Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2011

Humeur

 

 

 

Je reçois un dossier de presse. J’en reçois tous les jours. Mais celui-là m’interpelle.

Il émane du « Monfort-Théâtre ».

- Tiens, me dis-je, encore un nouveau lieu ! Diantre ! (Comme on dit chez Molière), « l’avignonisation » de Paris continue, - comme dirait mon ami Victor (Haïm).

J’ouvre l’enveloppe.

Je cherche l’adresse. « 106, rue Brancion » !

Nom de…***

C’était le Théâtre Silvia Monfort !

Pourquoi l’a-t-on ainsi castré de son prénom ?

Imagine-t-on le collège Moulin, au lieu de Jean Moulin ? Ce n’est pas du tout la même farine !

Le lycée Renoir, c’est le peintre ? Le cinéaste ? Le comédien ?

Et avec l’hôpital Debré, je m’interroge ? Le ministre ? Le peintre ? Le médecin ? Et lequel ?

Il y a des prénoms indissociables de leur patronyme.

Silvia Monfort, grande dame de la Résistance, avait gardé le nom qu’elle portait dans la clandestinité, pour l’illustrer au firmament du Théâtre. On l’aimait ainsi, tout entière…

Qui, dans un an, dans dix ans se souviendra de ce qu’elle représenta pour les auteurs, les comédiens, ses amis du Théâtre et des Lettres, ses compagnons de lutte, et même la ville de Paris ?

Que veut-on nous faire oublier ?

 

 

 

 

*** Suivant votre religion, vous choisissez le blasphème qui vous convient…

 

18/09/2011

Dîner avec le diable

 

 

Il croyait que son génie lui donnerait des privilèges, et que, le Führer aimant sa musique, il pourrait résister à l’idéologie dominante. Mais il ne faut jamais dîner avec le diable et  Richard Strauss (Michel Aumont) en fit l’amère expérience.

En 1931, il est déjà un compositeur illustre, mondialement reconnu, et après la mort d’Hofmannsthal, il demande à Stefan Zweig (Didier Sandre) de lui trouver un sujet d’opéra, puis de lui en écrire le livret. Il croit pouvoir passer outre les lois raciales quand Hitler les promulgue, et pense que « le petit Goebbels » s’inclinera devant  son art. Persuadé que les nazis veulent « soutenir la culture », il  jure qu’il « ne collaborera jamais » avec eux et qu’il imposera « le juif » Zweig. Mais ce dernier sait bien que  la partie est perdue, et il choisit l’exil, puis la mort.

Sur cette trame connue, et grâce à leur correspondance, Ronald Harwood, avec Collaboration, imagine les rencontres du musicien et de l’artiste. Il brosse en contrepoint le portrait d’une épouse naïvement réaliste, Pauline Strauss (Christiane Cohendy), et auprès de Zweig une secrétaire dévouée et effacée, Lotte Altmann (Stéphanie Pasquet) qui deviendra sa maîtresse et le suivra jusqu’à la dernière nuit. La  terreur nazie est personnifiée par Hans Hinkel (Éric Verdin) qui menace Strauss à travers sa bru qui est juive, et ses petits-enfants.

Effroyable chantage qui oblige Strauss à collaborer. Marché infâme qui conduira le compositeur  devant la commission de dénazification en 1948.

Dans les décors sobres d’Agostino Pace, Georges Werler dirige ses acteurs avec rigueur. Les deux protagonistes, Michel Aumont en puissance, Didier Sandre en sensibilité, sont bouleversants. Christiane Cohendy enrichit son rôle ingrat de maîtresse de maison mesquine d’une tendre maladresse. Le nazi est raide sanglé dans son personnage et Sébastien Rognoni en Paul Adolph, directeur d'opéra affolé est excellent dans sa courte scène.

Chaque  séquence  est ponctuée d’extraits  d’opéras et Jacques Puisais a réglé les lumières avec précision. Les costumes de Pascale Bordet recréent l’époque sans ostentation. C'est une pièce sombre, mais qui suscite la réflexion et qui, par ses interprètes admirables, donne toute leur force à ces vers prémonitoires de Gottfried Keller (publiés en 1846) :

« Quand enfin les criminels

Seront chassés du pays

On en parlera longtemps

Ainsi que de la mort noire.

