Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2012

Ils ne mouraient pas tous


 

Dans les récits de la grande peste qui ravagea la population de Londres en 1665, les témoignages concordent. Daniel Defoe et Samuels Pepys sont formels : ce sont les pauvres qui meurent d’abord et en grand nombre « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ». Le roi a fui Londres avec quelques privilégiés. Le petit peuple crève, les bourgeois se terrent chez eux. Nul ne peut sortir de sa maison ni  de la ville sans autorisation. L’auteur américaine, Naomi Wallace en a fait une pièce : Une puce, épargnez-la. 

Snelgrave (Guillaume Gallienne) et sa femme Darcy (Catherine Sauval) guettent derrière leurs volets clos de l’extérieur par Kabe (Christian Gonon). Leurs domestiques sont morts, ils sont cloîtrés dans les seules salles où « personne ne soit mort », la cuisine et une antichambre. Malgré la surveillance, malgré les barrages, deux intrus s’infiltrent dans ces lieux d’angoisse : un jeune homme aux pieds nus qui dit être marin, Bunce (Félicien Juttner), une gamine, Morse (Julie Sicard) à robe de soie qui prétend être la fille d’un lord décédé.

Indiscrets, insoumis, franchement insolents la petite Morse se révèle « une peste », car elle n’a peur de rien. Bunce, dont la blessure suppure, ne triche ni avec les mots, ni avec les apparences. Si Snelgrave accepte d’emblée la petite « nous vous aimerons comme notre fille parce que vous êtes des nôtres », il se plaît à humilier Brunce, à lui rappeler sans cesse ce qui les sépare.

Enserrés dans des habits noirs à col de dentelle blanche amidonnée (costumes d’Anne-Laure Liégeois et Renato Bianchi), les Snelgrave ont la raideur des puritains, mais sous leurs gaines cachent de brûlantes appétences. « Les beaux habits ne sont pas toujours la preuve de jolies mœurs. » La promiscuité délace les corsets, met à vif des plaies mal cicatrisées, exhume les passions enfouies. Bas les masques ! Toute barrière est abolie.

Mais si la fille du lord n’est que sa servante, Julie Sicard se mue en ange de la mort. Si la prude épouse devient adultère, Catherine Sauval lui donne la figure d’une femme douloureuse. L’hypocrite Snelgrave expie et Guillaume Gallienne prend une figure de saint. Christian Gonon et Félicien Juttner confèrent à leur personnage une dimension christique. 

Dans la mise en scène (et scénographie) d’Anne-Laure Liégeois les murs reculent suivant une diagonale de folie, des corbeaux envahissent l’espace, appeaux du refoulement des désirs, métaphores de la rapacité des hommes. Chaque séquence est ponctuée par un noir brutal, fin illustrée par une musique aérienne au clavecin, comme un oxymore ironique.

La lumière de Marion Hewlett cerne les personnages, les emprisonne dans l’ergastule protégé des miasmes du dehors. Ils ne mourront pas tous, pourtant, rien ne les défendra contre elle. Ni leur argent, ni leur remords, ni leurs promesses n’effaceront les injustices et les fautes.

Mais qui peut sortir indemne d’un tel désastre ?

La pièce de Naomi Wallace, traduite par Dominique Hollier, tient de la parabole sociale, elle va heurter les bonnes consciences. 

 

 

 

 

 

 

Une puce, épargnez-la de Naomi Wallace

Comédie-Française, théâtre éphémère

Du 28 avril 2012 au 12 juin 2012

www.comedie-francaise.fr

13/04/2012

Se battre pour la République

  

Représenter le roman Quatrevingt-treize de Victor Hugo, avec cinq comédiens, tient de la gageure. Le changement continuel de lieu, le nombre des protagonistes et des figurants, les péripéties : naufrage, massacre, incendies, luttes armées, reddition de ville, attaque du château,  relèvent du grand spectacle.

La compagnie In Cauda, sous la direction de Godefroy Ségal qui en signe l’adaptation et met en scène en propose une version, où la narration cimente les scènes jouées. théâtre,v. hugo,littérature,histoireAvec une grande intelligence, cette structure donne l'essentiel du roman. En costumes contemporains, « armés d’accessoires sonores », les comédiens jouent avec pour seuls décors les tableaux en noir et blanc de Jean-Michel Hannecart, projetés sur deux écrans (Benjamin Yvert), sorte de story-board du film muet de Capellani et Antoine (1914),

