Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2014

Rendez-vous au studio !

 

 

 

Comédie-Française, Barbara, Béatrice AgeninComme « la longue dame brune », ils sont vêtus de noir. Et ils se sont emparés du répertoire de Barbara.

Elle chantait la mélancolie des amours clandestines, des séparations inévitables, des souvenirs d’enfance. Elle disait aussi l’espoir malgré la souffrance, et le désir jamais éteint, d’aimer encore pour vivre.

Béatrice Agenin donne à Martine Chevalier, Sylvia Bergé,  Suliane Brahim, Félicien Juttner, Danièle Lebrun et Elliot Jenicot, la chance de faire vivre aux spectateurs ces sentiments mêlés dans un récital intitulé Cabaret Barbara. Et c’est un très bel hommage à celle, dont les textes et la musique nous enchantèrent et qui débuta au Cabaret, L’Écluse.

En duo, en chœur ou en solitaire, ils chantent et jouent. Chaque chanson devient scène,  le temps d’un drame ou d’une comédie en musique. Dans une scénographie de Dominique Schmitt, les lumières de Roberto Venturi cernent les visages, irisent les chairs, colorent le fond de scène Les comédiens du Français savent si bien faire vivre les chansons...

Sous la direction de Benoît Urbain qui est aussi au piano, et à l’accordéon,  Paul Abirached à la guitare, Philippe Breigh qui joue aussi bien du saxo, du violon que de la clarinette, et Alain Grange au violoncelle, les délicates mélodies de Barbara accompagnent ses textes tendres et nostalgiques, aux tonalités grises ou rouges, ironiques souvent, poétiques toujours.

Pour ce moment de grâce et de charme, rendez-vous au Studio !

 

 

 

 

Photo : © Brigitte Enguérand

 

Cabaret Barbara d’après les chansons de Barbara

Direction artistique de Béatrice Agenin

Studio-Théâtre de la Comédie-Française

Jusqu’au 2 novembre.

01 44 58 98 58

 

www.comedie-francaise.fr

30/09/2014

Ubu la revue

 

 

théâtre,revue,europeVous connaissez sans doute UBU, Scènes d’Europe / European Stages, cette revue bilingue (français et anglais), dédiée au Théâtre , et dont la rédactrice en chef est l’obstinée Chantal Boiron.

Une troisième langue figure dans chaque numéro, avec, dans cette nouvelle livraison, la publication d’extraits d’une pièce contemporaine : Le Tueur de dragons de Milena Markovič, pièce traduite par Jovana Papovič     et publiée en français et en serbe.


Le numéro (double : 56/57) ouvre un dossier consacré  aux « compagnies dramatiques indépendantes » en France aujourd’hui, avec les témoignages de Jean-Pierre Vincent, Philippe Quesne, Judith Depaule, Thomas Jolly, Julie Deliquet, Julien Gosselin, Lazare, Maya Boquet, Olivier Werner.

Revue trimestrielle, UBU, Scènes d’Europe / European Stages traite de tous les aspects du théâtre : l’écriture, la dramaturgie, la scénographie, la mise en scène, l’art dramatique, l’organisation structurelle, les techniques, l’histoire d’un théâtre en Europe, les événements, elle vous donne un agenda européen et vous rend compte des grandes créations ...

L'Europe existe… en revue ! Photos en couleur, papier couché, maquette agréable, une mine de renseignements !

Prix : 15 €

 

27/09/2014

Captifs des sables du Chaco.

 

 La guerre du Chaco, entre la Bolivie et le Paraguay, fut, comme aurait dit Brassens « longue et massacrante ». Elle fut surtout l’occasion pour les Européens de vendre des armes, et pour les nazis de se faire la main sur l'ordre militaire, puisque c’est E. Röhm qui organisa l’armée bolivienne de 1928 à 1931.

Théâtre, Histoire, Bolivie, J. - P. Wenzel, A. Namiand, M. MalaviaNous connaissons mal ce conflit, pourtant montré par Hergé dans L’Oreille cassée. Nous en saisissons mal les enjeux, car le Chaco est une terre inhospitalière, dont les Boliviens faisaient peu de cas avant que des aventuriers n’affirment qu’elle ne fût pétrolifère. D’autre part, privée de débouchés sur la mer, la Bolivie cherchait à établir un port sur le fleuve Paraguay. Et, pour la possession de quelques fortins de bois, et de terres arides, elle engagea un conflit qui dura plus de trois ans et la laissa exsangue.  

