Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2009

Bien l’bonjour !

 

 Ils étaient complices chez Jérôme Deschamps. BIEN%20DES%20CHOSES%20Photo%20longueur%20Libre%20de%20droits_BrigitteEnguerand.jpg

François Morel et Olivier Saladin se retrouvent pour nous lire les cartes postales que les Brouchon écrivent aux Rouchon. Et, même si à l’heure du « texto », la carte postale de vacances paraît désuète à certains, celles de Bien des choses ne manquent pas de modernité.

Les Rouchon et les Brouchon suivent la mode des voyages organisés, et leurs travers, qui amusent tant le public sont évidemment ceux de nos voisins. Pas les nôtres, bien sûr, en raison de la poutre qui occulte  nos défauts…

Ils avaient créé cette comédie au rond-Point, elle est reprise cette saison à la Pépinière.

Bonne idée pour éclairer la morosité du retour de vacances !

 

Pépinière Opéra

à 19 h

01 42 61 44 16

18:25 Écrit par Dadumas dans humour, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

À lire

 Deux comédies

 

En janvier dernier, Frédéric Sabrou, avec Diète Party, donnait une comédie satirique mettant en scène quatre employés qui se torturaient pendant leur semaine de vacances, afin de mincir. Vous pouvez maintenant trouver le texte, avec celui des Sœurs Pots-de-fleurs, l’histoire de deux vieilles filles maniaques que des imprévus bousculent.

Fréquence Théâtre n°44, 10 €

 

Un drôle d’abécédaire

 

Yves Geffroy est un philosophe, et l’observation de ses semblables l’a conduit à écrire des cènes dramatiques. Avec pour cadre le restaurant, en vingt-six tableaux, comme les vingt-six lettes d’un drôle d’alphabet, l’auteur nous présente L’Abécédaire du restaurant, des saynètes à jouer à deux, à trois, à quatre. On y parle des goûts et des dégoûts, de tout et de rien, comme dans la vraie vie…

Fréquence Théâtre n°43, 10 €

 

Fréquence Théâtre  est édité par

éditions de La Traverse

2 rue François Guisol-06300 Nice

 

 

17:40 Écrit par Dadumas dans Livre, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre, livre |  Facebook | |  Imprimer

09/09/2009

Exils

 

Il existe des pays où il ne fait pas bon vivre. Où le mot « liberté » est un concept interdit. En Morland, règne la terreur. Lansko (Bob Kelly) n’avait pas d’autre choix que « l’âpre exil », loin de sa femme, Leila (Anne Barbot) et de sa terre. Et quand il parvient vivant en Zurniken, un pays libre, il pense que Monsieur Rouvesquen (Dominique Langlais), l’écrivain public, va lui faciliter les démarches pour en obtenir la citoyenneté. Mais les citoyens du Zurniken jugent, comme les Suisses des années 40, que pour eux, « la barque est pleine ». Ils se protègent de ces immigrants clandestins par des lois intransigeantes. Quand on déteste ses voisins, comme le postier (Jean-Philippe Buzaud), quand on ne communique plus avec ses enfants que par testament comme Madame Balia (Marie Benech), il est forcément difficile de supporter les étrangers.

Lansko s’exprime mal. Mais est-il si différent de Ralph qui demande à M. Rouvesquen de l’aider à préparer le discours qu’il veut prononcer au mariage de sa fille ?

ecrivainpublic6.JPGM. Rouvesquen ne voulait plus aider personne. Mais Lansko vient de la part de Pentra qui fut son condisciple et qui a conservé la foi dans son talent littéraire alors que lui-même n'y croit plus.

Et Rouvesquen va aider Lansko par-delà les lois. Lansko ne sait ni lire, ni écrire, mais il saura parler, se défendre par des mots, vaincre la froide indifférence des juges, témoigner des souffrances de son peuple, et triompher de sa rancœur. Rouvesquen l’égoïste se fait plus altruiste. Jusqu'où n'ira-t-il pas pour prouver à Lansko son affection ?

L’auteur, Juliet O’Brien, est néo-zélandaise. Elle a choisi la France pour vivre. Elle nous parle, sans grandiloquence, et avec humour, - "politesse du désespoir" - de notre rapport aux autres. L’Écrivain public est une pièce choc, loin des petites histoires mesquines qui occupent souvent les plateaux. Il y est question des peuples opprimés et de ceux qui sont libres. Il y est question de générosité et de faiblesse, de haines et d’amour.

L’auteur, qui met aussi le drame en scène, travaille avec rigueur. La scénographie de Florence Evrard est minutieusement réglée, les lumières de Philippe Lacombe définissent des espaces contradictoires, des moments tragiques, des scènes poétiques, des visions d’épouvante.ecrivainpublic1Philippe Lacombe.jpg

 Les comédiens, tous formés à l’école Jacques Lecoq, portent intensément la parole et le geste. Le spectateur sort bouleversé par L’Écrivain public. Il ne connaissait ni le Morland, ni le Zurniken, mais il sait qu'ils existent, quelque part derrière des frontières hérissées de miradors, près de chez nous, il n'y a pas si longtemps, ou aujourd'hui, de l'autre côté d'un mur honteux, ou de l'autre côté de la mer...

Allez découvrir L’Écrivain public et l'écriture dramatique et scénique de Juliet O'Brien.

La saison théâtrale commence bien.

 

 

Théâtre 13

Du 8 septembre au 18 octobre

01 45 88 62 22

Texte publié aux Éditions Les Cygnes, 10 €

16:57 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre |  Facebook | |  Imprimer