Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2008

Yerma ou le deuil de la maternité

                                                                          

¿ Cuando, mi niño, vas a venir ?

     « Yerma », c’est un prénom de femme. Le prénom d’une femme qui voudrait être mère, mais à qui son époux, Juan (Laurent Natrella) refuse la maternité. Yerma (Coraly Zahonero) questionne les autres femmes : la jeune mariée, Maria (Céline Samie), comme la Vieille Païenne (Madeleine Marion) qui a eu quatorze enfants et deux maris. Mais « on ne peut pas parler de ces choses-là ». Comment se « débrouiller » ? Les manigances de Dolores (Catherine Sauval) ne sont d’aucune aide. Juan l’enferme, l’épie et la fait surveiller par ses sœurs. Être mère devient une obsession pour Yerma. Loin d'avoir « la froide majesté de la femme stérile »*, Yerma brûle, et refuse d'être un « astre inutile »*. Sa frustration engendre  une haine hallucinatoire. Mais Juan ne veut pas d'enfant. Une seule chose l'intéresse : posséder sa femme, sa terre, sa maison, ses moutons ! Quand enfin, il le lui avoue et lui ordonne « résigne-toi »,  il signe son arrêt de mort. Yerma, refuse de faire son deuil de la maternité désirée. Après des années d’attente, d’obéissance, de pénitence et de prières, elle s’enferme définitivement dans la stérilité : « le corps sec pour toujours » en tuant son mari. « J’ai tué moi-même mon enfant », dit-elle.

     Yerma est la deuxième tragédie de Garcia Lorca. Il y dit des choses terribles sur l’ignorance des femmes, leur soumission, leurs superstitions. Il reprend le thème de la femme mal mariée qui lui est cher. Mais cette fois, il accuse le système rural, l’éducation, les mâles orgueilleux et cupides, et Dieu même. Dans une Espagne où règne une Église catholique immobile depuis l’Inquisition, il ose faire dire à la Vieille  : « Moi, Dieu  ne m’a jamais plu. Quand allez-vous vous rendre compte qu’il n’existe pas ? » Et la scène du pèlerinage auprès d’un « saint » ermite, providence des femmes stériles, devient une nuit de Walpurgis que le Méphisto de Faust eût aimé provoquer. C’est au Faust de Goethe qu’on pense aussi lors de la scène du lavoir. Les femmes en lavant leur linge y embuent les ragots qui souillent les réputations.

     Federico Garcia Lorca excelle à peindre la vie quotidienne d’un  village espagnol, avec les rapports entre les villageois, et surtout, des femmes entre elles. Éléonore Simon et Raphaèle Bouchard du Jeune Théâtre National se mêlent avec aisance aux splendides comédiennes de la Comédie-Française. Deux femmes forment un groupe, trois femmes forment un chœur. Qu’une de plus survienne et c’est une chorale. Les voix se mêlent, se soutiennent, et comme pour se prêter à leur chant, le poète passe de la prose poétique aux vers scandés, à la musique. Pour Garcia Lorca la poésie est populaire, au sens noble du terme, puisque c’est l’essence même de son peuple. Yerma, au Vieux-Colombier atteint le sublime.

     Vicente Pradal, le metteur en scène donne à Yerma une structure de concerto dont Yerma serait la soliste. Il respecte le vers lorquien en choisissant de le faire chanter en espagnol, par un couple : Paloma Pradal, (qui danse aussi) est le double de Yerma, et Rafael Pradal est coryphée du drame. Un pianiste (Rafael Pradal) les accompagne. Le rôle de Victor, le berger, est tenu par Shahrockh Moshkin Ghalam qui dansera aussi le rôle du Mâle dans la nuit  fantastique, effet d’une « gran belleza », comme le recommandait l’auteur. Tout, dans la scénographie de  Dominique Schmitt, les costumes de Renato Bianchi, les costumes d’Emmanuel Ferreira dos Reis, appartient au monde de Lorca.

     Vincente Pradal,  pas de doute, il a le duende.