Les Égarés du Chaco, montre le calvaire de soldats, après la reddition du fort de Boquerón (29 septembre 1932), perdus dans le Chaco, affamés, privés d’eau potable, errants à la recherche d’une lagune qui pourrait les sauver de la soif. Le texte est inspiré de La Lagune H3 d’Adolfo Costa du Rels. Arlette Namiand en signe l’adaptation et Jean-Paul Wenzel la mise en scène. Et si la guerre qui y est décrite est atroce, la production du spectacle est une belle aventure positive entre les peuples, « une belle histoire, comme nos métiers savent en inventer » dit Jean-Paul Wenzel.  

Elle a commencé grâce à Marcos Malavia. Cet enfant de l’Altiplano bolivien, exilé au Chili, puis en France, avait étudié avec le mime Marceau, et travaillé avec Alfredo Arias. Il fonde la compagnie Sourous (1990) implantée à Bagneux, créé un festival « Auteur en acte », et collabore avec les milieux hospitaliers. En 2003, retourné en Bolivie, il conçoit la première école supérieure d’art dramatique à Santa Cruz. Et c’est ainsi qu’en 2010, il fait appel à Jean-Paul Wenzel et à la Dorénavant-Compagnie* pour travailler avec ses étudiants.

La pièce a été créée en Bolivie en 2013, et la troupe Amassunu (Javier Amblo, Susy Arduz, Mariana Bredow, Andrès Escobar, Ariel Munoz, Antonio Peredo, Marcelo Sosa), est aujourd’hui en tournée en France, grâce à Ariane Mnouchkine et Antonio Diaz-Florian. Elle se joue en langue espagnole avec un surtitrage qui traduit le texte. Un rideau limite un espace étroit, couloir d’hôpital qui conduit jusqu’à la chambre d’un rescapé, le lieutenant Contreras (Antonio Peredo) qui « a perdu la mémoire ». Il ne reconnaît pas Hélène (Mariana Bredow), sa fiancée, que la bonne sœur (Suzy Arduz) introduit. Et pourtant, c’est à elle qu’il pensait dans son enfer, c’est à elle qu’il écrivait, c’est à elle qu’il confie, son journal, ses photos, et une bague.

théâtre,histoire,bolivie,j. - p. wenzel,a. namiand,m. malaviaEt tandis qu’elle tourne les pages, et raconte leur épopée, le rideau brechtien s’ouvre sur un espace d’argile rouge, d’où émergent des souches desséchées, des arbustes tordus (création sculpture Juan Bustillos) et le lieutenant rejoint trois soldats, (Malduz, Moro, Kaku) et leur capitaine, abandonnés sans boussole et sans carte dans un Chaco hostile aux hommes. Il y aura des rixes et des rires, des révoltes et des soumissions. Ils marchent la nuit, car le jour, la température peut monter jusqu’à 50°. Dans leur course hasardeuse, un démon femelle sorti de leurs cauchemars, les harcèle. Le fantastique des mythologies se mêle à la dure réalité. Croyances païennes et foi chrétienne luttent dans l’agonie des hommes. Et celui qui récite le credo (Javier Amblo), comme celui qui doute, avancent, rongés de fièvres et de délire. Les lumières et les contre-jours de Thomas Cottereau, le son de Samuel Facart-Mikcha cernent les protagonistes, "jetés en pâture à des monstres", ceux que la guerre a enfantés.

La pluie les sauvera. Il y aura deux survivants. Les autres ? Ils sont à jamais "captifs des sables du Chaco."

C’est un spectacle rare, poignant et fraternel. Ne le manquez pas.

 

 

 Photos : © Bia Mendez Pena

 

 

 http://www.dorenavant-cie.com

Théâtre de l’Épée de bois (Cartoucherie) à 20 h 30

Jusqu’au 19 octobre

01 48 08 39 74

 

 

RESAD à Madrid le 23 octobre

 

Théâtre Saint-Gervais (Genève)

Du 28 octobre au 1er novembre

41 22 90 08 20 00

 

ENSATT à Lyon

les 4 et 5 novembre

04 78 15 05 05