Rappelons que le roman se passe en 1793, dans l’Ouest de la France. Les soldats du « bataillon du Bonnet rouge », des républicains qu’on appelle les Bleus (couleur de leurs uniformes), envoyés contre les Vendéens (les Blancs), recueillent La Fléchard, une paysanne affamée et ses trois enfants. Le marquis de Lantenac, un émigré revient sur ses terres pour diriger la lutte contre les Bleus. Sa tête est mise à prix. Il est sauvé par un mendiant, puis dirige le massacre d’un village, fait fusiller les Bleus comme les paysans, achever les blessés, enlever les enfants. Il laisse leur mère pour morte. Un mendiant, Le Caimand la sauve et la guérit. De Paris, Danton, Marat et Robespierre envoient Cimourdain avec la guillotine pour exécuter Lantenac et seconder le jeune capitaine Gauvain, neveu dudit marquis. Les Bleus sont vainqueurs, Lantenac réussit à s’échapper, mais revient sur ses pas pour sauver les enfants. Il est fait prisonnier. Cette bonne action lui vaut la clémence de Gauvain lequel sera guillotiné pour l’avoir fait évader.


Deux narratrices se relaient, Géraldine Asselin et Nathalie Hanrion. La seconde  joue aussi la mère douloureuse, La Fléchard, et la première interprète également la Vivandière puis Marat.

Leurs partenaires masculins jouent tous plusieurs rôles. François Delaive  est Lantenac puis Cimourdain, assumant avec bonheur des rôles très opposés. Boris Rehlinger, compose un Radoub sensible, un Halmalo intéressant, un La Vieuville crédible, mais son Robespierre paraît faible, et son Caimand demanderait moins de grimaces. Si Alexis Perret donne un Boisberthelot et un aubergiste plausibles, le personnage de Danton manque de truculence et celui de Gauvain, de grandeur.

Il n’est pas facile de se multiplier, et nous leur seront gré de transmettre la parole hugolienne avec ferveur. Elle est indispensable.

Au moment de la parution de Quatrevingt-treize (1874), il s’agissait de fonder la Troisième République, de réconcilier les Français avec le régime qu’on accusait de « terreur ». Hugo se battait pour la République, pour obtenir l’amnistie des Communards, et reprenait le combat contre la peine de mort.

Aujourd’hui on entend le discours de Gauvain qui imagine une république idéale, un monde sans famine, un « homme citoyen », une « république d’esprits » : « je veux la liberté devant l’esprit, l’égalité devant le cœur, la fraternité devant l’âme. », dit celui qui, au moment de mourir pense « à l’avenir », celui des autres.

Le vôtre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quatrevingt-treize d’après le roman de Victor Hugo

Adaptation et mise en scène de Godefroy Ségal

Maison de la Poésie

01 44 54 53 00

du mercredi au samedi à 20h, dimanche à 16 h

depuis le 7 avril, jusqu’au 13 avril

puis du 2 au 20 mai.

 

 

 

12/01/2012

Hugo et Sand

 

 

6e Festival Victor Hugo et Égaux

VICTOR HUGO et GEORGE SAND

 

Le 6e Festival Victor Hugo et Égaux sera, en février 2012, un festival Victor Hugo et George Sand.

On pourra y voir les formes différentes sous lesquelles leurs œuvres, leur action, leur vie ont été et continuent d'être présentées :

- sur les scènes des théâtres et des opéras (ErnaniRigoletto) ; et des pièces de théâtre – la magnifique réalisation des Burgraves par Maurice Cazeneuve ;

- sur les écrans de cinéma et de télévision, avec des adaptations des romans de Hugo – Les MisérablesL’Homme qui Rit – et de George Sand – La Mare au diableMaupratLa Ville noireLes Beaux Messieurs de Bois-Doré - 

- des évocations biographiques : Lélia ou la vie de George SandLes Enfants du siècle) ;  

 par l’édition (Salon du Livre Victor Hugo à Villequier, rendez-vous maintenant régulier du festival) ;

 par le disque (Hugo chanté, Correspondance de Hugo et Sand) ;

 par des conférences (sur les rapports de Hugo et de Sand avec le féminisme ;

- avec la musique ; sur la critique de la justice dans Les Misérables, exposée par Robert Badinter ;  sur les engagements et combats de Hugo) ;

- par des promenades littéraires dans Paris sur les pas de George Sand;  

- par des créations d’œuvres nouvelles, musicales et théâtrales

  Histoire de Gavroche, avec une musique de Fernando Albinarrate ;  

  Victor Hugo et George Sand / Et s’ils s’étaient rencontrés ?, pièce de Danièle Gasiglia.

La plupart de ces manifestations seront suivies de débats. Certaines se dérouleront dans des lieux en rapport avec la vie ou l’œuvre de Victor Hugo : son appartement de la place des Vosges ; Créteil, qui lui inspira un poème de Chansons des rues et des bois ; Villequier, maison des Vacquerie où vécut sa fille, Léopoldine, jeune mariée ; Besançon, sa ville natale. L’avant-programme détaillé du festival est consultable sur http : //www.festival-victorhugo-egaux.fr