Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2014

Un assassin si doué…

 

 

Pierre-François Lacenaire ? Nous le connaissions grâce aux Enfants du paradis, de Marcel Carné, film dans lequel Jacques Prévert, lui prête ces propos :

   - Lacenaire : Oui, j’ai réussi quelques méfaits assez retentissants, et le nom de Lacenaire a défrayé plus d’une fois la chronique judiciaire. 

   
- Garance (ironique) : Mais c’est la gloire, Pierre-François ! 

   
- Lacenaire : Oui, ça commence. Mais à la réflexion j’aurais tout de même préféré une éclatante réussite littéraire. 

Théâtre, Théâtre de la Huchette, HistoireÀ défaut de connaître le succès par ses œuvres dramatiques ou littéraires, Pierre-François fit « de sa vie une œuvre ». Dans Lacenaire, Yvon Bregeon et Franck Desmedt ressuscitent le personnage qui se disait « assassin par vocation », en s’inspirant de ses Mémoires, révélations et poésies,  écrits par lui-même à la Conciergerie »  et publiés dès 1836.

On sait qu’il eut de longues conversations avec François-Vincent Raspail à la Force et que le jeune républicain se passionna pour Lacenaire qui « avait déclaré la guerre à la société ».  Lacenaire était poète, dramaturge, voleur et criminel.

Un assassin si doué pour le verbe, dérange et séduit. Il réclame la peine de mort, blasphème, méprise le bourgeois, vante la délinquance, ne respecte ni curé, ni père, ni mère, ni philosophe illustre, et récuse toute autorité.

Son procès fut un véritable spectacle. Après son exécution, en janvier 1836, Sa redingote bleue fut achetée comme une relique. Il a exercé une fascination étrange sur ses contemporains. Il a inspiré Gautier, Lautréamont, Stendhal, Dostoïevski, Baudelaire et plus près de nous, André Breton, René Char, Michel Foucault et Guy Debord.

Yvon Bregeon et Franck Desmedt lui redonnent la parole. Franck Desmedt, qui met aussi en scène, incarne un Lacenaire brillant et incisif. Il a le charme ambigu, le maintien élégant de la « criminelle aristocratie ». En face de lui, Frédéric Kneipp, avec un brio superbe, sera Avril, l’acolyte, qui lui, semait des constellations de fautes d’orthographe. Puis, on le retrouve en avocat, puis en procureur, et comme les auteurs ont enfin décrypté le M*** énigmatique des Mémoires, il sera …Mérimée  qui promet : « Mes amis et moi ferons (tout) pour vous relever à vos propres yeux et vous faire rentrer dans la société »[1] mais se contente d’un Discours sur le vertu à l’Académie-Française. Ce discours encadre habilement les scènes à deux qui relatent les méfaits de Pierre-François et soutiennent sa dialectique.Théâtre, Théâtre de la Huchette, Histoire

Sur l’étroite scène, on déplace, on entasse des éléments de décor, des fûts de colonnes, blanches et noires comme chez Buren. Tout se joue en duo serré, dans une langue riche, raffinée, celle d’une France romantique et révolutionnaire, glorifiant ce « beau langage » qui était celui que Jouvet préconisait pour le Théâtre.

Lacenaire peut servir d’exemple. Et la pièce se joue tout l’été avec deux comédiens magnifiques[2].

 

Lacenaire, faire de sa vie une œuvre, de Yvon Bregeon et Franck Desmedt

Théâtre de la Huchette

Du mardi au samedi à 21 h

Jusqu’au 31 août

01 43 26 38 99

 

Photos : © Lot



[1] - Lacenaire Pierre-François, Mémoires.

[2] - Franck Desmet joue en alternance avec Yvon Martin.

 

 

Lacenaire, faire de sa vie une œuvre, de Yvon Bregeon et Franck Desmedt

Théâtre de la Huchette

01 43 26 38 99

Du mardi au samedi à 21 h

Jusqu’au 31 août

 

 



[1] - Lacenaire Pierre-François, Mémoires.

23/06/2014

Quand Stéphanie fait merveille...

 

 

théâtre,potager du roi à versailles,phénomène et compagnie,poésie,jeunesseEn juin, chaque année, à Versailles, le Potager du Roi accueille les grands et petits conviés à un spectacle-promenade à travers les rangées de pommiers rares, de poiriers classés, et les arbustes rougeoyants : framboisiers et groseilliers. Louis XIV avait fait transformer ce marais en jardins pour sa plus grande gloire bien sûr, pour le régal de ses papilles, et pour offrir à tous une vision théâtrale de ses cultures.

Aujourd’hui, depuis onze ans, au moment du « mois Molière », la culture s’empare du potager, inspire le « grand carré », et réjouit les « chambres ». Les manants de tous âges sont admis à s’asseoir sur l’herbe, ou sur les cageots de bois. Ils grimpent des escaliers centenaires, empruntent des passages ombreux, baissent la tête dans des corridors enterrés et, conduits par les comédiens de « Phénomène et Compagnie », partagent sous la houlette de Stéphanie Tesson, un moment historique.théâtre,potager du roi à versailles,phénomène et compagnie,poésie,jeunesse

Le thème change chaque année, et en 2014, ils ont suivi le personnage d’Alice. Stéphanie Tesson a imaginé d’autres aventures pour Alice, la fillette d’Alice au pays des merveilles[1].Il y eut Alice à l’envers, les 1er et 8 juin, et Alice et les Merveilles les 15 et 22 juin.

