Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2010

Centenaire Jean-Louis Barrault

 

 

Depuis le 8 septembre, la célébration de Jean-Louis Barrault est commencée.

Lectures, projections, spectacles, et concerts vont se succéder à Paris, où il avait son théâtre, - on devrait dire ses théâtres, car il anima plus d’un lieu - et au Vésinet où il est né.

photo Barrault utilisée pour la com du centenaire.jpgHier soir, Didier Sandre a lu des extraits de Souvenirs pour demain, à l’Atelier, où Jean-Louis Barrault apprit son métier avec celui qu’il appelait « le jardinier », Charles Dullin, maître des lieux, metteur en scène du Cartel qui bouleversa la scène entre les deux guerres.

La voix chaude, vibrante du comédien, son sourire redonnèrent à Jean-Louis Barrault les couleurs de son éternelle présence. Camlle Boitel, dans un fabuleux numéro de mime rappela les influences de Decroux, et le penchant du comédien pour cette discipline.

C’était émouvant, et cependant plein d’espoir, car les artistes nous disaient ainsi leur admiration et leur confiance dans celui auquel ils rendaient hommage…

Une association s’est créée. Un comité d’honneur, présidé par Pierre Bergé, a mobilisé les auteurs, les comédiens, les musiciens, les éditeurs, les directeurs de théâtre, afin de commémorer Jrean-Louis Barrault qui consacra sa « vie au Théâtre » et révéla les grands auteurs du XXe siècle, Ionesco, Claudel, Prévert, Genet...

Le prochain rendez-vous sera le 4 octobre au Théâtre du Rond-Point qu’il créa à partir d’une patinoire. La grande salle porte encore son nom.

Le théâtre Marigny, lui doit la salle Popesco, c’est là que le 11 octobre, on lira sa correspondance avec Artaud.

Puis viendront le Palais-Royal (18 octobre), le centre Wallonie-Bruxelles (15 et 22 novembre), la Cinémathèque française (15 novembre), l’Odéon (19 et 23 novembre, 1er décembre, 6 décembre), la Comédie-Française (6 décembre), le Musée d’Orsay (7 et 15 décembre), le Théâtre de la Ville (11 décembre)

Le Théâtre des Champs-Élysées (10 octobre, 14 novembre, 12 décembre, et 29 mai), lui consacrera ses concerts du dimanche matin, puisque c’est lui qui les avait créés, à Orsay. Et l’Opéra de Paris, avec son école de danse à Nanterre (26 mai), et son ballet à Paris (29 juin au 15 juillet) a créé deux ballets écrits d’après le scénario de Prévert et Carné : l’immortel chef d'oeuvre, Les Enfants du paradis.

De quoi faire rêver tous les théâtreux...

 

 

 

Photo : D. R.

Pour tout renseignement : www.centenairejeanlouisbarrault.fr

Les partenaires de l’association, sont, outre les théâtres cités, l’INA, la BNF , la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent, Arte, Jeanine Roze Productions, le CNT, le CNEA, le Théâtre du Vésinet et l’association des Théâtres privés.

Souvenirs pour demain est édité au Seuil.

Saisir le présent, autre livre de souvenirs, est édité chez Robert Laffont.

Correspondance Paul Claudel/Jean-Louis Barrault, éditions Gallimard.

Une vie sur scène, éditions Flammarion.

 

 

11/09/2010

Comédie tragique

 

 

Vous croyiez qu’avec Solness le constructeur, Ibsen avait écrit un drame, celui d’un homme mûr saisi par un vertige orgueilleux devant la jeunesse, hanté par un passé trouble, partagé entre des ambitions matérialistes et des superstitions païennes. Pas du tout ! Hans Peter Cloos, qui met en scène, affirme qu’il s’agit d’une comédie.

