Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2011

Des peuples qu’on dit ennemis

  

 

 

La pièce a été publiée en 1989. Elle a été jouée dans le monde entier. On la croirait écrite de la veille, tant elle touche à toutes les guerres dites « saintes ». Prétextes religieux, prétextes fallacieux pour écraser son voisin. « Tu ne tueras point » dit la Bible. « Celui qui tue un homme tue tous les hommes », dit le Coran, et pourtant, depuis que les prophètes les ont abandonnés, les peuples frères sont ennemis.

Dans Croisades, Michel Azama ne dénonce pas les coupables. Il peint les dégâts. Il désigne les victimes. Il montre l’enchaînement des malentendus, des préjugés, de l’ignorance.

Dans un univers atemporel, « là-bas », trottine un personnage sans âge : « Maman Poule ». Elle est depuis huit siècles à la recherche de ses enfants, dix garçons et quatre filles embrigadés dans la Croisade des enfants en 1212 ou celle des Pastoureaux, en 1251. Un moine avait prétendu que « seuls les pauvres, les humbles, les bergers » qui plaisaient à la Vierge, pourraient délivrer Jérusalem, car les chevaliers orgueilleux avaient déplu à Dieu. Pour pallier le « silence éternel de la divinité », on peut lui faire dire tout ce qu’on veut et on peut faire croire n’importe quoi aux enfants illettrés. Des milliers de jeunes prirent la croix, d’abord soutenus par Blanche de Castille. Mais prélats et chevaliers jugèrent le mouvement dangereux. Peu de pastoureaux arrivèrent à Jérusalem. Et ceux qui embarquèrent n’en revinrent pas.

Michel Azama reprend ce thème de la crédulité des enfants, toujours victimes de la parole de ceux qui les envoient au casse-pipe pour en tirer les bénéfices. Sur une idée de Lauren Houda Hussein (qui joue aussi) et Ido Shaked (qui met en scène), la pièce est créée avec des comédiens, israéliens, palestiniens, franco-libanais, franco-iraniens, franco-algériens et espagnols : Guy Elhanan, Hamideh Ghadirzadeh, Doraid Liddawl, Sheila Maeda, Ghassan El Hakim. Elle a été jouée à Saint-Jean d’Acre, et à Beer Sheva, Jérusalem, Jaffa. On y parle en hébreu, en arabe, en français, en anglais, en espagnol. Des sur-titres en français projetés permettent de suivre. Mais en réalité ces acteurs formés à l’école de Jacques Lecoq, font passer l’émotion sans qu’on comprenne toutes les paroles.

Sur l’espace sacré de la scène s’affrontent les enfants martyrs, les adolescents que des adultes manipulateurs, transforment en cibles, et des morts en errance qui cherchent en vain l’apaisement.

Le théâtre Majâz a exaucé un des rêves de Michel Azama : la réconciliation entre des peuples qu’on dit ennemis. Le Théâtre Majâz (métaphore en arabe) établit le dialogue entre les patries de la Méditerranée, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’une nation : « l’humanité ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Croisades  de Michel Azama

Salle de répétition de la Cartoucherie

Jusqu’au 3 juillet

Lundi, mercredi, jeudi, vendredi à 20 h 30

Samedi à 14 h et 20 h 30

Dimanche à 14 h

01 43 74 24 08

Texte publié aux éditions Théâtrales

 

01/05/2011

En perdre son latin

 

 

 

 

Luc, Marc et Mathieu parlent de Jean le baptiste en quelques lignes, pour dire sa parenté avec Jésus, pour raconter comment il baptisa son cousin, comment Hérodias, qui « lui en voulait et désirait le faire mourir » chargea sa « fille d’en demander la tête ». Pour l’obtenir d’ Hérode, le mari de sa mère, « la fille d’Hérodias danse devant lui. Les évangélistes ne retiennent pas son nom. C’est l’historien Flavius Josèphe qui la nomme, « Salomé », mais lui, ne parle pas de danse, seulement de la difficile succession d’Hérode Philippe. Ce sont les Pères et docteurs de l’Église qui la transforment, quelques siècles plus tard en séductrice lascive et cruelle. Les peintres y ajoutèrent l’impudeur, et les poètes du XIXe siècle imaginèrent que l’ensorceleuse n’avait pas agi pour faire plaisir à sa maman, mais par dépit amoureux. Elle aurait fait des avances à Jean et il l’aurait repoussée !

