Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2014

Apprendre la vie

 

théâtre,théâtre de poche-montparnasse,ludmilla razoumovskaïa,didier longElena Sergueievna n’en revient pas. « Au nom de la terminale B », quatre de ses élèves, Lialia (Jeanne Ruff), Pacha (Gauthier Battoue), Vitia (Julien Crampon), Volodia (François Deblock), viennent sonner à sa porte, pour lui souhaiter son anniversaire ! Ils apportent bouquet, cadeau et champagne. Comment ne pas être touchée par tant d’attentions ?

Elle vivait avec sa vieille mère maintenant à l’hôpital, elle est donc solitaire, sans joie, et leur gentillesse la bouleverse. Elle les fait entrer. Ils trinquent ensemble. théâtre,théâtre de poche-montparnasse,ludmilla razoumovskaïa,didier longMais leurs prévenances durent peu. En réalité, ils ont appris qu’elle détenait la clé du coffre qui enferme leurs copies d’examen. Ils ont besoin de bonnes notes en maths pour continuer leurs études, et entrer dans les carrières qu’ils ont choisies. Ils se sont procuré le corrigé. Et ils sont sûrs de la réussite de leur stratégie.

Ils semblaient respectueux, prévenants, reconnaissants, ils n’étaient rien de moins que des pervers roublards, cyniques, cruels. Elena découvre des arrivistes prétentieux, des « esprits fascistes » prêts tout pour réussir. Elle veut les chasser, ils s’incrustent. Elle refuse de donner la clé, il la fouille, et ne la trouvant pas sur elle, retourne tout l’appartement. Ils se moquent de son idéalisme, de son « complexe d’Antigone ». Car elle est celle qui dit « non ».

Au bout d’une nuit de cauchemar où rien ne lui sera épargné, elle n’a toujours pas cédé. Pourtant, elle a décidé de renoncer à l’enseignement, consciente d’avoir échoué dans sa mission, ayant perdu toute illusion sur la bonté du genre humain. « Petit morveux, vous voulez m’apprendre la vie ? », lance-t-elle à celui qui manipule le groupe. Car dans cet affrontement, les failles sont apparues. Et malgré leurs bassesses, Vitia et Lialia sont plus pitoyables que méchants, Volodia plus poseur qu’indigne. Ils croient tout savoir de la vie, Elena a encore bien des choses à leur apprendre.

Dans Chère Elena, Ludmilla Razoumovskaïa peignait, en 1981, une société soviétique en pleine déréliction, quand elle fut créée en France, en 2002, à Aubervilliers, elle parut prémonitoire, car déjà, le mal, dans les banlieues avait atteint notre jeunesse, et des enseignants désemparés renonçaient à leur rôle. Aujourd’hui la gangrène a gagné.

Didier Long règle ce drame avec minutie, dans la scénographie qu’il signe avec Jean-Michel Adam. Il en montre toutes les nuances et les coups de théâtre. Les quatre jeunes bien propres dans leur uniforme vont peu à peu se chiffonner, se salir, les sourires s’effacer, la violence apparaître, les apartés briser les âmes, et Myriam Boyer les affronte, souveraine désespérée mais  inébranlable…

Il reste encore une traîtrise à lui jouer. Mais finalement, qui sera vaincu ?

Je vous laisse le découvrir.

 

 

 

 

 

Depuis le 2 septembre

Théâtre de Poche-Montparnasse

Chère Elena de Ludmilla Razoumovskaïa

Traduction de Joëlle et Marc Blondel

Du mardi au samedi, 21 h

Dimanche à 15 h

Et si vous ne pouvez pas venir à Paris voir Chère Elena, vous pouvez lire le texte, il est édité à L’Avant-Scène Théâtre, collection des Quatre-Vents.

 

08/09/2014

Croire ?

 

 

 

Théâtre, Poche-Montparnasse, Daniel et William Mesguich, philosophie, religionLa reprise de L’entretien de M. Descartes avec M. Pascal le jeune devait être dédié, cette rentrée, à la mémoire d’Henri Virlogeux qui créa le rôle de Descartes en 1985, et de Jean-Pierre Miquel qui mit la pièce en scène au Petit-Odéon, le hasard, à moins que ce ne soit la Providence, veut qu’on la dédie aussi à l’auteur, Jean-Claude Brisville, qui nous a quittés au mois d’août. Et ses mots résonnent comme un testament.

Jean-Claude Brisville avait imaginé ce dialogue entre les deux grands philosophes français du XVIIe siècle, à partir de la rencontre qu’ils avaient eue en 1647 au couvent des Minimes à Paris. Descartes (Daniel Mesguich) va partir pour la Suède, il se cherche un fils spirituel et voit en Pascal (William Mesguich)un disciple en ce qui concerne les sciences. Mais la religion va les diviser. Pourtant, tous deux sont catholiques. Tous deux ont foi dans le même Dieu. Mais Descartes y croit « sans en menacer personne », tandis que Pascal, grave, « toujours sous le regard de Dieu » écoute avec effroi le « silence de ces espaces infinis ».

Descartes croit en la liberté de l’homme, Pascal en la grâce divine. Théâtre, Poche-Montparnasse, Daniel et William Mesguich, philosophie, religionLa bulle du pape condamnant Jansénius n’est pas encore parue, mais déjà, les théologiens se divisent, et les fidèles aussi. Descartes fut l‘élève des jésuites, Pascal fut l’élève de Port-Royal. Une controverse oppose d’’ailleurs le grand Arnauld à Descartes. On ne s’étonnera donc pas que Descartes refuse d’intervenir en faveur de celui qui attaque  sa façon de penser Dieu.

