Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2007

Votez pour lui !

     C’est un petit théâtre en forme de cabaret, ou l’inverse. Malgré bien des vicissitudes, Laurent Berman et Anne Quesemand le maintiennent vivant et on leur en est reconnaissant. Y passent des spectacles qui débutent, des œuvres qui s’essaient (works in progress), d’autres qui ont déjà tourné en France. On y reste peu de temps, juste celui de se montrer dans la capitale. On y découvre des contes, des chansons, des magiciens, car naturellement tous les artistes rendent le lieu magique.

Pendant quatre soirées, Bruno Allain y donne Inaugurations. A travers les discours du maire d’une petite commune, toute la France se sentira concernée. « Je suis votre maire et vous êtes mes enfants » dit l’élu qui critique « les bouillants législateurs » de la capitale,  lève bien le coude avec ses concitoyens, caresse les joues des petites filles, chante les louanges du progrès et flatte ses adjoints, -« l’admirable secrétaire » ou « l’ancien combattant » - pour qu’ils se tapent le travail technique. Lui, affable, prévenant, très paternaliste, cocardier en diable, « communique » et s’assure de sa réélection. 

ac6714487b4cd70a139e6ba1eec1e524.jpg Ce n’est pas une caricature, le trait est précis, le discours adapté à tous : « mesdames, messieurs, mesdemoiselles, camarades chasseurs, camarades boulistes, chers compatriotes, chers amis », car le maire aime tous  ses administrés et même son adversaire. La commune est une grande famille.

Le maire voit grandir la petite Bernadette, la marie, la retrouve après son divorce et accueille sa fille à la fête des écoles. La roue tourne, mais lui ne change pas. Inaltérable dans sa possession du pouvoir, sympathique et apolitique, pas vraiment concupiscent, mais un peu égrillard, pas vraiment corrompu, mais débrouillard. 

 

  Ce maire ordinaire, Bruno Allain l’a imaginé d’après un « manuel de discours » que la Troisième république, fournissait  à ses élus.  Plus vrai que nature… Allez donc voter pour lui. Faites vite, c’est ce soir à 21 h mais le mandat finit dimanche à 17 h.

copyright de l'illustration: Bruno Allain

Inaugurations

de et par Bruno Allain

Théâtre de la Vieille Grille

Jusqu’au 28 octobre

01 47 07 22 11

11:25 Écrit par Dadumas dans cabaret, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Cabaret, Théâtre |  Facebook | |  Imprimer

25/10/2007

Déchaînés sur la scène…

     Il s’en passe de belles à la Comédie-Française ! On ne se contente plus des classiques, ni même des « entrées au répertoire », voilà qu’on nous donne du « cabaret » ! Oh ! Pas salle Richelieu, quand même ! Mais dans le joli écrin de bois du Studio-Théâtre.

     Le matériau a dû inspirer Sylvia Bergé qui a conçu, organisé et mis en scène et qui interprète elle-même bon nombre de chansons dans ce Cabaret des mers.

     Toiles écrues et rouges tendues devant le décor des Sincères, les voiles de la goélette entraînent les spectateurs dans un attrayant périple musical. Les tressages de paille, de fil de fer ou de papier de Mélanie Charlot donnent aux corps et aux costumes une étrangeté amusante. Le couloir devient coursive, l’escalier devient passerelle, et si la mer est calme, les comédiens, sur  les planches de la scène, sont déchaînés… Claude Mathieu proche du « parlé-chanté », reste assez sage. Mais accompagnés d’un violon (Andreï Iarca), d’une clarinette (Mathieu Vervelle) et d’un accordéon (Anthony Millet), tous  mêlent les genres, changent les sexes, bousculent les époques, affranchissent  les textes et les musiques.

     Le comte de Forbin précède Rabelais, Mac Orlan encanaille Fénelon, Chateaubriand rencontre Villard-Gilles, et Vigny  ne reste guère stoïque. Ils sont nombreux les auteurs qui tanguent avec Sylvia Bergé, et les acteurs qui roulent avec elle jouent en alternance. Nous avons ainsi découvert un ténor surprenant : Serge Bagdassarian, et Christine Fersen en chanteuse réaliste ressuscite l’univers de Damia. Quant à Sylvia Bergé, dont la voix de soprano évolue jusqu’au mezzo, elle est saisissante. Le duo de Youkali avec Serge Bagdassarian chatoie de cent nuances délicieuses et émouvantes.

     Pourvu que le spectacle soit prolongé, ou repris !

 

Cabaret des mers

Studio de la Comédie-Française

Jusqu’au 28 octobre

à 20 h 30

01 44 58 98 58

14:24 Écrit par Dadumas dans Musique, Poésie, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Musique, théâtre, poésie |  Facebook | |  Imprimer

17/10/2007

L’Annonce faite par Marie

     Elle s’appelle Marie, elle a un petit Jésus prénommé Adam à qui il faut raconter des histoires, et pour elle, tous les hommes s’appellent Joseph. Très servante de son  Seigneur dont le seul travail est de militer, très soumise à une patronne vieillissante, ex chanteuse de romances à qui la vie a cessé « de sourire quand elle a cessé de chanter » : Aimer c’est beaucoup rêver , Marie a peu le temps de rêver.

      Quand elle promène le chien Kiki, elle arrondit ses fins de mois en racolant des hommes qui ont besoin de tendresse. C’est une généreuse, Marie ! Pour que Madame ne se sente pas trop abandonnée, elle lui rédige des lettres d’admirateurs et même, elle lui prête Joseph pour sa dernière nuit avant la maison de retraite…

     Résignée, Marie ? Pas du tout. Mais elle sait que « le bien qu’on fait, ça fait si mal parfois. » Et pour elle, le mal absolu, c’est la solitude. 

     Des personnages comme Marie, toutes les actrices en rêvent. Robert Poudérou l’a écrit. Il déroule ses séquences comme un film. Le spectateur suit Marie dans un décor minimaliste, qui figure la rue, le bar, la chambre d’hôtel ou celle de Madame sans qu’aucun élément (table, caisse) n’y soit incongru. Martine Coste, fine silhouette et visage d’ange, joue Marie avec beaucoup de sensibilité. Et lorsqu’elle s’adresse à tous les spectateurs pour annoncer : « Il vous faut de l’amour », chacun sait qu’elle a raison.

9b3f1bb3868d52aaacf460f6eaea4b02.jpgÉcoute c’est la vie !  de Robert Poudérou

Tremplin Théâtre

39, rue des Trois frères

Paris 18e

Tous les mardis à 20 h 30

01 42 54 91 00

10:40 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Théâtre |  Facebook | |  Imprimer