Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2015

Pêcheurs et prêcheurs en eaux troubles

 

Théâtre de l'Etoile du Nord, le Poulpe, Abbi PatrixVous connaissez sans doute Gabriel Lecouvreur dit « Le Poulpe » à cause de ses grands bras  mobiles qui assomment ses adversaires. Le personnage, créé par Jean-Bernard Pouy, a maintenant plus de vingt ans et deux cent quatre-vingt six aventures au compteur. Défenseur de causes perdues, pourfendeur de nazis et autres associés, grand amateur de bières et de vieux coucous déglingués, Le Poulpe est un anarchiste qui traîne dans des coups pas très politiquement corrects où il remet à leur place les fauteurs d’injustice. Depuis 1995, Le Poulpe est réinventé régulièrement par des auteurs différents. Ils se laissent guider par leur affinités mais obéissent à des règles précises : celle du fait divers, et de la contrainte, naissent de périlleuses et savoureuses entreprises. 

La quartier général du Poulpe est le rade de Gérard, Le Pied de porc de Sainte-Scolasse, et c’est sans doute à ce comptoir que Abbi Patrix le conteur, justicier à ses heures, Phil Reptil (guitare et musique électroacoustique) et Vincent Mahey (musicien, ingénieur du son) se sont retrouvés pour inventer un nouvel épisode à ses aventures.

Tous les trois nous emmènent jusqu’à l’île de La Réunion, en passant par Rungis et retour chez Gérard pour un "polar électro-conté". Pas de combat spectaculaire, tout est dans les mots, la voix, la musique et une bande son hautement suggestive. On entend les rumeurs de Rungis, les  tumultes des foules subjuguées par un prêcheur, les chants des oiseaux, les gazouillis du ruisseau, les vrombissements des moteurs, les craquements du bateau. C’est inventif, concret, dynamique et jubilatoire.

À la fin, le prêcheur et les pêcheurs en eaux troubles sont punis et Le Poulpe mérite toute notre reconnaissance.

Allez-y, ça change des classiques et le trio, sur scène vaut le voyage !

 

Photo : © Philippe Stisi

 

Le Poulpe de Julien Tauber

Théâtre de l’Etoile du Nord

01 42 26 47 47

mardi, mercredi et vendredi à 20 h 30

jeudi à 19 h 30

samedi à 17 h

 

Autour du spectacle :

Les mardis à 19 h 30, Julien Tauber vous accueille avec ses musiciens invités : Linda Edsjo percussionniste, Alexandra Grimal, saxophoniste, Florent Colautti, « artiste protéiforme ».

Les mercredis : le 18 février : Jean-Bernard Pouy, créateur du personnage de Gabriel Lecouvreur, dit Le Poulpe.

                       Le 25 février : Hervé Sard auteur du dernier Poulpe : La Catin habite au 21.

Les jeudis : « Bords de scène » avec l’équipe artistique.

Les vendredis : « After musical » avec, le 20 février : Tarik Chaouach,

                       Le 27 février : Girafe et Bruno Girard.

Les samedis : « Paroles de quartier », atelier de création dès 14 h (01 42 26 29 21), où, à partir de faits divers, les spectateurs écriront de courts récits répondant à la question : « Que ferait le Poulpe dans ce cas-là ? »

 

À lire pour mieux connaître Gabriel :  La Petite Écuyère a cafté de Jean-Bernard Pouy,

Arrêtez le carrelage de Patrick Raynal

Nazis dans le métro de Didier Daeninckx

Chili incarné  de Gérard Delteil

L’Amour tarde à Dijon  de Jacques Vallet

Etc.

 

10/01/2015

Justes et injustes noces

 

Les contemporains de Beaumarchais ont vu dans  Le Mariage de Figaro une pièce qui annonçait la Révolution : « Figaro a tué la noblesse » disait Danton. Anne Ubersfeld affirmait que c’était la première pièce romantique. Jean-Paul Tribout en propose une nouvelle mise en scène aujourd’hui et montre combien les combats contre l’obscurantisme et l’arbitraire sont toujours nécessaires.

Nous ne redirons pas ici l’intrigue du Mariage, on devrait dire des mariages, puisqu’à celui de Figaro avec Suzanne, apparaissent, imbriqués, le mariage du Comte et celui, différé, de Marceline.

Mariage de Figaro, Théâtre 14, Beaumarchais, TriboutBeaumarchais, dans sa Préface  au Mariage de Figaro disait combattre « l’hypocrisie de la décence » pour revenir à « la franche et vraie gaieté » qui distingue « de tout autre le vrai comique de notre nation ». Il voulait Suzanne « spirituelle, adroite et rieuse », Agnès Ramy qui l’incarne est, comme aurait dit l’ami Wolinski, tout simplement, « bandante ». Figaro la choisit comme épouse, le Comte  (Xavier Simonin) la désire, Mariage de Figaro, Théâtre 14, Beaumarchais, TriboutBazile  (Xavier Simonin) la caresse, et ce petit garnement de Page (Thomas Sagols), y tenterait bien un coup d’essai. Affriolante en jupon et corset (costumes : Aurore Popineau), effrontée et lucide, elle comprend plus vite que Figaro (Éric Herson-Macarel), les intentions faussement généreuses du Comte : « Il y a, mon ami, que, las de courtiser les beautés des environs, monsieur Mariage de Figaro, Théâtre 14, Beaumarchais, Triboutle comte Almaviva veut rentrer au château, mais non pas chez sa femme; c'est sur la tienne, entends-tu, qu'il a jeté ses vues, auxquelles il espère que ce logement ne nuira pas. » C’est elle qui démasque les hypocrites : « Et c'est ce que le loyal Bazile, honnête agent de ses plaisirs, et mon noble maître à chanter, me répète chaque jour, en me donnant leçon. » Justes noces pour Suzanne, mais combien d'injustes noces dans ce monde tartuffié ?

