Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2015

Quand Christopher se prend pour Sherlock Holmes

 théâtre,théâtre de la tempête,philippe adrien,philippe lefebvre

 Il est toujours difficile de transposer un roman au théâtre. Celui de Mark Haddon, Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit  adapté par Simon Stephens fit un triomphe à Broadway. Aujourd’hui traduite par Dominique Hollier, et mise en scène par Philippe Adrien, la pièce  bouleverse les spectateurs.

Elle raconte l’histoire d’un adolescent. Christopher (Pierre Lefebvre) a « quinze ans, trois mois, deux jours ». C’est un surdoué en mathématique, en astronomie. Il connaît « tous les nombres premiers » raisonne logiquement et veut « être astronaute ». Mais il est incapable de comprendre l’univers des adultes qui l’entourent et leur langage fleuri de métaphores est pour lui source de malentendus. Leurs mensonges même pieux, déclenchent chez lui  des colères épouvantables. Christopher est autiste.

 

À l’école, Siobhan (Juliette Poissonnier) et le Révérend Peters (Tadié Tuéné) le trouvent très intelligent  et poussent Mme Gascoyne (Mireille Roussel) à lui faire suivre ses études. À la maison,  le Père (Sébastien Bravard), lui a dit que sa Mère (Nathalie Vairac) était morte.

théâtre,théâtre de la tempête,philippe adrien,philippe lefebvreMais une nuit, Christopher découvre Wellington le chien de sa voisine, avec une fourche de jardinier plantée dans le corps. Et comme il réfléchit, il se dit : « Je crois qu’on tuerait un chien seulement si : a) on le déteste, ou : b) on est fou, ou : c) on veut faire de la peine à Mme Shears. » Et comme son héros est Sherlock Holmes, le bizarre incident du chien pendant la nuit va conduire Christopher enquêter lui-même, car le meurtre d’un chien n’intéresse guère la police. Son investigation, dite de voisinage, le mène chez la délicieuse Mme Alexander (Bernadette Le Saché), qui lui révèle que M. Shears (Laurent Montel), Roger de son prénom, était « très proche de sa mère ». « Vous voulez dire qu’ils faisaient du sexe ? » demande Christopher qui aime bien que les choses soient dites clairement.

Ce n’est pas que Maman soit partie avec M. Shears qui met Christopher en colère, mais que son père lui ait menti est insupportable. Malgré le Policier (Laurent Ménoret), malgré la terreur du voyage en train et en métro, Christopher part retrouver sa mère.

Quête douloureuse et initiatique et magnifique épopée brillamment orchestrée par Philippe Adrien !

 

 

Ses comédiens, ses fidèles, qu’on a déjà applaudis récemment chez lui dans Le Dindon et Bug savent « raconter en jouant » et « jouer en racontant ». Dans les lumières de Pascal Sautelet, le décor bouge, les comédiens circulent, changent d’identité, et cette chorégraphie (mouvement théâtre,théâtre de la tempête,philippe adrien,philippe lefebvreSophie Mayer) permet à l’espace de se modifier et au temps de dérouler ses séquences. Des projections vidéo d’Olivier Roset, une musique et une bande son signée Stéphanie Gibert, des costumes de Cidalia Da Costa soulignent harmonieusement la narration.

 

Le récit est fluide, les interprètes éblouissants, en particulier le jeune  Pierre Lefebvre que nous avions déjà beaucoup aimé dans ses rôles précédents.

 

 

Spectateurs franciliens, vous avez de la chance ! Le spectacle est intelligent, inventif, poignant par instants et jamais dépourvu d’humour. Courez-y !

 

 photo : © D. R. 

 

Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit d'après le roman de Mark Haddon,

Adaptation Simon Stephens,

mise en scène Philippe Adrien (texte français Dominique Hollier).

Au Théâtre de la Tempête (Cartoucherie de Vincennes),

du mardi au samedi 20h, dimanche 16h,

jusqu'au 18 octobre 2015.

01 43 28 36 36. 

 

Un placard extravagant

 

 

Théâtre, théâtre du Rond-Point, Nicole Genovese, comédieIl y en a qui cachent des cadavres dans les placards, c’est au Grand Guignol ou en psychanalyse. Mais dans le théâtre bourgeois, la femme adultère qui s’écrie : « Ciel ! Mon mari ! », y enferme son (ou ses) amant(s).

Nicole Genovese, dans Ciel ! Mon placard parodie ces vaudevilles avec un enjouement loufoque. Elle installe ledit placard au centre de la scène et y loge tour à tour, la femme Dada Courte-en-Bière (Nicole Genovese elle-même), Théâtre, théâtre du Rond-Point, Nicole Genovese, comédieavec l’amant Louis (Sébastien Chassagne), puis la bonne, Mireille (Adrienne Winling), le mari, Maxime Courte-en-Bière (Renaud Boutin), et, drôlissime invention, une Cantatrice finlandaise (Marion Gomar), qui va ponctuer les séquences à la manière d‘une Castafiore de génie sur une musique allègre de Matthieu Benigno.

Vous raconter l’histoire ? Si on vous dit qu’elle est inénarrable, que tout y est invraisemblable et désopilant, sera-ce suffisant ? On peut y ajouter  que Franck (Matthieu Benigno), de sa liaison avec Louis, a eu une enfant, Louison (Angélique Zaini), que Dada, jette son dévolu sur Jacquot, (Paul Bouffartigue), qu’elle assassine la mère de Maxime mais que le Capitaine (Nelson Ghrénassia) n’enquête que sur les fugues de Louison. Finalement, comme l’âne de la fable, la coupable sera la bonne, la pauvre Mireille.  Sachez aussi qu’on y glisse un mot pour un autre, que les métaphores y sont surprenantes, les personnages doubles et le rythme endiablé. Le placard est des plus réjouissants. Le placard est extravagant !

Théâtre, théâtre du Rond-Point, Nicole Genovese, comédieLa mise en scène de Claude Vanessa, les comédiens extraordinaires et imperturbables, les costumes de la "famille Genovese", ressuscitent les beaux jours des Branquignols.

Vous dire si on s’amuse ! Et comme on vous recommande ce spectacle.

 

Photos : © Charlotte Fabre

 

 

Ciel ! Mon placard de Nicole Genovese

Jusqu’au 18 octobre au théâtre du Rond-Point

Salle Tardieu à 18 h 30

 

 

 

08/09/2015

Reprise

Théâtre, François Morel, théâtre de l'Atelier, poésies, humour, tendresseSi vous ne l'aviez pas vu à la Pépinière pour sa carte blanche, François Morel revient pour vous.

vous allez pouvoir voir, et pour certains revoir : Hyacinthe et Rose,  une histoire pleine de poésie et d'émotion. Un hommage à l'enfance, et aux grands-parents aimants et généreux, même quand ils ne possèdent pas grand chose. 

Un amour délicat, un humour tendre, une leçon de vie, pour tous.

 

 Théâtre de l'Atelier, à 19 h 

01 46 06 49 24

Théâtre, François Morel, théâtre de l'Atelier, poésies, humour, tendresse

 photo: © Manuelle Toussaint