Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2014

Au nom du père

 

 

théâtre,théâtre de poche-montparnasse,pierre santini,jean-pierre kalfon,delphine de malherbeIls sont incroyables les pères ! Ils veulent tout diriger dans la vie de leurs enfants, ils emploient quelquefois la manière forte pour être obéis et ils voudraient qu’on les aime. Il en est même un que Dominique Warluzel imagine, dans Fratricide, jouant au Roi Lear en laissant, par testament authentique, sa fortune à celui de ses fils qui lui témoignera le plus d’attachement, ou à part égales, s’ils prouvent l’un et l’autre leur affection… devant notaire ! (Bertrand Nadler ou Franck Borde)

Jean (Pierre Santini) et Fabien (Jean-Pierre Kalfon)  sont frères. Ils ne se sont pas vus depuis vingt ans et se retrouvent chez le notaire pour la lecture du testament. Salon douillet, velours rouge, whisky offert (Décor, Catherine Bluwal), les deux hommes vont s’affronter et déballer leurs souvenirs. Les lumières de Marie-Hélène Pinon basculent.

Jean a réussi sa carrière d’avocat. Fabien était en prison. Engagé volontaire très jeune, pour échapper à sa famille, il a d’abord été inculpé pour « vol de matériel militaire », puis adhérent à l’O. A. S., chassé de l’armée, il est devenu proxénète avant de terminer assassin.

Fabien est brutal : « J’ai jamais aimé mon père. » Car ce père, dit-il, ne l’a jamais aimé, et a toujours préféré Jean. Il montre un paquet de lettres qu’il lui a envoyées et qui lui ont été retournées, avec la mention « retour à l’envoyeur ».théâtre,théâtre de poche-montparnasse,pierre santini,jean-pierre kalfon,delphine de malherbe

Au nom du père, les reproches pleuvent que Jean s’efforce d’atténuer. Mais la rage de Fabien ne tarit pas, jusqu’au moment où Jean lui révèle que lui-même a un fils, jusqu’à ce que la dernière compagne du « vieux », apporte le codicille qui va tout changer au testament.

Vous dire que les deux comédiens, protagonistes du duel familial, sont extraordinaires paraît banal, tant l’intensité des échanges est mordante, l’ironie du texte capricante, leur langage cru.

On ne choisit pas sa famille, mais on peut choisir son spectacle. Je vous recommande celui-ci.

 

 

 Photos : © Patrick Osenda

 

 

 

Fratricide 
de DominiqueWarluzel

Mise en scène, Delphine de Malherbe

Théâtre de Poche-Montparnasse

01 45 44 50 21

 Du 4 novembre au 1er mars

19h du mardi au samedi, dimanche 17h30

 

 

 

 

Et, toujours au Poche Montparnasse,

 

théâtre,théâtre de poche-montparnasse,pierre santini,jean-pierre kalfon,delphine de malherbeHuis clos 
de Jean-Paul Sartre

Mise en scène, Daniel Colas

Avec Marianne Epin, Daniel Colas, Mathilde Penin, Philippe Rigot

Depuis le 28 octobre et jusqu’au 11 janvier

 21h du mardi au samedi, dimanche 15h

 

 

 

Photo © Brigitte Enguerand

19/10/2014

Raccrocher la Lune !

 

Théâtre, Théâtre jeunesse, Poche-Montparnasse, Dahné TessonIl y en a qui perdent la tête, d’autres qui perdent le nord, eh ! bien, le jeune Polochon (Delphine Biard) a perdu la Lune (Sophie Carrier).

Il est désespéré. En vareuse rouge et bottes jaunes, il arpente son espace favori et cherche son amie, sa consolatrice, celle qu’il contemple pour s’endormir.

Nous spectateurs, qui regardions la nuit étoilée, avons vu le croissant argenté tomber (Lumières, Bastien Courthieu). Et soudain, en kimono, elle surgit, incognito, avec des lunettes noires.daphné tesson,théâtre,musique,poche-montparnasse

Et savez-vous pourquoi elle s’est « éclipsée » ? Elle veut, sur la terre, devenir « une star ». Oui vous avez bien lu ! La lune veut être une étoile ! Elle compte rester sur la terre. Elle ne veut plus « être un satellite », mais « briller par (elle)-même ».

Elle débarque avec ses lunettes de soleil, ses perruques, sa robe de lamé, et s’en va passer une audition chez Neil Armstrong (François Genty), l’astronaute, reconverti imprésario.

Malheureusement, elle chante « comme une casserole », et Neil refuse de la mettre en scène : « No way ! ».

On appelle alors Pierrot (François Genty) qui paraît, face cérusée et survêtement blanc, des pompons accrochés sur les baskets (costumes et scénographie de Sabine Schlemmer). Pierrot est un enfant caché, qu’elle a mis au monde après une lune de miel avec le soleil. Pierrot ne sait pas mentir et lui, avec Polochon, se bouchent les oreilles. La lune voulait chanter. Elle déchante !

Il leur faudra beaucoup de persuasion pour qu’elle remonte à son poste. Polochon allègue le bon ordre terrestre, « plus rien n’est à sa place, la mer s’est retirée », Pierrot se défile,  mais appelle Youri Gagarine « un sacré pilote » pour la convaincre et la remettre à sa place, dans le ciel étoilé.

daphné tesson,théâtre,musique,poche-montparnasseDaphné Tesson signe une première pièce délicieuse, pleine de poésie et d’humour. Elle manie la langue avec délicatesse et cisèle de jolis calembours. Elle écrit aussi la musique et les chansons, car la fable est « musicale ». Elle parle aussi de solitude et d’amour. C’est  une réussite.

Philippe Fenwick assure une mise en scène intelligente et rigoureuse qui ravit les enfants et les parents. François Genty, qui joue trois rôles très différents est remarquable, Delphine Biard adorable.  Sophie Carrier en Lune changeante surprend et séduit.

Vous avez donc toutes  les raisons de vous précipiter au Théâtre de Poche-Montparnasse.

Profitez des vacances scolaires pour aller ensemble raccrocher la Lune ! 

 

 

photos : © Alejandro Guerrero

 

Daphné Tesson, Théâtre, musique, Poche-Montârnasse

 

 Texte publié à L'Avant-Scène Théâtre, collection des Quatre-Vents, 8 € 

 

On a perdu la lune ! de Daphné Tesson

Théâtre de Poche Montparnasse

01 45 44 50 21

Depuis le 11 octobre

mercredi et samedi à 15 h

tous les jours (sauf les 27 et 28 octobre et le dimanche) pendant les vacances scolaires.

 

 

 

30/09/2014

Ubu la revue

 

 

théâtre,revue,europeVous connaissez sans doute UBU, Scènes d’Europe / European Stages, cette revue bilingue (français et anglais), dédiée au Théâtre , et dont la rédactrice en chef est l’obstinée Chantal Boiron.

Une troisième langue figure dans chaque numéro, avec, dans cette nouvelle livraison, la publication d’extraits d’une pièce contemporaine : Le Tueur de dragons de Milena Markovič, pièce traduite par Jovana Papovič     et publiée en français et en serbe.


Le numéro (double : 56/57) ouvre un dossier consacré  aux « compagnies dramatiques indépendantes » en France aujourd’hui, avec les témoignages de Jean-Pierre Vincent, Philippe Quesne, Judith Depaule, Thomas Jolly, Julie Deliquet, Julien Gosselin, Lazare, Maya Boquet, Olivier Werner.

Revue trimestrielle, UBU, Scènes d’Europe / European Stages traite de tous les aspects du théâtre : l’écriture, la dramaturgie, la scénographie, la mise en scène, l’art dramatique, l’organisation structurelle, les techniques, l’histoire d’un théâtre en Europe, les événements, elle vous donne un agenda européen et vous rend compte des grandes créations ...

L'Europe existe… en revue ! Photos en couleur, papier couché, maquette agréable, une mine de renseignements !

Prix : 15 €