Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2015

Un surprenant malade

 

 

théâtre,théâtre de l'atelier,daniel pennac,humour,olivier saladinIl est toujours délicat d’adapter pour la scène, une œuvre qui a été conçue pour la lecture. Ancien malade des hôpitaux de Paris est d’abord un court roman de Daniel Pennac où le docteur Galvan, urgentiste de garde, vit une nuit d’apocalypse.

Un patient qui « ne se sent pas très bien », présente les uns après les autres, tous les symptômes de maladies mortelles. Le Docteur Galvan le trimballe à toute allure dans tous les services, avant de… Mais gardons-nous de dévoiler la fin.

Combien de personnages ? Une trentaine dans le roman. Combien de comédiens sur scène ? Un seul, Olivier Saladin, véritable génie comique.

Il est tour à tour le Dr Galvan et sa compagne, tous les pontes de la chirurgie qui épient et commentent son diagnostic et ses capacités, l’infirmière de garde et le brancardier, l’anesthésiste et le patient, sans compter les malades de la salle d’attente où « ça sentait la douleur humaine » et la médecin légiste de la morgue.théâtre,théâtre de l'atelier,daniel pennac,humour,olivier saladin

Il prend des accents différents, des phrasés distinctifs, des gestes particuliers pour incarner tous ces gens.

Il est extraordinaire.

La mise en scène de Benjamin Guillard est sobre et pleine de surprises.  Le texte de Daniel Pennac aussi. Et les spectateurs sont tout aussi médusés que les médecins mais s’amusent beaucoup plus !

 

 

 

Photo : © Emmanuel Noblet

 

Ancien malade des hôpitaux de Paris de Daniel Pennac

Théâtre de l’Atelier

 01 46 06 49 24

depuis le 21 mars 2015


du mardi au samedi à 21h - Dimanche à 15h (Relâches exceptionnelles les 12 et 13 mai)

 

 

 

 

Un coeur tendre

 

 

Théâtre, Horovitz, Marcel Maréchal, théâtre Petit-HébertotIsraël Horovitz est un auteur américain chéri des Français. Une nouvelle version de Park your car in Harvad Yard, traduite sous le titre Opus cœur par Attica Guedj et Stephan Meldegg, se donne depuis quelques semaines au Petit-Hébertot.

On retrouve avec émotion Marcel Maréchal dans le personnage de Jacob Brakisch, vieux prof à la retraite, au caractère rugueux, qu’une jeune aide ménagère, Kathleen Hogan (Nathalie Newman) va apprivoiser.

Il est grincheux, elle est sensible. Il est injuste, elle est révoltée. Il n’aime que la musique classique et la littérature, elle préfère les chansonnettes. Tout les sépare, mais un lourd secret les réunit. Elle a vécu une enfance triste, et démunie et « c’est la première fois qu’elle a une chambre » à elle.  Elle est veuve et sans ressource. Il a toujours été farouchement célibataire. Il est maintenant sans ami, sans amour. Ses élèves seraient-ils ingrats ? Lui-même serait-il dénué de tout sentiment ?

C'est en réalité un coeur tendre et malheureux.

Caroline Darnay dirige ce duel avec une belle maîtrise dans une scénographie de Caroline Mexme. Les lumières de Michel Cabrera ponctuent les séquences et le son de Michel Winogradoff rythme les affrontements verbaux des deux caractères bien trempés. Leur histoire baignée d'humour ravit les spectateurs.

Ceux qui ont besoin du « lait de l’humaine tendresse » trouveront dans Opus cœur   cette émotion teintée d’’humour qu’Israël Horovitz sait parfaitement manier.

 

 

Opus Cœur  d’Israël Horovitz

Texte français d’Attica Guedj et Stephan Meldegg

Théâtre du Petit-Hébertot

01 42 93 13 04

Du mercredi au samedi à 21 h

Dimanche, 15 h

 

 

31/03/2015

Tous coupables ?

 

 

L’univers de Dea Loher est sombre. On y crève de solitude et de désespoir. Dans la petite ville portuaire où se situe l’action d’Innocence, on trouve peu de travail, on s’entasse à trois dans une seule pièce, on se suicide beaucoup, on erre sur les quais.

Théâtre, comédie-françaisse, dea loherIls se voudraient tous innocents, mais ils se sentent tous vaguement coupables. Frau Haberssatt (Claude Mathieu) quête des pardons de maison en hôpital. Frau Zucker (Danièle Lebrun), malade, s’incruste chez sa fille Rosa (Pauline Méreuze) dont le mari Franz (Sébastien Poudéroux) a renoncé à toute ambition pour un emploi de croque-mort. Les parents d’une jeune fille assassinée (Catherine Sauval et Gilles David) se terrent chez eux derrière un rempart de livres. Ella (Cécile Brune), philosophe vieillissante déconstruit les théories qu’elle a échafaudées sur la « non-fiabilité du monde. »

Ce monde-là est sans illusions, mais, paradoxalement, ce sont une jeune femme aveugle, Absolue (Georgia Scalliet), et deux immigrés sans papiers, Fadoul (Bakary Sangaré) et Elisio (Nâzim Boudjenah) qui semblent aptes à lutter, donc à vivre, malgré « la réalité inhospitalière ». Et Dieu dans tout ça ? Fadoul y croit…

Denis Marleau, qui met en scène et signe la scénographie, emprisonne les personnages entre trois murs sur lesquels il projette des animations, silhouettes tragiques et dansantes, arabesques, feux follets (Dessins et animation: Félix Dufour Laperrière, vidéo : Pierre Laniel). Les costumes de Jean Paul Gaultier tachent de rouge  les murs gris, et la noirceur de la mort omniprésente. Pas d'issue. Cette société est close, repliée sur elle-même, incapable de compassion, impuissante à envisager un avenir heureux.

Les comédiens seront tous présents, parfois saisis dans un isolement immobile, tandis que les candidats au suicide s’encouragent à sauter depuis l’avant-scène (Louis Arène et Pierre Hancisse), parfois rassemblés autour d’un événement dramatique. Ils commentent, ils vitupèrent et certains se parlent. Humour noir, répliques cinglantes… Ils maîtrisent  avec bonheur un texte dense, grave, et les déplacements de chœur antique.

Ils piègent ainsi le spectateur, lui tendent un miroir impitoyable.

Souhaitons qu’il comprenne la terrible leçon !

 

 

 Photo : © Christophe Raynaud de Lage

 

Innocence de Dea Loher, traduction de Laurent Muhleisen

Du 28 mars au 1er juillet en alternance

Comédie-Française

Salle Richelieu

www.comedie-francaise.fr