Soit ! Halvard Solness (Jacques Weber) papillonne entre son épouse Aline (Édith Scob), et sa maîtresse, la jeune Kaja Fosli (Nathalie Niel). Il l’a chipée à son assistant Ragnar (Thibault Lacroix) et il la plaque sans ménagement quand la belle Hilde (Mélanie Doutey) pointe son joli minois. Il a tant méprisé le vieux Brovik (Jacques Marchand), trompé sa femme, manqué à ses  promesses, que personne ne le plaindra quand il tombera du haut de la tour qu’il inaugure. Dans le décor de Jean Haas glacé de maquettes blanches, même le docteur (Sava Lolov) semble indifférent à son patient.

Comédie ? Mais comédie tragique. Il y a mort d’homme !

Jacques Marchand dit avec force la douleur et la haine, Thibault Lacroix incarne la rage et la rancœur et sifflote le thème du Peer Gynt de Grieg avec insolence*. Édith Scob explore les fêlures de sa vie en souriant. Jacques Weber souverain, montre le désir de puissance mêlé à l’angoisse du « châtiment ».

Car enfin, n'est-il pas responsable de l'incendie qui a anéanti la maison de sa femme, ses souvenirs, ses enfants ? N'a-t-il pas manoeuvré pour bâtir son empire immobilier ? N'at-il pas dépouillé Brovik de son entreprise ? Brimé Ragnar ? Séduit Kaja, qu'il abandonne ensuite ?

À moins d’être particulièrement cynique, la situation ne prête pas à rire. Sauf à se moquer de cette Hilde, grande petite fille qui croit aux serments des hommes. Mais là encore, difficile de ne pas avoir le cœur brisé.

 

 

 

 

Solness le constructeur d’Henrik Ibsen

Théâtre Hébertot

01 48 87 23 23

* Mon ami Karim me signale que c'est l'air que siffle l'assassin dans M le maudit. Thibault Lacroix a donc tout compris !

00:03 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre, ibsen, hébertot |  Facebook | |  Imprimer

09/09/2010

Une leçon de théâtre

La répétition d’une pièce s’apparente au mystère sacré. Comment le metteur en scène, à partir d’un texte, peut-il créer ? Tel un dieu devant le chaos originel, il sépare les éléments puis les réunit pour en montrer l’ordonnance et l’imbrication.

C’est à ce miracle que nous assistons avec L’Épreuve de Marivaux, où la metteuse en scène (Sophie Lecarpentier) dirige la lecture à la table, écoute les propositions, modifie les costumes, règle les lumières, organise les déplacements, corrige les maladresses, gourmande les paresseux, afin de présenter un tout cohérent.

La troupe est jeune, et tous ont l’âge de leurs rôles, sauf Madame Argante (Solveig Maupu, qui signe aussi la photo) qu’il faudra vieillir. On jouera en costumes contemporains. l'épreuve.jpgLucidor (Xavier Clion) aura un club de golf comme accessoire, et les pantalons d’un blanc immaculé donneront la note aristocratique. La « folie » du XVIIIe sera plutôt cubique, avec quelques références aux tableaux d’Hopper, dans la couleur et les lignes.

Chaque comédien présente son personnage, sa situation sociale et ses références à aujourd’hui. C’est habile, et le jeu de Marivaux se double d’un jeu pédagogique sur l’œuvre, et sur le métier de comédien. Lisette (Hélène Francisci) cherche encore ses marques, Angélique (Vanessa Koutseff) a besoin d’explications, Madame Argante (Solveig Maupu) éclate en sanglots, Emmanuel Noblet (ou Stéphane Brel) en font trop, Maître Blaise (Julien Saada) tire vers le grotesque.

Et au bout de toutes ces hésitations, reprises, détours, colères, la pièce sort de sa gangue. Les comédiens jouent juste, et les spectateurs ont pris une excellente leçon de théâtre et de modestie.  

 

             

                                                                                                                                                                       photo : Solveig Maupu

 

L’Épreuve de Marivaux

Théâtre 13,

jusqu’au 17 octobre

0145 88 62 22