Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2013

Notre Dame des Amours

 

 

théâtre,littérature,théâtre des mathurins,cyrielle clairHippolyte Wouters écrit en alexandrins, comme au Grand Siècle, celui de Ninon de Lenclos, qui devient sous sa plume l’héroïne d’une comédie. La belle courtisane, ne fut pas un parangon de vertu mais en femme cultivée et intelligente, elle tint, jusqu’à sa mort en 1705, un salon très fréquenté. On s’y disputait ses faveurs et elle fut célébrée sous le nom de Notre-Dame des Amours. Elle aurait, dit la chronique, eut une liaison  avec le chanoine Gédouin (Sacha Petronijevic) à 77 ans !

Encapuchonnée de taffetas cramoisi, Ninon de Lenclos (Cyrielle Clair) le reçoit. Dans la pièce de Wouters, Ninon se refuse, mais lui raconte ses péchés, ses amours avec le marquis de Villarceaux (Sylvain Clama), ses démêlés avec Madame de Maintenon (Pauline Macia). Elle se vante d’ « aimer le prochain comme le précédent » et de « toujours chercher l’utile en faisant l’agréable. » 

Les toilettes de Cyrielle Clair enchantent les spectatrices, et son charme les conquiert. Françoise d’Aubigné, dame de Maintenon n’a pas le beau rôle, mais on est venu pour se distraire et le pari est gagné.

 

 

 Photo : © LOT

 

Ninon de Lenclos de Hippolyte Wouters

Théâtre des Mathurins

Depuis le 30 avril, du mardi au samedi à 19 h 

01 42 65 90 00

 

 

L’oblomovisme expliqué par la scène

  

Le baron Ilia Illitch Oblomov (Guillaume Gallienne) vit reclus dans son appartement de Petersburg avec son vieux domestique Zakhar (Yves Gasc), médisant, négligent, maladroit, mais d’une fidélité sans limite. Son intendant le vole, son domestique le filoute. Mais Oblomov passe le plus clair de son temps en robe de chambre à rêvasser sur sa méridienne.

Son ami Ivan Alexeïevitch (Nicolas Lormeau), petit fonctionnaire, essaie de le sortir de sa léthargie et de l’entraîner à Ekatérinhof pour fêter le printemps. En vain ! Un seul homme arrive à secouer cette nonchalance : Andreï Stolz (Sébastien Pouderoux). Andreï a le même âge qu’Oblomov. Il est vif, tout en muscles et en nerfs, pragmatique, travailleur. Oblomov est pâle, flasque, sans volonté. L’un est un homme d’action, l’autre un doux rêveur. Ils ne se ressemblent en rien mais ils sont unis par leur enfance et leurs études. Il en est ainsi de certaines affinités rares.

On comprend que deux caractères si opposés tentent un dramaturge. Le roman de Gontcharov, paru en 1859, fut traduit en France un siècle plus tard*. En 1963, Marcel Cuvelier en avait proposé une adaptation, reprise à la télévision en 1966 par Roger Kahane, et Mikhalkov en avait tiré un film subtil en 1979. Volodia Serre présente une nouvelle adaptation à la Comédie-Française dans une savoureuse traduction de d’André Markowicz. Le décor de la chambre d’Oblomov s’ouvre sur la nature, puis se resserre sur une chambre plus étroite dans la scénographie de Marc Lainé. Des vidéos (Thomas Ratier) projetées illustrent le passage du temps, les rêves intérieurs d’Oblomov.

Guillaume Gallienne donne au personnage d’Oblomov son admirable complexité que beaucoup appellent « l’âme slave », passant de l’indolence à la fébrilité, de la passion à l’apathie, de l’allégresse à la résignation. Il donne toutes les nuances de ce rôle d’oisif foncier, incapable de vivre dans la réalité, et qui conduit sa classe, la noblesse, à disparaître. Il a, comme Lioubov (La Cerisaie), conscience qu’il faudrait agir, mais par impéritie ne s’y décide pas. Cette procrastination a donné naissance à un néologisme : « l’oblomovisme », créé par Andreï, et inscrit dans la culture russe.

Volodia Serre construit son adaptation autour de la relation entre Oblomov, Olga (Marie-Sophie Ferdane) et Andreï. La voix de la jeune femme chantant Casta Diva** émeut Oblomov au point qu’enfin, en l’écoutant, il « aspire à vivre. » L’amour d’Olga pourrait le sauver, mais pense-t-il « elle ne peut pas m’aimer » car « des hommes comme (lui), on ne les aime pas. » Comme il craint de souffrir d’amour, il refuse de céder à sa passion pour elle, il préfère rompre et s'enterrer vivant. Notre Princesse de Clèves renonçait ainsi à l’amour… et en mourait de langueur. Andreï aime la même jeune fille, Olga Sergueïevna, mais ils ne seront jamais rivaux. Le trio lié par une amitié immarcescible, est ici bouleversant.

Oblomov va s’enliser dans une vie médiocre, entouré des soins attentifs d’’une veuve soumise, Agafia Matveïevitch, femme maternante de qui il aura un fils. Des deux parasites responsables de cette mésalliance et de la déchéance d’Oblomov, Volodia Serre ne conserve que le plus mesquin, Ivan Alexeïevitch qui profite de la situation, mais ne cause pas la ruine.  Il manque ici, le vrai gredin, Tarantiev, cupide, vulgaire, violent.