« Pascal nous inquiète aujourd’hui tandis que Descartes semble avoir le beau rôle », écrit Daniel Mesguich qui met en scène. Il y a trente ans, Pascal, à la recherche d’un Dieu exigeant semblait sympathique, aujourd’hui, face aux fanatismes, on donne raison à Descartes pour qui « il ne suffit pas de croire » mais de « savoir ».

Écrite dans une langue pure et nuancée, cette joute littéraire et philosophique est un régal. Les deux comédiens, père et fils, sont exceptionnels.

Et le plaisir d’écouter ce débat donnera peut-être aux jeunes metteurs en scène, aux comédiens, l’idée de lire, et de monter enfin les dernières comédies de Jean-Claude Brisville encore inédites à la scène. Je leur signale particulièrement une vie de Méliès, Deux enfants dans la Lune*, délicate et mélancolique, qui me paraît bien supérieure au film Hugo Cabret plus prétentieux qu’inspiré.

 

 

 

*Sept comédies en quête d’acteurs, éditions de Fallois, 26 €

 

 

L’entretien de M. Descartes avec M. Pascal le jeune

de Jean-Claude Brisville

 

Théâtre du Poche-Montparnasse

du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h 30

01 45 44 50 21

www.theatredepoche-montparnasse.com

 

04/08/2014

Le Château des Dames

 

 

 

Histoire, poésieOn l’appelle le « château des Dames », car ce sont des femmes qui lui ont donné sa beauté. La première, Katherine Briçonnet, épouse de Thomas Bohier, fit raser l’ancienne forteresse médiévale. Elle en garda le plan pour l’avant-cour, cernée des douves, le donjonHistoire, poésie  dans lequel  elle perça des fenêtres à meneaux Renaissance, et les piles de l’ancien moulin sur le Cher, sur lesquelles elle construisit  le château actuel : Chenonceau.

Puis ce fut Diane de Poitiers, (1499-1566) favorite de Henri II, qui le prolongea par une galerie enjambant la rivière, et  sur les terrasses surélevées par des digues les protégeant des crues, un jardin à parterres fleuris et allées bien tracées.

Quand le roi mourut, la reine, Catherine de Médicis, (1519-1589) reprit la propriété. Elle poursuivit les travaux d’architecture et l’embellissement des jardins. Jets d’eau, labyrinthe de verdure, rosiers-tige, gazons, tout concourt au charme de l’endroit.Histoire, poésie

Louise de Lorraine, (1553-1601) veuve de Henri III s’y retira loin de la cour pour y entretenir son deuil.

Une autre Louis, Louise Dupin, bourgeoise éclairée, lui redonna son faste en y invitant  les poètes, les philosophes des Lumières, En 1791 elle le sauva de la vente des biens nationaux.

Marguerite Pelouze issue de la bourgeoisie industrielle le restaura. Et Simone Menier (des chocolats Menier) le transforma en hôpital militaire pendant la Grande Guerre, pour contribuer, à ses frais, à l'effort de guerre.

Aujourd’hui, il est ouvert tous les jours, toute l’année et les ombres de ces dames règnent encore sur ces lieux apaisés.Histoire, poésie

Pendant l’été, les maîtres jardiniers veillent sur 130 000 plants de fleurs, et les enfants peuvent se perdre dans le labyrinthe pendant les nocturnes.Histoire, poésie

Laissons donc la parole au poète, Rémi Belleau pour nous parler de Chenonceau… ou d’un de ces jardins enchantés  qui cernent un royal château :

 

(…)

 

Là, les lys et les roses 


De leurs robes décloses 


Font renaître en tout temps 
     

Un beau printemps, 


L’œillet et l’amarante, 


Le narcisse et l’acanthe, 


Cent mille et mille fleurs 


Y naissent, dont l’haleine, 


L’air, les bois et la plaine 


Embaume de senteurs. 
  
Histoire, poésie

 

Là, sur la rive herbeuse, 


Une troupe amoureuse 


Rechante le discours 
     

De ses amours : 


Une autre, sous l’ombrage 


De quelque antre sauvage, 


Lamente ses beaux ans, 


Mais las ! en ce lieu sombre, 


Ce n’est plus rien qu’une ombre 


Des images vivants. 


 

Je sais bien qu’à l’entrée 


Une troupe sacrée 


Clinera devant nous 
     

Et, devant tous, 


Nous fera cette grâce 


De choisir notre place 


Dessus de verts gazons, 


Tapissés de verveine, 


De thym, de marjolaine 


Et d’herbeuses toisons. 
  


 

Je sais qu’il n’y a dame, 


Non celle dont la flamme 


Vint la flamme tenter 
     

De Jupiter, 


histoire,poésie

 

Qui s’offensât, cruelle, 


De nous voir devant elle 


Nous mettre au plus haut lieu, 


Ni celle qui la guerre 


Alluma dans sa terre, 


Fille de ce grand dieu. 
 

 

 

 

12:01 Écrit par Dadumas dans Blog, culture, Histoire, Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : histoire, poésie |  Facebook | |  Imprimer