Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2011

Pour l’amour du Théâtre

 

 

Les mythologies modernes fabriquent des dieux avec des hommes. Gérard Philipe « prince en Avignon » illumina notre génération. Elle hante encore celle de nos fils et un jeune auteur, Pierre Notte, place l’icône au centre de sa nouvelle pièce : Pour l’amour de gérard philipe.  

On peut s’étonner de l’absence de capitales à ce nom propre, et cette  typographie a dû susciter un long débat comme les aiment, dans les rédactions, les correcteurs gardiens de l’orthodoxie de la langue. Mais ces jeunes auteurs aiment provoquer pour mieux affirmer leur génie.

Génie ? Oui, génie. Et je ne galvaude pas mes mots. Sinon comment dire cette écriture singulière ?

théâtre,pierre notte,gérard philipeLe théâtre de Pierre Notte n’est pas réaliste. Il transcende la vie réelle et pourtant, chacun de ses personnages parle de nous, de nos familles, et de nos destinées. La fable tend des fils que sont les événements qui ont marqué nos existences. Et sur cette trame, l’auteur chaîne les jours de ses personnages, il les relie à la marche du monde. Il les ancre dans une réalité avec des repères qui marquent l’Histoire : prise de pouvoir de Castro à Cuba (1er janvier 1959), abolition de la peine de mort (1981), ou datent l’histoire de l’humanité : juillet 1969 : « on a marché sur la lune »… Ou, plus simplement, les jours qui ont submergé d’émotion les humains sensibles que nous sommes restés : 25 novembre 1959 : mort de Gérard Philipe, 27 janvier 1983, mort de Louis de Funès, 14 septembre 1982, mort de Grace de Monaco.

Ceux-là n’étaient pas de nos parents, mais ils nous représentaient : Grace de Monaco, la roturière devenue princesse, dont la beauté faisait rêver les hommes et les petites filles ; Louis de Funès, dont la difficile ascension vers la gloire prouvait à tous que le talent et la persévérance finissaient toujours par triompher. Et Gérard Philipe ? « Acteur idolâtré au théâtre », comme au cinéma, il était aussi « un fils aimant, un mari fidèle, un père de famille heureux, un bon camarade, un militant concentrant les aspirations de la jeunesse d’après guerre » écrit Rodolphe Fouano*. L’idéal !

théâtre,pierre notte,gérard philipeOn comprend que la Madame Gérard, brave petite future Mère (Sophie Artur) en rêve, tandis que le futur Père (Romain Apelbaum), qui songe à faire de l’enfant « un futur héros » veut l’appeler Charles, comme de Gaulle. Un obsédé du sexe, le père, un peu grincheuse la mère. Mais bonne mère qui allaite encore l’enfant  à huit mois. Le pauvre « petit bout » a un handicap, il n’a qu’un doigt à chaque main. Le père l’a prénommé Charles, la mère l’appelle Fanfan, et quand le père basculera de la grand roue, elle l’appellera Philippe : « c’est mieux ». Elle était frigide, elle reste fidèle. Et régulièrement, elle emmène son Fanfan sur la tombe, « dire bonjour à papa ». 

Puis l’enfant devient homme (Raphaël), quitte le deuil et  sa mère. Embauché dans le cirque de Max Vogler (Bernard Alane), il séduit son épouse, Bibi Vogler (Emma De Caunes), apprivoise une ourse féroce (Romain Apelbaum), sauve le cirque, devient « quelqu’un ».

 

théâtre,pierre notte,gérard philipeDans un univers où les monstres paraissent ordinaires, un homme qui n’a que deux doigts est précieux, surtout quand il dompte une grosse bête réputée méchante, joue de la musique sur des verres de cristal et sauve le cirque de la faillite. La monstruosité ne serait-elle pas dans le regard que les gens portent sur l’homme différent ? Chez Pierre Notte, les « grosses bêtes » qui font peur aux hommes ne sont pas les plus dangereuses. Un loup peut être victime d’un enfant (Et l’enfant sur le loup), et ici, le criminel est Max Vogler, pas l’ourse.

Devenu metteur en scène, l’auteur inscrit le parcours de ce voyage initiatique sur un praticable légèrement pentu, d’où jaillissent quelques accessoires. Sur le mur du fond la toile de Crewer, qui présente les personnages, laisse place à des projections fantastiques, une réalisation vidéo (Jean-François Mariotti), et, présence sacrée, l’image de Fanfan la Tulipe-Gérard Philipe. Le texte est quelquefois chanté, car ce diable d’auteur connaît la musique et touche à tout dans le spectacle. Ses textes, empreints d’ironie rendent légers les moments graves. Bernard Alane gémit un peu : « Quand je pense que j’ai joué Claudel » ! On le préfère ici !

Seul le Dieu du Théâtre peut transformer les hommes... La preuve, Romain Apelbaum, père égrillard se régénère en ourse virginale et attentionnée. Sophie Artur avec son air sérieux  touche à la sainteté, Raphaël à l’angélisme. Personne ne s’étonne que les morts restent présents auprès des vivants qui leur sont chers, que les animaux parlent, et que le miracle soit permanent. Pour l'amour du théâtre, la vie vaut la peine d'être applaudie.

 

 

 

 

photo : Ifou pour lepoilemedia

 

 

 

 

·          In Avant-Scène N°1301 consacré à la publication de la pièce.

Pour l’amour de gérard philipe de Pierre Notte

Théâtre La Bruyère à 21 h 

  01 48 74 76 99

  

P. S. La pièce a été créée au Japon, en 2009.

Ah! que la mondialisation peut être intelligente !