Aussi, après avoir vu ce très beau spectacle, je vous conseille de vous plonger dans le roman.

 

 

·       Les éditeurs français réunis, (Cercle du bibliophile) ,1969.

·       ** Extrait de l’opéra, Norma  de Bellini (1831)

 

 

 

Oblomov d'après le roman d'Ivan Alexandrovitch Gontcharov

Traduction d'André Markowicz

adaptation et mise en scène de Volodia Serre

Théâtre du Vieux-Colombier

Mardi à 19 h, du mecredi au samedi à 20 h

www.comedie-francaise.fr

30/04/2013

Hommage à Talma

histoire du théâtre,talma,lectures,conférences 

 

 

François-Joseph Talma (Paris, 15 janvier 1763 – 19 octobre 1826), un acteur dans son temps

Conférences et lectures 

Samedi 18 mai 2013 - 10h à 17h

Bibliothèque nationale de France - Théâtre du Vieux-Colombier


Entrée libre dans la limite des places disponibles
Journée organisée par Joël Huthwohl, directeur du département des Arts du spectacle de la BnF et Agathe Sanjuan, conservatrice-archiviste à la Comédie-Française.


Le 18 mai 2013, la Bibliothèque nationale de France et la Comédie-Française s’associent pour célébrer le deux cent cinquantième anniversaire de la naissance de Talma, anniversaire inscrit aux Commémorations nationales de l’année 2013. Conférences et lectures programmées sur le site Richelieu de la BnF et au Théâtre du Vieux-Colombier évoqueront cette grande figure artistique et politique.
Premier acteur de son temps, François-Joseph Talma le fut sur scène autant que dans sa vie personnelle et publique, dans la manière dont il se fit l'écho des bouleversements politiques et historiques qui marquèrent son époque. 
La Révolution lui offreun premier rôle à sa mesure, celui de Charles IX dans la tragédie patriotique éponyme de Marie-Joseph Chénier. Le théâtre fut alors la caisse de résonance des événements politiques, aussi vu comme un puissant instrument de communication et d'éducation du peuple.
C'est après Thermidor qu'il fit la connaissance du jeune Bonaparte, rencontré dans le salon de Mme Tallien.
Après avoir interprété les rôles sombres de rois cruels pendant cette période, il collabora avec des auteurs (Ducis, Lemercier, Arnault) qui écrivirent souvent à sa demande des rôles de fous, de visionnaires et de mélancoliques shakespeariens, flattant son goût préromantique.
Après la victoire Marengo, Talma devint le porte-parole de Bonaparte à Paris ; il annonçait les succès d'Italie au public parisien venu acclamer le double de leur héros. Les deux hommes développèrent une amitié et une fascination réciproque.
En 1808, lorsque Napoléon convoqua à Erfurt les princes d'Europe assujettis, il fit jouer son acteur fétiche devant ce parterre de rois. Il y déclama Voltaire : 
"L'amitié d'un grand homme est un bienfait des Dieux."
Après la chute de l'Empire, Talma ne renia jamais son attachement à Bonaparte, se ralliant au parti libéral et incarnant parfois indirectement l'empereur déchu comme dans Sylla de Jouy.  Désormais, l'acteur cultiva son image de vedette, se partageant entre la Comédie-Française, où il créa des rôles tant shakespeariens que modernes, et ses lucratives tournées en Province. Romantique avant l'heure, il mourut quelques mois avant la parution du manifeste de Cromwell de Hugo. L'archevêque de Paris échoua à le faire renoncer à des funérailles civiles. Son enterrement fut son ultime succès politique : une foule immense suivi le cortège de cet homme épris de liberté.

Bibliothèque nationale de France  (site Richelieu, salle des commissions)
10h – 12h30
Talma, acteur néo-classique ou romantique ?
Mara  FAZIO, professeur d’Histoire du Théâtre et du Spectacle. Université de Rome « La Sapienza »

La réforme du costume selon Talma
Pierre  FRANTZ, professeur des universités en littérature française. Sorbonne Paris IV

« Talma, un succès en héritage », génie spontané ou fils spirituel d’un passé déjà glorieux
Damien  CHARDONNET-DARMAILLACQ, théoricien et praticien du théâtre, docteur et enseignant en histoire, littérature et esthétique du théâtre

L’acteur selon Talma, homme de savoir et de pouvoir,
Madeleine  AMBRIÈRE, professeur émérite. Sorbonne Paris IV

Théâtre du Vieux-Colombier
14h30 – 17h
Jeux de voix :  Larive et Talma dans le rôle d’Oreste (Andromaque de Racine)
Jacqueline  RAZGONNIKOFF, historienne du théâtre.  Ancienne bibliothécaire à la Comédie-Française

Talma, Ducis et Shakespeare
John GOLDER, professeur. Université de New South Wales, Sydney

Anamorphoses littéraires de François-Joseph Talma
Florence FILIPPI, maître de conférence en Arts du spectacle. Université de Poitiers

16h
Portraits littéraires de Talma, lectures des textes de Lamartine, Mme de Staël, Stendhal, Chateaubriand, Dumas, Berlioz... Nelly PULICANI et Laurent COGEZ, élèves-comédiens de la Comédie-Française. 

<http://www.comedie-francaise.fr/images/telechargement...