Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2011

Le chœur à l’ouvrage

 

 Le Lavoir, fut, en 1986, le triomphe du Festival d’Avignon. Le théâtre de la Basoche refusa des spectateurs. La pièce tourna pendant quatre ans. Elle fut traduite dans le monde entier.

En 2010, il a fallu la ténacité d’une jeune femme, Brigitte Damiens, pour qu’une nouvelle création voie le jour.

Ce n’est pas que la pièce soit désuète. Non, mais l’impératif économique corrode la création.  Le texte est épuisé chez l’éditeur et les ventes sont trop lentes pour que de côté-là, on risque d’immobiliser des avoirs. Quant à la production, elle est lourde. Onze femmes, un homme, un enfant, et le décor ! Imaginez ! le bassin du lavoir de « 3 m sur 6 au centre de l’espace de jeu, une margelle de bois blanchie », avec de la vraie eau, à installer dans les théâtres (scénographie de Laurence Bruley qui signe aussi les costumes). Et les accessoires à récolter : le linge n’est rien, mais les lessiveuses de tôle, les garde-genoux, les battoirs, il y a belle lurette que les femmes s’en sont débarrassées ! 

Or, l’action se passe le 2 août 1914. On vient d’assassiner Jaurès…Depuis quatorze ans déjà  la journée de travail a été limitée à 10 h. Mais la loi passe mal, et de grèves en émeutes, les femmes se sont mises non seulement à réclamer, mais aussi à créer des ligues ! Les femmes de Picardie furent des pionnières, des militantes combatives. Celles qui entrent en scène en sont la mémoire.

Elles arrivent ce matin-là avec leurs corbeilles pleines de linge sale. Femmes du peuple, ouvrières, journalières, mères de famille. Il y a là la patronne, dite la Mère, Rosine (Stéphanie Labbé), la cul-bénit, un brin raciste, Henriette (Julie Bousquet) la syndicaliste un peu raide, Mathilde (Fanny Sintes) qui vient remplacer sa mère malade, Gilberte (Valerie Moinet ) l’insouciante, Emilie enceinte jusqu’aux yeux et qui traîne déjà une nombreuse progéniture, Judith l’apatride, Julienne qui sait des chansons, Rolande qui cache une grossesse non désirée et sa sœur Louise (Charlotte Buosi) encore innocente, et la « grande cérémonie de la lessive » commence. Théâtre, le Lavoir, Brigitte Damiens

Laver son linge, (ou celui des autres), implique un grand déballage. Avec les draps sales se révèlent les souvenirs pas propres. Heureusement la Mère est là pour rétablir le calme, rabibocher les adversaires. Heureusement il y a la solidarité féminine qui gomme les griefs. Heureusement il y a les chansons populaires qui donnent du cœur à l’ouvrage et transforment en un chœur magnifique cette troupe de femmes que la vie malmène.

Citons encore Micaëla Etcheverry, Bénédicte Jacquard, Marie Grach, Valérie Haltebourg, France Ducateau, Hélène Milano, et le seul homme de la troupe, Alexandre Jean, qui rythme les déplacements, souligne les émotions avec cet étrange intrument qu'est le hang, et qui vient, à la fin, annoncer que la guerre est déclarée.

Brigitte Damiens nous offre ici une réalisation exemplaire.

Au lieu d’écouter les promesses faites aux femmes depuis plus de cent ans et dont on nous a rebattu les oreilles tout au long de cette journée du 8 mars, allez donc voir les femmes du La voir. Leur combat continue !

 

 

 

 

Le Lavoir  de Dominique Durvin et Hélène Prévost

Cartoucherie : Théâtre de l’Épée de Bois

01 48 08 39 74

Du 8 au 19 mars à 19 h

Relâche les 13 et 14 mars

Et c'est complet les 11, 12 et 19 mars !

www.theatre-et-toiles.fr

07/03/2011

Petites épopées

 

L’univers de Philippe Minyana ne plaît pas à tout le monde. Ses personnages traînent une vie ordinaire dans un quotidien médiocre. Ils ne sont pas de ceux qui portent des montres superfétatoires. Quand ils ont réussi à avoir un toit sur leur tête, et un ragoût dans leur assiette, ils s’estiment presque satisfaits de leur existence.

 

Depuis 1979, Théâtre Ouvert accompagne Philippe Minyana. Aujourd’hui, après un détour par la Comédie-Française, il est aussi à l’affiche du Théâtre de la Ville, dans les murs du Théâtre des Abbesses, pour une série de cinq pièces inédites regroupées sous le titre Épopées de l’intime et qui cristallisent « ses souvenirs, ses désirs, ses rêves, ses expériences ».  

Dans Les Rêves de Margaret (jusqu’au 12 mars) nous retrouvons la fidèle Florence Giorgetti. Elle se met en scène avec Hélène Foubert, François Gauthier-Lafaye, Nicolas Maury, Emilien Tessier, Penda Traoré. Florence est « Margaret Muller,  matelassière à Malakoff ». Si elle ne peut prêter les matelas qu'on lui confie, Margaret donne des draps à plus démunis qu'elle. Les pauvres, ça partage. Elle chante ses émotions, recueille des enfants abusés, mais se laisse piéger par son vieux père.

