Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2011

Une fraternelle épopée

 

Les rives de la Méditerranée ont accueilli des peuples de toutes nationalités, de toutes religions, et il y eut des villes cosmopolites, dont le seul nom évoque des brassages de cultures, des mélanges de races, des terres de tolérance. Aujourd’hui, si d’aucuns agitent l’immigration comme un épouvantail, d’autres par leurs vies et leurs œuvres témoignent de la fraternité possible.

Amin Maalouf, théâtre 13, Grégoire CuvierQuand Amin Maalouf crée le personnage d’Ossyane (qui signifie « insoumission ») pour Les Échelles du Levant, il retrace le parcours des siens : une mère venue d’Istanbul, un père de Beyrouth, une enfance en Égypte. Mais s’il s’en inspire, il l’inscrit plus avant dans l’Histoire. Il fait commencer la saga des Ketabdar en Turquie, dans la tragédie du génocide arménien, la conduit au Liban pendant le mandat français et la naissance de la République, en France pendant la seconde guerre mondiale, et entre la Palestine et Beyrouth pendant les guerres du Moyen-Orient.

L’adaptation du roman, sous le titre d'Ossyane conduit à une profonde réflexion sur les guerres fratricides et la lutte des peuples pour la liberté. Grégoire Cuvier, le metteur en scène en est l’adaptateur, il dessine les tableaux d’une fresque où le héros refuse toute haine, sombre devant l’implacable ennemie avant de trouver le « chemin de la résilience. » Dans cet exercice, les personnages secondaires souffrent un peu, les longues luttes pour l’indépendance et la paix sont à peine esquissées.

Le spectateur français comprendra mieux la période située dans la France des années 40, il a ses repères. « Je suis né dans une région du monde où les occupations se sont succédé » dit pudiquement Ossyane qui n’aura jamais un mot contre La France qui pendant vingt ans y exerça la sienne. Car il s’agit de réunir les hommes de bonne volonté pour vivre dans un monde sans guerre.Amin Maalouf, théâtre 13, Grégoire Cuvier

Olivier Cherki incarne Ossyane, narrateur et acteur de la fraternelle épopée. Il endosse avec justesse un rôle exigeant, d’homme d’action à la fois déterminé et fragile.  Avec lui deux femmes, Christiane Braconnier (Iffet la sœur, Danièle la militante), Audrey Louis, (la mère, puis Clara la résistante puis l’épouse, puis la fille), rendent vivants des rôles fragmentés. Jean-Marc Charrier en père bienveillant dont « l’inconscience crée des miracles », se métamorphose en Salem, le fils obscur avec subtilité. Yvon Martin Christophe Chêne-Cailleteau assume sans faiblir de multiples silhouettes. Et Stéphane Temkine impose avec fermeté les différents personnages qu’il joue.

Pas de décor, quelques accessoires, et le plateau dépouillé peut passer d’un pays à un autre, d’un lieu à un autre, d’un temps à un autre. Les changements se font à vue, le rythme est bien maîtrisé. Quelques images de ruines et de peuples en exode précisent les passages.

Ossyane devint Bakou (« l’avenir »), dans la clandestinité. Ce sera le nom de son petit-fils, né dans un autre hémisphère, loin de l’Orient dévasté, et résurrection de l’Espoir.

Il ne faut pas désespérer des hommes. Ossyane l’affirme et Amin Maalouf vient d’être élu à l’Académie française : il occupera le fauteuil de Claude Lévi-Strauss.

 

 

Photos : Christophe Henry

 

 

Ossyane d’après Les Échelles du Levant  d’Amin Maalouf

Adaptation de Grégoire Cuvier

Théâtre 13 jusqu’au 16 octobre

01 45 88 62 22

www.theatre13.com

 

 

 

 

06/09/2011

Le lavoir : reprise

 

 

 

 

Une reprise d’importance : Le Lavoir  de Dominique Durvin et Hélène Prévost, dont nous avions rendu compte sur ce blog sous le titre Le chœur à l’ouvrage.(08-03-2011)

Cette histoire de femmes à Amiens le 2 août 1914 concerne tous les hommes, de tout temps, dans tous les pays....

