.

18/11/2010

Solidarité féminine

 

Visuel_UN CAPRICE.jpg

 Dans la série « la France méconnaît le talent de ses enfants », Musset tient une place de choix. Sa pièce Un caprice écrite et publiée (dans la Revue des deux Mondes) en 1837, dut passer par le biais d’une production russe et par le hasard d’une tournée à Saint-Pétersbourg, pour qu’une actrice de la Comédie-Française, Mlle Allan, la rapatrie et la fasse entrer au répertoire ! Nombre de ses pièces n’eurent pas ce bonheur-là, puisque son chef d’œuvre, Lorenzaccio, ne fut créé qu’en 1906, en version allégée, et en version intégrale en 1952.

 Le bicentenaire Musset, cette année, ne jouit pas d’une grande publicité, et hors, la région Centre, peu de manifestations honorent le poète. Heureusement, Sylvain Ledda, grand spécialiste d’Alfred de Musset, a choisi, pour le célébrer, de mettre en sène ce Caprice qui permit de découvrir, son génie dramatique, en 1847. Une jeune compagnie s’est investie dans le projet et donne à cette jolie comédie, un charme délicat.

Mathilde (Séverine Cojannot) a fabriqué, de ses mains, une bourse pour son mari, M. de Chauvigny (Gilles-Vincent Kapps en alternance avec Sacha Petronijevic). Mais celui-ci en a reçu une de Mme de Blainville, et la pauvre Mathilde n’ose plus la lui offrir. En ce temps-là, les ouvrages de dames étaient gages d’amour et de fidélité. Et sans l’intervention de Mme de Léry (Florence Cabaret), le ménage risquait de se perdre.

 L’intrigue est mince, mais l’étude des mœurs est profonde. Elle dit la désillusion, l’usure fatale du couple après « un an de mariage », la « sévérité du monde » envers les femmes, la jalousie, l’amour-propre, des sentiments éternels. Mme de Léry est coquette, sans doute autant que Célimène, mais elle donne une souriante leçon de morale au mari « tyran », prêt à céder aux tentations. Femme légère Mme de Cléry ? Femme d’expérience plutôt ! Et qui met en pratique la solidarité féminine.

Un caprice paraît badiner, mais n’est-il pas aussi cruel que Marivaux ?

 La scénographie (Marguerite Danguy des Déserts) et les costumes (Catherine Lainard), décalent la situation dans le temps. La sculpture de Camille Alaphilippe, La Femme au singe (1908) semble avoir inspiré la robe fluide, gris perle, de Mathilde, et la coiffure de Mme de Léry, dont les vêtements évoquent le couturier Poiret. Les interprètes donnent au texte tout son piquant, et Clément Goyard (le domestique) joue les utilités avec sobriété. Les valses de Chopin illustrent, en contrepoint, les atermoiements des personnages.

Un caprice est la pièce idéale pour commencer à étudier Musset, et pour enseigner que le drame romantique n’est pas le seul genre de l’époque. Nous le conseillons à tous les professeurs de lettres, pour leurs élèves.

Une soirée à Essaïon, ne saurait être « une soirée perdue », au contraire !

 

 

Un caprice d’ Alfred de Musset

Théâtre Essaïon

Les lundi, mardi, mercredi à 20 h

Dimanche à 18 h

Jusqu'au 12 janvier

01 42 78 46 42

 

 

17/11/2010

Eh bien, chantez maintenant !

 Gaudiband (Dominique Pinon ) vit à Antony. Il est propriétaire. Comme tous les bourgeois de Labiche. Il n’a pas d’état d’âme, sauf en ce qui concerne son « filleul », Edgard Vermillon (Luc Tremblais) qui pourrait bien être son enfant naturel puisqu’il va lui constituer une rente, et le marier. À qui ? Mais à Julie (Carole Malinaud ) la fille de son ami Gatinais (Philippe Torreton). Née d’un premier lit, la demoiselle n’a que six ans de différence avec la nouvelle Mme Gatinais (Valérie Kéruzoré). Gaudiband est un chaud lapin. Il s’émeut vite devant un jupon. Il tripote les coudes des dames et même des naïves paysannes comme Lucette (Véronique Dossetto). Il est d’ailleurs en bisbille avec son voisin, Blancafort, à cause des statues « d’art antique » dont les nudités choquent les dames…

Et comme Edgard a des ambitions judiciaires, comme Gatinais se mêle de vouloir tirer sur le chat et blesse un quidam, le tailleur Geindard (Louis Merino) qui passait par là…Voilà notre bourgeois avec « un pied dans le crime »…C’est d’autant plus fâcheux qu’il vient justement d'être nommé juré, et ô dilemme ! tel le juge Adam de La Cruche cassée  de Kleist, il doit juger un innocent et se taire sur le coupable. Et le roublard Poteu (Jean-Pol Dubois), le jardinier de Gaudiband en profite !

On sait que « l’étude du bourgeois » », cette « perle de bêtise » occupe toute l’œuvre de Labiche.

Jean-Louis Benoit s’en donne à cœur joie dans la caricature. Moins de figurants dans les scènes du troisième acte mais des petits rôles finement concentrés et admirablement tenus par Karen Rencurel.

Coiffés et vêtus (maquillage et perruques Cécile Kretschmar, costumes Marie Sartoux) à la manière des gravures de Daumier, bourgeois et gens de justice s’agitent comme des pantins dans les décors de Jean Haas. Étienne Perruchon a écrit une nouvelle musique pour que le public reprenne les couplets en chœur avec les comédiens.

 Ainsi faisait-on au Palais-Royal en1866 quand le public populaire s’entassait au paradis.  

Ainsi retrouve-t-on la gaîté d’un divertissement bon enfant quand les comédiens donnent le meilleur d’eux-mêmes pour plaire à tous. Ces bourgeois vous paraissent stupides, ces avocats ridicules, ces domestiques bornés ? Vous en avez bien ri ? Eh bien, chantez maintenant !

 

 

 

 

Un pied dans le crime d’Eugène Labiche 

(écrite en collaboration avec Adolphe Choler)

Théâtre National de Bordeaux, puis à La coursive de La Rochelle

Tournée

Istres le 20 novembre 2010

Alès du 25 au 27 novembre 2010T

Nantes du 2 au 10 décembre 2010

Blagnac du 15 au 19 décembre 2010

Compiègne les 6 et 7 janvier 2011

Meylan les 11 et 12 janvier 2011

CDN d’Aubervilliers Aubervilliers du 18 au 22 janvier 2011

Nice du 26 au 30 janvier 2011

Villefontaine du 2 au 4 février 2011

Villefranche du 8 au 10 février 2011

Décines les 15 et 16 février 2011

Carcassonne le 19 février 2011

Privas les 24 et 25 février 2011

 

 

 

 

09:07 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer