Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2014

« Ah ! Vous avez souri ! »

 

Théâtre, théâtre du Lucernaire, Prévert, Philippe Honoré, Philippe PersonLe film Les Enfants du Paradis, chef d’œuvre de Marcel Carné et de son complice Jacques Prévert, totalisait plus de trois heures de projection. L’adapter pour la scène, en une heure dix, relève de la gageure. Mais, puisque l’action se passait au théâtre des Funambules, que l’histoire était une mise en abyme de ce qui se passait sur la scène, (ou l’inverse), puisque les dialogues, signés Prévert étaient devenus célèbres, Philippe Honoré a fait confiance à l’auteur du scénario et a gagné son pari.

Comment ? En recentrant l’action autour d’une troupe de quatre comédiens aguerris et capables d’interpréter plusieurs rôles. Il faut du talent et du métier. Ils en ont. Philippe Person, qui est aussi metteur en scène, joue Frédérick Lemaître et Jéricho, le marchand d’habits, (en alternance avec Pascal Thoreau). Sylvie Van Cleven est Nathalie, et… son père le directeur du théâtre, Yannis Bougeard est Baptiste et Pierre-François Lacenaire, et Florence Le Corre-Person : Garance. En quelques secondes, le temps d’endosser une redingote, de remonter une bretelle ou d’allumer un projecteur, ils changent d’identité sans une hésitation pour le spectateur. Et chacun de repérer les répliques immortelles et de sourire avec elles. « Ah ! Vous avez souri ! » et c’est gagné.

Avec Philippe Person et Philippe Honoré, ce n’est plus le XIXe siècle qui est « réinventé »[1], c’est le théâtre avec ses coulisses, ses intrigues, ses admirateurs, les faiblesses des uns, les passions des autres. Théâtre, théâtre du Lucernaire, Prévert, Philippe Honoré, Philippe PersonNathalie aime Baptiste qui aime Garance qui adore « la liberté ». Jean-François Lacenaire, Frédérick Lemaître et le Comte Edouard de Montray aiment aussi Garance. Mais le premier a « la tête trop chaude et  le cœur trop froid », il a « déclaré la guerre à la société », et Garance « n’aime pas les courants d’air ». Le second écoute surtout ses désirs  et à la recherche d’un grand rôle, va « enfin pouvoir jouer Othello », car, il a appris la jalousie. Et Edouard, qui est riche, voudrait « être aimé comme un pauvre ». Pour Garance « c’est tellement simple l’amour » qu’elle se donne à qui lui plaît, puis s’enfuit pour épargner Nathalie et son enfant. Il ne reste que le théâtre.

Il y a trois malles comme décor (Vincent Blot) , un rideau brechtien à cour, un dégagement au fond à gauche et les lumières d’Alexandre Dujardin font resplendir un petit théâtre défraîchi où les êtres ne vivent que pour donner aux spectateurs un rêve plus fort que la réalité.

Pour l’amour de Prévert, on oublie les milliers de figurants et les rôles secondaires. Plus rien ne compte que Baptiste, Garance, Frédérick, Nathalie, et… le théâtre.

 

 

 

 

 

Photos : © Christophe Gsell.

 

Les Enfants du paradis  d’après le scénario de Jacques Prévert

Adaptation de Philippe Honoré

Théâtre du Lucernaire

Du mardi au samedi à 20h, dimanche à 15 h

01 45 44 57 34



[1]Gasiglia-Laster Danièle,L'Invention du XIXe siècle, II, Le XIXe  siècle au miroir du XXe , éditions Klincksieck, Bibliothèque du xixe siècle et Presses de la Sorbonne Nouvelle, 3e trimestre 2002.

09/02/2014

Histoire d'arbres

théâtre,théâtre la buyère,francis perrin,lilian llyod 

Louis (Francis Perrin) et Philippe (Patrick Bentley) étaient amis depuis l’enfance. Ils ne se sont pas vus depuis douze ans, depuis que Louis a  trahi leur amitié. S’il revient aujourd’hui, embarrassé et cachant son angoisse sous des plaisanteries balourdes, c’est que Philippe est victime du locked-in syndrome.

Vus ne savez pas ce que c’est ? Mais si, rappelez-vous Le Comte de Monte-Cristo[1]et M. Noirtier de Villefort « cadavre avec des yeux vivants », ou encore Thérèse Raquin[2]  avec la vieille mère paralysée et muette qui épie les amants. En français on appelle ça syndrome d’enfermement ou de verrouillage. La jeune infirmière, Mathilde (Gersende Perrin) apprend à Louis  que Philippe peut  communiquer par des battements de paupières.

théâtre,théâtre la buyère,francis perrin,lilian llyodIl suffit d’épeler un alphabet « ordonnancé » : « ESARINTULOMDPCFBVHGJQZYXKW » et attendre son clignement d’yeux. Louis est loquace pour deux. Il raconte l’enfance, l’adolescence, ses amours, ses divorces, leur rivalité, et Claire, le sujet et l’objet de leur brouille. Mais Claire est morte. Louis ne le savait pas. Et Philippe va mourir, Louis le sait même s’il en refuse l’éventualité.

Louis va sur la tombe de Claire, remarque qu’un arbre lui cache la vue sur la plage qu’elle aimait. Il s’en insurge tant, que la nuit de la saint Sylvestre, il scie la branche coupable. Il apporte des photos, et prétend qu'un saule, près de la clinique, porte les noms gravés de Philippe et de Claire.

Car, Comme un arbre penché est aussi une histoire d’arbres. Louis étale et ressasse des bribes de bonheur, des cicatrices mal fermées, que grattent sans cesse les coups de téléphone de sa mère « seule mère juive qui enfonce son fils (pour) se venger (du) père ».

théâtre,théâtre la buyère,francis perrin,lilian llyodIl ne peut s’empêcher de marivauder avec Mathilde, mais regrette de « ne pouvoir tout reprendre à zéro », et demande pardon à Philippe. C’est l’essentiel. Ainsi, Philippe pourra partir en paix.

Francis Perrin donne profondeur et émotion à cette histoire sentimentale. Ses ruptures de jeu, son élocution, concilient l’humour et la philosophie du texte de Lilian Llyod. Gersende Perrin, ironique, fine mouche et piquante comédienne maintient la légèreté des propos sur de sujets graves. La mise en scène de Jean-Luc Tardieu est efficace et entretient intelligemment la curiosité des spectateurs.

Depuis Montaigne nous savons que « philosopher c’est apprendre à mourir ». Comme un arbre penché nous incite à vivre en cultivant l’amitié.

 

 

 

 Photos © LOT. 

 

Comme un arbre penché de Lilian LLyod d’après une idée de Michel Leeb

Théâtre La Bruyère

01 48 74 76 99

du mardi au samedi à 21 h

samedi à 15 h

www.theatrelabruyere.com

 



[1]- Dumas Alexandre, 1844.

[2]- Zola Émile, 1867.

23/01/2014

Pierre Charras

Théâtre, Littérature, Pierre CharrasIl était si discret, si cultivé, si courtois que les journaux télévisés n’ont pas parlé de lui. Pierre Charras né le 19 mars 1945 à Saint-Etienne s’est éteint le 19 janvier 2014, à Bagnolet.

Il faisait des études d’anglais quand son ami stéphanois Alain Scoff, l’entraîna vers le théâtre. Il devint comédien. Ce fut l’aventure de J’ai confiance dans la justice de mon pays, prélude à beaucoup d’autres notamment avec Régis Santon et Jacques Mauclair. Il tourna aussi de nombreux films et téléfilms.

Il devint auteur et publia quinze romans, - dont la plupart au Mercure de France. Il reçut de nombreux prix dont celui des deux Magots en 1994 pour Monsieur Henri, le prix Valéry Larbaud en 2000 pour Comédien ; le prix du roman FNAC en 2003 pour Dix-neuf secondes.

Comédien et écrivain il écrit tout naturellement pour le théâtre : Dimanche prochain*, Prix CIC Paris Théâtre, Rameau le Fou, d’après Diderot, et Figure**, adapté de son Francis Bacon, le Ring de la Douleur.

Angliciste et écrivain, il a bien sûr traduit Michael Frayn, Dave Eggers, Justin Cronin, James Lasdun. Nous aimions beaucoup son talent et sa passion.

« Et tout le reste est silence » comme aurait dit son ami William...

 

·       N°1001 de l’Avant-Scène Théâtre

·       ** Avant-Scène Théâtre