 

 

 

 

 

 

Le Lavoir de Dominique Durvin et Hélène Prévost,

Théâtre de l’Épée de Bois

Du 20 septembre au 2 octobre

Du mardi au samedi à 21 h

Samedi 1er à 19 h

Les dimanches à 18 h

www.theatre-et-toiles.fr

07/06/2011

Des peuples qu’on dit ennemis

  

 

 

La pièce a été publiée en 1989. Elle a été jouée dans le monde entier. On la croirait écrite de la veille, tant elle touche à toutes les guerres dites « saintes ». Prétextes religieux, prétextes fallacieux pour écraser son voisin. « Tu ne tueras point » dit la Bible. « Celui qui tue un homme tue tous les hommes », dit le Coran, et pourtant, depuis que les prophètes les ont abandonnés, les peuples frères sont ennemis.

Dans Croisades, Michel Azama ne dénonce pas les coupables. Il peint les dégâts. Il désigne les victimes. Il montre l’enchaînement des malentendus, des préjugés, de l’ignorance.

Dans un univers atemporel, « là-bas », trottine un personnage sans âge : « Maman Poule ». Elle est depuis huit siècles à la recherche de ses enfants, dix garçons et quatre filles embrigadés dans la Croisade des enfants en 1212 ou celle des Pastoureaux, en 1251. Un moine avait prétendu que « seuls les pauvres, les humbles, les bergers » qui plaisaient à la Vierge, pourraient délivrer Jérusalem, car les chevaliers orgueilleux avaient déplu à Dieu. Pour pallier le « silence éternel de la divinité », on peut lui faire dire tout ce qu’on veut et on peut faire croire n’importe quoi aux enfants illettrés. Des milliers de jeunes prirent la croix, d’abord soutenus par Blanche de Castille. Mais prélats et chevaliers jugèrent le mouvement dangereux. Peu de pastoureaux arrivèrent à Jérusalem. Et ceux qui embarquèrent n’en revinrent pas.

Michel Azama reprend ce thème de la crédulité des enfants, toujours victimes de la parole de ceux qui les envoient au casse-pipe pour en tirer les bénéfices. Sur une idée de Lauren Houda Hussein (qui joue aussi) et Ido Shaked (qui met en scène), la pièce est créée avec des comédiens, israéliens, palestiniens, franco-libanais, franco-iraniens, franco-algériens et espagnols : Guy Elhanan, Hamideh Ghadirzadeh, Doraid Liddawl, Sheila Maeda, Ghassan El Hakim. Elle a été jouée à Saint-Jean d’Acre, et à Beer Sheva, Jérusalem, Jaffa. On y parle en hébreu, en arabe, en français, en anglais, en espagnol. Des sur-titres en français projetés permettent de suivre. Mais en réalité ces acteurs formés à l’école de Jacques Lecoq, font passer l’émotion sans qu’on comprenne toutes les paroles.

Sur l’espace sacré de la scène s’affrontent les enfants martyrs, les adolescents que des adultes manipulateurs, transforment en cibles, et des morts en errance qui cherchent en vain l’apaisement.

Le théâtre Majâz a exaucé un des rêves de Michel Azama : la réconciliation entre des peuples qu’on dit ennemis. Le Théâtre Majâz (métaphore en arabe) établit le dialogue entre les patries de la Méditerranée, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’une nation : « l’humanité ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Croisades  de Michel Azama

Salle de répétition de la Cartoucherie

Jusqu’au 3 juillet

Lundi, mercredi, jeudi, vendredi à 20 h 30

Samedi à 14 h et 20 h 30

Dimanche à 14 h

01 43 74 24 08

Texte publié aux éditions Théâtrales