 

30/01/2011

Comment on écrit l’Histoire

 

 

L’un est le méchant Dietrich von Choltitz, gouverneur du Grand Paris, et Niels Arestrup l’incarne. L’autre, c’est Raoul Nordling (André Dussollier), le consul de Suède qui va persuader le général nazi de ne pas détruire Paris. Un héros ! Donc deux bêtes de scène, qui font que les spectateurs sont comblés.

Ils sont excellents chacun dans leur rôle, et le duel ne faiblit pas. Dussollier est posé, patient, scrupuleux, un rien jésuite dans son costume de protestant. Arestrup est abrupt, inflexible jusqu’au moment où… naturellement il faiblit.

Roman Kané, Olivier Sabin et Marc Voisin jouent les subalternes avec conviction.

Le metteur en scène, Stephan Meldegg les dirige tous avec un art admirable.

Vous connaissez l’Histoire. Cyril Gely la récrit. On croyait que c’était Von Choltitz qui avait contacté Nordling, c’est du moins ce que l’ancien général avait raconté dans ses lettres, ses Mémoires et dans un témoignage publié dans Le Figaro en 1949. On savait aussi que ce 25 août 1944, il était sorti du Meurice par la porte de service de la rue du Mont Thabor. Eh ! bien on avait tout faux. C’est Nordling qui entre directement dans la suite du général par un escalier dérobé réservé aux amours clandestines de Napoléon III.

On croyait aussi que la défense passive de l’époque faisait obturer les fenêtres afin de ne donner de repères ni aux « terroristes », ni aux bombardiers alliés. Mais ce ne devait pas être valable pour les chefs car Von Choltitz, fenêtres grand ouvertes, lumières allumées nous fait admirer la vue superbe qu’il a de sa chambre, et le jour qui  se lève lentement sur Paris (décor : Stéphanie Jarre, lumière : Roberto Venturi). Mais c’est un détail.

Je n’avais pas souvenir non plus de la veste blanche de Von Choltitz (Costumes Véronique Périer). Il va falloir que je  retourne au Mémorial Leclerc regarder les images d’archives de la Libération de Paris.

 

 

 

Diplomatie  de Cyril Gely

Théâtre de la Madeleine

01 42 65 07 09

15:18 Écrit par Dadumas dans Histoire, Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre, histoire |  Facebook | |  Imprimer

05/11/2010

Jours pas tranquilles à Hambourg

 

 C’est une « famille ordinaire ». Véra (Bérangère Allaux) les adore. Elle a toujours trouvé son grand-père (Oskar Abraham (Roland Bertin) « épatant ». En 1939, comme vingt ans plus tard… Oskar est un bon Allemand, d’une vieille famille hanséatique, luthérienne, et patriote. Son fils Julius (Matthias Bensa) qu’il considérait comme « bon à rien », vient de s’engager dans la police nazie. Il va aller nettoyer les ghettos et pourchasser les partisans. Un bon Allemand, aussi… Sa femme Elga (Christiane Cohendy) s’occupe de la maison, de la cuisine, et ne délègue rien à sa bru, Dörra (Laure Wolf), qui ne comprend pas pourquoi son mari ne la touche plus, ne la regarde même plus et passe ses rares permissions à soliloquer. Comment cet homme aimant a-t-il pu devenir le « finisseur de gosses » des exterminations en Pologne ? Il se rêvait héros, il s’éveille « bourreau ».

Pas comme Elga. Femme soumise, timorée, effacée, mère nourricière sans éclat, soucieuse de la bonne entente familiale, elle accomplit instinctivement le seul geste d’amour qui sauve les siens de la complète faillite morale. Elle protège Sarah, l’enfant des voisins que la police vient arrêter. Les jours ne sont pas tranquilles à Hambourg...

« C’est une pièce sur l’amour, ses absences, ses défaillances », dit l’auteur, José Pliya. Une famille ordinaire @Hervé Bellamy.jpgEt dans la famille Abraham, Oskar n’a jamais aimé Julius, il n’aime plus Elga. Julius déteste son père et reste indifférent au corps de Dörra. Les hommes à« la virilité en berne », s’investissent dans la guerre. Dörra n’aime plus sa fille, les Allemands de Hambourg se méfient de ceux de Francfort, et les voisins sont suspects. Tout concourt à la dégradation des sentiments, tous permettent l’abomination.

Mais à travers l’histoire allemande, José Pliya parle aussi du Rwanda, des haines ethniques, des massacres d’innocents, et au-delà, de l’Afrique qui lui est chère, de la Serbie, de la Croatie, de toutes les haines primitives et irrationnelles, attisées par des hommes en mal de pouvoir.

Hans Peter Cloos signe une mise en scène diabolique. La vidéo de Camille Pawlotsky, sur fond d’images de vampire et de ruines, en noir et blanc, est projetée dans un intérieur déconstruit où une dizaine de postes de TSF laissent à imaginer les ramifications de la « propagande ».

Laure Wolf paraît d’autant plus fragile, Matthias Bensa brisé, que Roland Bertin installe une présence puissante. Christiane Cohendy, voix fêlée, insidieuse et tourmentée, montre avec justesse, une femme pliée par le vent mauvais. Quant à Bérangère Allaux délicate et forte, qui semble invisible aux yeux des autres, c’est une révélation.

Cette  mise en scène d'Une famille ordinaire consacre une oeuvre dérangeante, de celles qui donnent un sens à la littérature dramatique.

 

 

 

 

 photo : Hervé Bellamy

 

Une famille ordinaire de José Pliya

Théâtre de l’Est Parisien

Jusqu’au 27 novembre

01 43 64 80 80