Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2010

Misandrie joyeuse

Nouara Naghouche est AA.

Lisez : « Alsacienne arabe ».

Et vous savez, demande-t-elle, la différence entre un arabe et un alsacien ? Réponse : « l’Arabe parle français ». Oh ! Pas celui de l’Académie, mais quand elle raconte la vie à Colmar, tout le monde la comprend.

Zoubida, bouclée dans son F5, est soumise à la brutalité de Rachid, Marguerite la xénophobe subit un René pas très net, et Marie-France, « d’origine sociale privilégiée » s’épanouit depuis qu’elle s’est libérée de son mari. Par petites scène crues, violentes, gouailleuses, Nouara Naghouche raconte avec humour le quotidien des femmes, leurs sacrifices, leur misère, et la violence des mâles qui les oppriment. sacrifices.jpg

Avec sa misandrie joyeuse,  elle est épatante cette petite femme-là !

Vêtue d’un survêtement dépareillé, elle mime les situations et change de personnalité au gré des histoires de sa cité. Les textes qu'elle cosigne avec Pierre Guillois, qui met en scène, finissent par se recouper pour un réquisitoire en forme de…plaidoyer…

Le spectacle est dû à "une initiative de Matthew Jocelyn". Il s'en passe des choses à l'Atelier du Rhin...

 

 

 

 

 

 

Sacrifices de Nouara Naghouche et Pierre Guillois

Théâtre du Rond-Point

01 44 95 98 21 

Jusqu’au 28 novembre à 18 h 30

 

 

 

Sacrifices

 

 

Photo : © Brigitte Enguérand

19/04/2010

Sublim'comédie reprise

 

Sublim’ intérim de Louise Doutreligne est reprise au Vingtième Théâtre ! enfin !

Voir notre note du 9 janvier.

à ne manquer sous aucun prétexte !

 

14/02/2010

Mémoires communicantes

 

 

Frédéric Sabrou est un auteur modeste. Depuis son Opéra de Quat’fous (1989) en passant par Danger… Public (2003), jusqu’à l’an passé, Diète Party*, il travaille pour le théâtre, le cabaret, la télévision. Il a construit une œuvre comique d’une grande finesse, montrant les travers (Comédie des travers, 2002) d’une société dite de communication qui regarde le nombril de son voisin avec, dans l’œil, la poutre de la parabole. En moraliste malicieux, il préfère nous faire rire de ces défauts. Jusqu’à présent, en bon chrétien, il croyait que l’homme pouvait se corriger. Mais sa dernière œuvre, cache sous un rire moqueur, l’angoisse du sceptique.

Jean-Louis (Pascal Laurent) et sa femme Chantal (Isabelle Hétier), forment un couple de prolétaires. Lui, s’entraîne à appeler ses camarades au combat contre la « préquarité », tandis qu’elle essaie de passer l’aspirateur. Elle trébuche et sa tête traverse la porte d’un placard. De cette commotion, elle reprend ses esprits, transformée. Elle cite Jaurès : « Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience », alors qu’elle ne l’a jamais lu.

Vous me direz, il y en a d’autres, mais ceux-là ont des intellos pour préparer leurs discours. Tandis que cette pauvre Chantal, agent de nettoyage dans une école maternelle, n’a pas cette chance !

Jean-Louis est sidéré. Elle repère la faute d’orthographe de Jean-Louis, commente Proust, récite du Rimbaud et emploie, à bon escient, des mots comme « schizophrénie ». Jean-Louis pense qu’elle « capte une chaîne de télé ». En réalité, il s’agit d’un cas extraordinaire, pas encore répertorié dans les maladies orphelines, mais auquel nos techniques de piratage de disque dur vont certainement nous mener. Les adeptes du fantastique dans le langage connaissent bien ce processus : « tomber sur la tête »,  « perdre la mémoire », pris au sens propre, la réalité s'emballe...

Trio table.jpgCertains ont la mémoire qui flanche, celle de Victor Foux (Philippe Quercy) fuit. C’est grave docteur ? Oui, car si quelqu’un la récupère, tous les petits et les grands secrets qu’elle cachait vont être révélés au grand jour… Or, Victor, patron « de gauche » (façon Tapie), n’aimerait pas qu’on divulgue ses coups plus ou moins tordus.  Et le principe des vases communicants appliqué à la mémoire n’a pas encore été étudié scientifiquement. Ne cherchez pas d'explication rationnellle, laissez les personnages agir !

Si Victor se prétend un « gentil patron », Jean-Louis, « néo-trotskyste », serait plutôt du côté des « travailleurs qui font chier ». Et Chantal, se dit que l’argent « change tout le monde ».

Se laissera-t-elle « acheter » ? Non ! Mais elle fera pire…

La mise en scène de Catherine Schaub utilise l’espace étroit du théâtre avec rigueur et efficacité. Les répliques fusent, caustiques, les comédiens sont vifs, et se les renvoient comme des balles, déclenchant l’hilarité. Isabelle Hétier intègre parfaitement les deux facettes d’un personnage tantôt cultivé, tantôt balourd.

Si vos délégués syndicaux n’aiment pas, si votre patron déteste, ce sera normal. Mais, vous, je suis sûre que vous allez adhérer !

 

 

* Discrimination pondérale : note du 20/02/09.

 

 Photo : Frédéric Sabrou

 

La Mémoire d’un autre de Frédéric Sabrou

Théâtre Essaïon

Du 22 janvier au 2 avril

Le vendredi et le samedi à 20 h

01 42 78 46 42