 

* (Baudelaire)

Yerma  de Federico Garcia Lorca

 

Texte français de Denise Laroutis

 L’Arche éditeur

Théâtre du Vieux-Colombier

Jusqu’au 29 juin 2008

17/05/2008

Tel Jason…

     « Je t’aimerai toujours » avait dit Frank (Didier Sandre) à Romy (Afra Waldhör). Il avait dix-neuf ans, elle dix-sept. Vingt-huit ans plus tard, Romy se présente pour qu’il « honore sa promesse ».

    57366d7349474d326f293ca14083dc5d.jpg Qu’ils se soient perdus de vue depuis tout ce temps, qu’il ait, depuis vingt ans, épousé Claudia (Luce Mouchel), qu’il en ait eu un fils, Andi (Sébastien Accart), qu’il ne la reconnaisse pas, peu lui importe ! Obstinée, la solliciteuse n’en démord pas, Franck est à elle, à elle seule : « Tu n’aimes que moi », répète-t-elle. Et, comme une nouvelle Médée, elle s’applique à tout détruire autour de lui, assassinant le fils d’abord, l’épouse ensuite, et le laissant, tel Jason, anéanti de désespoir.

     La Femme d'avant de Roland Schimmelpfenning réinvente le mythe de la femme qui se venge d'un homme, celui qui trahit ses serments. L’action avance, inexorable, au rythme d’un temps décalé. Comme dans le tango, il y a des arrêts sur place, des reculs, des passes, des enlacements brutaux et stériles qui excitent les sens et dévastent l’esprit. Claudia Stavisky met en scène cette danse de mort avec une intelligence inouïe. Elle place ses personnages dans une sorte de vestibule cerné de portes et dont les cloisons se déplacent suivant les temporalités : « plus tôt », « plus tard », « dix minutes », « deux jours », « vingt-cinq minutes », réduisant ou agrandissant un espace tant réel que psychique. Le décor de Christian Fenouillat, éclairé par Franck Thévenon suit les protagonistes dans les couloirs de leurs craintes et de leurs fantasmes. La bande son de Bernard Valléry résonne des peurs inavouées. Pas de meubles, mais on empile les cartons d’un déménagement annoncé, lequel relie l’histoire de Frank et Romy, à celle qu’Andi, le fils, vit avec Tina (Agathe Molière), la jeune voisine, « qu’il aimera toujours », mais qu’il ne « reverra jamais ».

     Le crime ne se construit jamais linéairement. Il erre ici dans un labyrinthe dont les issues se bloquent successivement pour aboutir à l’impasse fatale. La passion devient meurtre. Sont prises alors au piège, les victimes sacrificielles, pas tout à fait innocentes. En effet, l’un (Andi) est coupable d’abandon et il a aussi failli tuer Romy.

     366bbc0752608251c322d7d6452f37de.jpgSans préméditation, et sans intention, c’est vrai, mais lance-t-on un caillou sans qu’il devienne « une arme par destination » ? Quant à Claudia, la Créüse moderne, n’a-t-elle pas « joué avec le feu », en exigeant le renvoi immédiat de Romy.

 

       Didier Sandre porte la tragédie avec la puissance d’un jeu infaillible. Homme surpris, vaguement amusé de l’intrusion de cette femme mûre qui évoque sa jeunesse, et dont il ne se souvient visiblement pas, il se métamorphose en mâle agacé, inquiet, prêt à toutes les lâchetés, toutes les ruses aussi, pour sauvegarder son confort. C’est un comédien exceptionnel qui joue tour à tour le cynique, le don juan, l’amoureux ébloui, rajeuni, avant d’être saisi lentement par l’angoisse, de la rendre palpable aux spectateurs, et de les plonger, avec lui, dans l’horreur de la mort. Oh! la terrible vision que celle du père, nu comme un Christ, berçant le corps inerte de son fils dans une pietà virile et hallucinée ! Sébastien Accart interprète avec justesse, un adolescent sensuel, sensible qui se défend d’être sentimental. Face à lui, Agathe Molière troublée et lumineuse, apporte un peu d’innocence dans le jeu trouble des adultes. Afra Waldhör est parfaite en « ange de la mort », elle joue avec sobriété la blonde qui glace d’effroi, tandis que sa rivale, son double, Luce Mouchel nerveuse, tyrannique, s’impose. D'un texte d'une grande force et de comédiens aussi doués, naît une grande tragédie.

Certains soirs, on sort bouleversés du théâtre.

 

Photos : © Christian Ganet

La Femme d’avant de Roland Schimmelpfenning

L'Arche éditeur, 9 €.

Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet

Jusqu’au 7 juin

01 53 05 19 19

07/05/2008

Tirso de Molina à l'usine

     Drôle de palais pour le duc d’Alveiro ! Le décor d’Eric den Hertog, dans la mise en scène de Gwenhaël de Gouvello référencerait plutôt L’Atelier de Grumberg, et, avec ses ouvriers en blouse bleue, quelque pièce réaliste d’un néo-brechtien. Mais, attention ! on confectionne ici des costumes de théâtre, et le contremaître tient le texte du Timide au palais dans sa poche.

     Robert Angebaud, l’adaptateur, qui complique ainsi l’action déjà très embrouillée de la pièce, en profite pour transformer le petit chef (Jean Benoît Terral) en « Prologue » à la manière latine. Et, tous les ouvriers, pendant les deux heures de la pause déjeuner vont nous jouer la comédie. Tirso de Molina à l’usine, en voilà un au moins qui n’abîme pas les hommes…ça va faire plaisir à Olivier Besancenot, qui doute quelquefois des démocrates qui nous gouvernent ! Quant aux spectateurs, le parti d'en rire obtient toujours leurs suffrages.

     Le duc (Jean-Michel Canonne) est veuf et préoccupé par le mariage de ses deux filles. Heureusement Juana (Brigitte Damiens) le seconde dans toutes ses affaires et sert de duègne à Magdalena (Marie Grach) et Seraphina (Marie Provence). La première est docile, mais ne semble pas du tout intéressée par le prétendant qu’on lui propose, la seconde serait plutôt du genre rebelle. « Mégère apprivoisée », penserez-vous ? Pas tout à fait. Voyez plutôt, et pour toutes deux, du côté de la pétulante « savetière  prodigieuse », elles sont de la même race. Elles savent ce dont elles ne veulent pas, et la volonté leur dérouille la langue.

     Pour corser l’affaire, le secrétaire particulier du duc, Don Ruy Lorenzo (encore Jean Benoît Terral) est obligé de s’enfuir parce qu’il voulait venger sa sœur séduite et abandonnée par le comte d’Estremoz (Eric Wolfer) qui prétend épouser Séraphina. Rajoutez là-dessus, le timide, Mireno (Gregori Baquet), qui n’est pas le paysan qu’on croit, qui échange ses vêtements avec le fugitif et se fait ramener au palais du duc sous bonne escorte avec son compère Tarso (François Kergoulay). Ah ! n'oublions pas Antonio (Stephen Szekely), neveu de Juana qui tombe amoureux fou de Seraphina, tandis que Magdalena, charmée par Mireno, brave tous les interdits. Pour tout ce monde-là, Rainer Sievert joue deux serviteurs, et Jean Benoît Terral, tour à tour alcade, crieur, peintre, endosse tous les rôles épisodiques - ce jeune homme a tous les dons.

     Secondés par deux musiciens compositeurs et interprètes, Damien Joëts et Cristian Huet, les autres comédiens montrent aussi beaucoup d’énergie et de talent. Ils nous font croire pendant deux heures aux changements de décors, aux ambiances nocturnes, aux querelles d’amoureux, aux tergiversations d’un père, à la complicité passive de Juana, aux roueries des hommes et des jeunes filles, enfin à tout ce qui remue l’âme humaine au point de métamorphoser les uns ou conduire les autres vers le devoir. Car enfin, il y va de l’honneur d’une maison, et vous ne vous figurez pas qu’on va laisser le beau linge se salir !

     La directrice du Théâtre 13, qui veille à la réputation de ses programmes n’y consentirait pas. Avec Le Timide au palais, elle donne encore à une jeune équipe toutes les chances de se faire connaître…

 

Le Timide au palais de Tirso de Molina,

adaptation de Robert Angebaud

Au Théâtre 13 jusqu’au 1er juin

01 45 88 62 22