Elizabeth Mazev, est l’auteur dans Tu devrais venir plus souvent (déjà terminé, hélas !) qui revient au pays natal pour « voir la parentèle », et parce qu’il « est des heures où il faut se réconcilier ». Ce voyage dans le temps retrouvé note les odeurs et les voix, et apaise les griefs familiaux. La comédienne, mise en scène par Monique Espina fait tant vibrer les souvenirs, que les objets lui répondent.  

Ces formes courtes, baptisées « solos », ne sont pas à l’affiche très longtemps. Il faut donc vous précipiter au Théâtre des Abbesses. Demain, commence J’ai remonté la rue et l’ai croisé des fantômes avec Laurent Chapelier, jusqu’au 12 mars, puis du 16 au 19 mars, deux autres « petites formes », De l’amour avec Laurent Chapelier encore, accompagné de Marion Lécrivain, Océane Mazas, Gaëtan Vourc’h, puis Sous les arbres avec Frédéric Maragnani.

Quels que soient les sujets, Philippe Minyana parle de nous, de notre quotidien, de nos peurs et de nos doutes. Et ses "petites épopées" sont celles que vivent les petites gens qu’on désignait naguère par cette belle périphrase : « le sel de la terre ».

 

 

 

 

Épopées de l’intime, cinq pièces inédites de Philippe Minyana

 

5 pièces inédites

Théâtre des Abbesses à 18 h 30 et  20 h 30

01 42 74 22 77

Jusqu’au 19 mars

puis jusqu'au 2 avril, à Théâtre Ouvert pour De l'amour  et Sous les arbres.

 

 

 

 

 

05/03/2011

La grandeur des petits

 

Victor Hugo qui fut père à vingt ans, se désolait de ne pas être grand-père à soixante. Sa fille Léopoldine, morte accidentellement en 1843, avait noyé avec elle les promesses de sa grand-paternité. Enfin Charles se maria ! Enfin naquirent Georges et Jeanne, (1868 et 1869) et le poète « qu’un petit enfant rend tout à fait stupide », redécouvrit le monde, la nature, les hommes à travers le regard et le langage de ses petits-enfants. Quand Charles mourut brutalement, en 1871, il devint « Papapa », et s’occupa des chers petits avec une attention remarquable. Georges raconta plus tard, cette dévotion, et le soin que prenait le poète à éveiller leur conscience et à cultiver leur imaginaire.

Vincent Colin, en choisissant de mêler les souvenirs de Georges aux poèmes de L’Art d’être grand-père, donne un spectacle subtil qui nous console de la déshumanisation actuelle et nous donne à espérer que le lait de l’humaine tendresse n’est pas encore tari.

victor hugo,vincent colin,lucernaireAu centre du plateau, des sièges à haut dossier évoquent les menuiseries que Hugo sculptait à Hauteville House, et, dans la cloison colorée, une fenêtre en hublot, permet un théâtre d’ombres et les projections des dessins du poète, qui fut aussi un « dessinateur inspiré » (scénographie de Marie Begel). Albert Delpy a taillé sa barbe blanche comme celle de Victor Hugo et Héloïse Godet donne à Jeanne sa fraîcheur. Tout de blanc vêtue (costumes de Cidalia da Costa), pieds nus, elle se meut avec grâce et naturel. Elle est l’enfance pure, simple, et affectueuse. Elle se pose au piano, joue  Chopin, Albeniz, Satie, Mozart, et sourit au grand-père dont on comprend l’indulgence, mais aussi les exigences. Car, s’il réclame « l’amnistie » pour eux,  s’il accepte « les conseils sacrés de l’innocence », c’est qu’il veut leur éviter toute injustice, et qu’il combat alors pour que le peuple soit écouté au lieu d’être envoyé au bagne, « au pain sec ». On a souvent reproché à Hugo ses « bons sentiments ». C’est oublier que Marivaux, déjà, disait qu’il « faut être trop bon pour l’être assez », quand il s’agit de rendre ses enfants heureux.

Aujourd’hui, nous dit-on, « l’enfant est roi ». Pourtant, afin qu’il ne devienne jamais tyran, ce grand-père, qui admirait « la grandeur des petits », donne des conseils d’éducation, qui s’avèrent toujours d’actualité. Et certains parents en auraient, paraît-il, besoin…

 

 

 

 

 Photo : compagnieVincent Colin

 

Spectacle sélectionné pour le Festival Hugo et égaux 2011

 

 

 

L’Art d’être grand-père d’après Georges et Victor Hugo

Adaptation et mise en scène de Vincent Colin

Création au Centre des Bords de Marne – Le Perreux, jusqu’au 6 mars*

(débat le 3 mars après la représentation)

01 43 24 54 28

www.cdbm.org

 

puis au Lucernaire* du 9 mars au 8 mai

(débat après la représentation du 22 mars)

01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr