Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2013

Qui va payer ?


 

 

 

Qui, dès 1973, parlait de « délocalisation  d’usines », de « chômage »,  de « travailleurs pauvres » « menacés d’expulsion », de subventions détournées vers des « comptes en Suisse » ? Les syndicats ? Les gouvernements ? Non, ils étaient occupés par « les compromis historiques ».

Ce n’était pas un élu ni un économiste.

théâtre,dario fo,théâtre 71,politiqueC’était un saltimbanque : Dario Fo, auteur, acteur, à cette époque écrivait : Non si paga ! Non si paga ! (traduit par Faut pas payer, ou On ne paie pas ! On ne paie pas !) une farce subversive  qui dénonçait déjà ce qui constitue notre sinistre actualité.

Antonia (Brigitte Rosset) et Margherita (Camille Figuereo), femmes de syndicalistes purs et durs, Giovanni (Juan Antonio Crespillo) et Luigi (Mauro Belluci) n’ont plus assez d’argent pour payer le loyer, le gaz et l’électricité. Et voici que les prix, au supermarché ont encore augmenté.

Comment se nourrir ?

Puisque leurs maris sont « sous-payés », les femmes qui venaient s’approvisionner, excédées, répondent qu’elles ne paieront pas !  Antonia est de ces révoltées, « pour une fois, on était toutes ensemble ! ». Elle a donc rempli ses sacs.  Elle demande à Margherita de l’aider à les cacher car Giovanni est un « légaliste » qui veut demeurer « pauvre mais honnête », et elle ne pourra pas lui faire croire qu’il s’agit de « bons d’achats ».

Mais la police perquisitionne, Giovanni rentre plus tôt, et après avoir dissimulé quelques sacs sous le lit, Antonia n’a qu’une solution, cacher celui qui reste sous le manteau de Margherita. Elle sera « enceinte ». Surprise de Giovanni, soupçons du brigadier (François Nadin qui joue le policier, le gendarme, puis le père), panique de Luigi, le mensonge grossit, la démesure enfle, les protagonistes courent, le plateau bascule (Scénographie : Christian Taraborrelli), la société tangue et les spectateurs hurlent de rire.

Tout est gris sur scène, les costumes (Claude Rueger) et le décor métallique, tout s’assombrit (Lumières  : Allegra Bernacchioni) peu à peu quand « le capitalisme croule » sur les travailleurs, les premières victimes. Giovanni et Luigi se retrouvent au chômage. Alors qui va payer ? Qui doit payer ? 

 Dans la version française de Toni Cecchinato et Nicole Colchat, le metteur en scène ajoute une référence au Quatrième Etat, ce tableau de Pelizza de Volpedo, auquel Bernardo  Bertolucci empruntait son image pour Novecento (1900) en 1976. La mise en scène  de Joan Mompart montre ainsi crûment la régression de nos sociétés.Dario Fo, Théâtre, Théâtre 71,

Dario Fo n’hésitait pas à rappeler la peinture de la misère chez Ruzzante, et, dans la commedia dell’ arte,  les terribles faim du Zanni (diminutif de Giovanni) ou d’Arlequin. Ces derniers mangeaient des mouches,  Giovanni et Luigi, qui  ont des vies de chien, finissent par dévorer des boîtes de pâtées pour animaux.

Les femmes trouvent des expédients à défaut de solutions car Dario Fo ne prétend pas résoudre la crise. Il appelle à la réflexion, à la critique, à l’union, contre la passivité, la crédulité, la résignation.

Et si les seuls remèdes étaient la désobéissance civile et le rire ?

 

 

Photo ©Carole Parodi.


On ne paie pas ! On ne paie pas ! de Dario Fo

version française de Toni Cecchinato et Nicole Colchat,

Théâtre 71 jusqu’au 25 avril

01 55 48 91 00

« Autour du spectacle »

Le 20 avril au foyer-bar, à 17 h, lecture d’Histoire du tigre dirigée par François Leclère, avec Gérald Maillet

 

 

 

 

 

 

 

 


14/03/2013

Voici l'heure...

 

 

Robinson a fait ouvrir les portes du temple et une neige serrée tombe sur le Père Lachaise. Le metteur en scène l’aurait voulu ainsi, à la fin du spectacle, son dernier.Jêrome Savary

Sauf qu’il ne viendra pas saluer. Et que ces mots de Platon, inscrits au fronton intérieur : 

Voici l’heure de nous en aller

Moi pour mourir, vous pour vivre

Qui de nous a le meilleur partage ? »

il ne les dira pas, lui, Jérôme Savary, qui aimait tant la vie.

Et la fanfare du Magic Circus  - dont l’étendard de velours pourpre brodé d’or n’appelle plus à aucune provocation, -  joue comme introït le Saint James infirmary. Puis, il y aura ses musiques préférées : Duke Ellington, Gregg Martin, John Coltrane, Count Basie. Mais pas de discours !

Nous sommes là, immobiles, et Billie Holiday chante :

The snow is snowing, the wind is blowing

But I can weather the storm !

What do I care how much it may storm?

I've got my love to keep me warm.

Et nous pensons à lui qui nous a donné tant d’émotion.

Et soudain sa voix nous parle, railleur, de la solitude et de la mort. C’était, il me semble, Les Derniers jours de solitude de Robinson Crusoé*. Il disait « le théâtre ce n’est pas la vie », et encore « le problème de la mort ne nous est pas étranger », et les spectateurs riaient.

On l’a souvent pris pour un bouffon, il était un philosophe. Et un roi international de la scène que ce fût au Théâtre ou à l'Opéra.

Sur When the saints go marching in, la fanfare jouait la sortie vers le Paradis sous les applaudissements.

Alors, Michel Dussarat, qui l’accompagne depuis toujours, donna à Nicolle Rochelle** un micro afin qu’elle puisse chanter une dernière fois pour celui qui révéla son talent dans le rôle titre de sa dernière création à l’Opéra-Comique : Looking for Joséphine.  

Et nous n’avions plus envie de le quitter.

Il est donc resté parmi nous, Jérôme Savaryet il suffit de dire « La Périchole », ou « Cyrano de Bergerac »,  « Chantecler », « Arturo Ui », "La Femme du boulanger", ou « Utte Lemperer », « Barbara Schulz », « Mistinguett »,  « Zazou », pour que, de nos mémoires, l’écheveau des souvenirs nous le ramène, éternel saltimbanque, riant des inanités humaines afin de continuer à vivre…

 

 

 

 

Photo : Nina et Manon avec leur père Jérôme, et Michel Dussarat devant l'affiche de La Fille à marins, spectacle donné au Théâtre Rive gauche en 2012. © D.R.

On pourra consulter, pour plus d'images, sur cet hommage à  Jérôme Savary :

http://www.boursorama.com/

http://www.purepeople.com/article/obseques-de-jerome-savary-sous-la-neige-et-les-applaudissements-au-son-du-jazz_

 

·       * Texte publié dans L’Avant-Scène Théâtre N° 496 (épuisé), en 1972.

·       ** qui fut une Joséphine Baker étonnante

 

 

08/03/2013

Les aventures de Josette et de Jacqueline

 

 

Poche-Montparnasse, Ionesco, jeune public La petite Josette (Pauline Vaubaillon) a bien du souci avec ses parents. Ils ne sont pas raisonnables du tout. Le soir, ils sortent au restaurant, au théâtre, au guignol, et le matin quand Josette veut les réveiller, ils dorment si profondément qu’ils ne répondent pas. D’ailleurs la bonne, Jacqueline (Brock ou Jacques Bourgaux), ne parvient pas non plus à les sortir du lit.

Mais quand enfin Papa (Brock) s’éveille, qu’il n’envoie pas Josette voir ailleurs s’il y est, quand enfin, il consent à raconter des histoires, alors, Josette n’est pas déçue.

Dans le cercle enchanté du Petit Poche-Montparnasse, Émilie Chevrillon dessine l’univers de Ionesco avec une porte, une marionnette, et deux sacs de couchage. Les mots changent de sens et pourtant les enfants les reconnaissent. Tous les personnages s’appellent Jacqueline mais aucun des enfants ne se perd dans « les histoires idiotes » que raconte Papa qui emmène Josette en avion au-dessus des toits, au-dessus des nuages, dans l’éblouissement de fantastiques voyages jusqu’à la lune, jusqu’au soleil… 

On en revient à pied, en chantant, « on cavale », parce que l’heure du déjeuner approche et que Maman, la marionnette rose à la robe de fleurs, aux yeux de fleurs, dit de sa voix fleurie : « Allez ! Descendez du lit et habillez-vous ! »

Savez-vous que le théâtre de l’absurde ne rend pas les enfants idiots ? Au contraire ! Ils comprennent plus vite que les adultes et j’en connais qui vont faire la leçon à leurs parents. Mais il faut avouer qu'avec deux comédiens exceptionnels, tout est vraisemblable.

 

 

 

 

Les Contes d’Eugène Ionesco

Mise en scène d’Émilie Chevrillon

Petit Poche-Montparnasse

Du 2 au 16 mars puis du 30 avril au 11 mai, du mardi au samedi à 15 h

et, à partir du 20 mars, mercredi et samedi

01 45 44 50 21