Aujourd’hui, Jean-François Sivadier reprend l’histoire de Salomé (Marie Cariès) folle de désir pour Iokanaan (Rachid Zanouda), qu’il nomme « le baptiseur ». Il lui redonne aussi une assise politique. Iokanaan est le prophète qui s’oppose « au nom de la morale », au mariage d’Hérode Antipas (Stéphen Butel) avec Hérodias (Charlotte Clamens). Il est également un agitateur, guidant les Juifs dans les luttes contre la politique de Tibère, l’empereur qui gouverne depuis Rome et dont Hérode est le représentant. Et, sans doute, pour bien souligner les liens de parenté avec Jésus, l’auteur prête-t-il à Iokanaan les paroles mêmes que le Christ ressuscité dit à Madeleine : «  Dicit ei Jesus : Noli me tangere… » Et Jésus lui dit « Ne me touche pas… »

Certains ne vont pas manquer de crier au blasphème. D’autant que Ponce Pilate (Nicolas Bouchaud) campe un préfet plus proche des Monty Python que de des livres sacrés, comme la troupe de comédiens (Nicolas Bouchaud, Vincent Guédon, Éric Guérin, Christophe Ratandra, Nadia Vonderheyden), imitant celle d’Hamlet ou du Songe, et celle des conjurés parodiant un chœur antique. Le sommet du sacrilège est atteint quand un ange amnésique (Nadia Vonderheyden) confond les dates, les événements, les mythes, et finit par brader ses ailes. On est loin de celui du Soulier de satin et Claudel dans son Paradis a dû en perdre son latin !

Mais il nous plaît bien cet ange des absences auquel Nadia Vonderheyden donne une présence espiègle. Et comme il nous paraît étonnamment actuel ce préfet qui tente de manipuler les rebelles en rappelant les bienfaits de la colonisation romaine. Nicolas Bouchaud, l’œil pétillant, le sourire roublard, mais le geste autoritaire, parle de « maintenir l’ordre », de « barbarie insensée », promet de « châtier les coupables », et « d’installer la paix » dans « l’univers ». Ah ! la Pax romana ! Tacite ne la qualifiait-il pas ainsi : « Ubli solitudinem faciunt, pacem appellant » ? La formule sert toujours ! Et Jean-François Sivadier ne s’en prive pas. Il sait faire résonner la distanciation et embarque les spectateurs dans un monde qu’ils reconnaissent avec ses politiciens véreux, ses femmes vindicatives, ses fanatiques, ses lâches.

C’est à un nouveau mistero buffo façon Dario Fo qu’il nous convie en jetant un regard ironique sur ses personnages. On rit de leurs faiblesses car elles sont encore les nôtres.

L’espace dallé se coupe de rideaux brechtiens, les costumes contemporains côtoient les toges gansées de pourpre, (costumes Catherine Coustère) une valise renferme le trésor du temple et un tuyau figure les plans d’un nouvel aqueduc, mais on comprend tout. L’anachronisme n’est qu’un moyen de transmettre avec humour des idées éternelles.

Il existe, dit Kundera, une maxime juive : « L’homme pense, Dieu rit ». Si les échos du rire des hommes parviennent jusqu’à Lui, Dieu pourrait-Il repenser le monde ?

 

 

Noli me tangere de et mise en scène de Jean-François Sivadier

 Odéon-Berthier

01 44 85 40 40

jusqu’au 22 mai

14/04/2011

Embrassez- moi…

 

 

Quelle idée délicate, d’avoir choisi les dialogues amoureux des films de Prévert, pour le « festival Hugo et égaux 2011 » où Prévert est l’égal de Hugo. Danièle Gasiglia, spécialiste de Prévert a élaboré une « conférence spectacle » où les acteurs du Pôle emploi du spectacle de Paris et des étudiants de la Sorbonne nouvelle dirigés par Jean-Paul Zennacker, interprétaient Nelly et Jean de Quai des brumes, Estelle et Charles du Crime de M. Lange, Garance et Baptiste des Enfants du Paradis, Catherine et André de  Remorques, Agnès et Albert dans Les Amours célèbres, Anne et Gilles des Visiteurs du soir, Françoise et François du Jour se lève, Malou et Diego des Portes de la nuit. Quels qu’ils soient, où qu’ils se rencontrent, les amoureux de Prévert, n’hésitent pas. Ils sont  sans préjugés, l’amour les métamorphose et les libère de toute attache. « Embrassez-moi », disent les héroïnes, qui se sentent enfin « vivantes », et pour qui le bonheur est « simple ». Qu’importe l’opinion publique, « ce que racontent les gens, n’empêche pas les choses d’être belles ! ».

Les mêmes acteurs donnent quatre pièces courtes de Jacques Prévert : Le Visiteur inattendu, Antinéodrame, Silence on tourne, et le Tableau des Merveilles, adapté de Cervantès. Quatre petits bijoux d’humour et de subversion dont nous avons redécouvert la force.

Ne manquez donc pas les deux représentations exceptionnelles…

 

samedi 16 avril à 21 h

dimanche 17 avril à 17 h

À la galerie de la Fond’Action Boris Vian,

6 bis, cité Véron, Paris 18e

Entrée libre