Et Stéphanie a fait… merveille.

Son Alice (Pauline Belle) est une jeune personne volontaire et les rebuffades d’un guide (Thomas Volatier) imbu de son autorité ne vont pas la rebuter. Elle est venue voir les merveilles qu’on lui a vantées. Elle les verra.théâtre,potager du roi à versailles,phénomène et compagnie,poésie,jeunesse Son obstination tire de l’immobilité la statue du Doryphore (Jean-Christophe Lecomte), un grand gaillard qui s’exprime avec un fort accent germanique et qui épouvante le guide. Elle rencontrera ensuite le Lapin-Fromage (Benjamin Broux), affairé, étourdi et tellement méfiant que déjà, les enfants-spectateurs ont compris qu’il fallait protéger la pauvre Alice des accusations que le Guide et ce personnage bizarre  portaient contre elle.

Dans sa quête, elle croise une aimable personne le Temps perdu (Valentine Atlan) occupée à compter les nuages,un curieux couple, le Bouleau (Léonard Matton), repoussant le Lierre (Diane de Segonzac) qui s’accroche à lui. Et quand la Voix des Merveilles (Emmanuelle Huteau) la guidera vers la Reine des Merveilles (Isabelle Mentre), le secret lui sera révélé : « Une Merveille, ce n’est pas elle qui l’est, c’est le regard qui la fait. » théâtre,potager du roi à versailles,phénomène et compagnie,poésie,jeunesse

Ajoutons que pour créer les merveilles il faut aussi le texte bucolique, amusant et charmeur de Stéphanie Tesson, des comédiens aguerris, les costumes poétiques de Corinne Page, les peintures et objets féeriques de Marguerite Danguy des Déserts, les maquillages d’Anne Caramagnol, et, pour décor le jardin de La Quintinie.

Mais si vous voulez les retrouver, il faudra attendre juin 2015… À moins que vous n’ayez la possibilité de les inviter dans d’autres jardins, qu’ils puissent se promener dans d’autres allées, parcourir d’autres terres d’aventures…  

 

 photos : © D.D.

 

www.phenomene-cie.fr

 



[1]Alice's Adventures in Wonderland, de Lewis Carroll, traduit par Alice au pays des merveilles, de Lewis Carroll

18/06/2014

On n'arrête pas Jean Yanne

 

Cabaret, Théâtre, chanson, Jean Yanne, Petit-MontparnasseIl avait le goût de la parodie. Et c’est à la radio, dans les années soixante, que Jean Yanne s’était composé ce personnage de Français râleur, cynique et mal embouché. Quand il passa à la télé, son émission programmée à 20 h 30 fut suspendue après la troisième diffusion tant il avait choqué les bien pensants. Mais ses sketches, la plupart avec Jacques Martin, devinrent immédiatement célèbres.

Aujourd’hui, trois compères, Eric Laugérias, Jean-François Vinciguerra et Johan Farjot,  s’en sont emparés, et, puisant dans les archives, et les recueils, font revivre, non seulement, le candidat au permis de conduire, mais aussi Ben Hur et Messala, les camionneurs mélomanes, les chansons, les caricatures de publicité (vidéo : Jules Vincent), les pastiches, sous le titre : On n’arrête pas la connerie.

cabaret,théâtre,chanson,jean yanne,petit-montparnasseEric Laugérias porte la barbe courte de l’auteur, et Jean-François Vinciguerra en a la silhouette. Baryton basse, il chante, joue et dirige aussi la mise en scène. Le décor à transformations de Dominique Pichou favorise judicieusement les enchaînements. Johan Farjot s’est chargé des arrangements musicaux, et, au piano, prélude, accompagne et ponctue. 

Le trio paraît, le visage grave, et, l’air  solennel, propose de « libérer les forces de la joie ». Le noir de leurs costumes (et de leurs chaussures) jette le doute sur leurs intentions, à moins que les lacets rouges de leurs chaussures vernies ne laissent présager quelque contradiction (costumes de  Michel Dussarat). Et en effet, ils s’épanouissent dans les outrances et démontrent combien Jean Yanne  avait le regard vif et lucide sur les travers de notre société. Ils sont époustouflants !

« Quand j’entends le mot culture, je sors mon transistor », disait Jean Yanne, et n’avait-il pas raison de dénoncer la confusion des valeurs, et d’annoncer le massacre de l’intelligence ? Tout résonne juste dans sa façon de singer ses contemporains. Qu’on en juge par ces couplets datant de 1975  :

"Les élections présidentielles

C'est du chobizenesse !

Les bombardiers nouveaux modèles

C'est du chobizenesse !

Les gros scandales qu'on révèle

C'est du chobizenesse !

Les politiciens qui s'en mêlent

C'est du chobizenesse !

Un président qu'on assassine

It's also chobizenesse !

Et les témoins qu'on ratatine

Esta chobizenesse tambien !

Un peuple qui meurt de famine

Das ist chobizenesse !

L'agitation en Palestine

C'est toujours du chobizenesse !"

 

Car il est vrai que souvent, les humoristes sont de vrais moralistes. Et personne n'a jamais arrêté Jean Yanne, pourfendeur de la stupidité humaine.

 

 

On n'arrête pas la connerie de Jean Yanne

Théâtre du Petit-Montparnasse

du mardi au samedi à 21 h 

à partir du 1er juillet à 20 h 

dimanche 17 h 

01 43 22 77 74