[…] Joie s’élève des souffrances,

Le jour a vaincu la nuit. »*

 

 

* Vers cités dans La Rose blanche, six Allemands contre le nazisme de Inge Scholl, éditions de Minuit. 

 

 

 Collaboration de Ronald Harwood, traduction de Dominique Hollier

Théâtre des Variétés

Depuis le 6 septembre

01 42 33 09 92

 

 

07/09/2011

Une fraternelle épopée

 

Les rives de la Méditerranée ont accueilli des peuples de toutes nationalités, de toutes religions, et il y eut des villes cosmopolites, dont le seul nom évoque des brassages de cultures, des mélanges de races, des terres de tolérance. Aujourd’hui, si d’aucuns agitent l’immigration comme un épouvantail, d’autres par leurs vies et leurs œuvres témoignent de la fraternité possible.

Amin Maalouf, théâtre 13, Grégoire CuvierQuand Amin Maalouf crée le personnage d’Ossyane (qui signifie « insoumission ») pour Les Échelles du Levant, il retrace le parcours des siens : une mère venue d’Istanbul, un père de Beyrouth, une enfance en Égypte. Mais s’il s’en inspire, il l’inscrit plus avant dans l’Histoire. Il fait commencer la saga des Ketabdar en Turquie, dans la tragédie du génocide arménien, la conduit au Liban pendant le mandat français et la naissance de la République, en France pendant la seconde guerre mondiale, et entre la Palestine et Beyrouth pendant les guerres du Moyen-Orient.

L’adaptation du roman, sous le titre d'Ossyane conduit à une profonde réflexion sur les guerres fratricides et la lutte des peuples pour la liberté. Grégoire Cuvier, le metteur en scène en est l’adaptateur, il dessine les tableaux d’une fresque où le héros refuse toute haine, sombre devant l’implacable ennemie avant de trouver le « chemin de la résilience. » Dans cet exercice, les personnages secondaires souffrent un peu, les longues luttes pour l’indépendance et la paix sont à peine esquissées.

Le spectateur français comprendra mieux la période située dans la France des années 40, il a ses repères. « Je suis né dans une région du monde où les occupations se sont succédé » dit pudiquement Ossyane qui n’aura jamais un mot contre La France qui pendant vingt ans y exerça la sienne. Car il s’agit de réunir les hommes de bonne volonté pour vivre dans un monde sans guerre.Amin Maalouf, théâtre 13, Grégoire Cuvier

Olivier Cherki incarne Ossyane, narrateur et acteur de la fraternelle épopée. Il endosse avec justesse un rôle exigeant, d’homme d’action à la fois déterminé et fragile.  Avec lui deux femmes, Christiane Braconnier (Iffet la sœur, Danièle la militante), Audrey Louis, (la mère, puis Clara la résistante puis l’épouse, puis la fille), rendent vivants des rôles fragmentés. Jean-Marc Charrier en père bienveillant dont « l’inconscience crée des miracles », se métamorphose en Salem, le fils obscur avec subtilité. Yvon Martin Christophe Chêne-Cailleteau assume sans faiblir de multiples silhouettes. Et Stéphane Temkine impose avec fermeté les différents personnages qu’il joue.

Pas de décor, quelques accessoires, et le plateau dépouillé peut passer d’un pays à un autre, d’un lieu à un autre, d’un temps à un autre. Les changements se font à vue, le rythme est bien maîtrisé. Quelques images de ruines et de peuples en exode précisent les passages.

Ossyane devint Bakou (« l’avenir »), dans la clandestinité. Ce sera le nom de son petit-fils, né dans un autre hémisphère, loin de l’Orient dévasté, et résurrection de l’Espoir.

Il ne faut pas désespérer des hommes. Ossyane l’affirme et Amin Maalouf vient d’être élu à l’Académie française : il occupera le fauteuil de Claude Lévi-Strauss.

 

 

Photos : Christophe Henry

 

 

Ossyane d’après Les Échelles du Levant  d’Amin Maalouf

Adaptation de Grégoire Cuvier

Théâtre 13 jusqu’au 16 octobre

01 45 88 62 22

www.theatre13.com