Le Mariage de Figaro est une pièce à la gloire des femmes. Elles y sont solidaires. La mélancolique et timide Comtesse (Marie-Christine Letort) décide de prendre l’habit de Suzanne pour confondre son infidèle de mari. L’amère Marceline (Claire Mirande), une fois libérée de son secret, s’affranchit de la tutelle des mâles : « Dans les rangs même plus élevés, les femmes n'obtiennent de vous qu'une considération dérisoires ; leurrées de respects apparents, dans une servitude réelle ; traitées en mineures pour nos biens, punies en majeures pour nos fautes ! Ah  sous tous les aspects, votre conduite avec nous fait horreur ou pitié ! ». Elle aide alors ses sœurs à s’émanciper. Et même la petite Fanchette (Alice Sarfati), dénonce le grand seigneur.

Une des  grandes difficultés de la mise en scène du Mariage est la multiplicité des lieux. Cinq actes, cinq lieux différents, sans compter, comme le souligne Jean-Pierre de Beaumarchais, les lieux « d’invisibilté », à savoir au premier acte, le fauteuil de malade où peuvent se cacher Chérubin puis le Comte, et aux actes suivant l’alcôve, le cabinet, le jardin, le bois, le pavillon où se réfugient les pas encore amants, les pas encore fautifs, qui se comportent comme des coupables, menacés qu’ils sont par la colère du Comte. Amélie Tribout résout tous ces problèmes par un décor unique, plus rêvé que réel, un mur d’un bleu céleste où courent de jolis nuages duveteux, et qui dissimule trois portes. Les comédiens apportent et emportent quelques accessoires sur un plateau nu, les lumières de Philippe Lacombe fabriquent le reste.

Mariage de Figaro, Théâtre 14, Beaumarchais, TriboutJean-Paul Tribout ne se contente pas de diriger avec ingéniosité tous les comédiens – outre ceux qu’on a déjà nommés, n’oublions pas Jean-Marie Sirgue qui est tour à tour Gusman bégayeur et Brid’oison mauvais juge, Marc Samuel, en Bazile cauteleux puis en cumulard Double-Main, et Pierre Trapet un Antonio madré – il est aussi le Dr Bartholo, pétri de rancune, suborneur confondu. Et le metteur en scène restitue au Mariage  toute la dimension sensuelle que certains cachent sous des intentions socialisantes.

Il impose à la pièce un rythme de cavalcade. N’est-ce pas « la folle journée » ? Et de scène en scène, le public conquis par ce Mariage en savoure l’insolence, la justesse, et le bonheur.Mariage de Figaro, Théâtre 14, Beaumarchais, Tribout

 

Photos © Emmanuelle Ales

 

Le Mariage de Figaro de Beaumarchais

 jusqu’au 21 février

Théâtre 14

01 45 45 49 77

 

Jean-Pierre de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro collection études littéraires, PUF.

 

 

03/12/2014

Des élans de tendresse

 

L’un joue du piano (Benoît Urbain,), l’autre de la guitare (Pascal Neyron) et le troisième du « valisophone » (Emmanuel Quatra). Vous ne savez pas ce que c’est ? théâtre,musique,théâtre michelImaginez un grand mât planté dans une valise, sur lequel on a tendu une corde qui sonne comme celle d'une contrebasse. C’est un instrument tout à fait congruent aux textes Frédéric Rose et Vincent Jaspard, petites scènes dans le pur style des Diablogues de Dubillard. Situations insolites, personnages naïfs ou acariâtres, joyeux farfelus ou tristes sires, ils n’ont pas le caractère facile, comme les élans.

Ce que les élans viennent faire là ? Rien. Juste un jeu de mots. Il y a l’élan A, l’élan B, et l’élancé. Alors je vous le demande, pourquoi pas les élans ? Ils montrent tant d’élans de tendresse envers leurs frères humains…

Les trois musiciens-chanteurs boivent un peu, trinquent quelquefois, délirent pour oublier une réalité morose, un quotidien banal qui ne les rend guère heureux, mais qui met en joie les spectateurs.

Ils semblent tellement complices qu’on les imagine ensemble depuis la maternelle, complotant leurs canulars pendant la récréation, ou le soir au dortoir. Eh bien, vous avez tout faux, c’est Laurent Serrano qui les a réunis et mis en scène, pour le plaisir des textes d’abord, et la partie chantée est devenue « le fil rouge du spectacle ».

théâtre,musique,théâtre michelOn ne raconte pas Les élans ne sont pas toujours des animaux faciles, on va les voir, et les entendre. Ils ponctuent leurs sketches de  chansons de Trenet et de Nougaro, de Gershwin de Cochran ou de Benoît Urbain. Leur trio fonctionne dans une parfaite harmonie, non seulement avec leurs instruments préférés, mais aussi a capella,passant de la java au jazz avec maestria !

Retenez votre place pour la saison des fêtes !

 

 

 

Photos © Cie Laurent Serrano

 

Les élans ne sont pas toujours des animaux faciles  de Frédéric Rose et Vincent Jaspard

Adaptation et mise en scène, Laurent Serrano

Théâtre Michel

01 42 65 35 02

du mardi au samedi à 21 h

samedi 16 h 30